soutenance de thèse de Stéphanie Maffre (4 juin, Paris)

 

Stéphanie MAFFRE soutiendra sa thèse de doctorat en histoire le mardi 4 juin à 14h00 à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes Le mardi 4 juin 2019 à 14h00, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (salle 1)

La trame du passé et les fils de l’histoire. La fabrique du passé à Mazamet : protestants, catholiques et autres. Enjeux historiographiques et mémoriels. XIXe-XXIe siècle

Jury :

M. Patrick Cabanel, EPHE Paris, Directeur de thèse

Mme Sylvie Aprile, Université Paris-Nanterre – Rapporteur

M. Jérôme Bocquet, Université d’Orléans (Espé Centre Val de Loire) – Rapporteur

Mme Arlette Farges, CNRS-EHESS

M. Denis Pelletier, EPHE-CNRS

Résumé :

A Mazamet, au XVIIIe siècle, se développe l’activité de tissage, de travail du drap et de la laine. La ville devient, au début du XXe siècle, un centre mondial de délainage, dans une région plutôt enclavée où, depuis le XVIe siècle, cohabitent protestants et catholiques. Dans ce contexte s’est construit un discours sur le passé de la ville qui énonce le paradoxe, réel ou fantasmé, suivant : « Les ouvriers votaient à droite car catholiques, et les patrons votaient à gauche car protestants ». Ce récit, fruit de près d’un siècle de sédimentation, accepté et intégré par la population, demeure encore aujourd’hui opératoire. La déconstruction du discours permet de penser la capacité du religieux à influer sur la reproduction d’un ordre social établi et encadré par les élites économiques, politiques et religieuses de la ville. Le religieux questionne également cet ordre social, quitte à le subvertir et à revisiter les représentations sociales et religieuses des populations. Dès lors, comment penser les rapports du religieux au social et au politique sans produire d’anachronismes tout en tenant compte des jeux d’échelles sur un temps relativement long ? Il s’agit, ici, d’éviter l’écueil de l’essentialisation qui a trop souvent voulu faire dire à l’histoire ce qu’elle n’avait pas été. L’analyse des rapports entre mémoires et histoire met en lumière les périodes  et les acteurs du passé oubliés ou occultés dans ce récit. A partir de l’exemple de Mazamet, ce travail interroge la discipline historique sur sa capacité à questionner les modes de production, de transmission, de diffusion de discours sur le passé et à mettre en doute, inlassablement, les évidences.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.