Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Lire en SSR: « Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets »

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de « Lire en sciences sociales des religions » sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Religions en Questions: Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu (dirs.), « Dieu change en ville »

Collection-FathetalDIEU CHANGE EN VILLE. Religion, espace, immigration
Sous la direction de Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu

La ville serait-elle le « tombeau de la religion » ? Pourtant les dieux restent aujourd’hui des citadins, mais cette présence religieuse a changé. Le développement des flux migratoires a remodelé les équilibres socio-religieux des villes françaises et entraîné des conséquences directes sur la gestion de l’espace urbain. La nouvelle cartographie des implantations culturelles et des pratiquants appelle à un nouvel état des lieux.

ISBN :978-2-296-13347-1 décembre 2010 – 224 pages – 21 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2009: Dieu change en ville: Religion, espace, immigration

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Sébastien Fath et Séverine Mathieu

2 et 3 février 2009

La ville serait-elle le « tombeau de la religion » ? Certaines traditions du XIXe siècle que l’on pourrait qualifier « d’urbaphobes », puis les théories de la sécularisation au XXe siècle, ont plusieurs fois occulté l’idée d’une visibilité religieuse persistante dans l’espace urbain moderne. Et pourtant ! Les dieux restent aujourd’hui des citadins. Mais cette présence religieuse a changé. Croiser les problématiques de l’immigration et du rapport à l’espace constitue un excellent observatoire pour étudier ces mutations…

Religions en Questions: Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu (dirs.), « La religion de l’autre »

Collection-LamineetalLA RELIGION DE L’AUTRE
Sous la direction de Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman et Séverine Mathieu

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN : 978-2-296-06583-3 – octobre 2008 – 290 pages – 26 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Colloque 2007: La religion de l’autre

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu

5 et 6 février 2007

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Dans une société marquée par la pluralité socio-économique, culturelle et ethnique, comment cohabitent concrètement les ressortissants des différentes religions ? Quelles occasions a-t-on de s’apercevoir que le voisin, l’ami, le collègue, ou l’adversaire, pratique une religion : signes vestimentaires, pratiques culinaires, commerces spécialisés, décors ou bruits des fêtes, fréquentation et visibilité des lieux de cultes ? Quelles réactions cette perception engendre-t-elle : curiosité, sympathie, ou méfiance, répulsion, agressivité ?

La différence de religion, ou de confession, conditionne-t-elle le choix de la résidence (proximité des coreligionnaires ou du lieu de culte), du travail (shabbat, entreprise à recrutement ethnique) ou des loisirs (fêtes, mixité…) ? Quels sont les effets sociaux de ces renforcements identitaires ?

Comment les couples mixtes vivent-ils la différence maintenue de leurs appartenances, ou la conversion de l’un à celle de l’autre, que cette différence soit de confession ou de religion, ou ne soit plus pour l’un et l’autre qu’une référence sociologique ?

Sécularisation, tradition humaniste, tolérance religieuse ou souvi de la paix sociale conduisent à rechercher la connaissance des autres ? Quels sont les initiateurs de telles rencontres ? Quelles formes prennent-elles : cycles de conférences, invitations réciproques aux fêtes, manifestations publiques de solidarité ou de deuil ?

Nous nous proposons de réunir ethnologues et sociologues pour confronter nos connaissances sur les aspects vécus au niveau de la vie familiale, de l’école, de la vie de quartier, des relations locales des différents cultes, des diverses associations et des mouvements oecuméniques ou interreligieux… enfin de ce que représente la religion de l’autre.

 

Lundi 5 février 2007

De 9h à 12h

Ouverture par B. Duriez, président de l’AFSR et F. Lautman, présidente de la SEF

Introduction : A-S Lamine (UMB Strasbourg)

Les mariages mixtes : un lieu de rencontre ou de confrontation privilégié

  • Séverine Mathieu (EPHE-GSRL), Le judaïsme pour l’autre : quelle transmission dans les couples mixtes ?
  • Bruno Duriez (CLERSE-Lille I), Mariages mixtes entre catholiques et protestants en France : une vie de couple sous le signe de l’oecuménisme.
  • Laurent Amiotte-Suchet (post-doc. EPHE-GSRL), Se convertir au Pentecôtisme sans quitter son conjoint : arrangements pratiques en mise en sens de la vie avec un conjoint non converti.
  • Loïc Le Pape (doc SHADYC), Prendre la religion de l’autre.
  • Joëlle Allouche-Benayoun (Paris XII-GSRL), Etre issu de couples mixtes : une identité à construire.

14h30 – 17h30 :Quand le proche est l’autre : des identités mal assurées

  • Anne Perrin (post-doc. GSRL), Mon frère, mon ennemi… l’autre insuffisamment converti…
  • Céline Béraud (EPHE-CEIFR), Le catholiscisme en France aujourd’hui : une religion de l’autre ?
  • Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR), Christianisme et judaïsme : ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même.
  • Martine Cohen (CNRS-GSRL), Les juifs laïques et « leurs autres »
  • Brigitte Bleuzen (post-doc. CEIFR), Prêtres étrangers dans des communautés françaises : regards, ruptures et dynamismes.
  • Jean-Claude Girondin (post-doc. GSRL), Altérité et identité, relations interethniques parmi les protestants évangéliques en région parisienne.

Mardi 6 février 2007

9h30 – 12h30 : Identités religieuses en manifestation publique : acceptations et affrontements

  • Simone Tersigni (post-doc. URMIS, Paris VII), Visibilité, retrait et accessibilité : l’espace urbain de l’Islam.
  • Liliane Kuczynski (CNRS-LAU), L’Islam en Martinique, négociations et affirmations d’une religion minoritaire.
  • Erkan Toguslu (doct. CADIS-EHESS), Les activités culturelles d’un centre musulman comme stratégie d’intégration dans l’espace public et les critiques au projet au sein de leur communauté.
  • Maité Maskens (ULB, Bruxelles), Deux Eglises pentecôtistes dans un quartier musulman de Bruxelles.
  • Anne-Marie Brisebarre (CNRS-LAU), Conflits idéologiques autour du sacrifice de l’Ayd al-Kabîr et de l’abattage rituel musulman en France.
  • Anne Raulin (LAU- Paris X), L’autre dans la rue : le carnaval du Nouvel An chinois à Paris.

14h – 17h30 : Identités religieuses et enjeux politiques

  • Catherine Grémion (CSO-CNRS), Identités religieuses dans les villes nouvelles de la région parisienne.
  • Philippe Rigoulot (post-doc. U. College Cork, Irlande), Les logiques d’instrumentalisation de l’identité religieuse dans le champ de la compétition politique locale.
  • Louis Rousseau (GRIMER-UQAM, Montréal), Pentecôtistes d’origine africaine au Québec : le rôle du référent ethno-religieux dans une stratégie d’intégration au Québec.
  • Nathalie Luca (CNRS-CEIFR), La conversion comme conflit de citoyenneté.
  • Mireille Estivalèzes (post-doc. UQAM, Montréal) , La gestion de l’altérité religieuse à l’école : entre silence et reconnaissance.
  • Bruno Michon (doct. CEIFR), « Humaniste virtuose et croyant inclusiviste » : modèles d’appréhension de la pluralité et de la culture religieuse chez les adolescents.
  • Bérengère Massignon (post-doc. GSRL), L’identité européenne : entre universalisme des Droits de l’homme et réaffirmations identitaires à références religieuses.

17h30 Conclusion de Françoise Lautman

Religions et Sciences Humaines: Nikola Tietze, « Jeunes musulmans de France et d’Allemagne »

Collection-TietzeJEUNES MUSULMANS DE FRANCE ET D’ALLEMAGNE
Les constructions subjectives de l’identité

Nikola Tietze

« Etre musulman » n’est pas une donnée statique, mais un processus de construction subjective de l’identité. L’exemple des jeunes adultes issus de familles musulmanes de quartiers défavorisés de grandes villes françaises et allemandes témoigne d’une religiosité musulmane en constant mouvement. A partir des descriptions que donnent d’eux-mêmes ces musulmans, l’ouvrage bâtit une typologie des formes de religiosité et dégage les logiques de circulation entre différentes manières d’affirmer et de vivre l’islamité. La comparaison entre la France et l’Allemagne révèle la signification des structures nationales pour la constitution de la religiosité et met à jour certaines différences entre les musulmans de ces deux pays. Mais le travail qu’ils opèrent sur la tradition islamique est largement identique.

ISBN : 2-7475-2830-8 – 2002 – 238 pages – 19,8 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan