Colloque « Homosexualité et traditions monothéistes »

colloque_homo_imageAvec le soutien de l’AFSR, se tiendra les 16 et 17 mars prochains un colloque sur le thème de « Homosexualité et traditions monothéistes », à l’Université Paris 8 Vincennes St Denis et l’EHESS, Paris.

 

On trouve, au sein des trois grands monothéismes, des mouvements, qui souhaitent reconsidérer la vision traditionnelle du genre et de la sexualité afin de pleinement inclure les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles (LGBT). Ces mouvements sont apparus depuis plusieurs décennies dans le monde anglophone mais aussi, plus récemment, dans d’autres aires linguistiques et culturelles, dont la France. Ils cherchent à montrer le caractère légitime, d’un point de vue chrétien, juif ou musulman, d’une relecture de la tradition religieuse. Ce colloque propose un état des lieux de ces mouvements, des processus et ressources sur lesquels ils s’appuient ainsi que des résistances auxquelles ils se heurtent.

Programme

Télcharger le programme du colloque (en français)

16 mars 2015 – Université Paris 8

8h30 – 9h  Accueil des participants

9h – 9h 30 Introduction

9h30-11h35 Complexités institutionnelles : Tensions, variations et occasions de renouvellement

  • Laurent Lemoine (Université Catholique d’Angers) : « Qui suis-je pour juger ? » Pape François. Un avenir neuf et différent pour les personnes homosexuelles dans l’Église catholique est-il une gageure ?
  • Mark Chapman (Université d’Oxford) : Homosexual practice and the Anglican Communion: A Case Study in Post-Colonial Theology.
  • Charles Carter (Université de Bordeaux 3) : The Mormon Church and LGBT Issues: Stepping Forward and Holding on to Traditions.
  • Marina Zuccon (EHESS) : Les Églises luthériennes et réformées européennes et l’agenda homosexuel.
  • Anne-Laure Zwilling (CNRS/Université de Strasbourg) : Exégèse biblique et homosexualité dans les églises protestantes françaises

11h35 – 12h: Pause

12h – 12h50 Mariage des couples de même sexe (1)

  • Philippe Portier (EPHE/CNRS) : L’Église catholique et le mariage pour tous.
  • Gwendoline Malogne-Fer (EPHE/CNRS) : Les Églises protestantes face au « mariage pour tous ».

12h50-14h15 Déjeuner

14h15-15h05 Mariage des couples de même sexe (2)

  • Céline Béraud (Université de Caen) : Catholiques pratiquant-e-s et marié-e-s en couple de même sexe.
  • Rebecca Alpert (Temple University, Philadelphia) : Queering Marriage Rituals? Gay and Lesbian Jews and Homonormativity.

15h05 – 15h30 pause

15h30-16h45 Identités en dialogue / Identités en conflit

  • Andrew Yip (Université de Nottingham) : Transgression and Transformation: Some Sociological Reflections on Lesbian and Gay Activism within Monotheistic Traditions.
  • Corinne Fortier (Collège de France) : Transsexuels en islam et dans les pays musulmans.
  • Jean Zaganiaris (Ecole de Gouvernance et d’Économie de Rabat) : « Sexes, mensonges et littérature » : la place des homosexualités et des islamités dans les productions littéraires marocaines.

19h : diner avec intervenants et présidents de séance

17 mars 2015 – EHESS

9h-10h40h Inclusion et exclusion LGBT dans l’histoire religieuse de l’Occident

  • Didier Lett (Université Paris-Diderot) : « Le vice sodomite ». Christianisme et tolérance sociale au Moyen Âge ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg) : De la mise en doctrine des actes homosexuels dans la théologie catholique moderne. Logique savante et réversibilité de la doctrine.
  • James Harding (Université d’Otago, Nouvelle-Zélande) : David & Jonathan: Male Friendship and Homosexuality: Soundings in Reception History
  • Chris Meredith (Université de Winchester) : Technologies of the Line: Sodom, City of Interpreters (Genesis 19).

10h40-11h15 Pause

11h15-12h30: Ressources des monothéismes pour l’inclusivité (1)

  • James Alison (auteur): The Spirit’s Moving Force: The Resources for Gay Transformation Internal to the Monotheisms and the Case of Catholicism.
  • Jill Hammer (Academy for Jewish Religion, Yonkers, New York): Queering the Torah: The Role of LGBT Midrash in claiming Revelation.
  • Steven Greenberg (National Jewish Center for Learning and Leadership, New York): Limping into the Light: Textual, Conceptual and Pragmatic Strategies for a Queer Orthodoxy.

12h30-14h30 Déjeuner

14h30- 15h30 Ressources des monothéismes pour l’inclusivité (2)

  • Delphine Horvilleur (Mouvement Juif Libéral de France) : C’est une abomination… Mais qu’est-ce qu’une abomination ?
  • David Jasper (Université de Glasgow): Jeremy Taylor’s Theology Viewed in the Context of the Contemporary Understandings of Homosexuality.

15h30-16h Pause

16h-17h15 Groupes et mouvements LGBT confessionnels

  • Mickael Durand (Sciences-Po) : Réconcilier christianisme et homosexualité. Histoire et pratiques de David et Jonathan, association d’homosexuel·le·s chrétien·ne·s.
  • Jean-François Brault (EHESS/EPHE) : Les stratégies sociales d’individus musulmans sexuellement minoritaires dans la France contemporaine.
  • Jean Vilbas (docteur en théologie) : Sacrements de l’hospitalité et rites accompagnateurs de vie: l’expérience liturgique des paroisses et des groupes inclusifs

 

Contacts

Lire en SSR: Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent, « Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, une intégration invisible »

L’AFSR vous invite à la prochaine séance de « Lire en Sciences Sociales des Religions »

Autour du livre :

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe : Tome 1, Une intégration invisible.

Avec leurs auteurs :
- Jocelyne Dakhlia, Directrice d’études à l’EHESS, historienne, spécialiste du Maghreb
- Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Centre de recherches historiques, historien du monde hispanique

Lundi 16 janvier 2012, de 15h à 17h, EHESS, 105 bd Raspail, Paris, Salle 7

Un musulman peut-il être européen ? Cette interrogation, qui n’a été formulée explicitement qu’avec l’irruption sur la scène politique du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe, se posait déjà au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pourtant, un préjugé tenace voudrait que les musulmans aient été quasiment absents d’Europe jusqu’au XIXe siècle, les flux de circulation ou d’immigration étant tous tributaires de la colonisation. Opposant des arguments scientifiques à ces idées reçues, les études réunies ici démontrent, qu’au contraire, des musulmans ont été intégrés par milliers aux sociétés d’Europe occidentale, mais que ce fait est passé inaperçu. Cette invisibilité nous apprend que, loin d’être contemporaines, la question de la présence de l’islam dans l’espace public et celle de la pratique du culte musulman sont anciennes et enfouies. Ce premier volume d’une vaste enquête sur l’histoire de la présence musulmane en Europe a l’ambition d’expliquer pourquoi cette réalité est restée ignorée et à quelles difficultés on se heurte à vouloir définir un « musulman » dans un contexte européen, ce qui, aujourd’hui comme hier, pose des problèmes éthiques et politiques forts.

Table des matières
- MUSULMANS EN EUROPE : UN PREMIER ETAT DES LIEUX
Turcs et turqueries à la cour de Catherine de Médicis
Invisibles dans la banalité et le mépris ? Les musulmans à Vienne des années 1660 à la fin du XVIIIe siècle
A la recherche d’un groupe invisible : les gens d’Islam dans la France du XVIIIe siècle
- RECONSTRUIRE LA PRESENCE MUSULMANE : UNE TENTATIVE HISTORIOGRAPHIQUE
Musulmans en France et Grande-Bretagne à l’époque moderne : exemplaires et invisibles
- LES MUSULMANS AU PRISME DE L’EUROPE : POUR UNE LECTURE DYNAMIQUE
Asymétries méditerranéennes ; présence et circulation de marchands entre Alger, Tunis et Marseille
Les derniers esclaves domestiques ; entre Ferrare, Venise et Mantoue (XVe-XVIe siècle)
Etre esclave et musulman en Espagne au temps de l’éradication des « mauvaises sectes »

octobre 2011 / Format : 240 mm x 155 mm / 656 pages / EAN13 : 9782226208934 / Prix : 29.00 €

Lire en SSR: « Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets »

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de « Lire en sciences sociales des religions » sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Religions en Questions: Dargent, Duriez, Liogier (dirs.), « Religion et valeurs en France et en Europe »

Religions en questions 135-215RELIGION ET VALEURS EN FRANCE ET EN EUROPE
Sous la direction de Claude Dargent, Bruno Duriez et Raphaël Liogier

Quelle influence la religion exerce-t-elle sur les valeurs ? Dans quelle mesure être catholique, protestant ou musulman favorise-t-il le développement d’attitudes singulières et des comportements originaux ? Dès ses travaux fondateurs, la sociologie s’est intéressée aux liens entre religion et valeurs. Il s’agit ici de prolonger ce souffle pionnier en questionnant les sociétés d’aujourd’hui, en France et en Europe, dans divers registres de l’activité humaine : sexualité, politique, morale, économie.

ISBN : 2296093124 – mai 2009 – 205 pages – 19,5 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Religions en Questions: Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu (dirs.), « La religion de l’autre »

Collection-LamineetalLA RELIGION DE L’AUTRE
Sous la direction de Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman et Séverine Mathieu

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN : 978-2-296-06583-3 – octobre 2008 – 290 pages – 26 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Colloque 2008: Mémoires: Espaces politiques et intersubjectivités

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Michèle Baussant et Paul Zawadzki

4 et 5 février 2008

CNRS site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Télécharger le programme du colloque.

Une représentation paradoxale se dégage de l’immense bibliographie contemporaine sur les recompositions mémorielles. D’un côté, la pluralisation des mémoires témoigne de l’approfondissement du processus démocratique et de l’élargissement de la sensibilité pluraliste, débouchant sur la prise en compte accrue des minorités, tant au plan politique qu’au plan de la recherche. De l’autre, les réactivations mémorielles apparaissent comme claquemurées dans un particularisme identitaire, fragilisant l’espace symbolique de l’être ensemble démocratique. On insiste alors sur la crise, l’éclatement, l’affaissement de la mémoire commune, notamment nationale, et sur des dérives, telles la concurrence des victimes, les règlements de comptes mémoriels, ou les guerres de mémoires.

Ce colloque interdisciplinaire se propose de repenser la question trop peu explorée de l’intersubjectivité des mémoires, principalement dans les sociétés de la modernité tardive. Organisé par l’Association française de sciences sociales des religions, il s’attachera aux trajectoires des mémoires religieuses qui selon les cas transcendent les mémoires particulières ou particularisent les horizons partagés. Néanmoins, il ne se limitera à la problématique religieuse.

Par delà la distinction analytique entre l’histoire, dans sa visée universalisante de connaissance, et la mémoire comme pourvoyeuse d’identité, il nous parait important d’étudier plus finement les cas de figure qui mettent en jeu des orientations ouvertes vers l’exemplaire ou l’universel, ainsi que les situations socio-historiques attestant d’une communication avec d’autres acteurs attachés à des mémoires différentes. Il ne s’agit en rien d’occulter la conflictualité intrinsèque aux sociétés modernes – la problématique de l’intersubjectivité n’est pas négatrice du conflit – mais de se demander s’il est possible de déceler, dans ces effervescences mémorielles tous azimuts et leur médiatisation, des perspectives partagées, des relations sociales inter-mémorielles ? A partir de différentes situations socio-historiques, on se demandera surtout quelles sont les conditions de possibilité de tels partages, compatibilités, universalisations, communications ?

Est-il possible de saisir, éventuellement en creux, se dessinant à bas bruits, une dimension de projet et de construction d’un espace commun, fut-ce par exemple dans l’idée implicite d’une « société décente » ? Saisir cette dimension suppose d’aller au-delà des analyses en termes d’usages politiques du passé mais nécessite une attention particulière aux emprunts au registre de la « mémoire » qui semble envahir le langage pratique et qui brouille souvent l’analyse des logiques politiques, sociales, religieuses, auxquels ces phénomènes renvoient. Ce colloque annuel de l’AFSR, sera ainsi soucieux de conjuguer des perspectives générales notamment sur les relations entre religions, pluralisme démocratique et intersubjectivité avec des recherches de terrain approfondies.

 

LUNDI 4 FEVRIER 2008

9h :

Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 – CERSES)

9h30-12h30 : Mémoires, religions et intersubjectivité
Sous la présidence de Michèle Baussant (CNRS, LESC)

  • Jean-Marc Ferry (Univ. Libre de Bruxelles), La mémoire partagée. Réflexions sur l’identité politique de l’Europe
  • Christian Bouchindhomme, (traducteur, professeur de philosophie), La mémoire, l’espace public et la question du « nous »
  • Bérengère Massignon (EPHE, GSRL), Virginie Riva (doctorante, Paris 1, CRPS), Les mémoires religieuses de l’Europe : interrelation et discontinuité des espaces publics nationaux et européens

12h30 : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h : La mémoire du malheur en héritage
Sous la présidence de Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, IHTP)

  • Régine Azria (CNRS, CEIFR), La lecture des noms des juifs déportés de France : fabrique de rituel, laboratoire de mémoire
  • Alexandra Oeser (EHESS, ENS), Constructions scolaires de la « foi démocratique » : Le passé nazi entre universalisation et diversité
  • Patricia Legris (agrégée d’histoire, doctorante à Paris 1), Enseigner l’esclavage : insertion d’une mémoire particulière dans le récit national en France

À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

 

MARDI 5 FEVRIER

9h 30-12h : Le partage des lieux et des émotions
Sous la présidence de Maria Couroucli (CNRS, LESC)

  • Joël Candau (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LAMIC), Mémoire partagée, émotions et sociotransmetteurs
  • Liliane Buccianti – Barakat, Christian Taoutel (Université Saint Joseph de Beyrouth), Des places de Martyrs à la Place des martyrs
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS, EHESS, Centre d’Etudes de l’Inde), L’Eglise de la Sagrada Familia (Barcelone). Les mémoires évolutives d’un lieu en chantier

14h 30 – 17h30 Décalages, conflits, communication
Sous la présidence de Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR)

  • Anne Sophie Lamine (Université Marc Bloch – Strasbourg, LCSE), Le religieux au pluriel : identités composites et concurrences de mémoires
  • Izabela Skorzynska (Université Adam Mickiewicz – Poznan), Théâtre des petites patries en Pologne : les pratiques intersubjectives de commémoration de l’Autre
  • Olha Ostriïtchouk Zazulya (doctorante CRC, hist. comparée de la mémoire, Univ. Laval), Les Eglises et le travail de mémoire et d’oubli en Ukraine post-soviétique
  • Julia David (doctorante Paris 1-CRPS), Les penseurs juifs et la « pédagogie de la paix » au Proche-Orient. D’une mémoire singulière à la fabrique du sens commun
  •  Stéphane Dufoix (Paris X, I.U.F.), L’hapax et le semi-nom propre. « Diaspora » et « Holocauste » entre Juifs et Noirs (sous réserve)

Discussion générale

Lire en SSR: Françoise Champion, « Les Laïcités européennes au miroir du cas britannique »

Le Mercredi 6 juin 2007, de 9 h 30 à 12 h 30

« Les Laïcités européennes au miroir du cas britannique ». Rencontre autour de l’ouvrage de Françoise Champion, publié aux Presses Universitaires de Rennes (2006).

La laïcité n’est pas réductible à son modèle français. Désormais, les sociétés ouest-européennes sont toutes –ou presque- des sociétés laïques au sens large. En témoignent d’évidence aujourd’hui leurs volontés convergentes d’instituer le biologique humain hors de tout garant religieux ou d’un ordre naturel.

L’émergence d’une nouvelle question de la laïcité est liée à une affirmation religieuse des populations issues de l’immigration. Il s’agit là d’une histoire totalement inédite qu’il faut délier de celle de la laïcisation et de la sécularisation de ces sociétés.

Deux chercheurs introduiront la discussion avec l’auteur et avec le public : Jean Baubérot, Directeur d’études à l’EPHE, Danièle Hervieu-Léger, Présidente de l’EHESS.

La rencontre se déroulera sur le Site Pouchet du CNRS (Salle de conférences)
AFSR : Site Pouchet : 59-61 Rue Pouchet (Paris 17°)
M° Brochant ou Guy Moquet, ou Bus 66 (arrêt Jonquière)

Colloque 2007: La religion de l’autre

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu

5 et 6 février 2007

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Dans une société marquée par la pluralité socio-économique, culturelle et ethnique, comment cohabitent concrètement les ressortissants des différentes religions ? Quelles occasions a-t-on de s’apercevoir que le voisin, l’ami, le collègue, ou l’adversaire, pratique une religion : signes vestimentaires, pratiques culinaires, commerces spécialisés, décors ou bruits des fêtes, fréquentation et visibilité des lieux de cultes ? Quelles réactions cette perception engendre-t-elle : curiosité, sympathie, ou méfiance, répulsion, agressivité ?

La différence de religion, ou de confession, conditionne-t-elle le choix de la résidence (proximité des coreligionnaires ou du lieu de culte), du travail (shabbat, entreprise à recrutement ethnique) ou des loisirs (fêtes, mixité…) ? Quels sont les effets sociaux de ces renforcements identitaires ?

Comment les couples mixtes vivent-ils la différence maintenue de leurs appartenances, ou la conversion de l’un à celle de l’autre, que cette différence soit de confession ou de religion, ou ne soit plus pour l’un et l’autre qu’une référence sociologique ?

Sécularisation, tradition humaniste, tolérance religieuse ou souvi de la paix sociale conduisent à rechercher la connaissance des autres ? Quels sont les initiateurs de telles rencontres ? Quelles formes prennent-elles : cycles de conférences, invitations réciproques aux fêtes, manifestations publiques de solidarité ou de deuil ?

Nous nous proposons de réunir ethnologues et sociologues pour confronter nos connaissances sur les aspects vécus au niveau de la vie familiale, de l’école, de la vie de quartier, des relations locales des différents cultes, des diverses associations et des mouvements oecuméniques ou interreligieux… enfin de ce que représente la religion de l’autre.

 

Lundi 5 février 2007

De 9h à 12h

Ouverture par B. Duriez, président de l’AFSR et F. Lautman, présidente de la SEF

Introduction : A-S Lamine (UMB Strasbourg)

Les mariages mixtes : un lieu de rencontre ou de confrontation privilégié

  • Séverine Mathieu (EPHE-GSRL), Le judaïsme pour l’autre : quelle transmission dans les couples mixtes ?
  • Bruno Duriez (CLERSE-Lille I), Mariages mixtes entre catholiques et protestants en France : une vie de couple sous le signe de l’oecuménisme.
  • Laurent Amiotte-Suchet (post-doc. EPHE-GSRL), Se convertir au Pentecôtisme sans quitter son conjoint : arrangements pratiques en mise en sens de la vie avec un conjoint non converti.
  • Loïc Le Pape (doc SHADYC), Prendre la religion de l’autre.
  • Joëlle Allouche-Benayoun (Paris XII-GSRL), Etre issu de couples mixtes : une identité à construire.

14h30 – 17h30 :Quand le proche est l’autre : des identités mal assurées

  • Anne Perrin (post-doc. GSRL), Mon frère, mon ennemi… l’autre insuffisamment converti…
  • Céline Béraud (EPHE-CEIFR), Le catholiscisme en France aujourd’hui : une religion de l’autre ?
  • Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR), Christianisme et judaïsme : ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même.
  • Martine Cohen (CNRS-GSRL), Les juifs laïques et « leurs autres »
  • Brigitte Bleuzen (post-doc. CEIFR), Prêtres étrangers dans des communautés françaises : regards, ruptures et dynamismes.
  • Jean-Claude Girondin (post-doc. GSRL), Altérité et identité, relations interethniques parmi les protestants évangéliques en région parisienne.

Mardi 6 février 2007

9h30 – 12h30 : Identités religieuses en manifestation publique : acceptations et affrontements

  • Simone Tersigni (post-doc. URMIS, Paris VII), Visibilité, retrait et accessibilité : l’espace urbain de l’Islam.
  • Liliane Kuczynski (CNRS-LAU), L’Islam en Martinique, négociations et affirmations d’une religion minoritaire.
  • Erkan Toguslu (doct. CADIS-EHESS), Les activités culturelles d’un centre musulman comme stratégie d’intégration dans l’espace public et les critiques au projet au sein de leur communauté.
  • Maité Maskens (ULB, Bruxelles), Deux Eglises pentecôtistes dans un quartier musulman de Bruxelles.
  • Anne-Marie Brisebarre (CNRS-LAU), Conflits idéologiques autour du sacrifice de l’Ayd al-Kabîr et de l’abattage rituel musulman en France.
  • Anne Raulin (LAU- Paris X), L’autre dans la rue : le carnaval du Nouvel An chinois à Paris.

14h – 17h30 : Identités religieuses et enjeux politiques

  • Catherine Grémion (CSO-CNRS), Identités religieuses dans les villes nouvelles de la région parisienne.
  • Philippe Rigoulot (post-doc. U. College Cork, Irlande), Les logiques d’instrumentalisation de l’identité religieuse dans le champ de la compétition politique locale.
  • Louis Rousseau (GRIMER-UQAM, Montréal), Pentecôtistes d’origine africaine au Québec : le rôle du référent ethno-religieux dans une stratégie d’intégration au Québec.
  • Nathalie Luca (CNRS-CEIFR), La conversion comme conflit de citoyenneté.
  • Mireille Estivalèzes (post-doc. UQAM, Montréal) , La gestion de l’altérité religieuse à l’école : entre silence et reconnaissance.
  • Bruno Michon (doct. CEIFR), « Humaniste virtuose et croyant inclusiviste » : modèles d’appréhension de la pluralité et de la culture religieuse chez les adolescents.
  • Bérengère Massignon (post-doc. GSRL), L’identité européenne : entre universalisme des Droits de l’homme et réaffirmations identitaires à références religieuses.

17h30 Conclusion de Françoise Lautman