Archives par étiquette : héritage

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Colloque 2008: Mémoires: Espaces politiques et intersubjectivités

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Michèle Baussant et Paul Zawadzki

4 et 5 février 2008

CNRS site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Télécharger le programme du colloque.

Une représentation paradoxale se dégage de l’immense bibliographie contemporaine sur les recompositions mémorielles. D’un côté, la pluralisation des mémoires témoigne de l’approfondissement du processus démocratique et de l’élargissement de la sensibilité pluraliste, débouchant sur la prise en compte accrue des minorités, tant au plan politique qu’au plan de la recherche. De l’autre, les réactivations mémorielles apparaissent comme claquemurées dans un particularisme identitaire, fragilisant l’espace symbolique de l’être ensemble démocratique. On insiste alors sur la crise, l’éclatement, l’affaissement de la mémoire commune, notamment nationale, et sur des dérives, telles la concurrence des victimes, les règlements de comptes mémoriels, ou les guerres de mémoires.

Ce colloque interdisciplinaire se propose de repenser la question trop peu explorée de l’intersubjectivité des mémoires, principalement dans les sociétés de la modernité tardive. Organisé par l’Association française de sciences sociales des religions, il s’attachera aux trajectoires des mémoires religieuses qui selon les cas transcendent les mémoires particulières ou particularisent les horizons partagés. Néanmoins, il ne se limitera à la problématique religieuse.

Par delà la distinction analytique entre l’histoire, dans sa visée universalisante de connaissance, et la mémoire comme pourvoyeuse d’identité, il nous parait important d’étudier plus finement les cas de figure qui mettent en jeu des orientations ouvertes vers l’exemplaire ou l’universel, ainsi que les situations socio-historiques attestant d’une communication avec d’autres acteurs attachés à des mémoires différentes. Il ne s’agit en rien d’occulter la conflictualité intrinsèque aux sociétés modernes – la problématique de l’intersubjectivité n’est pas négatrice du conflit – mais de se demander s’il est possible de déceler, dans ces effervescences mémorielles tous azimuts et leur médiatisation, des perspectives partagées, des relations sociales inter-mémorielles ? A partir de différentes situations socio-historiques, on se demandera surtout quelles sont les conditions de possibilité de tels partages, compatibilités, universalisations, communications ?

Est-il possible de saisir, éventuellement en creux, se dessinant à bas bruits, une dimension de projet et de construction d’un espace commun, fut-ce par exemple dans l’idée implicite d’une « société décente » ? Saisir cette dimension suppose d’aller au-delà des analyses en termes d’usages politiques du passé mais nécessite une attention particulière aux emprunts au registre de la « mémoire » qui semble envahir le langage pratique et qui brouille souvent l’analyse des logiques politiques, sociales, religieuses, auxquels ces phénomènes renvoient. Ce colloque annuel de l’AFSR, sera ainsi soucieux de conjuguer des perspectives générales notamment sur les relations entre religions, pluralisme démocratique et intersubjectivité avec des recherches de terrain approfondies.

 

LUNDI 4 FEVRIER 2008

9h :

Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 – CERSES)

9h30-12h30 : Mémoires, religions et intersubjectivité
Sous la présidence de Michèle Baussant (CNRS, LESC)

  • Jean-Marc Ferry (Univ. Libre de Bruxelles), La mémoire partagée. Réflexions sur l’identité politique de l’Europe
  • Christian Bouchindhomme, (traducteur, professeur de philosophie), La mémoire, l’espace public et la question du « nous »
  • Bérengère Massignon (EPHE, GSRL), Virginie Riva (doctorante, Paris 1, CRPS), Les mémoires religieuses de l’Europe : interrelation et discontinuité des espaces publics nationaux et européens

12h30 : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h : La mémoire du malheur en héritage
Sous la présidence de Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, IHTP)

  • Régine Azria (CNRS, CEIFR), La lecture des noms des juifs déportés de France : fabrique de rituel, laboratoire de mémoire
  • Alexandra Oeser (EHESS, ENS), Constructions scolaires de la « foi démocratique » : Le passé nazi entre universalisation et diversité
  • Patricia Legris (agrégée d’histoire, doctorante à Paris 1), Enseigner l’esclavage : insertion d’une mémoire particulière dans le récit national en France

À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

 

MARDI 5 FEVRIER

9h 30-12h : Le partage des lieux et des émotions
Sous la présidence de Maria Couroucli (CNRS, LESC)

  • Joël Candau (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LAMIC), Mémoire partagée, émotions et sociotransmetteurs
  • Liliane Buccianti – Barakat, Christian Taoutel (Université Saint Joseph de Beyrouth), Des places de Martyrs à la Place des martyrs
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS, EHESS, Centre d’Etudes de l’Inde), L’Eglise de la Sagrada Familia (Barcelone). Les mémoires évolutives d’un lieu en chantier

14h 30 – 17h30 Décalages, conflits, communication
Sous la présidence de Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR)

  • Anne Sophie Lamine (Université Marc Bloch – Strasbourg, LCSE), Le religieux au pluriel : identités composites et concurrences de mémoires
  • Izabela Skorzynska (Université Adam Mickiewicz – Poznan), Théâtre des petites patries en Pologne : les pratiques intersubjectives de commémoration de l’Autre
  • Olha Ostriïtchouk Zazulya (doctorante CRC, hist. comparée de la mémoire, Univ. Laval), Les Eglises et le travail de mémoire et d’oubli en Ukraine post-soviétique
  • Julia David (doctorante Paris 1-CRPS), Les penseurs juifs et la « pédagogie de la paix » au Proche-Orient. D’une mémoire singulière à la fabrique du sens commun
  •  Stéphane Dufoix (Paris X, I.U.F.), L’hapax et le semi-nom propre. « Diaspora » et « Holocauste » entre Juifs et Noirs (sous réserve)

Discussion générale