Journée de l’Association française de Sciences sociales des religions 28 juin 2019

Journée de l’AFSR – Religions et migrations 28 juin 2019

Salle Lombard, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 96 bd Raspail – Paris 6e – Entrée libre

9h45     Accueil

10h      MATINÉE RECHERCHE : RELIGIONS ET MIGRATIONS

Conférence d’ouverture :

  • Nancy Green, EHESS, CRH : « Histoire, migrations et religion »

Terrains croisés :

  • Samim Akgönül, Université de Strasbourg, DRES : « L’Islam turc en Europe est-il une religion d’immigrés ? Fragmentations et loyautés sur fond de conflits internes »
  • Alexis Artaud de La Ferrière, University of London, School of Oriental and African Studies : « Pratiques et identifications religieuses lors du passage migratoire »
  • Pamela Millet, EHESS, CéSoR : « Des chrétiens racisés en France : représentations de soi et subjectivations politiques intersectionnelles transversales »
  • Josselin Tricou, Université de Rouen, Legs : « les Chaldéen-ne-s de Sarcelles : la migration comme mise en tension entre les significations patrimoniale et croyante de la religion »

 13h      BUFFET

14h30   APRÈS-MIDI ASSOCIATIF : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

  • Bilan, échange et discussion : quel(s) rôle(s) et quels contours pour l’AFSR?
  • Proposition de projets et renouvellement du Conseil d’Administration.

Colloque AFSR – Appel à communications

PARTIS POLITIQUES ET RELIGIONS (XXe-XXIe SIECLES)

Colloque AFSR – Paris 6–7 février 2017

APPEL À COMMUNICATIONS

Les interactions entre religion et partis politiques ont été étudiées selon diverses perspectives : l’origine religieuse des partis politiques sous l’angle du « clivage religion-Etat » en Europe occidentale ; les modalités de l’identification religieuse des partis « démocrates-chrétiens » ; les stratégies d’influence de l’Eglise sur diverses organisations politiques ; la constitution, les mobilisations, la rhétorique, les réseaux et les modes d’actions des partis islamistes dans le monde arabo-musulman ; la socialisation religieuse des militants des organisations politiques ; les déterminants religieux du vote ; les modes d’identification nationale et religieuse en Asie ; l’évolution du rôle des partis religieux en Israël ; l’émergence d’organisations politiques chrétiennes en Afrique Sub-Saharienne, etc.

La compréhension des interactions entre religion et partis politiques a donc largement intéressé la recherche. Cependant, certains aspects ont été négligés. Dans ce cadre, l’intérêt de ce colloque est triple.

D’abord, il entend dépasser les divisions géographiques habituelles pour nouer un dialogue entre les spécialistes d’aires culturelles différentes. Les recherches sur les partis islamistes, les organisations chrétiennes en Afrique Sub-Saharienne, les partis religieux en Israël, ou les partis démocrates-chrétiens européens restent le plus souvent cloisonnées. Ce colloque a pour objectif de favoriser les échanges entre spécialistes de diverses aires culturelles et de susciter ainsi des perspectives comparatives.

Ensuite, la littérature sur les interactions entre partis et religion prend le plus souvent pour point de départ l’organisation partisane. Relevant essentiellement de la science politique, la religion demeure souvent dans ces travaux une boîte noire. Ce colloque entend questionner ce qu’est exactement la religion lorsque celle-ci est mobilisée, plus ou moins explicitement, dans la sphère partisane.  Quels aspects de la religion sont pertinents pour saisir les comportements politiques et électoraux ? Peut-on parler de « rapport religieux » aux institutions politiques ? Les analyses des différents aspects de la socialisation religieuse, des conceptions de la « vérité » religieuse et ses éventuelles incompatibilités avec le principe de la souveraineté populaire, les dissonances entre croyances religieuses et mobilisations partisanes, les conversions de pratiques et rituels religieux dans la sphère politique, sont au cœur de nos préoccupations.

Ce colloque est enfin pensé comme une rencontre pluridisciplinaire qui permettra aux sociologues et anthropologues du fait religieux et aux politistes en prise avec la question de la religion de dégager des voies de renouvellement des articulations du religieux et du politique, sous l’angle de la formation et des dynamiques du champ partisan.

À cette fin, quatre axes de recherche seront privilégiés :

Continuer la lecture

Colloque « Rire et religions » en vidéos

Capture d’écran 2015-02-16 à 10.38.00Les enregistrements audio-visuels du dernier colloque de l’AFSR sur le thème « Rire et religions » sont disponibles sur le site d’Akadem, le campus numérique juif : découvrez les introductions au colloque et le premier panel « Rire de libération, rire de domination ».

Colloque « Rire et religions » dans La Vie

logoUn article paru dans La Vie à la suite de la contribution de Camille
Viennot lors du colloque organisé par l’AFSR en février dernier sur le thème « Rire et religions » : « Liberté d’expression et respect des croyances religieuses, le match » par Marie-Lucile Kubacki.

Colloque « Rire et religions » ouvert par Céline Béraud

Le temps de la recherche a été rattrapé par celui de l’événement, de l’événement tragique. Le thème de ce colloque a été discuté au sein de l’AFSR, il y a plus de 2 ans, et adopté il y a presqu’un an. Dans le contexte actuel, il suscite un intérêt particulier, comme en témoigne le grand nombre d’inscrits. On peut s’en féliciter car éclairer le débat social fait indéniablement partie des missions d’une association professionnelle comme la nôtre. Éclairer le débat social, cela signifie prendre du champ par rapport aux événements immédiats. Prendre du champ, c’est notamment désenclaver la perspective qui est celle du débat public et médiatique. Emmanuel Laurentin qui recevait Frederic Gugelot vendredi sur France Culture pointait le fait qu’une seule communication traite de l’humour arabo-musulman. On peut le regretter, comme les organisateurs eux-mêmes le regrettent (ils ont d’ailleurs au-delà des réponses à leur appel à communications tenter, en vain, auprès de different-e-s collègues de susciter des propositions d’interventions). Mais on peut a contrario se féliciter d’entendre aujourd’hui et demain des communications qui nous dégageront du contemporain et qui évoqueront d’autres traditions religieuses. Les religions ne font pas que condamner le rire. Elles ne sont pas uniquement des objets possibles de sarcasmes et de caricatures. Il existe aussi des fonctions religieuses du rire. C’est avec cette profondeur historique, avec la conscience des liens complexes que peuvent entretenir rire et religions, et dans une perspective pluridisciplinaire, que les échanges vont avoir lieu aujourd’hui et demain.

Céline Béraud, lundi 2 février 2015, mot d’ouverture au colloque « Rire et religions »

Colloque « Rire et religions » par Frédéric Gugelot dans l’émission La Fabrique de l’Histoire sur France Culture

(photo Céline Béraud) AFSR_FG

Frédéric Gugelot

Frédéric Gugelot, co-organisateur du colloque 2015 sur « Rire et religions », était ce matin l’invité d’Emmanuel Laurentin dans la Fabrique de l’Histoire sur France Culture. En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez retrouver son intervention relative au colloque entre 26’15 et 35’46 : Actualité de l’Histoire: Colloque « Rire et religions »

Colloque 2015: Rire et religions

Colloque annuel de l’AFSR avec l’IEEL

organisé par Frédéric Gugelot et Paul Zawadzki

2 et 3 février 2015

Lundi 2 février : EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail, 75007 Paris
Mardi 3 février : Institut européen Emmanuel Levinas, 6 bis rue Michel Ange, 75016 Paris

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Télécharger le programme du colloque.

Depuis quelques années, les usages du rire font l’objet d’analyses renouvelées qu’il s’agisse des historiens ou des philosophes, des anthropologues, des ethnologues ou par exemple des  critiques littéraires. Tout se passe comme si son expérience, ses formes aussi bien que ses fonctions  se trouvaient aujourd’hui réinterrogées.

Cette multiplication des textes universitaires est souvent concomitante avec une actualité à forte charge émotionnelle et polémique, qu’il suffise de nommer l’affaire des « caricatures de Mahomet » ou encore les spectacles récents de Dieudonné. Mais au-delà de l’immédiateté, la question du rire engage probablement le travail d’une société sur elle-même, ouvrant des perspectives historiques et anthropologiques plus profondes. D’ailleurs, les textes sur le rire  jalonnent la modernité européenne, songeons ne serait ce qu’à Shaftesbury, Hutcheson, Baudelaire, Freud, Bergson, Jankelevitch, Berl, Kolakowski et tant d’autres. Dès les XVIIe-XVIIIe siècles, s’élaborent des oppositions (rire/fanatisme…) ou des distinctions entre différents types de rire (raillerie agressive/joyeuse hilarité…).

Ce colloque de l’AFSR noué autour du thème « Rire et religion »  se donne pour ambition de jeter un pont entre les analyses classiques et les tentatives récentes visant à cerner les enjeux politiques et moraux du rire dans les sociétés contemporaines. Sans doute insiste-t- on beaucoup aujourd’hui sur le rire  critique, « dérangeant » et  libérateur ou sur un rire « désacralisant ». En contrepoint, Hobbes nous rappelle pourtant aussi le rire de « supériorité ». Il est des rires de subversion  mais aussi des rires de la domination. Ainsi dans les controverses religieuses, le rire est aussi une arme. Plus largement, dans son ambivalence, le rire semble entretenir un lien avec la violence qu’il s’agisse de la domestiquer ou de l’exercer. Il est une arme contre le pouvoir, mais parfois aussi une arme du pouvoir.

Le titre « rire et religions » ne doit pas faire oublier la surcharge sémantique pesant sur le mot « rire ». Les auteurs des communications seront immanquablement confrontés à la nécessaire  problématisation du lien entre le rire et l’humour, le comique, et plus lointainement sans doute l’ironie ou encore l’enthousiasme, deux notions problématisées de manière contrastée  par les Lumières en même temps que celle d’humour.  Parmi les thèmes que l’AFSR aimerait  aborder à l’occasion de ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  • Rire et modernité religieuse ; rire et distance réflexive.
  • Rire et transgression ; rire et morale ; sacrilège, blasphème, tabous etc.
  • Rire et violence ; rire et persécution ; rire et controverse
  • Le rire dans les pratiques, cultes, rites religieux, rire et possession

LUNDI 2 FEVRIER 2015
9h Ouverture Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS
Mot de bienvenue par Céline Béraud, Présidente de l’AFSR
Introduction par Frédéric Gugelot (Univ. de Reims ; CéSoR) et Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 ; GSRL ; IEEL)

9h30-12h30 : Le rire de libération, le rire de domination
Président : Heinz Wismann (EHESS)

  • Armand Abecassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme libération du tragique ».
  • Nicolas Martin-Granel, (Équipe Manuscrits francophones du Sud, ITEM-CNRS) : « Du rire apocalyptique au Congo ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».

Débat-pause

  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paolo Luigi Branca (Université catholique de Milan): « L’humour arabo-islamique ».

12h30: Assemblée générale de l’AFSR

14h30-16h: Blasphèmes, caricatures, droit
Présidente : Rita Hermon Belot (EHESS, CéSoR)

  • Elie Guerrero (Univ. de Pau et des Pays de l’Adour) : « Laïcité et protection du sentiment religieux : la question de la répression pénale du blasphème en France ».
  • Camille Viennot (Univ. Paris Ouest-Nanterre) : « L’humour et les infractions de presse ».

Débat-pause

16h15-18h: Blasphèmes, caricatures, droit (suite)

  • Frédérique Dervieux – Isabelle Saint-Martin (EPHE, HISTARA) : « Le rire comme stratégie anticléricale à la fin du XIXe s ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».

Débat

MARDI 3 FEVRIER 2015
9h30-11h: Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem
Président : Dominique Iogna-Prat (EHESS, CéSoR)

  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».
  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen, Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».

Débat-pause

11h10-12h45: Ironies, parodies
Présidente : Séverine Mathieu (Univ. Lille 2 ; GSRL)

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS) « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe -XVIIe siècles) ».
  • Andrzej Leder (IFiS-PAN ; IEEL) : « Du prêtre et du bouffon ».
  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».

Déjeuner

14h-15h: Ironies, parodies (suite)

  • Marisa Ribeiro Soares (Univ. Paul Valéry Montpellier III, RIRRA 21) : « Le clown sacré, l’homme du contraire : transgression par le rire ».
  • Morvan Lallouet (Sciences Po) : « La prière-punk des Pussy Riots et la constitution d’un scandale dans la Russie contemporaine ».

15h30-17h30: Rires et rites
Présidente : Sophie Nizard (CéSoR)

  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».
  • Alice Costa Macedo (Univ. de São Paulo) : « Rire et esprit dans les rituels de possessions afro-brésiliens ».

A l’issue du colloque, un pot réunira intervenants et participants à l’Institut européen Emmanuel Levinas. Il sera l’occasion de célébrer le prix de thèse de l’AFSR remis cette année à Sara Teinturier et Mayyada Kheir.

Avec le soutien du :

  • Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC- EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH,
  • Centre d’études en Sciences sociales du Religieux (CéSoR-EHESS),
  • Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-EPHE, UMR 8582) et de l’École des hautes études en sciences sociales.

Inscription : afsr@afsr.cnrs.fr – informations : www.afsr.cnrs.fr

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Conditions : entrée gratuite pour les membres de l’AFSR à jour de cotisation ;
pour les non-adhérents : 15 euros /étudiants et demandeurs d’emploi : 10 euros.

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.

(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).