Parution : La messe est dite

Bon La messe est diteLa messe est dite

Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle,

Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2015

Frédéric Gugelot

 

 

Cette étude retrace l’évolution de la littérature profane d’inspiration catholique, apparue à la fin du XIXe siècle. Frédéric Gugelot se concentre d’une part sur les écrivains catholiques qui aspirent à obtenir une vraie reconnaissance littéraire et, d’autre part, sur une nouvelle forme de fiction, le roman sacerdotal où un prêtre de papier est au coeur du drame. De cette façon, l’auteur montre que les enjeux spirituels, politiques, sociaux et littéraires sont ici inséparables.

Avec le concours de l’École des hautes études en sciences sociales-CeSoR et du CERHIC – EA 2616 de l’université de Reims-Champagne-Ardennes. 

Frédéric Gugelot (membre du bureau de l’AFSR) est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims. Ses travaux portent sur une histoire culturelle du religieux, en particulier sur les « marches intellectuelles » de l’Église, ces zones frontières de l’intelligence chrétienne par lesquelles les individus entrent, participent ou sortent de l’institution. Il a publié en 2010 La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, CNRS Éditions et a participé à l’ouvrage dirigé par Bruno Dumons et Christian Sorrel, Le Catholicisme en chantiers, France XIXe-XXe siècles, paru en 2013 aux Presses universitaires de Rennes.

Sommaire:

Les deux veines de la littérature d’inspiration catholique (1885-1925)
Une littérature d’incarnation : le prêtre bernanosien. Communion, réversibilité des mérites et écrivain catholique (1925-1940)
Une littérature d’incarnation : Le prêtre de mission (1945-1955)
Dieu est mort ? Les derniers prêtres et la fin de l’écrivain catholique (1960-1980)

http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3747

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Colloque 2013: Le religieux sur internet

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Fabienne Duteil-Ogata, Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Sophie Nizard

4 et 5 février 2013

Télécharger l’affiche et le programme du colloque.

Écouter les archives sonores du colloque.

 

LUNDI 4 FÉVRIER 2013

9H-12H :

Accueil Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR

Introduction Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Fabienne Duteil-Ogata, Sophie Nizard

REDESSINER LE PAYSAGE RELIGIEUX : PROBLEMATIQUES GENERALES
Sous la présidence de Sabrina Mervin, CEIFR

  • Jolyon Mitchell, The University of Edinburgh (Grande-Bretagne) : Digital Religion : Inciting Violence and Promoting Peace ?
  • Heidi Campbell, Texas A and M University (Etats-Unis) : Networked Religion : Understanding Religion online and offline in a Networked Society
  • Mia Lövheim, Uppsala University (Suède) : New Media, Religion, and Gender
  • Oliver Krüger, Université de Fribourg (Suisse) : La Noosphère, dieu et l’internet. Histoire de l’évolution et de l’utopie de la communauté à l’âge des médias
  • Selami Varlik, EHESS/CRAL : L’autorité du discours religieux sur Internet à l’épreuve du cercle herméneutique entre oralité et écriture : le cas de l’islam

12H-13H : ASSEMBLEE GENERALE DE L’AFSR

14H-17H 30 : DES CONCEPTEURS AUX USAGERS
Sous la présidence de Nicoletta Diasio, Université de Strasbourg

  • Pascal Lardellier, Université de Bourgogne : Rencontres virtuelles religieuses, très réelle endogamie.
  • Sandra Houot, Université Lyon 2 : Du virtuel et de ses usages : Une lecture renouvelée de l’islam contemporain
  • Andrea Catellani, Université catholique de Louvain (Belgique) : Prier en ligne/ le site “Notre Dame du Web”, observations socio-sémiotiques
  • Pierre-Yves Kirschleger, Université Paul-Valéry Montpellier III : Aux commandes du premier réseau protestant francophone, Jésus.net
  • Damien Mottier, Musée du Quai Branly : Le télé-fidèle existe-t-il ? Enquête au sein d’une Église pentecôtiste africaine de la région parisienne
  • David Douyère, Université Paris 13 : Accompagner et susciter la prière à distance

SEANCE POSTERS

18h : Un cocktail sera offert aux participants. Allocution de Madame I. This Saint-Jean, Vice-Présidente chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche – Conseil régional d’Ile-de-France

MARDI 5 FÉVRIER 2013

9H-12H30 : VISIBILITE ET AUTORITE DU RELIGIEUX ONLINE ET OFFLINE
Sous la présidence de Antonio Casilli, Institut Mines Telecom

  • Chrystal Vanel, EPHE/GSRL (CNRS) : Mormonisme et Internet : entre promotion institutionnelle et régulation de l’utilisation individuelle
  • Alexandre Benod, Université Jean-Moulin Lyon 3 : Le Web à tâtons ou comment la nouvelle religion japonaise Agonshû se perd sur la toile
  • Ingrid Therwath, Centre de sciences humaines New Delhi (Inde) : Le nationalisme hindou sur la Toile : mondialisation, délocalisation et discrétion
  • Laurence Podselver, EHESS/CRH/CEJ : De la visibilité à la religion spectacle ; la judéité sur internet
  • André Julliard, CNRS/IDEMEC : L’imaginaire n’est plus au pied de la statue. Politique internationale et Internet dans les cultes à S. Nicolas (France, Italie)
  • Isabelle Jonveaux, Université de Graz (Autriche) et EHESS/CEIFR : La virtualité comme catégorie religieuse. Monastères invisibles et monastères en ligne

SEANCE POSTERS

14H-17H30 : DU VIRTUEL ET DU REEL, PRESENCE/ABSENCE DES CORPS
Sous la présidence de Sophie Nizard, CEIFR

  • Lionel Obadia, Université Lyon 2 : Quand la virtualité façonne la réalité sociale : les fake cults et la Church of the Flying Spaghetti Monster
  • Kerstin Radde Antweiler, Université de Bremen (Allemagne) : Real Religion, Authenticity as an Analytical Concept for Internet Research ?
  • Fabienne Duteil-Ogata, LAU/IIAC : Nouvelles pratiques funéraires japonaises : de la tombe ordinateur à la tombe online
  • Mira Niculescu, EHESS/CEIFR : Se connecter et prendre l’avion. De San Francisco à Jérusalem, la nouvelle méditation juive en réseau
  • Julien Bondaz, LAS-ENS : Images cultuelles et écrans mourides. Deux cas d’expertise iconographique et religieuse sur Internet

DEBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE

LISTE DES POSTERS  :

  • Constance Arminjon, EPHE : La diffusion d’Internet et l’ouverture d’un nouveau champ dans le droit islamique chiite
  • Mirel Banica, Institut roumain d’histoire des religions (Roumanie) : Religion, « miracle » et Internet. Le cas de l’Orthodoxie roumaine
  • Sariette Batibonak, Université Aix-Marseille : Cyber-évangélisation : le cas du Cameroun
  • François-Xavier Bauduin, CEIFR/EHESS : Le mouvement raélien et son positionnement sur internet : entre stratégie de prosélytisme et régulation de l’expression communautaire du croire
  • Claire Donnet, Université de Strasbourg : Les onlines religions, des terrains sociologiques à part entière : l’exemple d’Hijab and the city
  • Rose-Marie Farwell, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : Internet et constructions identitaires dans le milieu néo-païen en Angleterre
  • Fatima Khemilat, EPHE et Université Paris 1 : Le rôle d’internet dans les controverses autour de l’islam en France : entre mobilisation et contre-mobilisation. Le cas de la controverse autour des prières de rue

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Lire en SSR: Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent, « Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, une intégration invisible »

L’AFSR vous invite à la prochaine séance de « Lire en Sciences Sociales des Religions »

Autour du livre :

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe : Tome 1, Une intégration invisible.

Avec leurs auteurs :
- Jocelyne Dakhlia, Directrice d’études à l’EHESS, historienne, spécialiste du Maghreb
- Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Centre de recherches historiques, historien du monde hispanique

Lundi 16 janvier 2012, de 15h à 17h, EHESS, 105 bd Raspail, Paris, Salle 7

Un musulman peut-il être européen ? Cette interrogation, qui n’a été formulée explicitement qu’avec l’irruption sur la scène politique du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe, se posait déjà au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pourtant, un préjugé tenace voudrait que les musulmans aient été quasiment absents d’Europe jusqu’au XIXe siècle, les flux de circulation ou d’immigration étant tous tributaires de la colonisation. Opposant des arguments scientifiques à ces idées reçues, les études réunies ici démontrent, qu’au contraire, des musulmans ont été intégrés par milliers aux sociétés d’Europe occidentale, mais que ce fait est passé inaperçu. Cette invisibilité nous apprend que, loin d’être contemporaines, la question de la présence de l’islam dans l’espace public et celle de la pratique du culte musulman sont anciennes et enfouies. Ce premier volume d’une vaste enquête sur l’histoire de la présence musulmane en Europe a l’ambition d’expliquer pourquoi cette réalité est restée ignorée et à quelles difficultés on se heurte à vouloir définir un « musulman » dans un contexte européen, ce qui, aujourd’hui comme hier, pose des problèmes éthiques et politiques forts.

Table des matières
- MUSULMANS EN EUROPE : UN PREMIER ETAT DES LIEUX
Turcs et turqueries à la cour de Catherine de Médicis
Invisibles dans la banalité et le mépris ? Les musulmans à Vienne des années 1660 à la fin du XVIIIe siècle
A la recherche d’un groupe invisible : les gens d’Islam dans la France du XVIIIe siècle
- RECONSTRUIRE LA PRESENCE MUSULMANE : UNE TENTATIVE HISTORIOGRAPHIQUE
Musulmans en France et Grande-Bretagne à l’époque moderne : exemplaires et invisibles
- LES MUSULMANS AU PRISME DE L’EUROPE : POUR UNE LECTURE DYNAMIQUE
Asymétries méditerranéennes ; présence et circulation de marchands entre Alger, Tunis et Marseille
Les derniers esclaves domestiques ; entre Ferrare, Venise et Mantoue (XVe-XVIe siècle)
Etre esclave et musulman en Espagne au temps de l’éradication des « mauvaises sectes »

octobre 2011 / Format : 240 mm x 155 mm / 656 pages / EAN13 : 9782226208934 / Prix : 29.00 €

Prix de Thèse 2011: Elena Zapponi, « Marcher vers Compostelle »

Collection-ZapponiMARCHER VERS COMPOSTELLE. Ethnographie d’une pratique pèlerine
Elena Zapponi (préface de D. Pelletier)

« La gracia, es caminando », « la grâce, c’est la marche sur le Chemin », comme le dit une pèlerine croisée sur la route de Santiago, en Espagne. Cet ouvrage est à la fois une enquête et un récit. Il constitue la première véritable enquête ethnographique sur le Chemin de Compostelle. Pour cela l’anthropologue s’est faite pèlerine, marchant et observant, interrogeant de nombreux pèlerins. Puis elle a pris l’habit de l’hospitaliera, participant à leur accueil dans plusieurs gîtes d’étape. Il en résulte un récit particulièrement vivant, une intrigue qui entraîne le lecteur dans la découverte d’une pratique contemporaine du pèlerinage dans laquelle se côtoient des catholiques apostoliques romains, des chrétiens sur mesure, des croyants à la carte et des non croyants. Mais l’intrigue, c’est aussi de repérer comment coexistent la manière catholique de pèleriner, inscrite dans l’histoire longue et régulée par l’institution ecclésiale avec une manière non religieuse, une ascèse sécularisée qui se vit dans l’instant de la marche, dans la communion avec la nature et dans les rencontres en chemin. Dans tous les cas, la narratrice nous conduit à découvrir les diverses improvisations effectuées par les pèlerins sur un scénario de tradition catholique. Au-delà de l’idée de l’individualisation du croire, elle nous propose de regarder le Chemin comme la scène d’un théâtre, comme une sorte de Commedia dell’arte, où il n’est pas nécessaire d’être catholique pour être acteur. La fable de soi se produit alors en marchant, chacun en est le héros et choisit son rôle en chemin.

L’auteure

Elena Zapponi est assistante de recherche à la chaire d’anthropologie religieuse de l’Université La Sapienza de Rome. Après une thèse en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, elle mène actuellement des recherches sur les syncrétismes religieux en Amérique Latine et notamment sur les évolutions de la santería cubaine. Elle est l’auteure de nombreux articles et de l’ouvrage Pregare con i piedi. In cammino verso FinisTerrae, Roma, Bulzoni, 2008.

ISBN : 978-2-296-56180-9 • juillet 2011 • 266 pages

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Lire en SSR: « Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets »

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de « Lire en sciences sociales des religions » sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Colloque 2011: Croire en actes

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca

7 et 8 février 2011

EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 75007 Paris.

Télécharger l’affiche du colloque.

Télécharger le programme du colloque.

L’objectif de ce colloque est d’explorer le « croire » en actes dans le religieux ou à ses frontières. Le choix de se focaliser sur l’acte performatif nous fait préférer le verbe « croire » au substantif croyance. L’attention sera portée sur l’activité complexe et réflexive que représente le travail de justification et de rationalisation associé à l’acte de croire. Seront examinées les subtilités des modalités du croire – mineures, détachées, parfois mécaniques ou, à l’opposé, intenses, voire extrêmes – qui se rencontrent parfois chez un même individu. Nous nous intéresserons, en outre, aux conditions d’acceptabilité du croire fixées par des instances externes ou internes aux groupes considérés. Ces conditions peuvent conduire des acteurs (religieux ou non) à dénoncer ou à tolérer des actes qui selon les circonstances peuvent être jugés « intensifs » ou, au contraire, « excessifs ». Ce colloque s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire qui lie une sociologie de l’acte de croire qui trouve des ressources dans une pluralité d’approches (du pragmatisme à l’individualisme ; du culturalisme à la compréhension) à l’ethnologie, à l’histoire et aux sciences politiques.

 

LUNDI 7FEVRIER

9h15-12h – 1ère Session – Formes, dimensions, définitions du « croire »

Président de séance : Denis Pelletier (GSRL, EPHE)

  • Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg, LCSE, présidente de l’AFSR) : « Quelques réflexions introductives sur les définitions et les dimensions du croire »
  • Wiktor Stoczkowski (EHESS, LAS) « La croyance n’est pas toujours ce que l’on croit : entre croire et savoir »
  • Albert Piette (Université de Strasbourg, LCSE) « Quand croire c’est faire et un peu plus »
  • Lionel Obadia (Université de Lyon 2, CREA), « Nouvelles approches du croire : entre pragmatisme et cognitivisme, quelle alternative pour la sociologie et l’anthropologie ? »

14h-17h – 2ième session – Temporalités et oscillations du « croire »

Présidente de séance Chantal Bordes-Benayoun (CRA-EHESS Toulouse)

  • Pierre Bréchon (IEP G, PACTE) « Le croire religieux des Français, d’après les enquêtes ISSP de 1998 et 2008 »
  • Roberte Hamayon (EPHE, GSRL) « L’engagement : contraintes et dynamiques »
  • Emma Aubin-Boltanski (CEIFR), Nour Farra Haddad (Université Saint-Joseph, Beyrouth) « Présentifier les saints dans la maison d’une visionnaire de Beyrouth : entre affirmation et doute ou l’oscillation au cœur du croire en actes »
  • Galia Valtchinova (Académie de Sciences de Bulgarie) « “Je crois en une force” : énonciation et déplacements du sens du croire d’un régime politique à l’autre (la Bulgarie, années 1990-années 1970 et retour en 2010 »
  • Claudine Gauthier (CEIFR, EHESS) « Conversion et réformes du croire dans le zoroastrisme contemporain »

Fin d’après midi

  • 17h15-18h15 Session Posters en salle 8, même bâtiment, EHESS, 105 Bd Raspail (le programme détaillé de la session : titres et auteurs des posters se trouve en bas de cette page)
  • 18h15-19h15 Assemblée Générale de l’AFSR, salle 8
  • 19h15 – 21h Cocktail dînatoire, salle 8, pour les intervenants et participants inscrits au colloque.

 

Mardi 8 février

9h-12h – 3ième session – Validations du « croire » et acceptabilité sociale

Présidente de séance Rita Hermon-Belot (CEIFR, EHESS Paris)

  • Séverine Mathieu (EPHE, GSRL) « Et Dieu dans tout ça ?Le recours à l’Aide médicale à la procréation chez les pratiquants catholiques »
  • Nathalie Luca (CEIFR, CNRS) « Théologie de la prospérité ou développement personnel ? Le croire, d’un espace l’autre »
  • Violaine Mézière (CEIFR, EHESS) « Validation des croyances au sein de l’Aetherius Society »
  • Jeanne Favret-Saada (EPHE) « Une précondition à la mise en actes du croire : le recours aux universaux de l’interaction sociale »

14h-17h – 4ième session – Acceptabilité sociale du « croire » par les acteurs

Président de séance Pierre-Antoine Fabre (CARE-EHESS Paris)

  • Gerald Bronner (Univ. de Strasbourg et IUF, LCSE) « Le croire extrême »
  • Philippe Gonzalez et Joan Stavo-Debauge (Faculté des Sciences Politiques et Sociales de l’Université de Lausanne et chercheur) « Les savoir-faire des créationnistes : faire savoir pour administrer le croire »
  • Prisca Bouillet (LCSE, UdS) « La prière des malades : “croire” intensif ou “croire” excessif »
  • Christine Rodier (LCSE, UdS) « “Croire pour manger ou manger pour croire”. Des pratiques alimentaires à la performativité du croire »
  • Discussion finale du colloque

Session poster : liste des contributions

  • Virginie Alnet (docteure en sociologie de l’EHESS) et Giovanna Rech (post-doctorante à l’Université de Trento) « Narrations du croire : en quête d’une rationalité axiologique »
  • Maria Alessandra Bianchi (doctorante, CHERPA, IEP Aix) « Adhésion au bouddhisme et validation sociale du croire : le cas du dzogchen en France et en Italie »
  • Yaël Hirsch (docteure en sciences politiques, Chargée de cours à l’IEP Paris) « La juste distance à la croyance : le cas de la conversion religieuse »
  • Guenolé Labey-Guimard (doctorant, CEIFR, EHESS) « Croire et engagement caritatif »
  • Sara Marinari (doctorante, EHESS, GSPM) « Croire, au temps de l’interaction. Le mouvement psychosocial chez Gabriel Tarde »
  • Thomas Marty (doctorant, GAP, Université Paris Ouest) « Le corps électoral a-t-il une âme ? Croire en catholique à un mode de scrutin proportionnel ».
  • Mira Niculescu (doctorante, CEIFR, EHESS) « Passeur de frontières du croire. Les stratégies de cohérence du juif-bouddhiste naviguant entre deux univers religieux »
  • Etienne Pingaud (doctorant CESSP, EHESS, ATER IEP Strasbourg) « Dynamique du croire chez les jeunes musulmans »
  • Sébastien Poulain (doctorant, Université Paris 1, CESSP) « Le déni de croyance ou la question taboue de la place de l’ufologie entre science et religion.
  • Sara Teinturier (doctorante, EPHE, GSRL) « “Remplir un ministère” ? Le corps enseignant laïque des institutions scolaires catholiques en France dans l’entre deux-guerres, entre confrontation, adhésion et distanciation »

 

Sigles : CEIFR : Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux ; CESSP : Centre Européen de Sociologie et de Science Politique ; CHERPA : Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative ; CRA Centre de Recherches Anthropologiques ; CREA : Centre d’Etudes et de Recherches Anthropologiques ; GAP : Groupe d’Analyse Politique ; GSRL : Groupe Sociétés, Religions, Laïcités ; GSPM : Groupe de Sociologie Politique et Morale ; IRSA : Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques ; LCSE : Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe ; LAS : Laboratoire d’anthropologie sociale ; PACTE : Politiques publiques, Action politique, Territoires.

Colloque 2010: Politiques de l’âme

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Denis Pelletier et Paul Zawadzki

1 et 2 février 2010

Site CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75

La notion d’âme, telle qu’elle s’était développée dans les traditions juive, chrétienne et musulmane en mettant l’accent sur son triple caractère d’âme spirituelle, personnelle et immortelle, s’est trouvée confrontée entre la seconde moitié du XVIIIe et le XIXe siècle à une série de déplacements et de remises en cause que l’on peut organiser sous quatre rubriques principales…

Lundi 1 février 2010

9h :    Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par  Denis Pelletier (EPHE-GSRL) et  Paul Zawadzki (Paris I-CERSES)

 

9h30 -12h : For intérieur et retrait de l’âme 

Sous  la présidence de Claude Langlois (EPHE)

  • Hubert Bost (EPHE), Contrainte théologico-politique et droits de l’âme
  • Philippe Portier (EPHE-GSRL), Généalogies du for intérieur
  • Sandra Houot (Paris 3), Le scrupule : quand l’affect interroge la ritualité religieuse

12h-13h : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h30 : Théologie, philosophie, technique

Sous  la présidence de Frédéric Gugelot  (CEIFR, Université de Reims)

  • Guillaume Cuchet (Univ. Lille 3), Entre théologie et psychologie : le statut de l’âme dans les « philosophies religieuses » du Second Empire
  • Claude Langlois (EPHE),Thérèse de Lisieux et l’histoire d’une âme
  • Jean-Pierre Laurant (GSRL),SOS corps astral
  • Muriel Berthou Crestey (Bordeaux III), La photographie de l’âme
  • François Weiser (doctorant, GSRL), Existe-t-il une âme à l’âge scientifique ? l’âme au crible de la démythologisation bultmannienne

 À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

Mardi 2  février 2010

9h 15-13h : Les visages de Psyché : psychologie, psychiatrie, psychanalyse

Sous la présidence d’Agnès Antoine (sous réserve)

  • Pierre-Henri Castel (CNRS-CESAMES), La « faiblesse de la volonté » : entre pathologie et politique, 1848-1900
  • Tiago Pires Marques (Univ. de Lisbonne),Mystique sacrée et mystique profane: réception médicale, religieuse et littéraire de la psychopathologie au Portugal (1900- 1940)
  • Agnès Desmazières (post-doc, GSRL), La psychanalyse au service de la démocratie. Santé mentale et culpabilité collective en contexte de guerre froide
  • Athéna Peglidou (Université d’Athènes), « Mais finalement qui gère l’âme »: confrontation des paroles hybrides et des pratiques dans la psychiatrisation de la possession dans l’Orthodoxie Grecque contemporaine

 14h 30-17h30 : Figures, retours, métaphores

Sous la présidence de Sophie Nizard (Université Marc Bloch – Strasbourg/CEIFR)

  • Jean-François Dortier (Revue Sciences Humaines), L’éternel retour de l’âme
  • Clélia Van Lerberghe (FNRS, Bruxelles), Pour une « politique apolitique » de l’âme selon Jan Patočka
  • Christophe Pons (MMSH), L’âme, le corps et l’esprit des mort-nés d’Occident.  Sur la récente invention d’un statut d’existant humain
  • Catherine Leclercq (post doc., IEP), Se désengager en « gardant son âme ». La construction d’un « communisme à soi » chez les ex-militants du PCF
  • Stéphane François (Paris), Julius Evola, l’âme et la race de l’esprit

 Discussion générale