Colloque 2015: Rire et religions

Colloque annuel de l’AFSR avec l’IEEL

organisé par Frédéric Gugelot et Paul Zawadzki

2 et 3 février 2015

Lundi 2 février : EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 bd. Raspail, 75007 Paris
Mardi 3 février : Institut européen Emmanuel Levinas, 6 bis rue Michel Ange, 75016 Paris

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Télécharger le programme du colloque.

Depuis quelques années, les usages du rire font l’objet d’analyses renouvelées qu’il s’agisse des historiens ou des philosophes, des anthropologues, des ethnologues ou par exemple des  critiques littéraires. Tout se passe comme si son expérience, ses formes aussi bien que ses fonctions  se trouvaient aujourd’hui réinterrogées.

Cette multiplication des textes universitaires est souvent concomitante avec une actualité à forte charge émotionnelle et polémique, qu’il suffise de nommer l’affaire des « caricatures de Mahomet » ou encore les spectacles récents de Dieudonné. Mais au-delà de l’immédiateté, la question du rire engage probablement le travail d’une société sur elle-même, ouvrant des perspectives historiques et anthropologiques plus profondes. D’ailleurs, les textes sur le rire  jalonnent la modernité européenne, songeons ne serait ce qu’à Shaftesbury, Hutcheson, Baudelaire, Freud, Bergson, Jankelevitch, Berl, Kolakowski et tant d’autres. Dès les XVIIe-XVIIIe siècles, s’élaborent des oppositions (rire/fanatisme…) ou des distinctions entre différents types de rire (raillerie agressive/joyeuse hilarité…).

Ce colloque de l’AFSR noué autour du thème « Rire et religion »  se donne pour ambition de jeter un pont entre les analyses classiques et les tentatives récentes visant à cerner les enjeux politiques et moraux du rire dans les sociétés contemporaines. Sans doute insiste-t- on beaucoup aujourd’hui sur le rire  critique, « dérangeant » et  libérateur ou sur un rire « désacralisant ». En contrepoint, Hobbes nous rappelle pourtant aussi le rire de « supériorité ». Il est des rires de subversion  mais aussi des rires de la domination. Ainsi dans les controverses religieuses, le rire est aussi une arme. Plus largement, dans son ambivalence, le rire semble entretenir un lien avec la violence qu’il s’agisse de la domestiquer ou de l’exercer. Il est une arme contre le pouvoir, mais parfois aussi une arme du pouvoir.

Le titre « rire et religions » ne doit pas faire oublier la surcharge sémantique pesant sur le mot « rire ». Les auteurs des communications seront immanquablement confrontés à la nécessaire  problématisation du lien entre le rire et l’humour, le comique, et plus lointainement sans doute l’ironie ou encore l’enthousiasme, deux notions problématisées de manière contrastée  par les Lumières en même temps que celle d’humour.  Parmi les thèmes que l’AFSR aimerait  aborder à l’occasion de ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  • Rire et modernité religieuse ; rire et distance réflexive.
  • Rire et transgression ; rire et morale ; sacrilège, blasphème, tabous etc.
  • Rire et violence ; rire et persécution ; rire et controverse
  • Le rire dans les pratiques, cultes, rites religieux, rire et possession

LUNDI 2 FEVRIER 2015
9h Ouverture Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS
Mot de bienvenue par Céline Béraud, Présidente de l’AFSR
Introduction par Frédéric Gugelot (Univ. de Reims ; CéSoR) et Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 ; GSRL ; IEEL)

9h30-12h30 : Le rire de libération, le rire de domination
Président : Heinz Wismann (EHESS)

  • Armand Abecassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme libération du tragique ».
  • Nicolas Martin-Granel, (Équipe Manuscrits francophones du Sud, ITEM-CNRS) : « Du rire apocalyptique au Congo ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».

Débat-pause

  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paolo Luigi Branca (Université catholique de Milan): « L’humour arabo-islamique ».

12h30: Assemblée générale de l’AFSR

14h30-16h: Blasphèmes, caricatures, droit
Présidente : Rita Hermon Belot (EHESS, CéSoR)

  • Elie Guerrero (Univ. de Pau et des Pays de l’Adour) : « Laïcité et protection du sentiment religieux : la question de la répression pénale du blasphème en France ».
  • Camille Viennot (Univ. Paris Ouest-Nanterre) : « L’humour et les infractions de presse ».

Débat-pause

16h15-18h: Blasphèmes, caricatures, droit (suite)

  • Frédérique Dervieux – Isabelle Saint-Martin (EPHE, HISTARA) : « Le rire comme stratégie anticléricale à la fin du XIXe s ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».

Débat

MARDI 3 FEVRIER 2015
9h30-11h: Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem
Président : Dominique Iogna-Prat (EHESS, CéSoR)

  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».
  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen, Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».

Débat-pause

11h10-12h45: Ironies, parodies
Présidente : Séverine Mathieu (Univ. Lille 2 ; GSRL)

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS) « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe -XVIIe siècles) ».
  • Andrzej Leder (IFiS-PAN ; IEEL) : « Du prêtre et du bouffon ».
  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».

Déjeuner

14h-15h: Ironies, parodies (suite)

  • Marisa Ribeiro Soares (Univ. Paul Valéry Montpellier III, RIRRA 21) : « Le clown sacré, l’homme du contraire : transgression par le rire ».
  • Morvan Lallouet (Sciences Po) : « La prière-punk des Pussy Riots et la constitution d’un scandale dans la Russie contemporaine ».

15h30-17h30: Rires et rites
Présidente : Sophie Nizard (CéSoR)

  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».
  • Alice Costa Macedo (Univ. de São Paulo) : « Rire et esprit dans les rituels de possessions afro-brésiliens ».

A l’issue du colloque, un pot réunira intervenants et participants à l’Institut européen Emmanuel Levinas. Il sera l’occasion de célébrer le prix de thèse de l’AFSR remis cette année à Sara Teinturier et Mayyada Kheir.

Avec le soutien du :

  • Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC- EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH,
  • Centre d’études en Sciences sociales du Religieux (CéSoR-EHESS),
  • Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-EPHE, UMR 8582) et de l’École des hautes études en sciences sociales.

Inscription : afsr@afsr.cnrs.fr – informations : www.afsr.cnrs.fr

Télécharger le bulletin d’inscription au colloque.

Conditions : entrée gratuite pour les membres de l’AFSR à jour de cotisation ;
pour les non-adhérents : 15 euros /étudiants et demandeurs d’emploi : 10 euros.

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2011: Croire en actes

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca

7 et 8 février 2011

EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 75007 Paris.

Télécharger l’affiche du colloque.

Télécharger le programme du colloque.

L’objectif de ce colloque est d’explorer le « croire » en actes dans le religieux ou à ses frontières. Le choix de se focaliser sur l’acte performatif nous fait préférer le verbe « croire » au substantif croyance. L’attention sera portée sur l’activité complexe et réflexive que représente le travail de justification et de rationalisation associé à l’acte de croire. Seront examinées les subtilités des modalités du croire – mineures, détachées, parfois mécaniques ou, à l’opposé, intenses, voire extrêmes – qui se rencontrent parfois chez un même individu. Nous nous intéresserons, en outre, aux conditions d’acceptabilité du croire fixées par des instances externes ou internes aux groupes considérés. Ces conditions peuvent conduire des acteurs (religieux ou non) à dénoncer ou à tolérer des actes qui selon les circonstances peuvent être jugés « intensifs » ou, au contraire, « excessifs ». Ce colloque s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire qui lie une sociologie de l’acte de croire qui trouve des ressources dans une pluralité d’approches (du pragmatisme à l’individualisme ; du culturalisme à la compréhension) à l’ethnologie, à l’histoire et aux sciences politiques.

 

LUNDI 7FEVRIER

9h15-12h – 1ère Session – Formes, dimensions, définitions du « croire »

Président de séance : Denis Pelletier (GSRL, EPHE)

  • Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg, LCSE, présidente de l’AFSR) : « Quelques réflexions introductives sur les définitions et les dimensions du croire »
  • Wiktor Stoczkowski (EHESS, LAS) « La croyance n’est pas toujours ce que l’on croit : entre croire et savoir »
  • Albert Piette (Université de Strasbourg, LCSE) « Quand croire c’est faire et un peu plus »
  • Lionel Obadia (Université de Lyon 2, CREA), « Nouvelles approches du croire : entre pragmatisme et cognitivisme, quelle alternative pour la sociologie et l’anthropologie ? »

14h-17h – 2ième session – Temporalités et oscillations du « croire »

Présidente de séance Chantal Bordes-Benayoun (CRA-EHESS Toulouse)

  • Pierre Bréchon (IEP G, PACTE) « Le croire religieux des Français, d’après les enquêtes ISSP de 1998 et 2008 »
  • Roberte Hamayon (EPHE, GSRL) « L’engagement : contraintes et dynamiques »
  • Emma Aubin-Boltanski (CEIFR), Nour Farra Haddad (Université Saint-Joseph, Beyrouth) « Présentifier les saints dans la maison d’une visionnaire de Beyrouth : entre affirmation et doute ou l’oscillation au cœur du croire en actes »
  • Galia Valtchinova (Académie de Sciences de Bulgarie) « “Je crois en une force” : énonciation et déplacements du sens du croire d’un régime politique à l’autre (la Bulgarie, années 1990-années 1970 et retour en 2010 »
  • Claudine Gauthier (CEIFR, EHESS) « Conversion et réformes du croire dans le zoroastrisme contemporain »

Fin d’après midi

  • 17h15-18h15 Session Posters en salle 8, même bâtiment, EHESS, 105 Bd Raspail (le programme détaillé de la session : titres et auteurs des posters se trouve en bas de cette page)
  • 18h15-19h15 Assemblée Générale de l’AFSR, salle 8
  • 19h15 – 21h Cocktail dînatoire, salle 8, pour les intervenants et participants inscrits au colloque.

 

Mardi 8 février

9h-12h – 3ième session – Validations du « croire » et acceptabilité sociale

Présidente de séance Rita Hermon-Belot (CEIFR, EHESS Paris)

  • Séverine Mathieu (EPHE, GSRL) « Et Dieu dans tout ça ?Le recours à l’Aide médicale à la procréation chez les pratiquants catholiques »
  • Nathalie Luca (CEIFR, CNRS) « Théologie de la prospérité ou développement personnel ? Le croire, d’un espace l’autre »
  • Violaine Mézière (CEIFR, EHESS) « Validation des croyances au sein de l’Aetherius Society »
  • Jeanne Favret-Saada (EPHE) « Une précondition à la mise en actes du croire : le recours aux universaux de l’interaction sociale »

14h-17h – 4ième session – Acceptabilité sociale du « croire » par les acteurs

Président de séance Pierre-Antoine Fabre (CARE-EHESS Paris)

  • Gerald Bronner (Univ. de Strasbourg et IUF, LCSE) « Le croire extrême »
  • Philippe Gonzalez et Joan Stavo-Debauge (Faculté des Sciences Politiques et Sociales de l’Université de Lausanne et chercheur) « Les savoir-faire des créationnistes : faire savoir pour administrer le croire »
  • Prisca Bouillet (LCSE, UdS) « La prière des malades : “croire” intensif ou “croire” excessif »
  • Christine Rodier (LCSE, UdS) « “Croire pour manger ou manger pour croire”. Des pratiques alimentaires à la performativité du croire »
  • Discussion finale du colloque

Session poster : liste des contributions

  • Virginie Alnet (docteure en sociologie de l’EHESS) et Giovanna Rech (post-doctorante à l’Université de Trento) « Narrations du croire : en quête d’une rationalité axiologique »
  • Maria Alessandra Bianchi (doctorante, CHERPA, IEP Aix) « Adhésion au bouddhisme et validation sociale du croire : le cas du dzogchen en France et en Italie »
  • Yaël Hirsch (docteure en sciences politiques, Chargée de cours à l’IEP Paris) « La juste distance à la croyance : le cas de la conversion religieuse »
  • Guenolé Labey-Guimard (doctorant, CEIFR, EHESS) « Croire et engagement caritatif »
  • Sara Marinari (doctorante, EHESS, GSPM) « Croire, au temps de l’interaction. Le mouvement psychosocial chez Gabriel Tarde »
  • Thomas Marty (doctorant, GAP, Université Paris Ouest) « Le corps électoral a-t-il une âme ? Croire en catholique à un mode de scrutin proportionnel ».
  • Mira Niculescu (doctorante, CEIFR, EHESS) « Passeur de frontières du croire. Les stratégies de cohérence du juif-bouddhiste naviguant entre deux univers religieux »
  • Etienne Pingaud (doctorant CESSP, EHESS, ATER IEP Strasbourg) « Dynamique du croire chez les jeunes musulmans »
  • Sébastien Poulain (doctorant, Université Paris 1, CESSP) « Le déni de croyance ou la question taboue de la place de l’ufologie entre science et religion.
  • Sara Teinturier (doctorante, EPHE, GSRL) « “Remplir un ministère” ? Le corps enseignant laïque des institutions scolaires catholiques en France dans l’entre deux-guerres, entre confrontation, adhésion et distanciation »

 

Sigles : CEIFR : Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux ; CESSP : Centre Européen de Sociologie et de Science Politique ; CHERPA : Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative ; CRA Centre de Recherches Anthropologiques ; CREA : Centre d’Etudes et de Recherches Anthropologiques ; GAP : Groupe d’Analyse Politique ; GSRL : Groupe Sociétés, Religions, Laïcités ; GSPM : Groupe de Sociologie Politique et Morale ; IRSA : Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques ; LCSE : Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe ; LAS : Laboratoire d’anthropologie sociale ; PACTE : Politiques publiques, Action politique, Territoires.