Appel à communication « Religions et classes sociales » colloque AFSR 2018

Organisateurs :

Anthony FAVIER, docteur en histoire contemporaine (chercheur associé LARHRA)
Yannick FER, chargé de recherche CNRS (GSRL)
Juliette GALONNIER, docteure en sociologie (OSC/Sciences Po)
Ana PERRIN‐HEREDIA, chargée de recherche CNRS (CURAPP‐ESS)

Depuis la critique marxiste de la religion comme « opium du peuple » jusqu’aux réflexions de Pierre Bourdieu sur les fonctions sociales du religieux, sans oublier les liens établis par Max Weber entre religion, classe et statut, le rapport entre religion et classe a longtemps constitué un questionnement classique des sciences sociales. À la faveur des théories de la moyennisation et du déclin des sciences sociales d’inspiration marxiste, les interrogations sur le rôle de l’appartenance de classe sont toutefois peu à peu tombées en désuétude. L’accent mis sur les processus contemporains d’individualisation du religieux a pu faire oublier le poids des déterminants sociaux et laisser croire à une sorte d’autonomisation des expériences religieuses (ou « spirituelles ») vis‐à‐vis des structures sociales. Par ailleurs, l’intégration à l’analyse du religieux de nouvelles dimensions, notamment celles du genre, de la migration, ou de l’ethnicité ont fait passer au second plan la question des classes sociales. Sans remettre en cause l’apport évident des recherches recourant à d’autres catégories d’analyse du monde social, ni dénier l’influence décisive des dynamiques d’individualisation dans le domaine religieux, ce colloque propose de porter un nouveau regard sur les questions de classe, en revisitant les analyses classiques à la lumière des travaux actuels.

En dehors du champ des sciences sociales du religieux, la recherche sur les classes sociales est en effet en plein essor. Les nombreuses enquêtes empiriques, d’inspiration ethnographique pour l’essentiel, tout comme les vigoureux débats qu’occasionne la construction d’une statistique européenne ont invité à repenser les classes sociales. La focale s’est ainsi progressivement élargie de la scène professionnelle à l’ensemble des scènes sociales. Cette attention nouvelle portée aux styles de vie s’est en outre combinée à la prise en compte de leur inscription et de leur différenciation territoriales (et leurs effets sur la construction relationnelle des classes sociales à travers les phénomènes de ségrégation spatiale). Toutefois, les travaux portant sur les classes sociales (milieux ouvriers, grande bourgeoisie) tendent à passer sous silence leurs pratiques religieuses. Ce colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l’analyse de la stratification sociale.

Le colloque se tiendra les 5 et 6 février 2018 à Paris et donnera lieu à une publication. Nous sollicitons des communications issues de toutes disciplines en sciences sociales, mobilisant des analyses aussi bien qualitatives que quantitatives, et analysant le religieux sous toutes ses formes. Nous veillerons à ce que la diversité des terrains religieux et des aires culturelles et géographiques soit représentée. Les communications pourront s’articuler autour de l’un des trois axes suivants :

Axe 1 Légitimation ou subversion : le rôle de la religion dans la reproduction ou le renversement des inégalités de classe

Les religions produisent des discours sur l’ordre établi et les structures sociales. Elles fournissent aux croyants des outils d’interprétation du monde, et notamment des inégalités. Historiquement, elles ont pu être mobilisées pour légitimer ces inégalités (théodicée du malheur pour les plus démunis ; théodicée du bonheur pour les mieux lotis) ou au contraire les subvertir (théologie de la libération). Comment les croyants retraduisent‐ils leur position de classe en termes religieux ? Quel est le rôle du religieux dans les mobilisations sociales ? La religion, comme représentation symbolique de la réalité, peut‐elle contribuer à la modifier ? On s’interrogera sur la façon dont le couple légitimation/subversion se reconfigure dans la pratique contemporaine du religieux. À cet égard, la question de l’éducation religieuse et de l’école comme instance de reproduction des hiérarchies sociales pourra être étudiée.

Axe 2 Les déterminants sociaux du religieux

Nous chercherons à savoir si les biens religieux se structurent par milieux sociaux. Max Weber avait identifié des affinités électives entre la position sociale des individus ou des groupes et leurs croyances. Les conditions matérielles d’existence continuent‐elles de déterminer les

préférences religieuses ? Dans cette optique, on pourra s’interroger sur la façon dont les réseaux de sociabilité, liés en grande partie au milieu social et à l’ancrage territorial, viennent structurer les options religieuses. Le thème de la mobilité sociale (ascendante ou descendante) pourra notamment être exploré : les changements de statut social ou résidentiel peuvent‐ils influer sur les pratiques religieuses ? Le changement d’appartenance religieuse et l’incorporation de nouvelles normes éthiques peuvent‐ils contribuer à des trajectoires d’ascension sociale, ou participer au contraire à des formes de déclassement ? La question de la distinction est aussi centrale et on pourra s’interroger sur le rôle de l’appartenance religieuse comme marqueur de respectabilité et de prestige social, pour des individus avantagés ou désavantagés sur le plan matériel.

Les « styles » de congrégation ou de pratique religieuse pourront également être mis en lumière. Il s’agira de comprendre si les répertoires de prière, les sermons, la liturgie et la mise en scène religieuse se structurent selon le statut social (Sean McCloud, 2007). Dans la mesure où la plupart des travaux se concentrent sur la pratique religieuse populaire, on veillera à visibiliser également les pratiques des classes supérieures.

Enfin, on s’interrogera sur le rôle de l’appartenance de classe dans les reconfigurations contemporaines du religieux, en particulier sous l’angle du « bricolage » et des compétences distinctives qu’il mobilise : le « bricolage » religieux est‐il l’apanage des classes supérieures ? Qui invente de nouvelles façons de vivre le religieux ? Et dans quelle mesure le rapport à l’altérité, qui inspire aujourd’hui un certain nombre d’appropriations personnelles de traditions religieuses « exotiques » (Véronique Altglas, 2014), est‐il déterminé par la position sociale ?

Axe 3 Catégories et luttes de classement

Un dernier axe, de nature plus épistémologique, interrogera l’usage des représentations et des catégories, et notamment la notion de « religion populaire » (qui avait beaucoup marqué les débats scientifiques au cours des années 1960‐1970) ou de « religion par le bas » (Guy Duboscq, Bernard Plongeron & Daniel Robert, 1979 ; Serge Bonnet, 2016). Dans quels contextes utilise‐t‐on ces notions ? Faut‐il les comprendre en relation avec une religion bourgeoise, aristocratique, cléricale ou savante dont elles constitueraient le contrepoint ? Les milieux populaires ont ainsi été accusés de déformer les systèmes de croyances et les pratiques orthodoxes, de préférer le « merveilleux » et l’« émotionnel » au « rationnel », en un mot de transformer la religion en superstition ou folklore. Le christianisme rural et populaire a par exemple longtemps été analysé comme porteur d’éléments « païens » ou agraires mal assimilés. Par ailleurs, certaines religions, comme le pentecôtisme et dans une certaine mesure l’islam, sont principalement associées aux classes populaires et aux catégories sociales dominées. Ces représentations sont‐elles toujours vérifiées empiriquement ? Traduisent‐elles aussi des logiques de classement, fondées par exemple sur

l’opposition implicite entre, d’une part, la maîtrise de soi et la raison revendiquées par les dominants, et de l’autre, l’émotion et l’enthousiasme des dominés ?
L’enjeu des hiérarchies de classe internes à chaque religion, ainsi que leurs effets sur la production du savoir religieux et la définition de l’orthodoxie, question fréquemment soulevée dans le cas du judaïsme par exemple (Béatrice de Gasquet, 2012), sera aussi à prendre en compte.

Enfin, la question du « fondamentalisme » (et plus récemment celle de la « radicalisation »), longtemps décrit comme le fait de classes populaires non éduquées (alors même que les données empiriques ne vont pas toujours dans ce sens, voir Susan Harding, 1991) pourra être abordée.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 10 septembre 2017.

Doivent y figurer les nom et prénom de l’auteur, son institution de rattachement, son adresse e‐mail, une courte notice biographique, le titre de la communication, l’axe de rattachement et un résumé d’une page précisant le contenu de la communication et les données mobilisées.

Elles sont à envoyer au format Word ou PDF à Anthony Favier (anthony.favier@live.com), Yannick Fer (yannick.fer@gsrl.cnrs.fr), Juliette Galonnier (juliette.galonnier@gmail.com), et Ana Perrin‐Heredia (aperrinheredia@gmail.com).

Les auteurs recevront une notification au sujet de leur participation début octobre 2017.

L’appel à communication en anglais est téléchargeable Religion and Social Class_AFSR2018

Colloque « Rire et religions » en vidéos

Capture d’écran 2015-02-16 à 10.38.00Les enregistrements audio-visuels du dernier colloque de l’AFSR sur le thème « Rire et religions » sont disponibles sur le site d’Akadem, le campus numérique juif : découvrez les introductions au colloque et le premier panel « Rire de libération, rire de domination ».

Colloque « Rire et religions » dans La Vie

logoUn article paru dans La Vie à la suite de la contribution de Camille
Viennot lors du colloque organisé par l’AFSR en février dernier sur le thème « Rire et religions » : « Liberté d’expression et respect des croyances religieuses, le match » par Marie-Lucile Kubacki.

Colloque « Rire et religions » ouvert par Céline Béraud

Le temps de la recherche a été rattrapé par celui de l’événement, de l’événement tragique. Le thème de ce colloque a été discuté au sein de l’AFSR, il y a plus de 2 ans, et adopté il y a presqu’un an. Dans le contexte actuel, il suscite un intérêt particulier, comme en témoigne le grand nombre d’inscrits. On peut s’en féliciter car éclairer le débat social fait indéniablement partie des missions d’une association professionnelle comme la nôtre. Éclairer le débat social, cela signifie prendre du champ par rapport aux événements immédiats. Prendre du champ, c’est notamment désenclaver la perspective qui est celle du débat public et médiatique. Emmanuel Laurentin qui recevait Frederic Gugelot vendredi sur France Culture pointait le fait qu’une seule communication traite de l’humour arabo-musulman. On peut le regretter, comme les organisateurs eux-mêmes le regrettent (ils ont d’ailleurs au-delà des réponses à leur appel à communications tenter, en vain, auprès de different-e-s collègues de susciter des propositions d’interventions). Mais on peut a contrario se féliciter d’entendre aujourd’hui et demain des communications qui nous dégageront du contemporain et qui évoqueront d’autres traditions religieuses. Les religions ne font pas que condamner le rire. Elles ne sont pas uniquement des objets possibles de sarcasmes et de caricatures. Il existe aussi des fonctions religieuses du rire. C’est avec cette profondeur historique, avec la conscience des liens complexes que peuvent entretenir rire et religions, et dans une perspective pluridisciplinaire, que les échanges vont avoir lieu aujourd’hui et demain.

Céline Béraud, lundi 2 février 2015, mot d’ouverture au colloque « Rire et religions »

Colloque « Homosexualité et traditions monothéistes »

colloque_homo_imageAvec le soutien de l’AFSR, se tiendra les 16 et 17 mars prochains un colloque sur le thème de « Homosexualité et traditions monothéistes », à l’Université Paris 8 Vincennes St Denis et l’EHESS, Paris.

 

On trouve, au sein des trois grands monothéismes, des mouvements, qui souhaitent reconsidérer la vision traditionnelle du genre et de la sexualité afin de pleinement inclure les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles (LGBT). Ces mouvements sont apparus depuis plusieurs décennies dans le monde anglophone mais aussi, plus récemment, dans d’autres aires linguistiques et culturelles, dont la France. Ils cherchent à montrer le caractère légitime, d’un point de vue chrétien, juif ou musulman, d’une relecture de la tradition religieuse. Ce colloque propose un état des lieux de ces mouvements, des processus et ressources sur lesquels ils s’appuient ainsi que des résistances auxquelles ils se heurtent.

Programme

Télcharger le programme du colloque (en français)

16 mars 2015 – Université Paris 8

8h30 – 9h  Accueil des participants

9h – 9h 30 Introduction

9h30-11h35 Complexités institutionnelles : Tensions, variations et occasions de renouvellement

  • Laurent Lemoine (Université Catholique d’Angers) : « Qui suis-je pour juger ? » Pape François. Un avenir neuf et différent pour les personnes homosexuelles dans l’Église catholique est-il une gageure ?
  • Mark Chapman (Université d’Oxford) : Homosexual practice and the Anglican Communion: A Case Study in Post-Colonial Theology.
  • Charles Carter (Université de Bordeaux 3) : The Mormon Church and LGBT Issues: Stepping Forward and Holding on to Traditions.
  • Marina Zuccon (EHESS) : Les Églises luthériennes et réformées européennes et l’agenda homosexuel.
  • Anne-Laure Zwilling (CNRS/Université de Strasbourg) : Exégèse biblique et homosexualité dans les églises protestantes françaises

11h35 – 12h: Pause

12h – 12h50 Mariage des couples de même sexe (1)

  • Philippe Portier (EPHE/CNRS) : L’Église catholique et le mariage pour tous.
  • Gwendoline Malogne-Fer (EPHE/CNRS) : Les Églises protestantes face au « mariage pour tous ».

12h50-14h15 Déjeuner

14h15-15h05 Mariage des couples de même sexe (2)

  • Céline Béraud (Université de Caen) : Catholiques pratiquant-e-s et marié-e-s en couple de même sexe.
  • Rebecca Alpert (Temple University, Philadelphia) : Queering Marriage Rituals? Gay and Lesbian Jews and Homonormativity.

15h05 – 15h30 pause

15h30-16h45 Identités en dialogue / Identités en conflit

  • Andrew Yip (Université de Nottingham) : Transgression and Transformation: Some Sociological Reflections on Lesbian and Gay Activism within Monotheistic Traditions.
  • Corinne Fortier (Collège de France) : Transsexuels en islam et dans les pays musulmans.
  • Jean Zaganiaris (Ecole de Gouvernance et d’Économie de Rabat) : « Sexes, mensonges et littérature » : la place des homosexualités et des islamités dans les productions littéraires marocaines.

19h : diner avec intervenants et présidents de séance

17 mars 2015 – EHESS

9h-10h40h Inclusion et exclusion LGBT dans l’histoire religieuse de l’Occident

  • Didier Lett (Université Paris-Diderot) : « Le vice sodomite ». Christianisme et tolérance sociale au Moyen Âge ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg) : De la mise en doctrine des actes homosexuels dans la théologie catholique moderne. Logique savante et réversibilité de la doctrine.
  • James Harding (Université d’Otago, Nouvelle-Zélande) : David & Jonathan: Male Friendship and Homosexuality: Soundings in Reception History
  • Chris Meredith (Université de Winchester) : Technologies of the Line: Sodom, City of Interpreters (Genesis 19).

10h40-11h15 Pause

11h15-12h30: Ressources des monothéismes pour l’inclusivité (1)

  • James Alison (auteur): The Spirit’s Moving Force: The Resources for Gay Transformation Internal to the Monotheisms and the Case of Catholicism.
  • Jill Hammer (Academy for Jewish Religion, Yonkers, New York): Queering the Torah: The Role of LGBT Midrash in claiming Revelation.
  • Steven Greenberg (National Jewish Center for Learning and Leadership, New York): Limping into the Light: Textual, Conceptual and Pragmatic Strategies for a Queer Orthodoxy.

12h30-14h30 Déjeuner

14h30- 15h30 Ressources des monothéismes pour l’inclusivité (2)

  • Delphine Horvilleur (Mouvement Juif Libéral de France) : C’est une abomination… Mais qu’est-ce qu’une abomination ?
  • David Jasper (Université de Glasgow): Jeremy Taylor’s Theology Viewed in the Context of the Contemporary Understandings of Homosexuality.

15h30-16h Pause

16h-17h15 Groupes et mouvements LGBT confessionnels

  • Mickael Durand (Sciences-Po) : Réconcilier christianisme et homosexualité. Histoire et pratiques de David et Jonathan, association d’homosexuel·le·s chrétien·ne·s.
  • Jean-François Brault (EHESS/EPHE) : Les stratégies sociales d’individus musulmans sexuellement minoritaires dans la France contemporaine.
  • Jean Vilbas (docteur en théologie) : Sacrements de l’hospitalité et rites accompagnateurs de vie: l’expérience liturgique des paroisses et des groupes inclusifs

 

Contacts

Colloque « Rire et religions » par Frédéric Gugelot dans l’émission La Fabrique de l’Histoire sur France Culture

(photo Céline Béraud) AFSR_FG

Frédéric Gugelot

Frédéric Gugelot, co-organisateur du colloque 2015 sur « Rire et religions », était ce matin l’invité d’Emmanuel Laurentin dans la Fabrique de l’Histoire sur France Culture. En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez retrouver son intervention relative au colloque entre 26’15 et 35’46 : Actualité de l’Histoire: Colloque « Rire et religions »

Colloque 2015: Rire et religions

Colloque annuel de l’AFSR avec l’IEEL

organisé par Frédéric Gugelot et Paul Zawadzki

2 et 3 février 2015

Lundi 2 février : EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail, 75007 Paris
Mardi 3 février : Institut européen Emmanuel Levinas, 6 bis rue Michel Ange, 75016 Paris

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Télécharger le programme du colloque.

Depuis quelques années, les usages du rire font l’objet d’analyses renouvelées qu’il s’agisse des historiens ou des philosophes, des anthropologues, des ethnologues ou par exemple des  critiques littéraires. Tout se passe comme si son expérience, ses formes aussi bien que ses fonctions  se trouvaient aujourd’hui réinterrogées.

Cette multiplication des textes universitaires est souvent concomitante avec une actualité à forte charge émotionnelle et polémique, qu’il suffise de nommer l’affaire des « caricatures de Mahomet » ou encore les spectacles récents de Dieudonné. Mais au-delà de l’immédiateté, la question du rire engage probablement le travail d’une société sur elle-même, ouvrant des perspectives historiques et anthropologiques plus profondes. D’ailleurs, les textes sur le rire  jalonnent la modernité européenne, songeons ne serait ce qu’à Shaftesbury, Hutcheson, Baudelaire, Freud, Bergson, Jankelevitch, Berl, Kolakowski et tant d’autres. Dès les XVIIe-XVIIIe siècles, s’élaborent des oppositions (rire/fanatisme…) ou des distinctions entre différents types de rire (raillerie agressive/joyeuse hilarité…).

Ce colloque de l’AFSR noué autour du thème « Rire et religion »  se donne pour ambition de jeter un pont entre les analyses classiques et les tentatives récentes visant à cerner les enjeux politiques et moraux du rire dans les sociétés contemporaines. Sans doute insiste-t- on beaucoup aujourd’hui sur le rire  critique, « dérangeant » et  libérateur ou sur un rire « désacralisant ». En contrepoint, Hobbes nous rappelle pourtant aussi le rire de « supériorité ». Il est des rires de subversion  mais aussi des rires de la domination. Ainsi dans les controverses religieuses, le rire est aussi une arme. Plus largement, dans son ambivalence, le rire semble entretenir un lien avec la violence qu’il s’agisse de la domestiquer ou de l’exercer. Il est une arme contre le pouvoir, mais parfois aussi une arme du pouvoir.

Le titre « rire et religions » ne doit pas faire oublier la surcharge sémantique pesant sur le mot « rire ». Les auteurs des communications seront immanquablement confrontés à la nécessaire  problématisation du lien entre le rire et l’humour, le comique, et plus lointainement sans doute l’ironie ou encore l’enthousiasme, deux notions problématisées de manière contrastée  par les Lumières en même temps que celle d’humour.  Parmi les thèmes que l’AFSR aimerait  aborder à l’occasion de ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  • Rire et modernité religieuse ; rire et distance réflexive.
  • Rire et transgression ; rire et morale ; sacrilège, blasphème, tabous etc.
  • Rire et violence ; rire et persécution ; rire et controverse
  • Le rire dans les pratiques, cultes, rites religieux, rire et possession

LUNDI 2 FEVRIER 2015
9h Ouverture Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS
Mot de bienvenue par Céline Béraud, Présidente de l’AFSR
Introduction par Frédéric Gugelot (Univ. de Reims ; CéSoR) et Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 ; GSRL ; IEEL)

9h30-12h30 : Le rire de libération, le rire de domination
Président : Heinz Wismann (EHESS)

  • Armand Abecassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme libération du tragique ».
  • Nicolas Martin-Granel, (Équipe Manuscrits francophones du Sud, ITEM-CNRS) : « Du rire apocalyptique au Congo ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».

Débat-pause

  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paolo Luigi Branca (Université catholique de Milan): « L’humour arabo-islamique ».

12h30: Assemblée générale de l’AFSR

14h30-16h: Blasphèmes, caricatures, droit
Présidente : Rita Hermon Belot (EHESS, CéSoR)

  • Elie Guerrero (Univ. de Pau et des Pays de l’Adour) : « Laïcité et protection du sentiment religieux : la question de la répression pénale du blasphème en France ».
  • Camille Viennot (Univ. Paris Ouest-Nanterre) : « L’humour et les infractions de presse ».

Débat-pause

16h15-18h: Blasphèmes, caricatures, droit (suite)

  • Frédérique Dervieux – Isabelle Saint-Martin (EPHE, HISTARA) : « Le rire comme stratégie anticléricale à la fin du XIXe s ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».

Débat

MARDI 3 FEVRIER 2015
9h30-11h: Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem
Président : Dominique Iogna-Prat (EHESS, CéSoR)

  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».
  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen, Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».

Débat-pause

11h10-12h45: Ironies, parodies
Présidente : Séverine Mathieu (Univ. Lille 2 ; GSRL)

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS) « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe -XVIIe siècles) ».
  • Andrzej Leder (IFiS-PAN ; IEEL) : « Du prêtre et du bouffon ».
  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».

Déjeuner

14h-15h: Ironies, parodies (suite)

  • Marisa Ribeiro Soares (Univ. Paul Valéry Montpellier III, RIRRA 21) : « Le clown sacré, l’homme du contraire : transgression par le rire ».
  • Morvan Lallouet (Sciences Po) : « La prière-punk des Pussy Riots et la constitution d’un scandale dans la Russie contemporaine ».

15h30-17h30: Rires et rites
Présidente : Sophie Nizard (CéSoR)

  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».
  • Alice Costa Macedo (Univ. de São Paulo) : « Rire et esprit dans les rituels de possessions afro-brésiliens ».

A l’issue du colloque, un pot réunira intervenants et participants à l’Institut européen Emmanuel Levinas. Il sera l’occasion de célébrer le prix de thèse de l’AFSR remis cette année à Sara Teinturier et Mayyada Kheir.

Avec le soutien du :

  • Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC- EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH,
  • Centre d’études en Sciences sociales du Religieux (CéSoR-EHESS),
  • Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-EPHE, UMR 8582) et de l’École des hautes études en sciences sociales.

Inscription : afsr@afsr.cnrs.fr – informations : www.afsr.cnrs.fr

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Conditions : entrée gratuite pour les membres de l’AFSR à jour de cotisation ;
pour les non-adhérents : 15 euros /étudiants et demandeurs d’emploi : 10 euros.

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Colloque 2013: Le religieux sur internet

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Fabienne Duteil-Ogata, Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Sophie Nizard

4 et 5 février 2013

Télécharger l’affiche et le programme du colloque.

Écouter les archives sonores du colloque.

 

LUNDI 4 FÉVRIER 2013

9H-12H :

Accueil Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR

Introduction Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Fabienne Duteil-Ogata, Sophie Nizard

REDESSINER LE PAYSAGE RELIGIEUX : PROBLEMATIQUES GENERALES
Sous la présidence de Sabrina Mervin, CEIFR

  • Jolyon Mitchell, The University of Edinburgh (Grande-Bretagne) : Digital Religion : Inciting Violence and Promoting Peace ?
  • Heidi Campbell, Texas A and M University (Etats-Unis) : Networked Religion : Understanding Religion online and offline in a Networked Society
  • Mia Lövheim, Uppsala University (Suède) : New Media, Religion, and Gender
  • Oliver Krüger, Université de Fribourg (Suisse) : La Noosphère, dieu et l’internet. Histoire de l’évolution et de l’utopie de la communauté à l’âge des médias
  • Selami Varlik, EHESS/CRAL : L’autorité du discours religieux sur Internet à l’épreuve du cercle herméneutique entre oralité et écriture : le cas de l’islam

12H-13H : ASSEMBLEE GENERALE DE L’AFSR

14H-17H 30 : DES CONCEPTEURS AUX USAGERS
Sous la présidence de Nicoletta Diasio, Université de Strasbourg

  • Pascal Lardellier, Université de Bourgogne : Rencontres virtuelles religieuses, très réelle endogamie.
  • Sandra Houot, Université Lyon 2 : Du virtuel et de ses usages : Une lecture renouvelée de l’islam contemporain
  • Andrea Catellani, Université catholique de Louvain (Belgique) : Prier en ligne/ le site “Notre Dame du Web”, observations socio-sémiotiques
  • Pierre-Yves Kirschleger, Université Paul-Valéry Montpellier III : Aux commandes du premier réseau protestant francophone, Jésus.net
  • Damien Mottier, Musée du Quai Branly : Le télé-fidèle existe-t-il ? Enquête au sein d’une Église pentecôtiste africaine de la région parisienne
  • David Douyère, Université Paris 13 : Accompagner et susciter la prière à distance

SEANCE POSTERS

18h : Un cocktail sera offert aux participants. Allocution de Madame I. This Saint-Jean, Vice-Présidente chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche – Conseil régional d’Ile-de-France

MARDI 5 FÉVRIER 2013

9H-12H30 : VISIBILITE ET AUTORITE DU RELIGIEUX ONLINE ET OFFLINE
Sous la présidence de Antonio Casilli, Institut Mines Telecom

  • Chrystal Vanel, EPHE/GSRL (CNRS) : Mormonisme et Internet : entre promotion institutionnelle et régulation de l’utilisation individuelle
  • Alexandre Benod, Université Jean-Moulin Lyon 3 : Le Web à tâtons ou comment la nouvelle religion japonaise Agonshû se perd sur la toile
  • Ingrid Therwath, Centre de sciences humaines New Delhi (Inde) : Le nationalisme hindou sur la Toile : mondialisation, délocalisation et discrétion
  • Laurence Podselver, EHESS/CRH/CEJ : De la visibilité à la religion spectacle ; la judéité sur internet
  • André Julliard, CNRS/IDEMEC : L’imaginaire n’est plus au pied de la statue. Politique internationale et Internet dans les cultes à S. Nicolas (France, Italie)
  • Isabelle Jonveaux, Université de Graz (Autriche) et EHESS/CEIFR : La virtualité comme catégorie religieuse. Monastères invisibles et monastères en ligne

SEANCE POSTERS

14H-17H30 : DU VIRTUEL ET DU REEL, PRESENCE/ABSENCE DES CORPS
Sous la présidence de Sophie Nizard, CEIFR

  • Lionel Obadia, Université Lyon 2 : Quand la virtualité façonne la réalité sociale : les fake cults et la Church of the Flying Spaghetti Monster
  • Kerstin Radde Antweiler, Université de Bremen (Allemagne) : Real Religion, Authenticity as an Analytical Concept for Internet Research ?
  • Fabienne Duteil-Ogata, LAU/IIAC : Nouvelles pratiques funéraires japonaises : de la tombe ordinateur à la tombe online
  • Mira Niculescu, EHESS/CEIFR : Se connecter et prendre l’avion. De San Francisco à Jérusalem, la nouvelle méditation juive en réseau
  • Julien Bondaz, LAS-ENS : Images cultuelles et écrans mourides. Deux cas d’expertise iconographique et religieuse sur Internet

DEBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE

LISTE DES POSTERS  :

  • Constance Arminjon, EPHE : La diffusion d’Internet et l’ouverture d’un nouveau champ dans le droit islamique chiite
  • Mirel Banica, Institut roumain d’histoire des religions (Roumanie) : Religion, « miracle » et Internet. Le cas de l’Orthodoxie roumaine
  • Sariette Batibonak, Université Aix-Marseille : Cyber-évangélisation : le cas du Cameroun
  • François-Xavier Bauduin, CEIFR/EHESS : Le mouvement raélien et son positionnement sur internet : entre stratégie de prosélytisme et régulation de l’expression communautaire du croire
  • Claire Donnet, Université de Strasbourg : Les onlines religions, des terrains sociologiques à part entière : l’exemple d’Hijab and the city
  • Rose-Marie Farwell, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : Internet et constructions identitaires dans le milieu néo-païen en Angleterre
  • Fatima Khemilat, EPHE et Université Paris 1 : Le rôle d’internet dans les controverses autour de l’islam en France : entre mobilisation et contre-mobilisation. Le cas de la controverse autour des prières de rue