Colloque : “Les sexualités ecclésiastiques et le corps social,Moyen Âge – époque moderne”

Du 17/04/2024 au 19/04/2024

Maison des Langues et des Cultures, salle Jacques Cartier, hybride

La récente mise à jour d’affaires d’abus sexuels dans l’Église catholique, et de manière générale dans les mouvances religieuses, pose avec acuité la question du rapport que les Églises entretiennent avec la sexualité et les pratiques sexuelles tout au long de leur histoire. Le colloque « Les sexualités ecclésiastiques et le corps social, Moyen Âge – époque moderne » s’inscrit dans le cadre du projet IRGA SexEO, centré sur les pratiques sexuelles des membres des clergés et qui vise à ancrer ces questionnements dans une réflexion historique articulant normes et pratiques, principes et réalités, gouvernement d’une communauté et contrôle des individus qui la composent. Il en constitue l’action principale, avant publication d’un livre collectif issu de la rencontre.

Le colloque a l’ambition d’écrire une histoire socio-culturelle des pratiques sexuelles des ecclésiastiques, hommes et femmes, réguliers et séculiers, pour les siècles modernes catholiques et protestants. Son objet principal est la manière dont le corps social dans son ensemble (clergé compris), envisage la sexualité des ecclésiastiques, qu’il s’agit de penser comme une pratique sociale et culturelle, ancrée dans des normes de comportement qui contribuent à fixer les rapports entre clercs et non-clercs, ministères et fidèles, hommes et femmes, en même temps que ces rapports influencent ces comportements. Quatre axes de réflexion ont été dégagés :

  1. Quelle place tient la sexualité dans la définition du clergé et de l’Église militante ? Si le colloque veut cerner les pratiques, on sait que le discours, notamment juridique et théologique, d’une part ne peut pas être analysé indépendamment de son ancrage dans la société qui le produit, d’autre part entend influencer cette société et normer les comportements. Cette question se pose dans toutes les Églises, qu’elles aient fait le choix du célibat consacré ou au contraire du mariage de ses ministres.
  2. Quelles sont les pratiques sexuelles effectives des hommes et des femmes qui composent les clergés du Moyen Âge et des siècles modernes ? Plusieurs études de cas permettront d’éclairer les réalités de ces pratiques, dans la gamme la plus large possible.
  3. Le traitement, pénitentiel et/ou pénal, de la sexualité ecclésiastique délinquante par les Églises. Il s’agira notamment de cerner ses modalités différenciées selon le clergé, la pratique, la période.
  4. Enfin, on s’efforcera de comprendre la perception de la sexualité ecclésiastique hors de la sphère cléricale.

Les communications retenues portent sur l’espace « français », mais aussi la péninsule ibérique, l’Italie, l’Empire germanique, la Lituanie, l’Empire byzantin, couvrent 11 siècles, et se répartissent équitablement entre période médiévale et moderne. Si les historien∙nes et historiens sont majoritaires, le colloque fait une place à la littérature et à l’archéologie, dans une perspective pluri- et inter-disciplinaire.

Mercredi 17 avril

13h30 Véronique Beaulande-Barraud, Accueil et introduction

Le Couple ClériCal
Présidente : Ilaria Taddei (Université Grenoble Alpes)

14h15 Margot Laprade (Univ. Paris I), « Adulteratis clericis scortatibus » : la sexualité du couple clérical dans le monde franc au haut Moyen Âge (Ve-IXe siècles)

14h40 Sidonie Bochaton (Univ. de Toulouse II), Faire couple et faire famille. Les lieux de l’intimité des chanoines réguliers savoyards (XIIIe-XVIs.)

15h05 Victoria Rimbert (Univ. Sorbonne Nouvelle / Université de Padoue / Université Grenoble Alpes), «Pensa che, per avere io e’ panni longhi, io non sono d’acciajo». La veuve et le prêtre, deux solitudes conjuguées dans la novellistica italienne (XIVe-XVIsiècle)

15h30 Discussion
Sexualité du Clergé et réforme deS égliSeS. Présidente : Ilaria Taddei

16h10 Romain Goudjil (Univ. Paris IV), « Un anneau d’or au groin d’un porc » : sacerdoce et sexualités devant le synode patriarcal de Constantinople au XIVsiècle

16h35 Pascal Vuillemin (Univ. Savoie Mont-Blanc), Les incestes spirituels. L’Affaire Simeon de Jadra (1461) et la réforme des déviances sexuelles du Clergé vénitien

17h00 Discussion

Sexualité clérical, justice et société
Président : Yves Krumenacker

9h00 1 René Verdier (Univ. Grenoble Alpes), Les chanoines de Saint-Martin-de-Miséré à la fin du XIVe siècle, entre conjugalité et débordements

9h25 Ghislain Baury (Univ. du Mans) et Farelo Mario (Univ. do Minho, Portugal), Grossesses de moniales. L’enquête de l’abbé de Clairvaux à Villabuena (diocèse d’Astorga) en 1492

9h50 Arnaud Fossier (Univ. de Bourgogne), Le concubinage en procès. Entre stratégies d’évic- tion et réalités impalpables (Toscane, XIIIe-XIVsiècle)

10h15 Discussion

10h55 Myriam Deniel-Ternant (Univ. Paris Nanterre), Des effets de seuil à géométrie variable : les sexualités ecclésiastiques saisies dans des structures régulatrices aux perceptions et enjeux contrastés

11h20 Nicolas Guyard et Lionel Dumond (Univ. de Montpellier 3), Défendre son curé concupiscent ? Les paroissiens de Sète face à l’enquête de l’of cial (v. 1750)

11h45 Discussion

Pratiques sexuelles des clercs
Présidente : Naïma Ghermani (Univ. Grenoble Alpes)

13h30 Yves Krumenacker (Univ. Lyon III), La sexualité des pasteurs réformés français à l’époque moderne. Principes et réalités

13h55 Natalia Slizh (Ghent University), The sexual practices of clergymen in the Grand Du- chy of Lithuania in the 16th-17th cc.

14h20 Sebastian Türk (Univ. d’Orléans), « Les prédicateurs qui ont des femmes doivent être comme s’ils n’en avaient pas » : Les piétistes (radicaux) allemands face à la sexualité

14h45 Discussion

15h20 Damien Boquet (Univ. Aix-Marseille), Une pédérastie cléricale au Moyen Âge ?

15h45 Sarah Dumortier (Institut catholique de Lille), De la vie sexuelle des ecclésiastiques à l’époque moderne

16h10 Dominique Laperle (Univ. du Québec à Montréal), « Mépriser les vanités du monde et goûter les choses de Dieu ». Sexualité et valeurs masculines dans les journaux de jeunesse de Charles-Eugène de Mazenod (1791-1805)

Vendredi 19 avril

Sexualité et pratiques sexuelles au couvent
Présidente : Elisabeth Lusset (Cnrs)

9h00 Anouk Durand-Cavallino (EHESS-CRH), Le lesbianisme au couvent : entre fantasmes et réglementations au XVIIIsiècle

9h25 Laura Baldacchino (Casa de Velazquez), Francesc Eiximenis et les différentes « façons et manières du péché de luxure » chez les religieuses et les religieux

9h50 Discussion

10h20 Elena Guillemard (Univ. catholique de Louvain), « Bref, en plusieurs lieus tout se dé- bauche, Moines et Moinesses s’accouplent ensemble » : la sexualité des religieuses au moment des réformes protestantes (France, Suisse, XVIsiècle)

10h45 Ghislain Tranié (Univ. de Paris IV), Du réel à l’imaginaire. Les récits sur la sexualité des religieuses, des sociodrames dans la France du XVIIe

11h10 Discussion

11h45 Conclusions (Corinne Leveleux-Teixeira, Univ. d’Orléans – EPHE)

AAC pour le Colloque international « Vivre ensemble » dans l’océan Indien et au-delà : pratiques, représentations, discours 

PROLONGATION DE L’APPEL jusqu’au 15 avril 2024 

Argumentaire 

C’est depuis l’île de La Réunion, région française ultramarine et ultrapériphérique de l’Europe, connue pour sa « diversité exemplaire » (Martin 2011), comme « l’île où tous les peuples du monde se sont réunis » (Labache 1999), ou encore comme la « vitrine du vivre ensemble » (Rafidinarivo & Malbert 2015) que nous souhaitons penser et questionner l’expression « vivre ensemble ». 

Souvent utilisée et brandie par une pluralité d’acteurs, cette notion est utilisée à différents niveaux institutionnels. Au niveau national, dans l’espace francophone, elle se retrouve dans les programmes scolaires français, suisses, canadiens ou encore belges, malgaches (2008, 2015, 2018). Au niveau international, l’expression a été mobilisée pour la première fois dans une production écrite du Conseil de l’Europe dès 2008 et, ensuite, gagne en force en s’inscrivant dans les orientations éducatives de L’Unesco en 1996, 2002 et 2003. En décembre 2017, l’Assemblée générale de l’ONU propose quant à elle une « Journée internationale du vivre-ensemble en paix ». 

Au-delà de son utilisation par différents organismes et divers acteurs de la vie publique, l’expression « vivre ensemble » mérite de faire l’objet d’une réflexion approfondie car elle est souvent peu ou pas, voire, mal définie. Fait-elle consensus ou dissensus au sein de la communauté régionale, nationale ou internationale ? Est-elle une valeur ? Une valeur universelle ? Est-elle propre à un ou à des pays, à une ou à des aires géographiques et/ou culturelles ? De quelles manières s’exprime-t-elle dans les aires francophones et ailleurs ? Que signifie-t-elle ? Est-elle utilisée, comprise, appliquée de la même manière selon les territoires et les acteurs en présence ? Comment est-elle vécue par les individus, les groupes associatifs, les groupes politiques ? Comment se fait-il que l’expression soit souvent associée à d’autres notions telles que celles de laïcité, de solidarité, de tolérance, d’inclusion, de citoyenneté, de diversité, d’interculturel, de métissage, de créolisation, de reconnaissance, etc. ? 

C’est parce que cette expression du « vivre ensemble » – qu’elle soit écrite avec un tiret ou non, qu’elle soit encadrée de guillemets ou non – nous paraît floue d’un point de vue scientifique que nous souhaitons proposer une réflexion sur ce qu’elle recouvre aussi bien au niveau des pratiques que des représentations et des discours. 

Les visées de ce colloque initié par des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales de l’Université de La Réunion et du Centre Universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte, sont d’encourager la réflexion, la mise au travail et la mise au défi de la notion du « vivre ensemble » par le croisement des regards théoriques, méthodologiques et analytiques dont elle est l’objet. C’est dans une perspective inter et pluri disciplinaire (sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation et de la formation, philosophie, sciences du langage, géographie, histoire, droit, sciences politiques, etc.) que nous souhaitons promouvoir un décloisonnement propice tant à l’enrichissement qu’à l’approfondissement de cette expression. 

Les communications ont vocation à s’inscrire dans l’un des deux axes suivants ou pour la table ronde – axe 1 : pratiques du « vivre ensemble » et axe 2 : discours sur le « vivre ensemble » -, sans restriction quant à l’acception, la définition et le périmètre proposé pour saisir, définir ou envisager la question du « vivre ensemble ». 

Axe 1 : Pratiques du « vivre ensemble » : expériences et représentations 

Dans cet axe, les participants sont amenés à réfléchir aux pratiques et aux représentations du « vivre ensemble », notamment en explorant leurs articulations, leurs réalités intermédiaires et leurs tensions. À titre d’exemple, les contributions pourraient conduire à examiner les relations entre inclusion et « vivre ensemble ». Les notions de vulnérabilité (Dumonteil 2020), de care (Gilligan 2008), d’éthique de la responsabilisation des individus (Marquis 2014), de bien-être (McGillivray 2007) et/ou de pouvoir d’agir (Zimmermann 2002) pourront être mobilisées pour questionner les manières de « vivre ensemble » dans la vie démocratique. 

Des contributions pourraient aussi traiter de la place du religieux dans la conception du « vivre ensemble » dans l’espace public, dans les services publics, dans les biens patrimoniaux, etc. Les débats et controverses publiques autour de la visibilité des signes religieux (Arêas 2015, Voirol & Honneth 2015) ou de leur gestion routinière dans le système scolaire (Pontanier & Husser 2019 ; Bozec 2020) pourront aussi nourrir une réflexion sur les enjeux de la laïcité (Milot 1998 ; Baubérot 2015) et de la citoyenneté à l’école, qu’elle soit publique ou privée. 

Axe 2 : Discours sur le « vivre ensemble » : usages de la notion 

Ce deuxième axe a pour objectif d’interroger les discours sur le « vivre ensemble » tenus par des acteurs, collectifs et institutions issus des espaces publics divers (médiatique, politique, scientifique, religieux, etc.) Si depuis les années 1990 les usages de l’expression se sont multipliés dans les allocutions officielles sur l’éducation et dans l’éducation, ainsi que dans les campagnes politiques, publicitaires, touristiques et culturelles, cet axe sera ainsi dédié à l’étude des usages de la notion dans les discours, textes et écrits divers. En reprenant l’idée de Geisser, selon laquelle la formule du « vivre-ensemble » est devenue un fourre-tout (2018, p. 28), cela nécessite à plus d’un titre d’analyser les valeurs et les significations du « vivre ensemble » dans les pratiques discursives afin d’interroger leurs dimensions normatives, prescriptives, réflexives et critiques. En d’autres mots, il s’agit d’analyser la notion comme un “objet de discours” et d’observer comment les acteurs et les institutions coconstruisent, non pas sans conflit, les significations pratiques du « vivre ensemble » en fonction des positionnements énonciatifs, des stratégies argumentatives et des visées pragmatiques. 

Les propositions de communication qui ne se retrouvent pas dans un des deux axes mais qui abordent une dimension du « vivre ensemble » en Europe ou dans le monde seront également les bienvenues. 

Table-ronde : Le « vivre ensemble » au prisme de la laïcité dans l’océan Indien 

Pour Prosper Eve, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de La Réunion, la « laïcité réunionnaise est un visage de la laïcité française. Comme cette dernière, la laïcité réunionnaise ne naît pas sans heurts et sans malheurs. Elle suit, elle aussi, un parcours sinueux, d’où elle tire sa richesse et son originalité » (2005, p. 13). À l’école, la mise en oeuvre de la loi de 2004 interdisant le port des signes ostensibles aux élèves du secteur public a pu aboutir à une créolisation de la laïcité (Pontanier & Husser 2022), ce qui conduit à questionner la spécificité du territoire réunionnais et son hyper-diversité comme une ressource pour créer du commun. Par ailleurs, dans l’océan Indien, Mayotte, elle, n’est pas soumise à la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État, mais le principe de laïcité est bien appliqué à l’école publique malgré une période de défiance (Saindou 2019, Cosker 2017) et même si elle s’apparente à un cas d’école (Bréant 2022). La question de la laïcité et du « vivre ensemble » n’est pas le propre des îles françaises puisqu’elle est aussi un objet de questionnement et un défi (Tsiarify 2013) pour Madagascar par exemple. 

En soulevant la question du « vivre ensemble » au prisme de la laïcité dans les sociétés de l’océan Indien, cette table ronde qui fusionne les approches autour des pratiques, représentations, discours, invite les chercheurs, les jeunes-chercheurs et les acteurs de terrain (associatifs, institutionnels, etc.) à venir échanger et débattre à partir de leurs terrains de recherche, de leurs expériences professionnelles ou de leurs engagements citoyens. 

Modalités de soumission 

Les propositions de communication, format Word ou PDF, préciseront l’axe dans lequel elles s’inscrivent et résumeront le contenu de la communication. Elles comprendront les informations suivantes : 

•  Prénom et nom, discipline, statut et affiliation, adresse électronique 

•  Titre de la communication 

•  Un résumé de 3 500 signes maximum, hors bibliographie 

•  Références bibliographiques (min. 4, 5 auteurs) 

Elles sont à envoyer au plus tard le 15 mars 2024 

Calendrier 

• Vendredi 20 octobre 2023 : diffusion de l’appel à communication 

• Vendredi 15 mars 2024 : envoi des propositions à l’adresse suivante, colloquevivrensembleoi@gmail.com 

PROLONGATION DE L’APPEL jusqu’au 15 avril 2024 

• Mercredi 15 mai 2024 : sélection des communications, retour aux auteurs 

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2024 : colloque « Vivre ensemble » dans l’océan Indien et au-delà : pratiques, représentations, discours à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’université de La Réunion, Campus du Moufia, Saint-Denis de La Réunion, France 

Comité d’organisation et coordination scientifique 

Camila Arêas, LCF ; Philippe Charpentier, Icare ; Julie Dumonteil, DIRE ; Grégoire Molinatti, LCF ; Émilie Pontanier, DIRE ; Georgeta Stoica, Icare ; Avec le soutien de l’Observatoire des Sociétés de l’océan Indien (demande en cours) 

Comité scientifique 

Alexis Artaud de la Ferrière, Royal Holloway College, Université de Londres, Angleterre 

Géraldine Bozec, Université Côte d’Azur, France 

Leen d’Haenens, Université de Louvain, Belgique 

Nicole Durisch-Gauthier, Haute Ecole Pédagogique, Lausanne, Suisse 

Pierre-Éric Fageol, ICARE, Université de La Réunion, France 

Fabrice Folio, OIES, Université de La Réunion, France 

Anne-Claire Husser, ECP, Lyon2, France 

Bernard Idelson, LCF, Université de La Réunion, France 

Abdelwahed Mekki-Berrada, Université de Montréal, Québec 

Gabriela Valente, EFTS, Toulouse 2, France 

Bibliographie : 

Arêas, C. (2015). La médiatisation de « l’affaire de la burqa » en France : stratégies de visibilité et crise iconique. Canadian Journal of Communication, 40 (1). 

Barthes, R. (2002). Comment vivre ensemble, cours et séminaire au collège de France (1976-1977). Paris, Seuil. 

Baubérot, J. (2015). Les 7 laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme. 

Bozec, G. (2020). La construction de l’islam comme « problème » dans le champ scolaire : Les enseignant·e·s, entre prisme culturaliste et gestion pragmatique. Agora débats/jeunesses, 84, 81-94. https://doi.org/10.3917/agora.084.0081 

Bréant, H. (2022). « La laïcité à Mayotte. Un cas d’école ». Cahiers de la recherche sur l’éducation et les Savoirs, 21, École, religions, laïcité 

Charpentier, P. & Stoica G. (2022). « Former et enseigner en contexte ultra-marin », Carrefours de l’éducation, 2 (n° 54), 11-22. https://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2022-2-page-11.htm 

Conseil de l’Europe (2008). Livre blanc sur le dialogue interculturel. Vivre ensemble dans l’égale dignité, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe. 

Déclaration de Montréal (2015). Sommet Vivre ensemble. Observatoire international des maires. 

Duhamel, A., & Estivalèzes, M. (2013). « Vivre-ensemble et dialogue : Du programme québécois d’éthique et culture religieuse à la délibération démocratique », Revue des sciences de l’éducation de McGill, vol. 48, n°1, 79-98. 

Dumonteil, J. (2020). “Autistes : entre situations de vulnérabilité et pouvoir d’agir ?”, Éducation et socialisation, n°57. https://doi.org/10.4000/edso.12673 

Durisch Gauthier, N. (2020). L’éducation au vivre ensemble en Suisse : analyse des plans d’études et enjeux de formation. Éthique en éducation et en formation, (8), 12–42. https://doi.org/10.7202/1070031ar 

Ève, P. (2005). La Laïcité en terre réunionnaise. Origine et originalité, Océan éditions. 

Erevan, XVIIe sommet de la Francophonie (2018). « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone ». 

Honneth, A. (2005). « Invisibilité : sur l’épistémologie de la ‘reconnaissance’ », La Découverte | Réseaux n° 129-130, 39-57 

Geisser, V. (2018). « Faire ensemble », Le courrier de l’Atlas : « Vivre ensemble : un modèle politique en panne », n°212, 23 janvier. 

Gilligan, C. (2008) Une voix différente : pour une éthique du care. Paris : Flammarion. 

Labache, L. (1999). « Les relations interethniques à la Réunion », Cahiers de sociologie économique et culturelle, n°31, 101-115. 

Martin, P. (2011). Le modèle réunionnais : diversité exemplaire ou spécificité non exportable ? Après-demain, 18,NF, 20-23. https://doi.org/10.3917/apdem.018.0020 

Marquis, N. (2014). Du bien-être au marché du malaise. Paris : PUF. 

McGillivray, M. (2007). Human Well-Being: Issues, Concepts and Measures. London : Palgrave Macmillan. 

Milot, M. (1998). La laïcité : une façon de vivre ensemble. Théologiques, 6(1), 9–28. https://doi.org/10.7202/024952ar 

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2008), Éthique et culture religieuse. Programme du premier cycle et du deuxième cycle du secondaire, Québec, Gouvernement du Québec. 

Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse (2015), « Programme d’enseignement moral et civique. École élémentaire et collège », Bulletin officiel de l’éducation nationale, France, Gouvernement de la République. 

Plan sectoriel de l’éducation 2018-2022, Madagascar (2017). Citoyenneté, patriotisme et vivre ensemble. https://www.prb.org/wp-content/uploads/2020/06/Madagascar-Plan-Sectoriel-de-’Education-2018-2022.pdf 

Pontanier, E. & Husser, A-C. (2019). Religions et sorties scolaires au collège : la laïcité scolaire au prisme des aménagements ordinaires. Sciences religieuses : Le religieux socialement acceptable à l’école : les cas de la Suisse, du Québec et de la France, SAGE journals. 

Pontanier, E. & Husser, A-C. (2022). “La laïcité scolaire vue de La Réunion : une créolisation de la loi de 2004 ?” in Dumonteil, J. (dir.) De la diversité à l’École : parcours, représentations, enjeux, Revue TrOPICS, PUI. 

Rafidinarivo, C. & Malbert, T. (2015). “Dialogue interreligieux et cohésion sociale à La Réunion”, in Faberon F., Liberté religieuse et cohésion sociale, Presse Universitaire de Aix-Marseille, 285-299. 

Tsiarify, LSA. (2013). « L’imbrication du politique et du spirituel à Madagascar : un défi pour la laïcité », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 173-190. 

UNESCO (1996). Delors, J. (dir.) Learning: the treasure within. Report to UNESCO of the International Commission on Education for the Twentyfirst Century, Paris, Odile Jacob. 

UNESCO (2002). Braslavsky, C. (org), « Aprender a viver juntos: educação para a integração na diversidade », Brasília. 

UNESCO (2003). “Learning To Live Together: Have We Failed?”, Paris. 

Voirol, O. (2005) « Les luttes pour la visibilité : esquisse d’une problématique », Réseaux n°129-130, 89-121. 

Wolfs, J.-L., Tisseyre, L., D’Hondt, D. & Guillaume, J. (2020). La formation des enseignants à la « neutralité » en Belgique francophone : les formateurs et formatrices partagent-ils une vision commune du « vivre-ensemble » et de la « neutralité » ? Enquête exploratoire. Éthique en éducation et en formation, (8), 59–78. https://doi.org/10.7202/1070033ar 

Zimmermann, M. A. (2000). “Empowerment Theory : Psychological, Organizational and Community Levels of Analysis” in J. Rappaport et E. Seidman (dir.), Handbook of Community Psychology (43-63). Boston : Springer. 

AAC : “Securitizing the Sacred: Pilgrims’ Trails across Digital Landscapes”

University of Toronto, August 22-24th, 2024

We invite abstracts for a three-day International Symposium on the state of pilgrimage (incorporating religious tourism) in the context of global security. The event will bring together specialists in different areas of pilgrimage, including academics, tourism providers and operators, local authorities and infrastructure administrators, religious communities, civil liberties organizations, art specialists and artists, and social media influencers. Our aim is to enable different stakeholders to collaborate in considering issues of digitality, security, datafication and mobility that form increasingly significant dimensions of the underlying socio-technical infrastructures of religious journeying.

THE THEMES OF THE SYMPOSIUM

Over the past two decades, physical travel has increasingly been aided by digital technologies. Some of the questions that drive our inquiry include: Who is responsible for gathering data on pilgrims, and how is such data used? What policies exist regarding types of information and knowledge that can be gathered from pilgrims? What aspects of pilgrims’ data can be deemed sensitive and in need of protection? Are there cross-cultural differences in data collection and practices over how pilgrims’ data is used? What are the implications for pilgrims regarding conditions or situations that may render them ineligible for or excluded from pilgrimage, and who gets to decide?

Behind such empirical questions are powerful concerns relating to data justice that we wish to explore: How might we determine whether there is sufficient transparency about where data is stored and processed, and by whom? What criteria should we use to decide these questions over justice, identity, and mobility? We also invite papers on broader conceptual and theoretical questions concerning the intersections of pilgrimage, mobility, and security.

SUBMISSIONS

In addition to our keynote speakers, we also seek submissions in the following categories:

·        Papers (includes completed research papers and research-in-progress papers)

·        Posters (need not be in English)

·        Sessions (one or two hours) for Interactive Engagement (including hands-on workshops developed around case studies, panels with a range of stakeholders, scenarios, etc.)

·        Alternative formats (we have an exhibit space for photographs, films, material objects that speak to the theme, and artefacts exemplifying data trails, etc.)

We invite abstracts from scholars and practitioners working on different religious traditions and disciplinary perspectives. We also encourage community engagement projects, and practical applications of theory. We welcome submissions from outside of Canada.

Examples of topics include:

  • Pilgrims’ online activities including information gathering prior to the journey, or using web-based booking systems
  • The role of social media in maintaining contacts and networks during and after the pilgrimage
  • Pilgrims as producers of data that may be circulated and accessed through digital trails
  • Travelers’ risks of exposure to multiple forms of bio- and market-related surveillance and associated data mining
  • Roles played by political and commercial organizations who are increasingly significant gatherers of information from and about pilgrims
  • Examples of assemblages of systems including booking systems, apps, CCTV, biometrics, Geographic Information Systems (GIS), ID cards, and other monitoring mechanisms
  • Security measures, security infrastructure in sacred places and in pilgrim destinations

Submissions will be accepted through April 20, 2024 by 11:59pm EST. All submissions will be refereed and must be in English (even if for a poster). They must include the author’s name and position; full affiliation including email and telephone; a brief bio; presentation title, up to five keywords, and an abstract of no more than 500 words for individual submissions and no more than 1000 words for panels/sessions. Email your submissions to: securitizingthesacred@gmail.com

TIMELINE

·    April 20, 2024 (11:59pm EST): Proposal submission deadline (extended abstracts).

·    May 15, 2024: Refereeing/peer-review completed; acceptance/rejection decisions.

·    August 22-24, 2024: Securitizing the Sacred Symposium, Toronto (Canada).

ORGANIZERS AND SPONSORS

The symposium will be held at the University of Toronto. The local organizers are Dr. Nadia Caidi (nadia.caidi@utoronto.ca) and Dr. Simon Coleman (simon.coleman@utoronto.ca).

For inquiries, email us at securitizingthesacred@gmail.com

Journée d’études Féminismes et catholicisme – France Belgique (XIXe-XXIe siècles)

Les rapports entre féminisme et catholicisme ne vont pas de soi. Ils seraient même antinomiques. Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, la transformation des sociétés occidentales qui a mené à la reconnaissance des droits des femmes, a conduit à leur mise en relation. Souvent conflictuelle, celle-ci s’est ouverte à la recherche d’un dialogue et de positions communes. Des moments ont été particulièrement propices à leur rencontre avec l’affirmation d’un féminisme républicain à la Belle Époque, les mouvements féministes des années 1970 revendiquant le contrôle de leur corps, l’accès au plaisir en matière de sexualité, et dénonçant le modèle familial hétéronormé, les revendications des droits LGBT au cours des deux premières décennies 2000 ou encore plus récemment, les luttes contre les violences sexistes et sexuelles. Ces moments ont été particulièrement propices à des rencontres avec le catholicisme, marquées par le dialogue et des crispations. Le féminisme est progressivement devenu pluriel, l’antiféminisme également. Dans l’espace d’un catholicisme français, plus largement francophone et occidental, s’est déployée une nébuleuse de groupes et de figures qui ont cherché à reconsidérer la place des femmes dans le système ecclésial et symbolique qui lui est propre. D’abord portée par les milieux d’une gauche progressiste, cette nébuleuse intègre d’autres visions aux accents plus conservateurs et traditionnels qui suscitent en son sein des rivalités d’influence. Loin des controverses, le plus souvent invisibles et silencieuses, attachées aux valeurs et aux rites du catholicisme, des femmes revendiquent davantage de reconnaissance et de liberté en s’appropriant une prise de parole, un exercice du pouvoir, une théologie, une spiritualité. Ces revendications, plus ou moins instituées, plus ou moins audibles, reposant sur des discours et des pratiques variées, conduisent vers un « catholicisme au féminin », lui aussi pluriel, au sein duquel se distinguent différents féminismes et antiféminismes aux frontières encore peu établies. En croisant l’histoire et la sociologie, cette journée d’études vise, dans le cadre du catholicisme français et francophone, à prendre la mesure sur plus d’un siècle des évolutions entre la religion catholique et le monde des féminismes, à travers des études empiriques et des recherches inédites.

Marion Maudet (Centre Max Weber-Université Lumière Lyon 2) – Bruno Dumons (CNRS-LARHA-Lyon)

Jeudi 21 mars 2024

Université Lyon II – Campus des Berges du Rhône

Salle DEM.021

16, Quai Claude Bernard – 69007 – LYON

9h30-10h : Introduction

Bruno Dumons (CNRS-LARHRA-Lyon) et Marion Maudet (Université Lumière Lyon 2)Présidence : Marianne Thivend (Université Lyon 2)

Nobles et bourgeoises féministes

10h00-10h30 : Caroline Muller (Université Rennes II), « C’est si nouveau que je crains d’effaroucher le public » : Madame d’Adhémar et la défense de la cause des jeunes filles (1890-1910)

10h30-11h00 : Florence Rochefort (CNRS-GSRL-Paris), Entre conservatisme et libéralisme : les féminismes catholiques contrastés de Marie Maugeret et Cécile de Corlieu dans l’entre-deux-guerres en France

11h00-11h15 : Discussion

Féminisme et théologie

11h15-11h45 : Clarisse Tesson (Université de Saint-Étienne), L’accès des femmes aux études théologiques, première étape d’un féminisme catholique de l’entre-deux guerres aux années 1970 ?

11h45-12h15 : Bruno Dumons (CNRS-LARHRA-Lyon), Donna Singles ou un féminisme en théologie. Les combats d’une religieuse dans la France catholique (1967-2005)

12h15-12h30 : Discussion

12h45-14h15 : Déjeuner

Présidence : Michelle Zancarini-Fournel (Université Lyon 1)

Vie intime : entre émancipation féministe et résistance

14h30-15h00 : Juliette Masquelier (FNRS-Bruxelles), « Ne pas être des vaincues ». Spiritualité, solidarité et émancipation au sein de la Fraternité des Veuves (Belgique, 1957-1977)

15h00-15h30 : Marion Maudet (Université Lumière Lyon 2), La sexualité des jeunes catholiques : un féminisme conjugal ?

15h30-15h45 : Discussion

Conservatismes féministes ?

15h45-16h15 : Anne-Sophie Crosetti (FNSR-ULB Bruxelles), « Féminisme Pro-vie ». Le nouveau visage du mouvement anti-avortement en France

16h15-16h30 : Discussion

16h30 : Conclusion

Céline Béraud (EHESS-Paris)

Appel à contribution: « Religions et nationalismes »

Numéro spécial de la revue Archives de sciences sociales des religions

Le projet de ce numéro vise à contribuer au diagnostic du présent en rassemblant des textes venus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui proposent une mise en intelligibilité des situations contemporaines contrastées procédant d’imbrications entre religions et nationalismes. Les cas sont nombreux, que l’on songe par exemple à l’Inde, à la Turquie, au Brésil, à la Pologne, à Israël, à la Russie… Si le lien (affinités, conflits, légitimations, instrumentalisations…) entre religions et nationalisme a été très largement labouré par les sciences sociales au cours des quatre décennies écoulées, il a souvent été examiné (hormis quelques exceptions) par les spécialistes de la nation d’une part, de la religion d’autre part. Or, la réalité donne souvent à voir une articulation étroite entre le politique et le religieux appelant l’analyse.

Ici, on voudrait solliciter des textes susceptibles de penser dans une même configuration ce qui au premier abord apparait comme une réactualisation des orientations explicitement religieuses dans le champ de la citoyenneté, comprise ici tout à la fois comme principe, institution et pratiques. Il n’est pas rare que la citoyenneté fasse l’objet d’une remise en question radicale au nom d’orientations fondamentalistes, scripturaires, suprémacistes, ethnicistes ou autres. On fait l’hypothèse que ces réactivations sont indissociables de la structure de la conflictualité et du jeu des acteurs qui s’opposent dans l’espace polémique/polyphonique des différentes manières de dire « nous » en politique. Aussi une attention particulière sera-t-elle portée à la mise en intelligibilité des différents contextes conflictuels, entendus au sens large, dans lequel elles se déploient.

Compte tenu du caractère interdisciplinaire du projet et de la polysémie des notions de « religion », « nation », « nationalisme » – polysémie des usages universitaires mais aussi des sémantiques historiques des différentes sociétés – nous invitons les auteurs à préciser le sens des notions (y compris vernaculaires) qu’ils mobilisent pour décrire les situations analysées mais aussi à expliciter les paradigmes théoriques sur lesquels ils prennent appui.

Parmi les questions que l’on souhaiterait voir aborder dans le numéro :

  • La dynamique socio-historique observée relève-t-elle de l’inédit ou de la continuité/résurgence d’un conflit structurel ancien ? Exprime-t-elle un conflit rendu incandescent par la construction de la démocratie et de la citoyenneté donnant réactivement naissance à des réponses « illibérales » ?
  • A travers ses différentes déclinaisons, la configuration conflictuelle actuelle se place-telle à l’intérieur des règles du jeu institutionnalisées ou bien porte-t-elle sur les règles du jeu lui-même ?
  • La mobilisation des références religieuses traduit-elle l’expression réglée du pluralisme ou bien signe-t-elle sa négation à travers le glissement du civique vers l’ethnique, dessinant éventuellement l’espace d’une conflictualité violente et inexpiable ouvrant l’horizon d’une guerre civile (froide ou chaude). La notion de nationalisme religieux at- elle un sens ? Ou bien ne relève-t-elle que de la métaphore ou de l’analogie ?
  • A partir de l’hypothèse d’un lien entre domination masculine et domination des dieux, nous serons aussi attentifs aux situations dans lesquelles le statut des femmes (leur place, leurs droits…), mais aussi leur intégrité physique, sont l’objet de la conflictualité politique et sociale analysée. Les actions nationalistes ou/et religieuses – qu’il s’agisse du langage ou des pratiques – s’accompagnent-elles d’une dimension genrée explicite?
  • Comment s’articule anthropologiquement la hiérarchisation des catégories dans les discours observés ? En particulier, dans l’ordre des valeurs, la nation est-elle située au dessus de la religion ? Ou bien, au contraire, la religion est-elle conçue comme l’englobant et la valeur supérieure ? Quelle est alors la place de la citoyenneté ? Est-elle pensée comme transcendant les identités particulières ou au contraire, tire-t-elle sa légitimité de l’appartenance à ces identités ?

Modalités de soumission

Les autrices et auteurs devront adresser à la Secrétaire de rédaction, le 30 avril 2024 au plus tard, un titre et une proposition de contribution de 500 à 1000 mots maximum. Les réponses aux propositions de contributions seront communiquées au plus tard le 31 mai 2024.

Les articles originaux, entièrement rédigés, devront être envoyés à la Secrétaire de rédaction le 31 octobre 2024 au plus tard. Conformément à la politique éditoriale de la revue, ils seront préalablement examinés par les coordinatrices et coordinateurs du dossier, puis soumis à l’évaluation doublement anonyme de trois relecteurs français ou étrangers. La publication du numéro est prévue courant 2025. Les propositions de contribution sont à envoyer à Marion Paulhac, Secrétaire de rédaction, avec en objet du message « proposition de contribution – numéro « Religions et nationalismes » : marion.paulhac@ehess.fr

Les coordinatrices et coordinateurs du numéro sont :

* Marie-Paule Hille (EHESS-CCJ/CECMC)

* Aminah Mohammad-Arif (CNRS-CESAH)

* Paul Zawadzki (Paris 1/GSRL-EPHE-PSL)

 

AAC : “Religions en temps de crise” – Colloque de l’Association française de sciences sociales des religions (ASFR)

 Argumentaire 

Le rapport du religieux à la « crise » constitue un phénomène multiforme. Face à l’émergence de crises sociales, politiques, économiques, environnementales, etc. les acteurs religieux sont à la fois tributaires de leurs conséquences et producteurs de réponses matérielles et conceptuelles (Artaud de La Ferrière, 2018 ; Bertina, 2019 ; Schnabel & Schieman, 2022). Ces acteurs religieux peuvent aussi jouer le rôle de créateurs de discours de crise dont l’écho résonne à travers la société dans laquelle ils sont implantés (Defois, 1971 ; Bourdieu, 1975). La « crise » se manifeste aussi souvent au sein même des communautés et des institutions confessionnelles, entraînant alors des dynamiques endogènes de transformations, de dissolutions et d’innovations religieuses (Hervieu-Léger, 1990 ; Grewal, 2014 ; Béraud, 2021). Observer les religions lorsqu’elles répondent à des crises extérieures, lorsqu’elles produisent des discours de crise, ou lorsqu’elles sont elle-même le théâtre d’une crise interne, permet aux sciences sociales d’approfondir l’analyse du religieux lorsque celui-ci est mis sous tension ainsi que d’interroger l’évolution de la signification même du concept de « crise ». L’objet de ce colloque sera donc de penser la crise sous le prisme du religieux, ce qui constitue un angle d’approche jusqu’ici largement occulté en « crisologie » (Morin, 1976, Ricoeur, 1988), et de penser le religieux à la lumière des apports théoriques développé par les travaux existant en sciences sociales des crises. 

La multiplication et l’emboîtement des phénomènes divers désignés comme « crises » depuis la fin du XXe siècle amène à y voir un trait constitutif et distinctif de l’époque contemporaine : crise sanitaire, nucléaire, sociale, économique, environnementale, climatique, énergétique, sécuritaire, géopolitique, et bien sûr, religieuse. En tant que catégorie de sens commun, les crises sont inscrites au centre de l’actualité médiatique et de l’agenda politique, faisant l’objet de diagnostiques, de gestions et de communications selon le modèle du « gouvernement de crise » qui remplace depuis les années 1990 celui du « gouvernement des risques ». En tant que concept analytique, les crises sont classées selon une typologie qui distingue et combine leurs dimensions morale (idéologique, axiologique) et matérielle (naturelles, humanitaires), ainsi que leurs origines exogène (naturelle, sanitaire) et endogène (institutionnelle, discursive). L’image d’une époque « crisogène » qui fait l’expérience de la « crise sans fin » dans un « contexte d’interdépendance tactique élargie » émerge alors comme une métaphore, voire comme une condition de possibilité, des sociétés globalisées et interconnectées via les marchés et les réseaux (Dobry 1986, Revault d’Allonnes 2012). Catégorie de sens commun ou concept analytique, dans les deux cas, le terme de « crise » gagne à ne pas être défini à priori, mais plutôt à être saisi comme le produit d’une opération de construction et de qualification d’une situation donnée dont le caractère instable ou insoutenable amène à la définir comme « faisant crise » selon un processus de « mise en crise » (Aguiton et al. 2019, Maingueneau 2021). 

Dans l’espace public, la production et la circulation de discours, d’images et de données sur les catastrophes diverses participent à un double processus normatif de « mise en visibilité » et de « mise en crise » qui passe par la sélection, le cadrage et la fabrication du sens des événements, donc par un travail de mise en discours (intelligibilité) et de mise en forme (lisibilité) qui légitime (ou non) la prise en charge des crises par des acteurs et des institutions à l’échelle locale, nationale et internationale (Voirol 2005, Aguiton et al 2019). Saisis dans leur dimension constructiviste, ces processus sont donc à la base de la définition de « ce qui fait crise » et de son « gouvernement », c’est-à-dire, un ensemble d’actions spécifiques mises en oeuvre par des acteurs désignés comme les responsables de la prévention, le diagnostic, la gestion et la sortie de ce qui a été défini comme « crise ». Processus dynamique, fait de logiques de « désectorisation/désobjectivation », les temps de crises sont des périodes de fluidité conjoncturelle et transformation structurelle, relevant d’un travail de « redéfinition de la réalité sociale que la crise impose aux acteurs » (Lagroye 1987). Plus que la définition d’une situation, le terme « crise » fonctionne ainsi comme un label ou un prisme à travers lequel les « problèmes » (climatiques, alimentaires, sanitaires, etc.) sont pensés comme le signe (indicielle et symbolique) d’une « crise sans fin ». Dans cette optique, les crises fonctionnent comme des laboratoires d’expérimentation des mesures politiques autoritaires (état d’exception, état d’urgence) normalisés par la suite. Cet « effet ‘laboratoire des crises’ mérite à être étudié au sein même des institutions qui disent et gouvernent la crise, plutôt que pris pour acquis quant aux problèmes qu’elles visent à gouverner » (Aguiton et al. 2019). 

Synonyme de désajustement, déséquilibre, dérégulation, discontinuité, désordre et trouble, le terme « crise » renvoie à un évènement qui altère ou rompt un état de fait celui du cours normal et ordinaire des choses. Perçue comme le résultat d’erreurs et des dysfonctionnements, la crise affecte le développement régulier d’un processus évolutif dont le sens est altéré de manière décisive et significative. Les « conjonctures de crise correspondent à un changement d’état des systèmes sociaux » (Dobry, 1986). Néanmoins, en raison de leur potentiel d’imprévisibilité et d’actualité (saillance, prégnance, immédiateté), les événements constitutifs des crises font l’objet d’une visibilité accrue et continue dans l’espace public qui finit par les inscrire dans la vie quotidienne. Ainsi, par un effet de répétition et de banalisation, l’extraordinaire devient ordinaire et l’exceptionnel la norme. Dans sa forme contemporaine, la crise apparaît ainsi comme une menace permanente qui brouille les frontières entre l’urgent et l’ordre routinier, générant un sentiment d’inquiétude généralisé dans un contexte « crisogène ». Or, ce procédé de normalisation de la crise soulève un paradoxe temporel, ou un double agencement narratif, de processus de « mise en crise » : l’idée même de crise ne serait-elle pas mise à l’épreuve d’une actualité qui met en relief et d’une historiographie qui s’écrit « sous l’angle des crises à répétition » (Roitman 2019) ? 

Les moments de crise correspondent à des « moments discursifs » (Moirand 2007) ou à une situation de circulation, voire de saturation, discursive (Charaudeau, Maingueneau 2002) caractérisée par la diversité des genres de discours émergeant sur le phénomène (experts, journalistes, représentants, citoyens), ainsi que par l’intensité de la production et la circulation de ces discours dans les espaces publics, médiatiques, politiques, sociaux, etc. Dans cette optique constructiviste, la « crise » renvoie à un processus discursif de cadrage, qualification et signification d’un phénomène ou d’une réalité qui fait l’objet d’une « mise en crise » dans et par le discours. La « mise en crise » ou la « sortie de crise » peut ainsi être appréhendée comme une opération sémiotique inscrite au coeur des politiques et des actions individuelles, collectives et institutionnelles de gestion de crise, parfois rendues visibles sous la forme de communication de crise. 

En ce sens, l’usage de la notion crée une réalité discursive dont il conviendrait d’interroger et d’analyser la spécificité lorsqu’il se manifeste dans le champ religieux. Comment la crise est mise en forme discursivement et visuellement par les acteurs religieux ou en rapport avec des mouvances religieuses ? Comment la crise au sein d’une institution religieuse est racontée ou comment la crise est mise en récit en employant un discours religieux ? Quels sont les champs sémantiques et les stratégies discursives mobilisées ? Dans la construction des crises, comment s’articulent les dimensions linguistique et extralinguistique ? Quelles sont les pratiques discursives utilisées par les acteurs et institutions religieuses dans les communications de crise ? En temps de crise interne, comment le discours et la légitimité des acteurs et institutions religieuses s’articulent ? Comment et dans quelles conditions le discours religieux en contexte de crise peut-il être créateur de sens (signification) et moteur de l’action (performativité) ? Quelles sont les conditions de réussite du discours religieux en contexte de crise et quelle est sa capacité d’action au sein de l’institution, dans le champ religieux ou dans la réalité sociale ? En temps de crise, comment le discours religieux cherche à agir sur la réalité institutionnelle et/ou sociale et comment peut-il être reçu par les publics religieux et non-religieux ?

Nous invitons donc un large éventail de propositions, issues des diverses sciences sociales, afin d’apporter des éléments de réponses à ces questions. Sur un plan théorique ou empirique, il s’agira d’analyser la manière dont les crises d’origine exogène, endogène (ou mixtes) aux religions affectent ses institutions, acteurs, pratiques, valeurs, etc. Sur un plan épistémologique, il sera également question de réfléchir ce qui signifie étudier le « religieux en temps de crises », la place du chercheur en sciences sociales et son rapport au terrain en contexte de crise. 

Les propositions de communications peuvent alors s’inscrire dans un des 3 axes thématiques suivants : (1) Les crises exogènes : lorsque les religions font face aux crises, (2) Les crises endogènes : crise du religieux et religions en crise, (3) Étudier les religions en contexte de crise : questions épistémologiques et méthodologiques 

Dans certains cas, il est difficile de délimiter la frontière entre les crises qui seraient endogènes et exogènes aux religions, notamment lorsqu’elles touchent au politique. Les origines des crises sont souvent nombreuses et variées, voire complexes, et leurs effets prennent la forme d’un emboîtement de crises indémêlables. Qu’elle soit de nature interne ou externe au religieux, la crise est le produit d’un processus de construction mettant en interaction, et souvent en tension, des acteurs, des pratiques, des logiques divers s’inscrivant dans les interstices des champs politique, social, religieux, etc. Multidimensionnelle et relationnelle, la crise comme objet d’étude nous amène donc à interroger et à dépasser les classifications et typologies scientifiques, parfois réifiantes, en fonction des terrains observés et de cas étudiés. Pour ce colloque, sont également invités les travaux de recherche qui, par une approche interdisciplinaire, cherchent à saisir la dynamique des crises d’origines multiples touchant le religieux, notamment dans son rapport au politique. 

Axe 1 : Les crises exogènes : lorsque les religions font face aux crises 

Les crises a priori exogènes aux religions – qu’elles soient d’origine économique, environnementale, sanitaire ou (géo)politique – affectent souvent les institutions, les acteurs, les discours et les pratiques religieuses. Force est de constater que les représentants religieux ont une propension à considérer avoir des choses à dire, voire à proposer des solutions, sur les crises exogènes au fait religieux. Dans ce premier axe, nous invitions donc les travaux des chercheurs portant sur les conséquences des crises sur les religions, ainsi que les actions menées par les acteurs ou les institutions religieuses pour faire face aux crises. Comment le contexte de crise influence les acteurs religieux (discours, actions, parcours, etc.) ? Comment ces acteurs perçoivent et qualifient les crises ? Comment ils s’approprient et agissent face à ces crises ? Comment se positionnent-ils en temps de crise ? Quelles réponses le religieux apporte-t-il à ces crises ? Existe-t-il des spécificités, des réponses religieuses aux crises séculières/mondaines ? 

Axe 2 : Les crises endogènes : crise du religieux et religions en crise 

Qu’entendons-nous par « crise du religieux » ou « religion en crise » ? Dans cette catégorie, s’inscrivent les crises déclenchées par des actes commis au nom des religions, comme le terrorisme, ou par des polémiques, scandales, dénonciations, tels que les questions de maltraitance infantile et de pédophilie. En outre, les crises endogènes aux religions peuvent aussi être des créatrices de nouvelles croyances ou de nouvelles cosmovisions, des croyances renouvelées ou des conceptions spirituelles et religieuses dissidentes, voire divergentes, parfois même contradictoires, au sein d’une même religion. Pour répondre à la problématique de ce second axe, nous invitions les chercheurs à réfléchir sur la manière dont le religieux peut être lui-même en crise ou une source de crises. Comment les crises d’origine endogène affectent les religions, ses institutions et ses acteurs ? Quels sont les effets qui en résultent au sein de la communauté religieuse ? Les « crises des religions » sont-elles précurseurs d’autres crises, parfois créatrices ? 

Axe 3 : Étudier les religions en contexte de crise : questions épistémologiques et méthodologiques 

L’étude des religions en temps de crise pose au chercheur en sciences sociales des religions une série des questionnements d’ordres méthodologique, épistémologique et éthique. Au-delà de l’observateur et du théoricien, le chercheur demeure un acteur de son temps. Le chercheur lui-même vit les différentes crises que traversent les sociétés contemporaines simultanément aux sujets qu’elle/il observe. Cette question implique tout d’abord une distance analytique, émotionnelle, mais aussi intellectuelle par rapport à des questions pour lesquelles il/elle est lui-même concerné.e voire impliqué.e pour certain.es. Dans cet axe, les contributeurs sont donc invités à déceler les questions épistémologiques et méthodologiques concernant le chercheur en sciences sociales des religions, son positionnement (distanciation, proximité, familiarité, étrangeté), ses outils de collecte/analyse de données et son rapport au terrain en contexte de crises multiples. 

Le second problème que pose l’enquête en temps de crise se situe davantage sur un plan méthodologique et plus particulièrement sur la possibilité d’accéder au terrain. Comment enquêter en temps de Covid avec les multiples restrictions de déplacements, les confinements, etc., la distance physique et sociale ? Quelles techniques fallait-il “inventer” pour s’adapter aux conditions de l’enquête ? Ou encore comment enquêter en temps de guerre ou même en temps de crise politique, sociale ? Le contexte de crise n’est pas sans effet sur nos terrains, il les transforme, les façonne, les détermine et les amène à s’ajuster, voire à se redéfinir. 

Modalités de soumission des propositions 

Le colloque aura lieu le 10-11 juin 2024 au Campus Condorcet. 

Propositions de communication de 4 000 signes (espaces compris) à envoyer à afsr.association@gmail.com 

Date limite de soumissions de propositions : 15 mars 2024 

Comité scientifique 

Bibliographie 

ANGELI AGUITON, Sara ; CABANE, Lydie ; CORNILLEAU, Lise. « Politiques de la « mise en crise ». Critique internationale, 2019/4 (N° 85), p. 9-21, 2019. 

ARTAUD DE LA FERRIERE, Alexis. « Somewhere between love and justice: a Roman Catholic church in Paris responds to the European migration crisis », International Journal of Politics, Culture, and Society, 31, 397-417, 2018. 

BERAUD Céline, Le catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La République des idées », 2022. 

BERTINA, Ludovic, « La « conversion » écologiste de l’Église catholique en France : sociologie politique de l’appropriation du référent écologiste par une institution religieuse », La Pensée écologique, 2019/1 (N° 3) 

BOURDIEU, Pierre, « Le langage autorisé ». Actes de la recherche en sciences sociales, 1(5), 183-190, 1975. 

DEFOIS, Gérard, « Discours religieux et pouvoir social: Les responsables catholiques devant la crise française de mai 1968 », Archives de sociologie des religions, 85-106, 1971. 

DOBRY, Michel. Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles. Paris, Presses de Sciences Po., 1986. 

GREWAL, Zareeena, Islam is a foreign country: American Muslims and the global crisis of authority (Vol. 22). Nyu Press, 2014. 

HERVIEU-LEGER, Danièle, « De quelques recompositions culturelles du catholicisme français », Sociologie et sociètés, 22(2), 195-206, 1990. 

REVAULT D’ALLONNES, Myriam. La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps. Paris, Seuil, 2012. 

LAGROYE, Jacques. « Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, La dynamique des mobilisations multisectorielles ». Revue française de science politique, 37ᵉ année, n°5, 1987. pp. 723-726. 

CHARAUDEAU, Patrick, MAINGUENEAU, Dominique (dir), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris, Seuil, 2002, 

ROITMAN, Janet (entretien avec la traduction et notes de Sara Angeli Aguiton, Lydie Cabane et Lise Cornilleau) « Anti-Crisis : penser avec et contre les crises ? », Critique internationale, 2019/4 (N° 85), p. 107-121. 

ROITMAN Janet L., 2014, Anti-crisis, Durham, Duke University Press. 

MOIRAND Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre. Paris, Presse Universitaires de France, 2007. 

MORIN Edgar, 1976, « Pour une crisologie », Communications, no 25, p. 149-163. 

RICOEUR Paul, 1988, « La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de philosophie, no 120, p. 1-19. 

SCHNABEL, L., & SCHIEMAN, S, « Religion protected mental health but constrained crisis response during crucial early days of the COVID‐19 pandemic », Journal for the Scientific Study of Religion, 61(2), 530-543, 2022. 

VOIROL Olivier, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 2005/1-2 (n° 129-130), p. 89-121. 

 

AAC : « Les réseaux interpersonnels à l’épreuve du militantisme dans les mondes arabes et musulmans »

L’appel à communications est prolongé jusqu’au 07/02. Le colloque se tiendra les 25-26 avril 2024 à Tunis

 Argumentaire : 

Les travaux sur l’engagement et l’action collective ont étudié le rôle que peuvent jouer les réseaux interpersonnels dans les phases initiales des mouvements sociaux (e.g. Diani et McAdam, 2003). Au Proche-Orient, Leenders et Heydemann (2012) ont, par exemple, mis en lumière l’influence des liens transfrontaliers et des structures sociales claniques et tribales dans le déclenchement du processus révolutionnaire syrien. Parallèlement, d’autres recherches ont montré comment la participation à des actions collectives stimule l’émergence de relations affectives intenses et contribue à façonner les liens d’amitié et amoureux (Blee 2016 ; McAdam 1988 ; Rupp and Taylor 1987 ; Whittier 1995). En rejoignant la contestation, écrivent Passy et Monsch (2019), « les participants rencontrent d’autres activistes, ce qui élargit souvent et peut remodeler substantiellement leur réseau interpersonnel antérieur ». Dans les cas d’engagements à haut risque, les militant.e.s ont tendance à se replier sur des relations amicales et affectives au sein de la sphère militante (Fillieule, 2012), permettant ainsi le développement de « communautés émotionnelles » soudées et durables (Rosenwein, 2002). Les auteurs de Changer le monde, changer sa vie (Fillieule et al., 2018) soulignent ainsi que « les moments de vie partagés dans les communautés sont le terreau d’amitiés profondes et durables ». Pour Vigna et Zancarini-Fournel (2009), l’action collective favoriserait des « rencontres improbables ». 

Le présent colloque propose d’explorer ces questions à partir des pays de la région S.W.A.N.A (Southwest Asia and North Africa), qui ont été le terrain, au cours de ces quinze dernières années, de processus révolutionnaires et de mouvements sociaux historiques. Ces moments, aux effets disruptifs, ont pu favoriser « des rencontres ordinairement non envisagées, entre contestataires qui pour protéger leur anonymat se lient dans des cadres interclasses, interrégionaux et intergénérationnels » (Youssef, 2023). Les questions de la confiance et du danger revêtent une importance fondamentale, comme l’a souligné une enquêtée syrienne en 2019 : « 2011 a permis d’établir de toutes nouvelles relations entre les gens, parce que j’ai perdu la majorité de mes amis, […] et j’ai gagné une nouvelle amitié, plus réelle, plus profonde, parce que lorsque vous faites confiance à quelqu’un, vous lui confiez votre vie. S’il vous faut dix ans pour nouer une solide amitié avec l’un de vos amis, en Syrie, pendant la révolution, il ne vous a fallu que quelques mois pour nouer la même relation » (Ruiz de Elvira, 2019). Cependant, cette reconfiguration des réseaux interpersonnels ne se produit pas toujours de manière mécanique, les frontières sociales préexistantes pouvant demeurer fortes, comme illustré par le cas égyptien étudié par Youssef El-Chazli où « l’espace de la place Tahrir apparaît comme une juxtaposition géante de groupes d’interconnaissances préexistantes plutôt qu’un lieu de construction de nouveaux groupes » (2012 : 862). 

Dans ce cadre, plusieurs questions peuvent être posées : comment les réseaux interpersonnels, qu’ils soient familiaux, d’amitié ou amoureux, sont-ils reconfigurés dans la région S.W.A.N.A lors des mouvements sociaux ? Le militantisme favorise-t-il toujours ce que Vigna et Zancarini-Fournel conceptualisent comme des « rencontres improbables » ? Que reste-t-il des sociabilités et des amitiés tissées lors des soulèvements arabes et des mobilisations qui ont suivi, bâties sur une confiance radicale et des expériences critiques partagées ? Ces liens résistent-ils à l’épreuve du temps et de la distance, ainsi qu’aux transformations de l’activisme (désengagement ou reconversion militante) et des états affectifs qui en découlent ? Ou bien, au contraire, ont-ils tendance à se dissoudre à la suite des différentes épreuves vécues par ces militant.e.s (prison, répression, exil, deuil, reconversion professionnelle, changement de situation familiale, etc.) ? Enfin, comment ces nouveaux liens interpersonnels bouleversent-ils les structures sociales en redéfinissant les rapports aux minorités et les rapports de genre (Selmi, 2022) ? Les échanges pourront être organisés autour des trois axes suivants : 

Axe 1 : Faire communauté ou le développement d’une communitas dans l’action collective 

Bien que la notion de communauté suscite des débats en sciences sociales, on peut convenir qu’elle renvoie à la constitution d’un groupe de personnes qui partagent un sentiment d’appartenance à une identité spécifique, ainsi que des valeurs et croyances communes (Jacquier, 2012). Au sein de cette communitas, se développent des relations de solidarité, d’affection et parfois même des concurrences. Dans cet axe initial, il s’agira de s’interroger sur la fabrique de cette communauté, contestataire ou révolutionnaire, ainsi que sur les mécanismes à l’oeuvre pour favoriser et maintenir la cohésion du groupe au-delà des divergences préexistantes (sociales, idéologiques, régionales, confessionnelles, ethniques, etc.). Comment est-elle construite, façonnée et mise en scène ? De même, il sera intéressant de questionner ici les contours de cette communauté, en examinant ceux et celles qui en sont exclu.e.s et les alliances manquées entre groupes militants (Youssef, 2023). 

Axe 2 : « Rencontres improbables » et fractures intra-groupe 

Dans ce deuxième axe, nous souhaitons explorer la question des « rencontres improbables ». Certains travaux portant sur les processus révolutionnaires arabes se sont penchés sur les liens uniques tissés lors de ces moments décisifs, forgés à partir d’une relecture collective des récits nationaux et des liens entre individus, et permettant de dépasser les solidarités tribales, ethniques et confessionnelles, les orientations politiques, les rapports de classe et de genre (Ismail, 2011). A titre d’exemple, en Égypte, des rencontres entre jeunes salafistes et homosexuels ont esquissé de nouvelles formes de fraternité, enracinées non pas dans le sang biologique mais dans le sacrifice des « martyrs » (Barbary, 2019). Cependant, ces liens « improbables » ne sont pas tissés de manière automatique. Dans quelle mesure ces rencontres reconfigurent-elles les réseaux interpersonnels, les rapports au groupe et les mouvements partisans ? Aussi, quelles ruptures sont-elles susceptibles d’entraîner ? En Égypte, encore une fois, des groupes ethniques ou confessionnels (e.g. coptes, nubiens) qui formaient une communauté avant 2011 ont pu se fondre dans la masse révolutionnaire grâce à un processus d’« unidimensionnalisation » (Dobry, 2009). Des liens personnels ancrés dans des instances de socialisation communautaires ont alors pu se rompre pour laisser place à de nouvelles relations. Enfin, on pourra questionner ici la manière dont l’exil, et la concentration des militant.e.s dans certaines villes comme Istanbul, Paris et Berlin, ont pu favoriser l’établissement de nouvelles relations et espaces sociaux ? 

Axe 3 : Quels devenirs des réseaux militants au fil du temps ? 

Le troisième axe sera l’occasion de réfléchir, de façon longitudinale, sur la transformation et la pérennité des liens et des réseaux militants. On peut tout d’abord se demander dans quelle mesure les « rencontres improbables » donnent lieu à des amitiés durables. Passé l’effervescence du pic de la mobilisation, les réseaux militants survivent-ils aux divers cycles de mobilisation et aux techniques répressives des régimes en place ? L’un des principaux objectifs de la répression est d’affaiblir les réseaux militants en séparant ses membres et en sapant les liens de confiance. Une de ses conséquences paradoxales peut, au contraire, être le raffermissement des liens militants par le partage de l’expérience commune de l’incarcération ou de la violence armée. Or, dans des sociétés répressives marquées par la délation, comment maintenir de véritables liens d’amitié dans la durée au sein de milieux ciblés par les autorités ? Le concept d’abeyance structure (Taylor, 1989) est-il pertinent ici ? A quels moments ces réseaux sont-ils réactivés ? Aussi, penser la dimension temporelle des réseaux militants implique d’observer la formation des générations militantes et les relations qu’elles entretiennent entre elles. Derrière l’image d’une foule révolutionnaire principalement composée de jeunes, quelle est la place des relations intergénérationnelles ? Enfin, la migration massive des militants des pays de la région reconfigure-t-elle les réseaux existants pour engendrer de nouveaux liens ? Quels sont les effets de la transnationalisation des réseaux ? Il conviendra d’observer ici les différenciations sociales à l’oeuvre dans ce processus, qui peut représenter aussi bien un élargissement des réseaux interpersonnels pour des militants déjà extravertis qu’un appauvrissement pour celles et ceux dont les réseaux se limitent à l’échelle locale ou nationale. 

Modalités pratiques : 

Les propositions de communication (500 à 800 mots, en français ou en arabe) devront être envoyées par mail aux organisateurs du colloque (erclivear@ird.fr) pour le 31 janvier 2024. Elles devront spécifier les matériaux mobilisés ainsi que la démarche d’enquête. Nous souhaiterions en effet ouvrir une discussion autour de l’usage des méthodes d’analyse des réseaux militants dans des contextes autoritaires ou en crise politique. Dans quelles conditions peut-on mener ce type d’analyse sans mettre en danger les personnes interviewées ? Les travaux comparatifs comme monographiques, attentifs au temps court et au temps long, seront également les bienvenus. 

Les réponses seront communiquées le 15 février. Les doctorants et jeunes chercheurs non financés pourront bénéficier d’une prise en charge (partielle) des frais liés au voyage. 

 Comité d’organisation : 

Saoussen Fray Amor, Ghada Rouissi et l’équipe de l’ERC LIVE-AR (Laura Ruiz De Elvira, Caroline Barbary, Lina Benchekor, Victor Dupont, Léo Fourn, Nouran Gad, Chaymaa Hassabo, Ophélie Mercier, Christoph Schwarz, Arbia Selmi, Maria Nicola Stragapede). 

Institutions : Centre Jacques Berque, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), IRMC, Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (ISSHT, Université de Tunis El Manar), Université de Carthage, Université de Tunis. 

Bibliographie indicative : 

Barbary, C., Chabab al-thawra- les jeunes de la révolution: microcosme militant et société politique en Égypte révolutionnaire, thèse de doctorat, Panthéon-Sorbonne, 2019. 

Blee, K. M., “Personal Effects from Far‐Right Activism”, in Bosi L., et al. (dir.), The Consequences of Social Movements, Cambridge University Press, 2016, p. 66-84. 

Diani, M. et McAdam, D. (dir.), Social Movements and Networks, Comparative Politics, Oxford, 2003. 

Dobry, M., Sociologie des crises politiques, Presses de Sciences Po, 2009. 

El Chazli, Y., « Sur les sentiers de la révolution. Comment des Égyptiens « dépolitisés » sont-ils devenus révolutionnaires », RFSP, vol. 62, n° 5-6, 2012, p. 843-865. 

Fillieule, O., « Le désengagement d’organisations radicales. Approche par les processus et les configurations », Lien social et Politiques, n° 68, 2012, p. 37-59. 

Fillieule, O. et al., Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France, Actes Sud, 2018. 

Jacquier, C., « Qu’est-ce qu’une communauté ? », Vie sociale, n° 2, 2011, p. 33-48. 

Ismail, S., The Syrian Uprising: Imagining and Performing the Nation, Stud Ethn Nation, vol. 11, 2011, p. 538-549. 

Leenders, R., et Heydemann, S., “Popular mobilization in Syria : Opportunity and threat, and the social networks of the early risers”, Mediterranean Politics, vol. 17(2), 2012, p. 139-159. 

McAdam, D., Freedom Summer, Oxford University Press, 1988. 

Passy, F. et Monsch G-A., “Biographical Consequences of Activism”, in David A. SNOW et al., The Wiley Blackwell Companion to Social Movements, Blackwell Publishing, Second Edition, 2019. 

Rosenwein, B. H., « Émotions en politique. Perspectives de médiéviste », Hypothèses, 5(1), 2002, p. 315-324. 

Rupp, L. et Taylor, V., Survival in the Doldrums: The American Women’s Rights Movement, Oxford Univ. Press, 1987. 

Selmi, A., Les Mobilisations des femmes syndicalistes pour l’égalité en Tunisie postrévolutionnaire, thèse de doctorat, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2022. 

Taylor, V., “Social Movement Continuity: The Women’s Movement in Abeyance”, American Sociological Review, vol. 54, n° 5, 1989, p. 761-775 

Vigna, X., et Zancarini-Fournel, M., “Les rencontres improbables dans “les années 68””, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 101, n° 1, 2009, p. 163-177. 

Whittier, N., Feminist Generations: The Persistence of the Radical Women’s Movement, Temple University Press, 1995. 

Youssef, M., Faire la Révolution côte à côte. Contestataires syriens exilés dans l’Égypte post-2011, thèse de doctorat, Université de Paris 1, 2023. 

AAC: Journée d’étude : “Usages des pédagogies nouvelles dans l’enseignement religieux”

05 juin 2024 – Campus Condorcet à Aubervilliers

Depuis une dizaine d’années en France, on assiste à la conjonction de deux mouvements se présentant comme « alternatifs » à l’Éducation nationale (Allam et Wagnon, 2018). D’une part un emballement autour de l’innovation pédagogique, d’autre part un renouveau de l’enseignement confessionnel. Premièrement, on observe un engouement autour des figures historiques de l’éducation nouvelle comme Célestin Freinet (1896-1966), Rudolf Steiner (1861-1925), Ovide Decroly (1871- 1932) ou encore Maria Montessori (1870-1952), érigée au rang de « superstar » (Franc, 2018). La « nébuleuse » de l’alternative pédagogique (Allam et Wagnon, 2018) se déploie à l’école publique entre adhésion complète et pratiques simplement « inspirées » de l’une ou l’autre des pédagogies (Hugon, 2016 ; Peyronie, 2017 ; Leroy, 2017 ; Huard, 2018 ; Giraud, 2019 ; Leroy et Lescouarch, 2019 ; Berton et al., 2022). À l’offre déjà ancienne des écoles « différentes » (Viaud, 2005 ; Viaud, 2017 ; Hugon et Viaud, 2017) s’ajoutent des écoles « alternatives » centrées sur des « pratiques expressives » (Legavre, 2022).

Le deuxième mouvement « alternatif » concerne justement le développement de l’enseignement privé hors contrat, en particulier lorsqu’il est confessionnel. Malgré leur petit nombre (moins de 1000) ces établissements connaissent une croissance importante depuis une quinzaine d’années qu’ils soient catholiques non affiliés au Secrétariat général de l’enseignement catholique (Perrin, 2011 ; Teinturier, 2018), protestants (tendance évangélique), juifs ou musulmans. Philippe Meirieu (2018, p. 123) évoque la montée d’un « familialisme pédagogique » dans un système libéral où les familles constituent et contrôlent les écoles selon leurs affinités sociologiques et idéologiques. Bruno Poucet identifie plusieurs modalités de refus de l’école « traditionnelle », dont le refus idéologique. C’est en particulier la crainte des « influences délétères du monde contemporain » qui sous tendrait l’existence de ces établissements (Poucet, 2020, p. 96).

Cette journée d’étude se propose d’explorer les phénomènes qui se situent à l’intersection de ces deux mouvements : entre offre pédagogique « alternative » et enseignement confessionnel. Présentées à première vue comme contradictoires (Allam et Wagnon, 2018) ces convergences sont pourtant anciennes. Ainsi le gan (jardin d’enfants) créé par Ra’hel Gordin en 1948 met en avantl’identité juive, le bilinguisme et la pédagogie Montessori pour attirer des parents. Formée par Maria Montessori à Rome, sa fondatrice espère « entretenir et vivifier, une âme juive si maltraitée pendant la guerre » (Drezdner, 2021, p. 53).

Nous souhaitons documenter de manière fine ces usages convergents, dans la lignée des travaux sur les racines chrétiennes de la pédagogie Montessori (Franc, 2018) ou de la cartographie établie par Wagnon et André (2018, p. 93) identifiant les écoles situées au carrefour des pédagogies alternatives et de l’enseignement confessionnel (comme celles de La Salle, Don Bosco ou de la Fondation pour l’école).

Il s’agira en particulier d’explorer les pratiques liées aux pédagogies dites nouvelles, alternatives ou actives dans le cadre de l’instruction religieuse telle qu’elle est dispensée dans des écoles catholiques (Grisez, 2023), protestantes, juives (Arkin, 2014 ; Laithier, 2018 ; Hazan, 2002 ; Cohen, 2013 ; Nordmann, 2017), musulmanes (Amghar et al., 2010 ; Bowen, 2011 ; Bourget, 2019 ; Hanafi et al., 2021 ; Girin, 2021 ; Ferrara 2023), sans oublier les établissements inspirés de mouvements ésotériques comme les écoles Steiner-Waldorf (Tremblay, 2013). Nous souhaitons aussi inclure dans notre questionnement les pratiques parentales dans l’instruction en famille (IEF) confessionnelle (Puzenat, 2011) ou les apprentissages en dehors des temps scolaires au sein d’associations du type écoles coraniques (Marzi, 2017 ; Boursin, 2012), catéchisme (Hérault, 2000), « écoles du dimanche » (Ruolt, 2011), scoutisme (Filippi, 2019), etc.

Cette journée d’étude se veut une réponse à plusieurs angles morts de la recherche actuelle,en particulier la rareté des enquêtes portant directement sur les enseignements et les socialisations religieuses dans l’enfance. Inversement, il s’agira d’éviter de verser dans une lecture essentialisante et exceptionnalisante du religieux en mobilisant les outils et les grands concepts propres aux sciences sociales. Nous invitons ainsi les participant·es à proposer « une analyse scientifique et critique des pédagogies alternatives » (Allam et Wagnon 2018) et à réintroduire du social dans l’analyse des religions (Altglas et Wood, p.5). Dans ce cadre, nous serons attentif·ve·s aux contextes historiques et politiques, aux univers sociaux et économiques concernés, mais aussi aux constructions des subjectivités des acteur·ices (enseignant·e·s, parents, élèves).

Analyse des curricula

Les temps dédiés aux apprentissages religieux peuvent prendre différentes dénominations en fonction des espaces où ils se déploient : instruction religieuse, aumônerie, éveil à la foi, initiation spirituelle, éthique, temps spi, etc. Il s’agira dans un premier temps d’en décrire les curricula : ce qui relève du programme officiel (curriculum formel), du programme réellement mis en oeuvre(curriculum réel) et ce qui est appris de manière informelle (curriculum caché) (Danic, 2017, p.794).

Quels sont les savoir-faire et les savoir-être (postures, règles d’adresse, tenues vestimentaires) propres à ces espaces ? Comment se déroule une séquence d’enseignement ? Nous prêterons en particulier attention à la place accordée aux moments de culte ou de rituel. Comment les élèves sont-ils·elles initié·es à la pratique religieuse ? S’agit-il d’un apprentissage théorique (à partir de supports écrits) ou pratique (par l’imitation, l’« entraînement ») ? La pratique a-t-elle lieuen classe ou dans un lieu de culte ? Les élèves respectent-ils·elles un calendrier liturgique qui donne aux enseignements une temporalité précise (fêtes, pèlerinages, solstices, etc.) ?

En quoi la méthode ou la pédagogie est-elle « nouvelle », « alternative », « innovante »,« active », « ludique » ou seulement « inspirée » des pionnier·es de l’éducation nouvelle ? Comment cette affiliation à une pédagogie alternative ou active est-elle concrètement construite ? Dans le cas
des écoles confessionnelles, ces usages sont-ils en continuité ou en rupture avec ce qui est fait dans les matières séculières ? Sont-ils diffusés à partir d’une matérialité caractéristique (imprimerie pour Freinet, matériel Montessori, etc.), d’une posture éducative (réflexion sur la relation enseignant/élève, place de l’enfant dans l’apprentissage, etc.) ou en référence à une éthique ?

Quelles sont les formes d’autorité et de hiérarchie à l’oeuvre dans ces cours ? Les textes considérés comme sacrés sont-ils investis en tant qu’« autorité externe » (Guhin, 2021) ? Enfin quelles sont les conditions d’évaluation de ces savoirs ?

Des affinités électives ?

Dans un second temps, nous nous interrogerons sur l’existence d’affinités électives entrecertaines confessions et certaines pédagogies. Comment ces méthodes sont-elles valorisées dans
les apprentissages religieux alors même qu’elles peuvent être héritées de systèmes de croyances trèsdifférents ? Comment mobilise-t-on une pédagogie Montessorienne d’inspiration chrétienne dansl’enseignement juif ou un pédagogue communiste athée comme Célestin Freinet dans uneinstruction islamique ?Observe-t-on des correspondances entre ces pratiques et des positions de classe (Favier etal., 2023) ? Où sont situés ces usages dans l’espace social (Lahire, 2019) ? En quoi sont-ils distinctifs (Girin, à paraître) ? Peut-on y voir une volonté de tracer des frontières au sein du groupe des croyants ?

Supports et matérialités

Enfin, il nous faudra interroger la spécificité de ces curricula et de ces pratiques sous l’angle des matérialités et des supports : quelle est la place du texte et de l’écrit au sein de ces enseignements ? Est-ce qu’un corpus particulier est mobilisé comme référence (celui d’un·e pédagogue, d’un texte religieux fondateur) ? Existent-ils des manuels spécifiques, sont-ils édités ou bricolés à partir de plusieurs sources ? L’écriture est-elle mobilisée pour consigner les contenus
enseignés ? Des objets spécifiques sont-ils fabriqués, manipulés, mobilisés et si oui dans quelles finalités pédagogiques (mémorisation de contenus, développement des capacités sensorielles, etc.) ? Quels sont les dispositifs spatiaux, corporels et répondent-ils à un dispositif pédagogique (Chevalier, 2020) ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication, comportant un résumé du propos et une description des méthodes et des matériaux empiriques mobilisés (entre 2 500 et 5 000 signes, espaces, notes et
bibliographie compris), ainsi qu’une courte notice biographique devront être envoyées au plus tard le 15/02/2024 aux adresses suivantes : marie-laure.boursin@univ-amu.fr et dianesophiegirin@gmail.com Elles seront examinées par les organisatrices et une réponse sera donnée en mars 2024. Pour les propositions sélectionnées, les textes des communications devront être envoyés au plus tard le 25/05/2024.

Organisation de la journée

La journée aura lieu le mercredi 5 juin 2024, dans la salle 0.007 située au RDC du bâtiment de recherche Nord, sur le Campus Condorcet à Aubervilliers. Une possibilité d’aide au financement est prévue pour les participant·es qui en feraient la demande.

Comité d’organisation

Marie-Laure Boursin (Ideas, CNRS-AMU)
Diane-Sophie Girin (Césor, EHESS-CNRS)

Bibliographie

Bibliographie

ALLAM, Marie-Charlotte et Sylvain WAGNON, 2018, « La galaxie des pédagogies alternatives, objet d’étude des sciences humaines et sociales », Tréma (en ligne), [Consulté le 11/2023], Disponible sur :<http://journals.openedition.org/trema/4159>

ALTGLAS, Véronique, 2018, Matthew WOOD (dirs.), Bringing back the social into the sociology of religion, Brill.

AMGHAR,   Samir,   Lydie   FOURNIER,   Omero    MARONGIU     et    Bernard   GODARD,    2010 « L’enseignement de l’Islam dans les écoles coraniques les institutions de formation islamique et les écoles privées. », In BRAS, Jean-Philippe et Sabrina MERVIN (dirs.), Rapport de l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), dans le cadre d’une convention entre le ministère de l’Intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)., 103 p.

ARKIN, Kimberly, A., 2014, Rhinestones, Religion and the Republic. Fashioning Jewishness in France, Stanford, Stanford University Press.

BERTON, Caroline, Samuel BOURON, Marie CARCASSONNE et al., 2022, « Les alternatives scolaires face à l’école publique : concurrence ou complémentarité ? », Terrains & travaux, n° 2, (41), p. 5-26.

BOURGET, Carine, 2019, Islamic Schools in France: Minority Integration and Separatism in Western Society, Cham, Palgrave Macmillan.

BOURSIN, Marie-Laure, 2012, Construction de l’identité islamique : l’apprentissage religieux au sein des institutions religieuses et de la famille, Sous la dir. de MOUSSAOUI, Abderrahmane. Thèse de doctorat d’anthropologie, Aix-Marseille Université, 465 p.

BOWEN, John, R., 2011, L’Islam à la française, Paris, Steinkis.

CHEVALIER, Jean-Pierre, 2020, « Dispositifs spatiaux et modèles pédagogiques », Géocarrefour, n° 94, (1)   (en   ligne),   [Consulté   le   22 /11/2023],   Disponible   sur : <http://journals.openedition.org/geocarrefour/1448>

COHEN, Martine, 2013, « Écoles juives », In LESELBAUM, Jean (dir.), Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944, Paris, Armand Colin et Éditions du Bord de l’eau, p. 264-268.

DANIC, Isabelle, 2017, « Socialisation scolaire » in VAN ZANTEN Agnès et Patrick RAYOU, Dictionnaire de l’éducation, Paris, PUF.

DREZDNER, Rachel, 2021, « Le jardin d’enfants de Rahel Gordin, montessorienne au service de la transmission de l’identité juive », Tenoua, n° 185, p. 52-53.

FAVIER, Anthony, Yannick Fer, Juliette Galonnier et Ana Perrin-Heredia, 2023, Religions et classes sociales, Paris, ENS Éditions.

FERRARA, Carol, 2023, « Religious education in French private schools: Categories, conflations, and inequities », British Journal of Religious Education, n° 45, (2), p. 86-99.

FILIPPI, Myriam, 2019, Un catholicisme d’ouverture : les mouvements catholiques d’éducation populaire et leurs membres musulmans en France (années 1960 années 2010), Sous la dir. d’AVON Dominique. Thèse d’Histoire moderne et contemporaine, EHESS, Paris.

FRANC, Serge, 2018, « Montessori et la Casa dei Bambini : Dimensions idéologique, épistémologique et spirituelle de la méthode », Tréma (en ligne), [Consulté le 02/11/2023], Disponible sur : <http://journals.openedition.org/trema/4369>

GIRAUD, Frédérique, 2019, « Des parcours de conversion aux pratiques pédagogiques “nouvelles”— entre labellisation de pratiques professionnelles et convictions pédagogiques », Spécificités, n° 12, (1), p. 69-86.

GIRIN, Diane-Sophie, 2021, Des écoles comme les autres ? L’enseignement privé musulman de niveau élémentaire, entre recherche de distinction et quête de respectabilisation, Sous la dir. de PORTIER, Philippe. Thèse de sociologie, École pratique des hautes études, Paris.

GIRIN, Diane-Sophie, à paraître, « Mobiliser la pédagogie Montessori en écoles musulmanes : entre recherche de distinction et gestion du stigmate », Les sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle.

GRISEZ, Émilie, 2023, À l’école primaire catholique Une éducation bien ordonnée, Paris, Presses universitaires de France.

GUHIN, Jeff, 2021, Agents of God. Boundaries and Authority in Muslim and Christian Schools, Oxford, Oxford University Press.

HANAFI, Rania, Jean-François BRUNEAUD et Zineb RACHEDI, 2021, Des établissements privés musulmans. Une émergence en tensions, Lormont, Le Bord de l’eau.

HAZAN, Katy, 2002, « Du heder aux écoles actuelles : l’éducation juive, reflet d’un destin collectif », Archives Juives, n° 35, (2), p. 4-25.

HÉRAULT, Laurence « Mais qu’est-ce qu’ils apprennent au “caté” ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 111 | juillet-septembre 2000

HUARD, Chrystel, 2018, « L’essor actuel de la pédagogie Montessori dans l’école maternelle publique          française »,       Tréma  (en                 ligne),          [Consulté      le          29/10  2023],     Disponible sur : <http://journals.openedition.org/trema/4318>

HUGON, Marie-Anne, 2016, « Les pédagogies nouvelles : quel apport pour l’école d’aujourd’hui ? »,Spécificités, n° 9, (1), p. 26-38.

HUGON, Marie-Anne et Marie-Laure VIAUD, 2017, « Introduction — Le paysage institutionnel des écoles différentes : ouvrir, fermer, durer, essaimer. ? », Spécificités, n° 10, (1), p. 4-11.

LAHIRE, Bernard (dir.), 2019, Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants. Paris, Seuil.

LAITHIER, Stéphanie, 2018, « Les écoles confessionnelles juives en France et la transmission de la culture religieuse », In LAITHIER, Stéphanie, Valentine ZUBER et Jacques HUNTZINGER (dirs.), La transmission du religieux en Méditerranée. Un défi partagé, Paris, Les éditions du Cerf, p. 151-162.

LEGAVRE, Amélia, 2022, Être soi à l’école : L’expression des élèves dans les pédagogies alternatives, Paris, Presses universitaires de France.

LEROY, Ghislain, 2017, « L’influence de l’éducation nouvelle sur les pratiques contemporaines de l’école maternelle française », Spécificités, n° 10, (1), p. 61-86.

LEROY, Ghislain et Laurent LESCOUARCH, 2019, « De la pédagogie Montessori aux inspirations montessoriennes. Réflexion sur la question des emprunts pédagogiques partiels dans les pratiques enseignantes », Spécificités, n° 12, (1), p. 31-55.

MARZI, Eva, 2017, « La chaîne des sœurs », Archives de sciences sociales des religions, n° 179, p. 233-254.

MEIRIEU, Philippe, 2018, La Riposte, Écoles alternatives, neurosciences et bonnes vieilles méthodes : pour en finir avec le miroir aux alouettes, Paris, Autrement.

NORDMANN, Sophie, 2017, « De la Haskala à l’école juive de Paris : les Lumières juives à l’épreuve de l’émancipation », Le Télémaque, n° 52, (2), p. 67-78.

PERRIN, Luc, 2011, « Les “nouvelles” écoles catholiques : écoles identitaires dans la mouvance traditionaliste », In POUCET, Bruno (dir.), L’État et l’enseignement privé. L’application de la loi Debré (1959), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 277-289.

PEYRONIE, Henri, 2017, « La pédagogie Freinet : quelle(s) influence(s) sur l’École publique française ? », Spécificités, n° 10, (1), p. 12-37.

POUCET, Bruno, 2020, « Chapitre 6. L’enseignement privé scolaire hors contrat : refuge ou refus de l’école ? », In CAHON, Julien et Michel YOUENN (dirs.), Refus et refusés d’école. France, XIXe-XXIe siècle, Fontaine, Presses universitaires de Grenoblе, p. 89-104.

PUZENAT, Amélie, 2011, « La conversion à l’islam en France et ses répercussions sur la sphère éducative », In GROSS, Martine, Martine MATHIEU et Sophie NIZARD (dirs.), Sacrées familles ! Changements familiaux, changements religieux, Toulouse, Érès, p. 133-145

RUOLT, Anne, 2011, « Les écoles du dimanche en France (1852-1902). Histoire d’un dispositif éducatif “pananthropique” », Études théologiques et religieuses, vol. 86, no. 1, pp. 71-99.

TEINTURIER, Sara, 2018, « Faire face à la diversité ethno-culturelle et religieuse dans des établissements confessionnels », In LAITHIER Stéphanie, Valentine ZUBER et Jacques HUNTZINGER, La transmission du religieux en Méditerranée. Un défi partagé. Paris, Cerf.

TREMBLAY, Stéphanie, 2013, Les écoles privées à projet religieux ou spirituel : analyse de trois « communautés » éducatives – juive, musulmane et Steiner — à Montréal, Sous la dir. de MC ANDREW, Marie et Micheline MILOT. Thèse en éducation comparée et fondements de l’éducation, 372 p.

VIAUD, Marie-Laure, 2005, Des collèges et des lycées « différents », Paris, Presses universitaires de France.

VIAUD, Marie-Laure, 2017, « Les écoles Montessori dans le monde », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 76, p. 51-62.

WAGNON, Sylvain et Hélène ANDRÉ, 2018, « Galaxie des pédagogies alternatives en France », Tréma,    n° 50,      (en      ligne),     [Consulté      le      15/11/2023],     Disponible      sur: http://journals.openedition.org/trema/4363

AAC : “Produire la norme dans les ordres religieux (XVe-XXe siècles)”. Lyon, 14-15 novembre 2024

Argumentaire: 


Au delà des quatre règles autorisées depuis le XIIIe siècle (Benoît, Augustin, François et Albert), auxquelles s’ajoute celle de Basile pour le monachisme oriental catholique, la vie des réguliers est encadrée par une grande diversité de textes : constitutions, statuts, décrets des chapitres et définitoires généraux ou provinciaux, etc., forment un océan de textes réglementaires qui organisent le fonctionnement des ordres religieux à des échelles diverses : ordres/congrégations, provinces, maisons. L’articulation entre ces textes n’est pas toujours limpide d’une part, leur production et leur mise en œuvre relève d’enjeux qui demandent à être explicités d’autre part. Par ailleurs, la production de ces textes se fait entre trois pôles : l’ordre (à trois niveaux : central, provincial, local), la Curie romaine où se construit depuis le Concile de Trente le droit canonique, l’Etat et ses juridictions qui élaborent le droit civil et sa jurisprudence. La question centrale est celle de l’auto-normativité des ordres en leurs différentes échelles internes et du contrôle dont elle fait l’objet de la part des instances externes ecclésiastiques et laïques.

La longue durée se justifie par le fonctionnement des ordres religieux dont les évolutions se font toujours à la fois par rapport au contexte contemporain et par rapport à leurs origines. La césure de la Révolution française n’est pas opératoire à l’échelle transnationale des ordres : il faut adopter une autre scansion. Au cours de la période envisagée, on peut identifier trois époques privilégiées, au fil desquelles se jouent à la fois des continuités et des ruptures : les hautes eaux de la Réforme catholique au cours de la première modernité, le XIXe siècle de la Restauration catholique et de la nouvelle dynamique missionnaire, les années de l’aggiornamento avant et après Vatican II. Il convient néanmoins de remonter au XVe siècle au cours duquel se déploie un important mouvement transversal d’observance. Par ailleurs, l’activité normative ne cesse jamais en fonction de l’évolution des contextes interne et externe à chaque institut. Les réformes inspirent des normes nouvelles ou renouvelées aussi bien sur le fondement d’une dynamique interne que sous l’impulsion d’instances externes, ecclésiastiques ou non. Les conciles de Trente puis de Vatican II (1962-1965), ont accompagné et donné un cadre aux mouvements de réformes et de « retour aux sources » comme aux nouvelles fondations. Les papes, à l’instar de Clément VIII (1592-1605) ou d’Innocent X (1644-1655) à l’époque moderne, de Paul VI et Jean-Paul II au XXe siècle, ont aussi tenté d’imposer une uniformisation. Enfin, les pouvoirs séculiers ont joué un rôle majeur : par exemple, la monarchie française sous Louis XIII avec le cardinal de La Rochefoucauld et sous Louis XV avec la Commission des réguliers, ou encore la monarchie autrichienne à l’époque de Joseph II. Depuis le XVIIIe siècle, la question de la mainmorte et de la propriété est au cœur de la redéfinition juridique de la place des réguliers dans la société. Plus largement, l’écriture du droit des réguliers s’inscrit dans des sociétés où, sur la longue durée, le droit des États tend à s’uniformiser et à supplanter le droit canonique.

Reconstituer l’histoire de la rédaction de ces textes, c’est prendre la mesure des dynamiques parfois contradictoires qui traversent l’histoire des réguliers, celle des influences qui prévalent à une époque donnée en fonction des mutations internes (spirituelles, théologiques, ecclésiologiques) et externes (sociétales, culturelles, politiques, économiques). Se pencher sur les usages de ces textes, c’est essayer de comprendre aussi bien la gouvernance des ordres que les modalités de l’appropriation et de l’adaptation de la norme en étant toujours attentif aux jeux d’échelles. C’est enfin prendre en compte leur instrumentalisation dans la mise en question des ordres religieux : par exemple, depuis l’examen des Constitutions de la Compagnie de Jésus par les parlements de France au début des années 1760, jusqu’aux aux débats dans plusieurs pays européens ou extra-européens au XIXe siècle sur la présence des religieux.

Les plus célèbres des ordres se sont développés à l’échelle transnationale, mais dès avant le XIXe siècle, de nombreuses congrégations, essentiellement féminines, n’ont eu un rayonnement que régional, tandis que d’autres, comme les congrégations bénédictines ou cisterciennes, se sont inscrites dans le cadre des États modernes. La nécessité de prendre en compte ces jeux d’échelle amène logiquement à envisager une dimension globale, celle des limites de la catholicité. Si le champ n’est pas vierge, il n’a pas fait l’objet de nombreux travaux spécifiques. Le plus souvent, la gouvernance et la réglementation sont présentées comme le fruit de réformes plus ou moins périodiques, comme le résultat d’un processus plutôt que dans ce processus lui-même avec ce qu’il suppose d’interactions, de stratégies, de débats et d’enjeux. En inversant le point de vue, on considérera cette production textuelle comme une dynamique à expliciter, entre autonomie et contrôle, entre centre et périphérie, entre top-down et bottom-up.


Trois axes thématiques ont été retenus :

– la typologie : commentaires de la règle, constitutions, statuts, décrets des chapitres et
définitoires généraux ou provinciaux, coutumiers, circulaires, cérémoniaux, etc.
– la production : on essaiera de préciser le processus de rédaction depuis la genèse du projet
jusqu’à la validation des textes, en précisant le contexte et son évolution ainsi que les rôles des
individus et des instances institutionnelles.

– les usages : conservation et communication des textes, application et débats à ce sujet,
instrumentalisation dans les débats internes et externes.

 

Comité scientifique :
Bernard HOURS (Université Lyon 3, UMR 5190 LARHRA)
Odon HUREL (PSL – CNRS, EPHE, UMR 8584 LEM)
Emanuele COLOMBO (Università cattolica, Milano)
Sylvio DE FRANCESCHI (EPHE, UMR 8584 LEM, Paris)
Ahmad FLITI (UMR 8584 LEM-CERCOR, Saint-Etienne)
Caroline GALLAND (Université Paris-Nanterre, UR MéMo)
Anne JUSSEAUME (Université d’Artois, UR 4027 CREHS, IUF, Arras)
Dominique LAPERLE (UQAM, Montréal)
Carmen MANGION (Birkbeck, University of London)
Sébastien NADIRAS (Archives nationales, Paris)
Christian SORREL (Université Lyon, 2, UMR 5190 LARHRA)
Kristien SUENENS (KADOC, Leuven)


Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) sont à envoyer avant le 31 mars 2024 à Bernard Hours bernard.hours@univ-lyon3.fr
et Odon Hurel : daniel.hurel@ephe.psl.eu

AAC pour le colloque “Juifs, genre et sexualité”

AAC pour le colloque BJAS 2024 Jews, Gender, and Sexuality, 8-10 juillet 2024, université de Bristol (Royaume-Uni). DLC 25 janvier 2024.

Given both long-standing and recent debates about feminism, identity, equality, trans rights, women’s religious and political leadership, Queer representation, and reproductive rights, the 2024 British and Irish Association for Jewish Studies annual conference will focus on questions of gender and sexuality. The BIAJS conference, as always, spans many academic fields, and approaches to the topic can be wide-ranging—from an analysis of the Talmud’s engagement with gender and sexual diversity, to an archaeological study of ancient female figurines, to a history of businesswomen in medieval Europe, to a literary reading of Naomi Alderman’s novel The Power. In fact, the conference invites scholars to think within and across disciplines and to forge new connections that allow us to reimagine gender and sexuality within the Jewish world, Jewish Studies, and beyond.

Although BIAJS conferences are always open to panels and papers outside of the main theme, this particular theme allows for many strands of inquiry, including but not limited to:

  • How did and do Jews understand concepts of gender and sexuality in biblical texts?
  • How have these concepts been regarded similarly to and differently from non-Jewish perspectives?
  • How can understandings of (Jewish) history be rethought using Queer or feminist lenses?
  • What Jewish (or Jew-ish) women or other gender or sexual minorities have been excluded from the historical record or popular imaginary that ought to be or are being recovered?
  • What gains has Jewish Studies made in the field of gender and sexuality since the University of Birmingham hosted BAJS in 2005 with the theme ‘Women in the Jewish World’?

The conference aims to offer time and space for scholars to engage productively with each other and shape new research questions, directions, and outcomes.

We have a very exciting programme planned, drawing on our partnership with Jewish Book Week, the oldest literary festival in London, as well as our local resources, including a Bristol Jewish history expert, who will lead a walking tour of 18th– and 19th-century Jewish communities, and a food anthropologist from nearby UWE, who will conduct a Mizrachi cooking workshop.

Keynote speakers, who might represent research fields from antiquity to the present, and such disciplines as political sociology, literary criticism, history, anthropology, Women’s Studies, and religious studies, will offer new insights into the intersection of gender and Judaism. Confirmed keynote talks are:

Dr Rowena Kennedy-Epstein, University of Bristol: “To be a Jew in the 20th-C: Muriel Rukeyser, Feminism and Diaspora.”

Professor Dorit Geva, University of Vienna and CEU Democracy Institute: “Who Needs Empathy? Arendtian reflections on the Jew(ess) in radical-right politics.”

Professor Alexandra Cuffel, Ruhr Universität Bochum: “Ideal Men and Dangerous Concubines According to Jonah ben Abraham Gerondi and His Contemporaries.”

The conference will take place Monday 8 July – Wednesday 10 July 2024. We welcome session proposals as well as individual papers. Submissions from scholars from all career stages, including early career scholars and PhD students, are encouraged. Traditional panels will include three or four thematically linked presentations, but a range of formats is strongly encouraged: we hope to include panels, lightning rounds, round tables, and writing and pedagogy workshops. We are also open to creative presentations.

Individual paper proposals should be no longer than 250, accompanied by a short biography (100 words).

Panel (or similar) proposals should include a summary of the session (150 words) and abstracts of the papers (max. 250 words), along with short biographies (about 100 words) of the presenters and moderator.

Please send your proposals to: BIAJSpresident@gmail.com