Archives de l’auteur : malognefer

Appartenances indé-sirables. Le religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation (Publication 2019)

Dirigé par Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory et Marie-Claire Willems, cet ouvrage collectif réunit 16 sociologues, anthropologues ethistorien.ne.s qui, à partir de perspectives différentes, ont tenté de saisir l’articulation entre appartenances ethnicoraciales et appartenances religieuses dans leurs situations d’enquête respectives.

Vous trouverez ci-dessous la présentation du livre ainsi que le sommaire. 

 

 

PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Comment penser ensemble les appartenances ethnicoraciales et les appartenances religieuses ? De quelles manières saisir le religieux pour qu’il ne soit ni un masque, ni un succédané d’autres faits sociaux qui sembleraient plus importants ou plus réels ? Ce livre démontre combien il est aujourd’hui nécessaire de réfléchir à l’articulation des trois dimensions que sont le religieux, la race et l’ethnicité. En présentant les résultats d’enquêtes menées dans de nombreuses régions du monde, auprès de religions aussi diverses que le christianisme (catholicisme, évangélisme, mormonisme, pentecôtisme, protestantisme), le culte de l’umbanda, l’islam (chiisme, culte mouride, sunnisme), le judaïsme comme les religions asiatiques, les chapitres de ce livre analysent une imbrication toujours complexe.

Le croisement des approches disciplinaires, mais aussi l’attention accordée aux cadres sociohistoriques et aux temporalités permettent de saisir combien les processus de racisation, d’ethnicisation et de confessionnalisation se travaillent mutuellement. En affrontant l’enjeu politique inhérent à l’interrelation entre religieux, race et ethnicité, cette étude collective met en lumière une triangulation bonne à penser. Seize chercheuses et chercheurs ont affronté des questions parfois hautement polémiques dans l’espace public – français en particulier. Elles et ils proposent différents points de vue sur la manière d’appréhender cette relation triangulaire. Elles et ils l’observent dans les assignations et les catégorisations, les mobilisations, les marques désirables et indésirables, tout en restant réceptifs à saisir cette triangulation là où l’on s’y attendrait moins. Cette réflexion collective appelle donc à penser la fluidité entre des appartenances qui se co-construisent, s’incluent et parfois s’excluent, au sein des rapports sociaux de domination. Elle témoigne de l’émergence d’un champ scientifique en construction.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Introduction générale

Religieux, race, ethnicité. Au croisement des marques in-désirables

Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory, Marie-Claire Willems

Articulations historiques du religieux, de la race et de l’ethnicité

Évitements et entrecroisements épistémologiques. À propos des relations entre le religieux et les relations interethniques dans les sciences humaines et sociales (Simona Tersigni et Claire Vincent-Mory)

Les religions monothéistes confrontées à la « race » (XVe-XXIe siècle). Quelques pistes de réflexion et de recherche (Vincent Vilmain)

Recomposition idéal-typique des modalités ethnicité/race et religion. Soninké, noir, musulman. Entre imbrication et totalisation (Mahamet Timera)

Racialiser la religion, Séculariser l’Empire. Sécularisme, conversion et citoyenneté en Algérie coloniale (Mohamed Amer Meziane)

Ethnicisation de l’islam et racialisation des musulmans dans le répertoire islamophobe d’Oriana Fallaci (Bruno Cousin)

Minorisation et médiations religieuses dans les arènes publiques

Religiosités entre étatisation et réappropriation populaire. Les cérémonies de Âshurâ en Iran (Sepideh Parsapajouh)

La construction du prestige parmi les églises pentecôtistes gitanes en Espagne (Manuela Cantón Delgado)

La spectacularisation des appartenances, entre ethnicisation et racisation du religieux (Monika Salzbrunn)

La construction de l’altérité portugaise entre religion et ethnicité. Ethnographie d’un pèlerinage catholique (Guillaume Étienne)

Plus qu’une religion ? Des rapports du mormonisme aux concepts de race, d’ethnie et de culture (Chrystal Vanel)

 Logiques ordinaires et rituelles de la (dés)ethnicisation et de la (dé)racisation

La diversité culturelle au sein du protestantisme français. Enjeux de pouvoir et jeux de catégorisation ethnico-religieuse (Gwendoline Malogne-Fer)

Convertir l’Europe : des effets contrastés de la race dans le discours évangélique afro-français (Sarah Demart)

Comprendre la racialisation du religieux. Les convertis blancs à l’islam en France et aux États-Unis comme cas d’étude atypique (Juliette Galonnier)

Cesser d’être musulman.e.s. Décompositions et recompositions en jeu (Marie-Claire Willems)

Nouvelles images de pretos-velhos. Significations et enjeux contemporains de la racialisation de l’umbanda (Marina Rougeon)

Postface (Anne Raulin)

Journée de l’Association française de Sciences sociales des religions 28 juin 2019

Journée de l’AFSR – Religions et migrations 28 juin 2019

Salle Lombard, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 96 bd Raspail – Paris 6e – Entrée libre

9h45     Accueil

10h      MATINÉE RECHERCHE : RELIGIONS ET MIGRATIONS

Conférence d’ouverture :

  • Nancy Green, EHESS, CRH : « Histoire, migrations et religion »

Terrains croisés :

  • Samim Akgönül, Université de Strasbourg, DRES : « L’Islam turc en Europe est-il une religion d’immigrés ? Fragmentations et loyautés sur fond de conflits internes »
  • Alexis Artaud de La Ferrière, University of London, School of Oriental and African Studies : « Pratiques et identifications religieuses lors du passage migratoire »
  • Pamela Millet, EHESS, CéSoR : « Des chrétiens racisés en France : représentations de soi et subjectivations politiques intersectionnelles transversales »
  • Josselin Tricou, Université de Rouen, Legs : « les Chaldéen-ne-s de Sarcelles : la migration comme mise en tension entre les significations patrimoniale et croyante de la religion »

 13h      BUFFET

14h30   APRÈS-MIDI ASSOCIATIF : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

  • Bilan, échange et discussion : quel(s) rôle(s) et quels contours pour l’AFSR?
  • Proposition de projets et renouvellement du Conseil d’Administration.

soutenance de thèse de Stéphanie Maffre (4 juin, Paris)

 

Stéphanie MAFFRE soutiendra sa thèse de doctorat en histoire le mardi 4 juin à 14h00 à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes Le mardi 4 juin 2019 à 14h00, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (salle 1)

La trame du passé et les fils de l’histoire. La fabrique du passé à Mazamet : protestants, catholiques et autres. Enjeux historiographiques et mémoriels. XIXe-XXIe siècle

Jury :

M. Patrick Cabanel, EPHE Paris, Directeur de thèse

Mme Sylvie Aprile, Université Paris-Nanterre – Rapporteur

M. Jérôme Bocquet, Université d’Orléans (Espé Centre Val de Loire) – Rapporteur

Mme Arlette Farges, CNRS-EHESS

M. Denis Pelletier, EPHE-CNRS

Résumé :

A Mazamet, au XVIIIe siècle, se développe l’activité de tissage, de travail du drap et de la laine. La ville devient, au début du XXe siècle, un centre mondial de délainage, dans une région plutôt enclavée où, depuis le XVIe siècle, cohabitent protestants et catholiques. Dans ce contexte s’est construit un discours sur le passé de la ville qui énonce le paradoxe, réel ou fantasmé, suivant : « Les ouvriers votaient à droite car catholiques, et les patrons votaient à gauche car protestants ». Ce récit, fruit de près d’un siècle de sédimentation, accepté et intégré par la population, demeure encore aujourd’hui opératoire. La déconstruction du discours permet de penser la capacité du religieux à influer sur la reproduction d’un ordre social établi et encadré par les élites économiques, politiques et religieuses de la ville. Le religieux questionne également cet ordre social, quitte à le subvertir et à revisiter les représentations sociales et religieuses des populations. Dès lors, comment penser les rapports du religieux au social et au politique sans produire d’anachronismes tout en tenant compte des jeux d’échelles sur un temps relativement long ? Il s’agit, ici, d’éviter l’écueil de l’essentialisation qui a trop souvent voulu faire dire à l’histoire ce qu’elle n’avait pas été. L’analyse des rapports entre mémoires et histoire met en lumière les périodes  et les acteurs du passé oubliés ou occultés dans ce récit. A partir de l’exemple de Mazamet, ce travail interroge la discipline historique sur sa capacité à questionner les modes de production, de transmission, de diffusion de discours sur le passé et à mettre en doute, inlassablement, les évidences.

Soutenance de thèse de Josselin Tricou (6 juin 2019)

La soutenance de thèse de Josselin Tricou aura lieu le jeudi 6 juin 2019 à 14 h à l’Université Paris 8 à Saint-Denis, à l’Espace Deleuze (bâtiment A, niveau 1).

Cette thèse de doctorat en science politique-études de genre est intitulée « Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politiques de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980 »

La soutenance aura lieu devant un jury composé de :

·        Catherine Achin, professeure de science politique, Université Paris-Dauphine, rapporteure

·        Céline Béraud, directrice d’études en sociologie à l’EHESS, rapporteure

·        Isabelle Clair, chargée de recherche en sociologie au CNRS

·        Éric Fassin, professeur de sociologie, Université Paris 8, directeur

·        Laurent Jeanpierre, professeur de science politique, Université Paris 8

·        David Paternotte, chargé de cours en sociologie, Université libre de Bruxelles

Résumé

Cette thèse se situe à la croisée de la sociologie du catholicisme et des études de genre. Elle prend pour objet la masculinité des prêtres à partir du modèle théorique de R. Connell. Dans un contexte de perte d’emprise de l’Église catholique au sein des sociétés occidentales, que redouble la démocratisation sexuelle qui s’y déploie, elle analyse les caractéristiques des masculinités cléricales à une triple échelle : les processus de subjectivation genrée des prêtres, les divers régimes locaux de genre dans un catholicisme fragmenté, et, enfin, les mobilisations émergentes autour des questions de masculinité au sein du pôle d’identité du catholicisme contemporain. La toile de fond de cette recherche est, en effet, la bataille entre les différentes fractions du catholicisme dont le genre est devenu un terrain privilégié. 

La thèse analyse d’abord les effets d’une disqualification symbolique dans l’ordre du genre de la masculinité sacerdotale qui vient percuter un secret institutionnel bien gardé jusque-là, celui de la fonction de placard qu’avait l’institution cléricale. Or, loin que le discours actuel du Vatican contre l’homosexualité soit dissuasif, il a pour effet paradoxal d’attirer les candidats homosexuels au sacerdoce, alors même que la vocation a largement été désertée par les hétérosexuels après l’avoir été par les classes populaires. Elle analyse ensuite les efforts de l’appareil catholique pour contrer cette disqualification. Genre et sexualité sont ici pris dans une triple dimension : lieu d’expression du pouvoir au sein de l’institution, champ de luttes pour maintenir la position de l’institution au sein de la société et, enfin, objet de politiques mises en œuvre par ses agents.

Mots-clés : Genre – Masculinité – Homosexualité – Catholicisme – Clergé – Démocratie sexuelle

Amandine BARB Entre Dieu et César, Histoire politique des accommodements religieux aux Etats-Unis (publication)

Amandine Barb vient de publier un livre issu de sa thèse de science politique soutenue en 2013 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.

Des dirigeants d´entreprises qui contestent, au nom de leurs croyances religieuses, une loi fédérale les obligeant à prendre en charge les moyens de contraception de leurs employées ; un boulanger chrétien du Colorado qui refuse de préparer le gâteau de mariage d´un couple homosexuel, en violation de la législation antidiscriminatoire de l´État ; une prison de l´Arkansas qui, pour des raisons d´hygiène et de sécurité, interdit à un détenu musulman de se laisser pousser la barbe, conformément à ses convictions religieuses… Ces conflits entre lois et obligations de conscience, et les demandes sous-jacentes d´accommodements de la part des individus ou des groupes concernés sont devenus au début du xxie siècle, dans un contexte de diversification et de politisation des identités confessionnelles, l´un des principaux enjeux des rapports entre l´État et la religion aux États-Unis. Alors que l´administration Trump a déjà entrepris de renforcer les « droits de la conscience », notamment dans le domaine de la santé, cet ouvrage propose une histoire politique des conflits entre loi et religion outre-Atlantique. À travers une analyse de la façon dont les autorités publiques ont géré les demandes d´accommodements depuis la période coloniale, l´auteure interroge les frontières fluctuantes de la liberté de conscience aux États-Unis et met en évidence les transformations historiques du modèle américain de séparation entre l´Église et l´État.

la Table des Matières est accessible à partir du site de l’éditeur