Religions en Questions: Aïda Kanafani-Zahar, Séverine Mathieu, Sophie Nizard (dirs.), « A croire et à manger »

Collection-KanafanietalA CROIRE ET A MANGER. Religions et alimentation
Sous la direction de Aïda Kanafani-Zahar, Séverine Mathieu, Sophie Nizard

Pourquoi, dans les sociétés contemporaines caractérisées par l’individualisme et le libre choix, certaines normes religieuses et alimentaires continuent de faire sens et de s’imposer à nous ? Les nourritures « bonnes à penser » selon Lévi-Strauss, nous informent sur les sociétés, leurs croyances, leur histoire et leur mémoire. En dehors de leur aspect symbolique qui reste central, les nourritures sont ici envisagées dans leur matérialité, leur capacité à créer du lien et à mobiliser les sens.

ISBN : 978-2-296-04875-1- décembre 2007 – 286 pages – 27 € épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Religions en Questions: Bruno Duriez, François Mabille, Kathy Rousselet (dirs.), « Les ONG confessionnelles »

Collection-DuriezetalLES ONG CONFESSIONNELLES. Religions et actions internationales
Sous la direction de Bruno Duriez, François Mabille, Kathy Rousselet

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN :978-2-296-04521-7- novembre 2007 – 284 pages – 26,5 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Lire en SSR: Françoise Champion, « Les Laïcités européennes au miroir du cas britannique »

Le Mercredi 6 juin 2007, de 9 h 30 à 12 h 30

« Les Laïcités européennes au miroir du cas britannique ». Rencontre autour de l’ouvrage de Françoise Champion, publié aux Presses Universitaires de Rennes (2006).

La laïcité n’est pas réductible à son modèle français. Désormais, les sociétés ouest-européennes sont toutes –ou presque- des sociétés laïques au sens large. En témoignent d’évidence aujourd’hui leurs volontés convergentes d’instituer le biologique humain hors de tout garant religieux ou d’un ordre naturel.

L’émergence d’une nouvelle question de la laïcité est liée à une affirmation religieuse des populations issues de l’immigration. Il s’agit là d’une histoire totalement inédite qu’il faut délier de celle de la laïcisation et de la sécularisation de ces sociétés.

Deux chercheurs introduiront la discussion avec l’auteur et avec le public : Jean Baubérot, Directeur d’études à l’EPHE, Danièle Hervieu-Léger, Présidente de l’EHESS.

La rencontre se déroulera sur le Site Pouchet du CNRS (Salle de conférences)
AFSR : Site Pouchet : 59-61 Rue Pouchet (Paris 17°)
M° Brochant ou Guy Moquet, ou Bus 66 (arrêt Jonquière)

Journée des Jeunes Chercheurs 2003: « La prise en compte de la dimension historique sur le terrain et dans le travail d’écriture »

Journée des Jeunes Chercheurs de l’AFSR

Cette journée, organisée tous les deux ans, est une occasion pour les jeunes chercheurs en sciences sociales des religions de se rencontrer et d’échanger également avec des chercheurs confirmés.

Le thème retenu cette année réunit de jeunes chercheurs qui, partant d’objets très variés, questionnent le rapport entre sciences sociales et histoire, et pour la plupart entre histoire et mémoire. Pour Norbert Elias, toute approche sociologique doit passer par l’analyse des « configurations » successives qui ont conduit à la configuration présente. La religion, en tant qu’instrument privilégié de construction d’une continuité sociale, est à priori particulièrement porteuse de références au passé. Les travaux relevant des sciences sociales des religions entretiendraient de ce fait un rapport singulier à l’histoire. Qu’en est-il vraiment ? « Faire l’histoire » d’un mouvement, d’un rite, d’évènements ou de groupes religieux, est-ce un préalable « obligé » dans le travail d’écriture – placé généralement en début de thèse – et permettant au chercheur de se consacrer pleinement à ce qu’il observe ici et maintenant, ou bien est-ce l’une des clefs de compréhension du présent ? Enfin, comment prendre en compte le rapport des acteurs au passé, leur conscience mémorielle ou historique, et comment en rendre compte ?

Lieu : IRESCO – 59 – 61 rue Pouchet 75017 Paris – salle 104

16 juin 2003

Matin 9H – 12H30

  • Présentation de la journée, Sophie Nizard, Université Marc Bloch de Strasbourg– CEIFR.
  • Arnaud Blanchard (doctorant, ENS-Cachan, sous la direction de Catherine Paradeise) : Retracer l’histoire des Témoins de Jéhovah à partir de leurs imprimés.
  • Nicolas Lyon-Caen (doctorant, Université de Paris I, sous la direction de Claude Michaud) : Contours et définition d’une sociologie du jansénisme parisien au XVIIIe s.
  • Julia David (doctorante, Paris I sous la direction de Paul Zawadzki et EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : Historiciser le concept de « catastrophe » dans l’économie messianique – XVIème-XXème.
  • Anne-Sophie Lamine (doctorante, EHESS, sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : L’émergence du mouvement interreligieux en France.
  • Rita Hermon-Belot (Historienne, CEIFR-EHESS) : discutante.

Après-midi 14H-18H

  • Raberh Achi (doctorant, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, sous la direction de Bruno Etienne) : Champ religieux et principe de séparation des Eglises et de l’Etat. Socio-histoire d’un usage politique et religieux du droit en Algérie coloniale (1905-1954).
  • Marina Chauliac (docteur, EHESS, sous la direction d’Emmanuel Terray) : La Jugendweihe – identité allemande et mémoire de la RDA.
  • Sarah Gensburger (doctorante, sous la direction de Marie-Claire Lavabre) : La construction de la mémoire des « Justes » en France.
  • Marie-Claire Lavabre (Directrice de recherche, CEVIPOF- CNRS) : Discutante.

A 17H un pot est offert par l’AFSR