Archives par étiquette : thèse

Soutenance de thèse de Josselin Tricou (6 juin 2019)

La soutenance de thèse de Josselin Tricou aura lieu le jeudi 6 juin 2019 à 14 h à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, à l’Espace Deleuze (bâtiment A, niveau 1).

Cette thèse de doctorat en science politique-études de genre est intitulée « Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politiques de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980 »

La soutenance aura lieu devant un jury composé de :

·        Catherine Achin, professeure de science politique, Université Paris-Dauphine, rapporteure

·        Céline Béraud, directrice d’études en sociologie à l’EHESS, rapporteure

·        Isabelle Clair, chargée de recherche en sociologie au CNRS

·        Éric Fassin, professeur de sociologie, Université Paris 8, directeur

·        Laurent Jeanpierre, professeur de science politique, Université Paris 8

·        David Paternotte, chargé de cours en sociologie, Université libre de Bruxelles

Résumé

Cette thèse se situe à la croisée de la sociologie du catholicisme et des études de genre. Elle prend pour objet la masculinité des prêtres à partir du modèle théorique de R. Connell. Dans un contexte de perte d’emprise de l’Église catholique au sein des sociétés occidentales, que redouble la démocratisation sexuelle qui s’y déploie, elle analyse les caractéristiques des masculinités cléricales à une triple échelle : les processus de subjectivation genrée des prêtres, les divers régimes locaux de genre dans un catholicisme fragmenté, et, enfin, les mobilisations émergentes autour des questions de masculinité au sein du pôle d’identité du catholicisme contemporain. La toile de fond de cette recherche est, en effet, la bataille entre les différentes fractions du catholicisme dont le genre est devenu un terrain privilégié. 

La thèse analyse d’abord les effets d’une disqualification symbolique dans l’ordre du genre de la masculinité sacerdotale qui vient percuter un secret institutionnel bien gardé jusque-là, celui de la fonction de placard qu’avait l’institution cléricale. Or, loin que le discours actuel du Vatican contre l’homosexualité soit dissuasif, il a pour effet paradoxal d’attirer les candidats homosexuels au sacerdoce, alors même que la vocation a largement été désertée par les hétérosexuels après l’avoir été par les classes populaires. Elle analyse ensuite les efforts de l’appareil catholique pour contrer cette disqualification. Genre et sexualité sont ici pris dans une triple dimension : lieu d’expression du pouvoir au sein de l’institution, champ de luttes pour maintenir la position de l’institution au sein de la société et, enfin, objet de politiques mises en œuvre par ses agents.

Mots-clés : Genre – Masculinité – Homosexualité – Catholicisme – Clergé – Démocratie sexuelle

Journée des Jeunes Chercheurs 2003: “La prise en compte de la dimension historique sur le terrain et dans le travail d’écriture”

Journée des Jeunes Chercheurs de l’AFSR

Cette journée, organisée tous les deux ans, est une occasion pour les jeunes chercheurs en sciences sociales des religions de se rencontrer et d’échanger également avec des chercheurs confirmés.

Le thème retenu cette année réunit de jeunes chercheurs qui, partant d’objets très variés, questionnent le rapport entre sciences sociales et histoire, et pour la plupart entre histoire et mémoire. Pour Norbert Elias, toute approche sociologique doit passer par l’analyse des « configurations » successives qui ont conduit à la configuration présente. La religion, en tant qu’instrument privilégié de construction d’une continuité sociale, est à priori particulièrement porteuse de références au passé. Les travaux relevant des sciences sociales des religions entretiendraient de ce fait un rapport singulier à l’histoire. Qu’en est-il vraiment ? « Faire l’histoire » d’un mouvement, d’un rite, d’évènements ou de groupes religieux, est-ce un préalable « obligé » dans le travail d’écriture – placé généralement en début de thèse – et permettant au chercheur de se consacrer pleinement à ce qu’il observe ici et maintenant, ou bien est-ce l’une des clefs de compréhension du présent ? Enfin, comment prendre en compte le rapport des acteurs au passé, leur conscience mémorielle ou historique, et comment en rendre compte ?

Lieu : IRESCO – 59 – 61 rue Pouchet 75017 Paris – salle 104

16 juin 2003

Matin 9H – 12H30

  • Présentation de la journée, Sophie Nizard, Université Marc Bloch de Strasbourg– CEIFR.
  • Arnaud Blanchard (doctorant, ENS-Cachan, sous la direction de Catherine Paradeise) : Retracer l’histoire des Témoins de Jéhovah à partir de leurs imprimés.
  • Nicolas Lyon-Caen (doctorant, Université de Paris I, sous la direction de Claude Michaud) : Contours et définition d’une sociologie du jansénisme parisien au XVIIIe s.
  • Julia David (doctorante, Paris I sous la direction de Paul Zawadzki et EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : Historiciser le concept de « catastrophe » dans l’économie messianique – XVIème-XXème.
  • Anne-Sophie Lamine (doctorante, EHESS, sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : L’émergence du mouvement interreligieux en France.
  • Rita Hermon-Belot (Historienne, CEIFR-EHESS) : discutante.

Après-midi 14H-18H

  • Raberh Achi (doctorant, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, sous la direction de Bruno Etienne) : Champ religieux et principe de séparation des Eglises et de l’Etat. Socio-histoire d’un usage politique et religieux du droit en Algérie coloniale (1905-1954).
  • Marina Chauliac (docteur, EHESS, sous la direction d’Emmanuel Terray) : La Jugendweihe – identité allemande et mémoire de la RDA.
  • Sarah Gensburger (doctorante, sous la direction de Marie-Claire Lavabre) : La construction de la mémoire des « Justes » en France.
  • Marie-Claire Lavabre (Directrice de recherche, CEVIPOF- CNRS) : Discutante.

A 17H un pot est offert par l’AFSR