Appartenances indé-sirables. Le religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation (Publication 2019)

Dirigé par Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory et Marie-Claire Willems, cet ouvrage collectif réunit 16 sociologues, anthropologues ethistorien.ne.s qui, à partir de perspectives différentes, ont tenté de saisir l’articulation entre appartenances ethnicoraciales et appartenances religieuses dans leurs situations d’enquête respectives.

Vous trouverez ci-dessous la présentation du livre ainsi que le sommaire. 

 

 

PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Comment penser ensemble les appartenances ethnicoraciales et les appartenances religieuses ? De quelles manières saisir le religieux pour qu’il ne soit ni un masque, ni un succédané d’autres faits sociaux qui sembleraient plus importants ou plus réels ? Ce livre démontre combien il est aujourd’hui nécessaire de réfléchir à l’articulation des trois dimensions que sont le religieux, la race et l’ethnicité. En présentant les résultats d’enquêtes menées dans de nombreuses régions du monde, auprès de religions aussi diverses que le christianisme (catholicisme, évangélisme, mormonisme, pentecôtisme, protestantisme), le culte de l’umbanda, l’islam (chiisme, culte mouride, sunnisme), le judaïsme comme les religions asiatiques, les chapitres de ce livre analysent une imbrication toujours complexe.

Le croisement des approches disciplinaires, mais aussi l’attention accordée aux cadres sociohistoriques et aux temporalités permettent de saisir combien les processus de racisation, d’ethnicisation et de confessionnalisation se travaillent mutuellement. En affrontant l’enjeu politique inhérent à l’interrelation entre religieux, race et ethnicité, cette étude collective met en lumière une triangulation bonne à penser. Seize chercheuses et chercheurs ont affronté des questions parfois hautement polémiques dans l’espace public – français en particulier. Elles et ils proposent différents points de vue sur la manière d’appréhender cette relation triangulaire. Elles et ils l’observent dans les assignations et les catégorisations, les mobilisations, les marques désirables et indésirables, tout en restant réceptifs à saisir cette triangulation là où l’on s’y attendrait moins. Cette réflexion collective appelle donc à penser la fluidité entre des appartenances qui se co-construisent, s’incluent et parfois s’excluent, au sein des rapports sociaux de domination. Elle témoigne de l’émergence d’un champ scientifique en construction.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Introduction générale

Religieux, race, ethnicité. Au croisement des marques in-désirables

Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory, Marie-Claire Willems

Articulations historiques du religieux, de la race et de l’ethnicité

Évitements et entrecroisements épistémologiques. À propos des relations entre le religieux et les relations interethniques dans les sciences humaines et sociales (Simona Tersigni et Claire Vincent-Mory)

Les religions monothéistes confrontées à la « race » (XVe-XXIe siècle). Quelques pistes de réflexion et de recherche (Vincent Vilmain)

Recomposition idéal-typique des modalités ethnicité/race et religion. Soninké, noir, musulman. Entre imbrication et totalisation (Mahamet Timera)

Racialiser la religion, Séculariser l’Empire. Sécularisme, conversion et citoyenneté en Algérie coloniale (Mohamed Amer Meziane)

Ethnicisation de l’islam et racialisation des musulmans dans le répertoire islamophobe d’Oriana Fallaci (Bruno Cousin)

Minorisation et médiations religieuses dans les arènes publiques

Religiosités entre étatisation et réappropriation populaire. Les cérémonies de Âshurâ en Iran (Sepideh Parsapajouh)

La construction du prestige parmi les églises pentecôtistes gitanes en Espagne (Manuela Cantón Delgado)

La spectacularisation des appartenances, entre ethnicisation et racisation du religieux (Monika Salzbrunn)

La construction de l’altérité portugaise entre religion et ethnicité. Ethnographie d’un pèlerinage catholique (Guillaume Étienne)

Plus qu’une religion ? Des rapports du mormonisme aux concepts de race, d’ethnie et de culture (Chrystal Vanel)

 Logiques ordinaires et rituelles de la (dés)ethnicisation et de la (dé)racisation

La diversité culturelle au sein du protestantisme français. Enjeux de pouvoir et jeux de catégorisation ethnico-religieuse (Gwendoline Malogne-Fer)

Convertir l’Europe : des effets contrastés de la race dans le discours évangélique afro-français (Sarah Demart)

Comprendre la racialisation du religieux. Les convertis blancs à l’islam en France et aux États-Unis comme cas d’étude atypique (Juliette Galonnier)

Cesser d’être musulman.e.s. Décompositions et recompositions en jeu (Marie-Claire Willems)

Nouvelles images de pretos-velhos. Significations et enjeux contemporains de la racialisation de l’umbanda (Marina Rougeon)

Postface (Anne Raulin)

Amandine BARB Entre Dieu et César, Histoire politique des accommodements religieux aux Etats-Unis (publication)

Amandine Barb vient de publier un livre issu de sa thèse de science politique soutenue en 2013 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.

Des dirigeants d´entreprises qui contestent, au nom de leurs croyances religieuses, une loi fédérale les obligeant à prendre en charge les moyens de contraception de leurs employées ; un boulanger chrétien du Colorado qui refuse de préparer le gâteau de mariage d´un couple homosexuel, en violation de la législation antidiscriminatoire de l´État ; une prison de l´Arkansas qui, pour des raisons d´hygiène et de sécurité, interdit à un détenu musulman de se laisser pousser la barbe, conformément à ses convictions religieuses… Ces conflits entre lois et obligations de conscience, et les demandes sous-jacentes d´accommodements de la part des individus ou des groupes concernés sont devenus au début du xxie siècle, dans un contexte de diversification et de politisation des identités confessionnelles, l´un des principaux enjeux des rapports entre l´État et la religion aux États-Unis. Alors que l´administration Trump a déjà entrepris de renforcer les « droits de la conscience », notamment dans le domaine de la santé, cet ouvrage propose une histoire politique des conflits entre loi et religion outre-Atlantique. À travers une analyse de la façon dont les autorités publiques ont géré les demandes d´accommodements depuis la période coloniale, l´auteure interroge les frontières fluctuantes de la liberté de conscience aux États-Unis et met en évidence les transformations historiques du modèle américain de séparation entre l´Église et l´État.

la Table des Matières est accessible à partir du site de l’éditeur

Sociologues en quête de religion

L’ouvrage Sociologues en quête de religion, dirigé par Céline Béraud, Bruno Duriez et Béatrice de Gasquet vient de paraitre aux Presses Universitaires de Rennes

Cet ouvrage collectif fait suite au colloque AFSR 2014 « Le religieux dans les sciences sociales en France : une légitimité problématique ».


Alors que certaines manifestations religieuses se trouvent au cœur de l’actualité et qu’elles suscitent des débats passionnés, comment expliquer le peu d’intérêt apparent des sociologues pour le religieux, qui était pourtant un objet central chez les « pères fondateurs » de la sociologie ? Est-ce parce que le religieux n’est pas vu ou parce qu’il est évité ? Est-il encore considéré comme voué à disparaître ? Une telle situation ne s’explique-t-elle pas également par l’isolement de la sociologie des religions par rapport aux autres sociologies spécialisées ? C’est à ces questions que cet ouvrage s’attache à répondre.


Vous trouverez sur le site des Presses Universitaires de Rennes une présentation détaillée de l’ouvrage.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4734

Ont également contribué à cet ouvrage Amandine Barb, Pierre Bréchon, Nicolas Commune, Baptiste Coulmont, Guillaume Cuchet, Claire de Galembert, Jean-Pascal Gay, François Héran, Danièle Hervieu-Léger, Pierre Lassave, Olivier Martin, Lionel Obadia, Philippe Portier, Corinne Rostaing, Charles Soulié et Mahamet Timéra.


Rémy Bethmont et Martine Gross (dir.) Homosexualité et traditions monothéistes : vers la fin d’un antagonisme?

Les actes du colloque organisé en mars 2015 à l’Université de Paris 8 et à l’EHESS viennent de paraitre.

L’idée que le christianisme, le judaïsme ou le l’islam puissent tenir un discours autre que négatif sur l’homosexualité a longtemps semblé impensable. Pourtant depuis plusieurs décennies, d’abord dans le monde anglo saxon puis dans des pays comme la France, on observe des évolutions notables au sein des confessions chrétiennes, musulmanes et juives sur la question de l’homosexualité.

Cet ouvrage collectif donne un aperçu des différents niveaux sur lesquels s’opère l’avènement d’une nouvelle place donnée aux homosexuels dans les traditions monothéistes : identitaire, doctrinal, herméneutique, historiographique et liturgiques.

Sommaire

Préface, par Philippe Portier

Introduction, par Rémy Bethmont et Martine Gross

I. Identités religieuses et LGBT: du conflit à la réconciliation

Chapitre 1 : Quand la religion rencontre la sexualité  vers une autre histoire par Andrew Kam-Tuck Yip

Chapitre 2 : Les stratégies sociales de Queer Muslims en France, par Jean-François Brault

Chapitre 3 : Réconcilier christianisme et homosexualité. Histoire et politique de l’identité du mouvement David & Jonathan en France, par Mickaël Durand

Chapitre 4: La «pratique de l’homosexualité» et la Communion anglicane : considérations théologiques et identitaires par Mark Chapman

Chapitre 5: Intersexuation, transsexualité et homosexualité en pays d’islam, par Corinne Fortier 

Chapitre 6 : « Sexe, mensonges et littérature » : la place des homosexualités et des islamités dans les productions littéraires marocaines, par Jean Zaganiaris

II. Les traditions herméneutiques en question
Chapitre 7 : Les lignes qui quadrillent Sodome : sexualité, espace, hétérotopie en Genèse 19, par Christopher Meredith

Chapitre 8: Amitié entre hommes et homosexualité: historique de la réception de l’épisode biblique de David et Jonathan, par James E. Harding

Chapitre 9: La Torah queer: l’appropriation de la Révélation par les midrashim LGBTQ, par Jill Hammer

Chapitre 10 : Concilier unité de référence et diversité de convictions: exégèse biblique et homosexualité dans les Églises protestantes françaises, par Anne-Laure Zwilling
III. Réappropriations de l’histoire religieuse

Chapitre 11: Le «vice sodomite» au Moyen Âge. Contribution à une histoire des homosexuels, par Didier Lett

Chapitre 12 : Élaboration doctrinale, pression normative et agency individuelle: les ambiguïtés du discours théologique catholique de l’époque moderne face à l’homosexualité masculine, par Jean-Pascal Gay

Chapitre 13 : Amour et relations humaines : Une lecture de Jeremy Taylor et des théologiens carolins, par David Jasper

IV. Réappropriations de la tradition liturgique

Chapitre 14: Sacrements de l’hospitalité et rites accompagnateurs de vie : l’expérience liturgique des paroisses et des groupes inclusifs, par Jean Vilbas

Chapitre 15 : Catholiques pratiquant-e-s et marié-e-s en couple de même sexe, par Céline Béraud

Chapitre 16 : Mariage juif et kidouchin : des cérémonies queer ou égalitaires ?, par Rebecca Alpert

Vous pouvez télécharger ici la :  Table des matières

Parution : De la religion en prison

De la religion en prison

par Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostain, Presses Universitaires de Rennes, 2016, coll. Sciences des religions.

Cette recherche sociologique, basée sur deux ans d’enquête de terrain au sein des prisons  françaises, englobe toutes les religions et se décentre du versant le plus exceptionnel ou spectaculaire du religieux pour embrasser ses manifestations ordinaires. Elle met au jour la façon dont l’administration gère les cultes. Elle donne des clés pour comprendre la façon dont les personnes détenues mobilisent – ou non – la religion et les rôles que peuvent tenir les aumôniers en la matière.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), laboratoire ISP-UMR 7220.

Sommaire et bon de commande

Les géométries variables de la laïcité

• Insolite laïcité pénitentiaire

• Renaissance d’une politique du culte

• Variations locales

L’opium du prisonnier ?

• Les secours du religieux

• Une ressource relative

• La religion qui contraint

Les aumôniers : alliés des détenus ou de l’administration ?

• Quand l’aumônerie se réinvente

• Des tiers dans la détention

• Outil de gouvernement de la prison ?

Religions en Questions: Ben Hounet, Lefranc, Puccio-Den (dirs.), « Justice, religion, réconciliation »

JUSTICE, RELIGION, RÉCONCILIATION

Sous la direction de Yazid ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

Comment le langage religieux fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Les contributions analysent ce phénomène à travers de nombreux exemples (Algérie, Maroc, Chili, Israël-Palestine). Protégés par la spécificité de leur langue, ces acteurs la déforment au gré d’interactions avec des acteurs venus d’autres mondes, ou de leurs activités dans d’autres secteurs, au premier rang desquels l’arène politique.

ISBN : 978-2-343-03311-2 • 15 septembre 2014 • 206 pages • 19,95 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

 

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Religions en Questions: Nathalie Luca, « Croire et en rêver »

JPEG - 40.5 ko

Y CROIRE ET EN RÊVER. Réussir dans le marketing relationnel de multiniveaux
Nathalie Luca

Dans les années 1960, aux États-Unis, des entrepreneurs chrétiens se sont élevés contre un capitalisme qu’ils jugeaient inhumain, et ont bâti des entreprises dont le mot d’ordre était la compassion : compassion vis-à-vis de la terre-mère saccagée pour des bénéfices immédiats, vis-à-vis de l’être humain exploité pour le bien-être de quelques-uns. Ils voulaient ramener les valeurs d’amour, de respect, d’entraide du christianisme au cœur de leur management, sans remettre en cause l’idée de profit. Le protestant américain n’a-t-il pas toujours vu dans la réussite le signe de l’élection divine ?

Le marketing relationnel de multiniveaux est né de cet idéal chrétien, avant de se répandre à travers le monde où il s’est transformé, délaissant parfois l’héritage protestant au profit d’autres idéaux – religieux ou non. Il est aujourd’hui en plein essor, bien que peu connu en France. Il s’agit d’un mode d’organisation de la vente directe qui permet aux vendeurs de recruter d’autres vendeurs et d’être en partie rémunérés par une commission sur les ventes des recrues. Des réseaux de distributeurs se forment de la sorte et se développent sur la scène internationale, en particulier dans les périodes de crises économiques.

Le multiniveau permet d’aborder bien des questions qui se posent à nos sociétés : construction des identités, mondialisation des échanges, transnationalisation des réseaux, engagement dans le monde entrepreneurial, liens entre le monde entrepreneurial et le religieux. Pour Nathalie Luca, il est une entrée surprenante et passionnante pour construire une anthropologie du Croire.

L’auteure

Nathalie Luca est anthropologue, directrice de recherche au CNRS. Elle est directrice adjointe du Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits religieux (EHESS/CNRS) et corédactrice en chef des Archives de Sciences Sociales des Religions. Elle est notamment l’auteur de : Le salut par le foot. Une ethnologue chez un messie coréen (1997), Individus et pouvoirs face aux sectes (2008) et Les sectes (2011).

Table des Matières

Prologue
Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
DU CAPITALISME DE LA COMPASSION AU MULTINIVEAU
I. De l’éthique protestante au capitalisme de la compassion : les débuts du multiniveau
II. Le multiniveau : un modèle capitaliste alternatif ?
III. Construire son réseau
IV : Le marketing relationnel et le New Age

- DEUXIÈME PARTIE
LE MULTINIVEAU A L’ECHELLE INTERNATIONALE
I. Les acteurs de la transnationalisation du multiniveau
II. Du rôle du pentecôtisme dans l’essor puis la remise en cause du multiniveau en Corée du Sud
III. De l’implantation du multiniveau en Haïti : l’histoire d’un échec
IV. Étapes de la professionnalisation du multiniveau en France : de l’ancrage religieux à l’ancrage sportif

- TROISIÈME PARTIE
CROIRE POUR MIEUX RÉUSSIR
I. Les congrès en multiplex
II. Quelques pistes d’analyse pour mieux comprendre la fonction des congrès
III. Un nouveau regard sur soi et sur les autres
IV. Le multiniveau : quelle vigilance ?
Conclusion

juin 2012 – 222 pages – ISBN : 978-2-296-99256-6 – Prix : 22.00 €

Commander l’ouvrage directement auprès de l’Harmattan