A propos Guillaume Roucoux

Doctorant à l'EPHE/Paris 8, membre des laboratoires GSRL/LabTop/CEFEG

Religions en Questions: Ben Hounet, Lefranc, Puccio-Den (dirs.), « Justice, religion, réconciliation »

JUSTICE, RELIGION, RÉCONCILIATION

Sous la direction de Yazid ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

Comment le langage religieux fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Les contributions analysent ce phénomène à travers de nombreux exemples (Algérie, Maroc, Chili, Israël-Palestine). Protégés par la spécificité de leur langue, ces acteurs la déforment au gré d’interactions avec des acteurs venus d’autres mondes, ou de leurs activités dans d’autres secteurs, au premier rang desquels l’arène politique.

ISBN : 978-2-343-03311-2 • 15 septembre 2014 • 206 pages • 19,95 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

 

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Lire en SSR: Giovanni Careri, « La torpeur des Ancêtres »

En association avec les Cercles de formation de l’EHESS et les éditions de l’EHESS, a été organisée le 7 mai 2014 une séance de Lire en Sciences Sociales des Religions autour de l’ouvrage de Giovanni Careri, La torpeur des Ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine (Paris, Ed. de l’EHESS, 2013), avec pour discutant-e-s Emanuele Coccia, Danièle Hervieu-Léger et Isabelle Saint-Martin.
Une vidéo de la séance est disponible en cliquant sur le lien suivant :
https://www.canal-u.tv/video/ehess/1_juifs_et_chretiens_dans_la_chapelle_sixtine.14943

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Colloque 2013: Le religieux sur internet

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Fabienne Duteil-Ogata, Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Sophie Nizard

4 et 5 février 2013

Télécharger l’affiche et le programme du colloque.

Écouter les archives sonores du colloque.

 

LUNDI 4 FÉVRIER 2013

9H-12H :

Accueil Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR

Introduction Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Fabienne Duteil-Ogata, Sophie Nizard

REDESSINER LE PAYSAGE RELIGIEUX : PROBLEMATIQUES GENERALES
Sous la présidence de Sabrina Mervin, CEIFR

  • Jolyon Mitchell, The University of Edinburgh (Grande-Bretagne) : Digital Religion : Inciting Violence and Promoting Peace ?
  • Heidi Campbell, Texas A and M University (Etats-Unis) : Networked Religion : Understanding Religion online and offline in a Networked Society
  • Mia Lövheim, Uppsala University (Suède) : New Media, Religion, and Gender
  • Oliver Krüger, Université de Fribourg (Suisse) : La Noosphère, dieu et l’internet. Histoire de l’évolution et de l’utopie de la communauté à l’âge des médias
  • Selami Varlik, EHESS/CRAL : L’autorité du discours religieux sur Internet à l’épreuve du cercle herméneutique entre oralité et écriture : le cas de l’islam

12H-13H : ASSEMBLEE GENERALE DE L’AFSR

14H-17H 30 : DES CONCEPTEURS AUX USAGERS
Sous la présidence de Nicoletta Diasio, Université de Strasbourg

  • Pascal Lardellier, Université de Bourgogne : Rencontres virtuelles religieuses, très réelle endogamie.
  • Sandra Houot, Université Lyon 2 : Du virtuel et de ses usages : Une lecture renouvelée de l’islam contemporain
  • Andrea Catellani, Université catholique de Louvain (Belgique) : Prier en ligne/ le site “Notre Dame du Web”, observations socio-sémiotiques
  • Pierre-Yves Kirschleger, Université Paul-Valéry Montpellier III : Aux commandes du premier réseau protestant francophone, Jésus.net
  • Damien Mottier, Musée du Quai Branly : Le télé-fidèle existe-t-il ? Enquête au sein d’une Église pentecôtiste africaine de la région parisienne
  • David Douyère, Université Paris 13 : Accompagner et susciter la prière à distance

SEANCE POSTERS

18h : Un cocktail sera offert aux participants. Allocution de Madame I. This Saint-Jean, Vice-Présidente chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche – Conseil régional d’Ile-de-France

MARDI 5 FÉVRIER 2013

9H-12H30 : VISIBILITE ET AUTORITE DU RELIGIEUX ONLINE ET OFFLINE
Sous la présidence de Antonio Casilli, Institut Mines Telecom

  • Chrystal Vanel, EPHE/GSRL (CNRS) : Mormonisme et Internet : entre promotion institutionnelle et régulation de l’utilisation individuelle
  • Alexandre Benod, Université Jean-Moulin Lyon 3 : Le Web à tâtons ou comment la nouvelle religion japonaise Agonshû se perd sur la toile
  • Ingrid Therwath, Centre de sciences humaines New Delhi (Inde) : Le nationalisme hindou sur la Toile : mondialisation, délocalisation et discrétion
  • Laurence Podselver, EHESS/CRH/CEJ : De la visibilité à la religion spectacle ; la judéité sur internet
  • André Julliard, CNRS/IDEMEC : L’imaginaire n’est plus au pied de la statue. Politique internationale et Internet dans les cultes à S. Nicolas (France, Italie)
  • Isabelle Jonveaux, Université de Graz (Autriche) et EHESS/CEIFR : La virtualité comme catégorie religieuse. Monastères invisibles et monastères en ligne

SEANCE POSTERS

14H-17H30 : DU VIRTUEL ET DU REEL, PRESENCE/ABSENCE DES CORPS
Sous la présidence de Sophie Nizard, CEIFR

  • Lionel Obadia, Université Lyon 2 : Quand la virtualité façonne la réalité sociale : les fake cults et la Church of the Flying Spaghetti Monster
  • Kerstin Radde Antweiler, Université de Bremen (Allemagne) : Real Religion, Authenticity as an Analytical Concept for Internet Research ?
  • Fabienne Duteil-Ogata, LAU/IIAC : Nouvelles pratiques funéraires japonaises : de la tombe ordinateur à la tombe online
  • Mira Niculescu, EHESS/CEIFR : Se connecter et prendre l’avion. De San Francisco à Jérusalem, la nouvelle méditation juive en réseau
  • Julien Bondaz, LAS-ENS : Images cultuelles et écrans mourides. Deux cas d’expertise iconographique et religieuse sur Internet

DEBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE

LISTE DES POSTERS  :

  • Constance Arminjon, EPHE : La diffusion d’Internet et l’ouverture d’un nouveau champ dans le droit islamique chiite
  • Mirel Banica, Institut roumain d’histoire des religions (Roumanie) : Religion, « miracle » et Internet. Le cas de l’Orthodoxie roumaine
  • Sariette Batibonak, Université Aix-Marseille : Cyber-évangélisation : le cas du Cameroun
  • François-Xavier Bauduin, CEIFR/EHESS : Le mouvement raélien et son positionnement sur internet : entre stratégie de prosélytisme et régulation de l’expression communautaire du croire
  • Claire Donnet, Université de Strasbourg : Les onlines religions, des terrains sociologiques à part entière : l’exemple d’Hijab and the city
  • Rose-Marie Farwell, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : Internet et constructions identitaires dans le milieu néo-païen en Angleterre
  • Fatima Khemilat, EPHE et Université Paris 1 : Le rôle d’internet dans les controverses autour de l’islam en France : entre mobilisation et contre-mobilisation. Le cas de la controverse autour des prières de rue

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Religions en Questions: Nathalie Luca, « Croire et en rêver »

JPEG - 40.5 ko

Y CROIRE ET EN RÊVER. Réussir dans le marketing relationnel de multiniveaux
Nathalie Luca

Dans les années 1960, aux États-Unis, des entrepreneurs chrétiens se sont élevés contre un capitalisme qu’ils jugeaient inhumain, et ont bâti des entreprises dont le mot d’ordre était la compassion : compassion vis-à-vis de la terre-mère saccagée pour des bénéfices immédiats, vis-à-vis de l’être humain exploité pour le bien-être de quelques-uns. Ils voulaient ramener les valeurs d’amour, de respect, d’entraide du christianisme au cœur de leur management, sans remettre en cause l’idée de profit. Le protestant américain n’a-t-il pas toujours vu dans la réussite le signe de l’élection divine ?

Le marketing relationnel de multiniveaux est né de cet idéal chrétien, avant de se répandre à travers le monde où il s’est transformé, délaissant parfois l’héritage protestant au profit d’autres idéaux – religieux ou non. Il est aujourd’hui en plein essor, bien que peu connu en France. Il s’agit d’un mode d’organisation de la vente directe qui permet aux vendeurs de recruter d’autres vendeurs et d’être en partie rémunérés par une commission sur les ventes des recrues. Des réseaux de distributeurs se forment de la sorte et se développent sur la scène internationale, en particulier dans les périodes de crises économiques.

Le multiniveau permet d’aborder bien des questions qui se posent à nos sociétés : construction des identités, mondialisation des échanges, transnationalisation des réseaux, engagement dans le monde entrepreneurial, liens entre le monde entrepreneurial et le religieux. Pour Nathalie Luca, il est une entrée surprenante et passionnante pour construire une anthropologie du Croire.

L’auteure

Nathalie Luca est anthropologue, directrice de recherche au CNRS. Elle est directrice adjointe du Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits religieux (EHESS/CNRS) et corédactrice en chef des Archives de Sciences Sociales des Religions. Elle est notamment l’auteur de : Le salut par le foot. Une ethnologue chez un messie coréen (1997), Individus et pouvoirs face aux sectes (2008) et Les sectes (2011).

Table des Matières

Prologue
Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
DU CAPITALISME DE LA COMPASSION AU MULTINIVEAU
I. De l’éthique protestante au capitalisme de la compassion : les débuts du multiniveau
II. Le multiniveau : un modèle capitaliste alternatif ?
III. Construire son réseau
IV : Le marketing relationnel et le New Age

- DEUXIÈME PARTIE
LE MULTINIVEAU A L’ECHELLE INTERNATIONALE
I. Les acteurs de la transnationalisation du multiniveau
II. Du rôle du pentecôtisme dans l’essor puis la remise en cause du multiniveau en Corée du Sud
III. De l’implantation du multiniveau en Haïti : l’histoire d’un échec
IV. Étapes de la professionnalisation du multiniveau en France : de l’ancrage religieux à l’ancrage sportif

- TROISIÈME PARTIE
CROIRE POUR MIEUX RÉUSSIR
I. Les congrès en multiplex
II. Quelques pistes d’analyse pour mieux comprendre la fonction des congrès
III. Un nouveau regard sur soi et sur les autres
IV. Le multiniveau : quelle vigilance ?
Conclusion

juin 2012 – 222 pages – ISBN : 978-2-296-99256-6 – Prix : 22.00 €

Commander l’ouvrage directement auprès de l’Harmattan

Colloque 2012: Justice, religion, réconciliation

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

6 et 7 février 2012

 

CNRS-Site Pouchet (salle de conférences), 59 rue Pouchet, 75017 Paris

 

Comment le lexique religieux – réconciliation, pardon, aveu, repentir, etc. – fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Comment est-il interprété et mis en pratique par les acteurs concernés ? Quelle force propre peut-on lui prêter pour venir à bout des demandes de justice des « victimes » ? Quelles méthodes peut-on employer pour décrire ces situations souvent très complexes, tant pour la pluralité d’acteurs et d’institutions qu’elles impliquent que pour les jeux d’échelle qu’elles exigent de ceux qui envisagent de les étudier ? Voici les questions très générales abordées par ce colloque à travers des études de cas particuliers relevant de pays (Rwanda, Afrique du Sud, Algérie, Liban, Maroc, Bosnie, Italie…) qui ont été récemment confrontés à différentes formes de violence (raciale, génocidaire, religieuse, mafieuse…). Dans ces différents contextes, les notions de justice, religion et réconciliation et leurs praxis se combinent selon des logiques variables, mais présentant aussi des constantes qu’il s’agira de repérer et des modes de circulation qu’il s’agira de cerner. Leur examen procédera donc, non pas par aire géographique – comme cela a souvent été fait – mais selon des critères de pertinence thématique, de manière à permettre à des chercheurs n’ayant pas l’habitude de se croiser d’engager des discussions communes.

LUNDI 6 FEVRIER 2012 :

9H00-9H15 :

ACCUEIL : Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR
INTRODUCTION : Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc et Deborah Puccio-Den

9H15-12H00 : LE LANGAGE RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Claverie (GSPM-CNRS)
  • Paola Diaz (CEMS-EHESS), Thérapeutique politique de l’âme nationale. Une analyse du discours réconciliateur dans le Chili post dictatorial (1990-2004)
  • Myriam Benraad (CERI-Sciences Po), Réconcilier l’Irak : confessionnalisme et sécularisation du discours religieux
  • Kathy Rousselet (CERI-Sciences Po), L’Eglise orthodoxe russe et la réconciliation autour du passé soviétique
  • Yazid Ben Hounet (CNRS-LAS), Les trois temps de la “réconciliation” en Algérie et l’enjeu du lexique religieux

12H00-13H00 : ASSEMBLÉE GENERALE DE L’AFSR (ouverte aux membres en règle de cotisation ; il est possible d’adhérer au moment du colloque)

14H30-17H00 : LE RAPPORT ENTRE DROIT ET RELIGION

  • Présidence de séance : Nathalie Bernard-Maugiron (IRD, IISMM)
  • Omary Kenza, Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque), Les réformes constitutionnelles dans le monde arabe et le statut de l’islam. Le cas de l’Egypte et du Maroc
  • Clotilde Riotor (GSPM-EHESS), L’« ishlah » : pratique religieuse ou contournement de la justice ? L’exemple du règlement d’un cas de violation des droits de l’homme dans l’Indonésie en transition
  • Arzoo Osanloo (University of Washington), Les pratiques sociales et légales du pardon privé des sanctions criminelles dans le système judiciaire iranien
  • Deborah Puccio-Den (CNRS-GSPM), Être un « repenti » de la mafia, entre droit et religion

17H30-18H : POT OFFERT AUX PARTICIPANTS

MARDI 7 FEVRIER 2012

9H-12H15 : ACTEURS RELIGIEUX ET CIRCULATION INTERNATIONALE

  • Présidence de séance : Hamit Bozarslan (CETOBAC-EHESS)
  • Fanny Urien (EHESS), La Pâque samaritaine, le moment de la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens
  • Komi N’kégbé Fogâ Tublu (Ecole du Patrimoine Africain-EPA), Eglise et réconciliation au Togo : l’exemple de la Commission « Vérité, Justice et Réconciliation »
  • Sélim Smaoui (CERI-Sciences Po), Réinventer la réconciliation. Les mobilisations en faveur des « détenus salafistes » au Maroc
  • Sophie-Hélène Trigeaud (University of Kent), Les ONGs religieuses face aux États : quelle place pour construire la justice dans les mécanismes des Nations Unies ?
  • Jérémie Foa (Telemme), Justice et réconciliation au sortir des « guerres de Religion » (1562-1598)

13H45-16H15 : DISPOSITIFS THÉRAPEUTIQUES ET RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Anstett (IRIS-CNRS)
  • Benoit Guillou (GSPM-EHESS), Rwanda. Le pardon à l’épreuve d’un génocide, le cas de la « Confession de Detmold »
  • Jana Schildt (Université de Louvain), « Père, pardonne-leur ». Local interpretations of reconciliation in post-genocide Rwanda
  • Marie Balas (CEIFR-EHESS), De la « ville malade » aux guerres civiles : Sant’Egidio, histoire d’un médiateur

16H30-17H : DÉBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE


Ce colloque bénéficie du partenariat et du soutien du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM-EHESS), de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), de l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), du Centre Jacques Berque (CJB) et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

Lire en SSR: Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent, « Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, une intégration invisible »

L’AFSR vous invite à la prochaine séance de « Lire en Sciences Sociales des Religions »

Autour du livre :

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe : Tome 1, Une intégration invisible.

Avec leurs auteurs :
- Jocelyne Dakhlia, Directrice d’études à l’EHESS, historienne, spécialiste du Maghreb
- Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Centre de recherches historiques, historien du monde hispanique

Lundi 16 janvier 2012, de 15h à 17h, EHESS, 105 bd Raspail, Paris, Salle 7

Un musulman peut-il être européen ? Cette interrogation, qui n’a été formulée explicitement qu’avec l’irruption sur la scène politique du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe, se posait déjà au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pourtant, un préjugé tenace voudrait que les musulmans aient été quasiment absents d’Europe jusqu’au XIXe siècle, les flux de circulation ou d’immigration étant tous tributaires de la colonisation. Opposant des arguments scientifiques à ces idées reçues, les études réunies ici démontrent, qu’au contraire, des musulmans ont été intégrés par milliers aux sociétés d’Europe occidentale, mais que ce fait est passé inaperçu. Cette invisibilité nous apprend que, loin d’être contemporaines, la question de la présence de l’islam dans l’espace public et celle de la pratique du culte musulman sont anciennes et enfouies. Ce premier volume d’une vaste enquête sur l’histoire de la présence musulmane en Europe a l’ambition d’expliquer pourquoi cette réalité est restée ignorée et à quelles difficultés on se heurte à vouloir définir un « musulman » dans un contexte européen, ce qui, aujourd’hui comme hier, pose des problèmes éthiques et politiques forts.

Table des matières
- MUSULMANS EN EUROPE : UN PREMIER ETAT DES LIEUX
Turcs et turqueries à la cour de Catherine de Médicis
Invisibles dans la banalité et le mépris ? Les musulmans à Vienne des années 1660 à la fin du XVIIIe siècle
A la recherche d’un groupe invisible : les gens d’Islam dans la France du XVIIIe siècle
- RECONSTRUIRE LA PRESENCE MUSULMANE : UNE TENTATIVE HISTORIOGRAPHIQUE
Musulmans en France et Grande-Bretagne à l’époque moderne : exemplaires et invisibles
- LES MUSULMANS AU PRISME DE L’EUROPE : POUR UNE LECTURE DYNAMIQUE
Asymétries méditerranéennes ; présence et circulation de marchands entre Alger, Tunis et Marseille
Les derniers esclaves domestiques ; entre Ferrare, Venise et Mantoue (XVe-XVIe siècle)
Etre esclave et musulman en Espagne au temps de l’éradication des « mauvaises sectes »

octobre 2011 / Format : 240 mm x 155 mm / 656 pages / EAN13 : 9782226208934 / Prix : 29.00 €

Prix de Thèse 2011: Elena Zapponi, « Marcher vers Compostelle »

Collection-ZapponiMARCHER VERS COMPOSTELLE. Ethnographie d’une pratique pèlerine
Elena Zapponi (préface de D. Pelletier)

« La gracia, es caminando », « la grâce, c’est la marche sur le Chemin », comme le dit une pèlerine croisée sur la route de Santiago, en Espagne. Cet ouvrage est à la fois une enquête et un récit. Il constitue la première véritable enquête ethnographique sur le Chemin de Compostelle. Pour cela l’anthropologue s’est faite pèlerine, marchant et observant, interrogeant de nombreux pèlerins. Puis elle a pris l’habit de l’hospitaliera, participant à leur accueil dans plusieurs gîtes d’étape. Il en résulte un récit particulièrement vivant, une intrigue qui entraîne le lecteur dans la découverte d’une pratique contemporaine du pèlerinage dans laquelle se côtoient des catholiques apostoliques romains, des chrétiens sur mesure, des croyants à la carte et des non croyants. Mais l’intrigue, c’est aussi de repérer comment coexistent la manière catholique de pèleriner, inscrite dans l’histoire longue et régulée par l’institution ecclésiale avec une manière non religieuse, une ascèse sécularisée qui se vit dans l’instant de la marche, dans la communion avec la nature et dans les rencontres en chemin. Dans tous les cas, la narratrice nous conduit à découvrir les diverses improvisations effectuées par les pèlerins sur un scénario de tradition catholique. Au-delà de l’idée de l’individualisation du croire, elle nous propose de regarder le Chemin comme la scène d’un théâtre, comme une sorte de Commedia dell’arte, où il n’est pas nécessaire d’être catholique pour être acteur. La fable de soi se produit alors en marchant, chacun en est le héros et choisit son rôle en chemin.

L’auteure

Elena Zapponi est assistante de recherche à la chaire d’anthropologie religieuse de l’Université La Sapienza de Rome. Après une thèse en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, elle mène actuellement des recherches sur les syncrétismes religieux en Amérique Latine et notamment sur les évolutions de la santería cubaine. Elle est l’auteure de nombreux articles et de l’ouvrage Pregare con i piedi. In cammino verso FinisTerrae, Roma, Bulzoni, 2008.

ISBN : 978-2-296-56180-9 • juillet 2011 • 266 pages

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan