Archives de catégorie : soutenance de thèse

soutenance de thèse de Stéphanie Maffre (4 juin, Paris)

 

Stéphanie MAFFRE soutiendra sa thèse de doctorat en histoire le mardi 4 juin à 14h00 à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes Le mardi 4 juin 2019 à 14h00, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (salle 1)

La trame du passé et les fils de l’histoire. La fabrique du passé à Mazamet : protestants, catholiques et autres. Enjeux historiographiques et mémoriels. XIXe-XXIe siècle

Jury :

M. Patrick Cabanel, EPHE Paris, Directeur de thèse

Mme Sylvie Aprile, Université Paris-Nanterre – Rapporteur

M. Jérôme Bocquet, Université d’Orléans (Espé Centre Val de Loire) – Rapporteur

Mme Arlette Farges, CNRS-EHESS

M. Denis Pelletier, EPHE-CNRS

Résumé :

A Mazamet, au XVIIIe siècle, se développe l’activité de tissage, de travail du drap et de la laine. La ville devient, au début du XXe siècle, un centre mondial de délainage, dans une région plutôt enclavée où, depuis le XVIe siècle, cohabitent protestants et catholiques. Dans ce contexte s’est construit un discours sur le passé de la ville qui énonce le paradoxe, réel ou fantasmé, suivant : « Les ouvriers votaient à droite car catholiques, et les patrons votaient à gauche car protestants ». Ce récit, fruit de près d’un siècle de sédimentation, accepté et intégré par la population, demeure encore aujourd’hui opératoire. La déconstruction du discours permet de penser la capacité du religieux à influer sur la reproduction d’un ordre social établi et encadré par les élites économiques, politiques et religieuses de la ville. Le religieux questionne également cet ordre social, quitte à le subvertir et à revisiter les représentations sociales et religieuses des populations. Dès lors, comment penser les rapports du religieux au social et au politique sans produire d’anachronismes tout en tenant compte des jeux d’échelles sur un temps relativement long ? Il s’agit, ici, d’éviter l’écueil de l’essentialisation qui a trop souvent voulu faire dire à l’histoire ce qu’elle n’avait pas été. L’analyse des rapports entre mémoires et histoire met en lumière les périodes  et les acteurs du passé oubliés ou occultés dans ce récit. A partir de l’exemple de Mazamet, ce travail interroge la discipline historique sur sa capacité à questionner les modes de production, de transmission, de diffusion de discours sur le passé et à mettre en doute, inlassablement, les évidences.

Soutenance de thèse de Josselin Tricou (6 juin 2019)

La soutenance de thèse de Josselin Tricou aura lieu le jeudi 6 juin 2019 à 14 h à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, à l’Espace Deleuze (bâtiment A, niveau 1).

Cette thèse de doctorat en science politique-études de genre est intitulée « Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politiques de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980 »

La soutenance aura lieu devant un jury composé de :

·        Catherine Achin, professeure de science politique, Université Paris-Dauphine, rapporteure

·        Céline Béraud, directrice d’études en sociologie à l’EHESS, rapporteure

·        Isabelle Clair, chargée de recherche en sociologie au CNRS

·        Éric Fassin, professeur de sociologie, Université Paris 8, directeur

·        Laurent Jeanpierre, professeur de science politique, Université Paris 8

·        David Paternotte, chargé de cours en sociologie, Université libre de Bruxelles

Résumé

Cette thèse se situe à la croisée de la sociologie du catholicisme et des études de genre. Elle prend pour objet la masculinité des prêtres à partir du modèle théorique de R. Connell. Dans un contexte de perte d’emprise de l’Église catholique au sein des sociétés occidentales, que redouble la démocratisation sexuelle qui s’y déploie, elle analyse les caractéristiques des masculinités cléricales à une triple échelle : les processus de subjectivation genrée des prêtres, les divers régimes locaux de genre dans un catholicisme fragmenté, et, enfin, les mobilisations émergentes autour des questions de masculinité au sein du pôle d’identité du catholicisme contemporain. La toile de fond de cette recherche est, en effet, la bataille entre les différentes fractions du catholicisme dont le genre est devenu un terrain privilégié. 

La thèse analyse d’abord les effets d’une disqualification symbolique dans l’ordre du genre de la masculinité sacerdotale qui vient percuter un secret institutionnel bien gardé jusque-là, celui de la fonction de placard qu’avait l’institution cléricale. Or, loin que le discours actuel du Vatican contre l’homosexualité soit dissuasif, il a pour effet paradoxal d’attirer les candidats homosexuels au sacerdoce, alors même que la vocation a largement été désertée par les hétérosexuels après l’avoir été par les classes populaires. Elle analyse ensuite les efforts de l’appareil catholique pour contrer cette disqualification. Genre et sexualité sont ici pris dans une triple dimension : lieu d’expression du pouvoir au sein de l’institution, champ de luttes pour maintenir la position de l’institution au sein de la société et, enfin, objet de politiques mises en œuvre par ses agents.

Mots-clés : Genre – Masculinité – Homosexualité – Catholicisme – Clergé – Démocratie sexuelle