Archives par étiquette : sciences sociales

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche “Migrations et société”, CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Journée des Jeunes Chercheurs 2003: “La prise en compte de la dimension historique sur le terrain et dans le travail d’écriture”

Journée des Jeunes Chercheurs de l’AFSR

Cette journée, organisée tous les deux ans, est une occasion pour les jeunes chercheurs en sciences sociales des religions de se rencontrer et d’échanger également avec des chercheurs confirmés.

Le thème retenu cette année réunit de jeunes chercheurs qui, partant d’objets très variés, questionnent le rapport entre sciences sociales et histoire, et pour la plupart entre histoire et mémoire. Pour Norbert Elias, toute approche sociologique doit passer par l’analyse des « configurations » successives qui ont conduit à la configuration présente. La religion, en tant qu’instrument privilégié de construction d’une continuité sociale, est à priori particulièrement porteuse de références au passé. Les travaux relevant des sciences sociales des religions entretiendraient de ce fait un rapport singulier à l’histoire. Qu’en est-il vraiment ? « Faire l’histoire » d’un mouvement, d’un rite, d’évènements ou de groupes religieux, est-ce un préalable « obligé » dans le travail d’écriture – placé généralement en début de thèse – et permettant au chercheur de se consacrer pleinement à ce qu’il observe ici et maintenant, ou bien est-ce l’une des clefs de compréhension du présent ? Enfin, comment prendre en compte le rapport des acteurs au passé, leur conscience mémorielle ou historique, et comment en rendre compte ?

Lieu : IRESCO – 59 – 61 rue Pouchet 75017 Paris – salle 104

16 juin 2003

Matin 9H – 12H30

  • Présentation de la journée, Sophie Nizard, Université Marc Bloch de Strasbourg– CEIFR.
  • Arnaud Blanchard (doctorant, ENS-Cachan, sous la direction de Catherine Paradeise) : Retracer l’histoire des Témoins de Jéhovah à partir de leurs imprimés.
  • Nicolas Lyon-Caen (doctorant, Université de Paris I, sous la direction de Claude Michaud) : Contours et définition d’une sociologie du jansénisme parisien au XVIIIe s.
  • Julia David (doctorante, Paris I sous la direction de Paul Zawadzki et EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : Historiciser le concept de « catastrophe » dans l’économie messianique – XVIème-XXème.
  • Anne-Sophie Lamine (doctorante, EHESS, sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : L’émergence du mouvement interreligieux en France.
  • Rita Hermon-Belot (Historienne, CEIFR-EHESS) : discutante.

Après-midi 14H-18H

  • Raberh Achi (doctorant, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, sous la direction de Bruno Etienne) : Champ religieux et principe de séparation des Eglises et de l’Etat. Socio-histoire d’un usage politique et religieux du droit en Algérie coloniale (1905-1954).
  • Marina Chauliac (docteur, EHESS, sous la direction d’Emmanuel Terray) : La Jugendweihe – identité allemande et mémoire de la RDA.
  • Sarah Gensburger (doctorante, sous la direction de Marie-Claire Lavabre) : La construction de la mémoire des « Justes » en France.
  • Marie-Claire Lavabre (Directrice de recherche, CEVIPOF- CNRS) : Discutante.

A 17H un pot est offert par l’AFSR