Masterclass Afsr 2020 : « Penser avec José Casanova »

En raison du COVID-19, la journée est reportée sine die. 

*

Le 2 juin 2020, l’Afsr invite José Casanova dans le cadre d’un format original : une masterclass. Nous entendons ainsi mettre en place sur toute une journée un dialogue direct et approfondi avec lui. L’enjeu est d’ouvrir le champ de la discussion sur son œuvre, sur les axes centraux de sa pensée, mais aussi de questionner ses hypothèses à partir de terrain nouveaux.

En préparation de cette journée, l’Afsr lance un appel à communication. Les propositions retenues ouvriront le champ de la discussion sur l’œuvre de José Casanova, sur les axes centraux de sa pensée, et chercheront à questionner ses hypothèses à partir de terrain nouveaux.

L’Afsr (Association française de sciences sociales des religions) propose d’organiser une rencontre avec un chercheur ou une chercheuse ayant marqué le champ des études sur le religieux en sciences sociales. Cette rencontre vise à la fois à permettre au chercheur ou à la chercheuse d’expliciter ses approches qu’à ses lecteurs et lectrices et aux chercheurs et chercheuses de sciences sociales du religieux de discuter ses travaux de façon critique. Le présent appel invite donc les chercheuses et chercheurs souhaitant mener une discussion avec son œuvre à proposer une intervention, en rapport avec l’œuvre du chercheur ou de la chercheuse invitée, qui se trouvera commentée, questionnée, critiquée ou prolongée.

En 2020, l’Afsr invite le chercheur José Casanova (Berkley Center for Religion, Peace, and World Affairs, Université de Georgetown, usa). José Casanova est un des chercheurs qui a le plus contribué à renouveler l’étude du rôle des acteurs que sont les religions dans la sphère publique et dans les relations internationales. Théoricien de la déprivatisation (deprivatization) du religieux, il a contribué à la compréhension des nouvelles modalités de présence des acteurs confessionnels dans la sphère publique. Avec Charles Taylor ou Peter Berger, José Casanova est un des chercheurs les plus importants et les plus reconnus pour penser le « retour des religions ».

José Casanova a publié des travaux portant sur une vaste étendue de sujets : la religion et la mondialisation, les migrations et le pluralisme religieux, les religions transnationales et la théorie sociologique. Public Religions in the Modern World (Chicago, 1994) est son livre le plus connu et il a été l’objet de traductions dans de nombreuses langues. Professeur de sociologie et de théologie et Senior Fellow au Berkley Center for Religion, Peace, and World Affairs à l’Université de Georgetown (usa), il dirige le programme sur la religion, la mondialisation et la sécularisation. Il a co-édité The Jesuits and Globalization (Georgetown UP, 2016) et Islam, Gender and Democracy (Oxford, 2017). Il est également l’auteur de Global Religious and Secular Dynamics: The Modern System of Classification (Brill, 2019). Face à l’importance du facteur religieux dans le débat politique et dans les relations internationales – 11 septembre 2001, affaires du « foulard », offensive morale du Vatican, rôle des ultra-orthodoxes en Israël pour ne nommer que quelques exemples – un retour de fond sur les travaux de José Casanova nous semble d’actualité pour cette journée organisée par l’Afsr.

Au travers du présent appel à communication, nous organisons une journée de rencontre et d’échanges avec José Casanova dans le cadre d’un format original : une masterclass. Nous entendons ainsi mettre en place sur toute une journée un dialogue direct et approfondi avec lui. L’enjeu est d’ouvrir le champ de la discussion sur son œuvre, sur les axes centraux de sa pensée, mais aussi de questionner ses hypothèses à partir de terrain nouveaux.

Dans le présent appel à communication pour la Master Class organisée par l’Afsr, nous proposons d’aborder plusieurs axes que nous souhaitons prendre comme fil rouge pour construire cet échange direct avec lui.

  1. Le premier axe de réflexion porte sur la théorie sociologique. La déprivatisation du religieux constitue le point de départ, critique, des recherches de Casanova. Le scénario traditionnel des sciences sociales avait prévu la disparition de la religion, « opium du peuple » (Marx) ou étape historique dépassée par la rationalité moderne (Max Weber). Mais la visibilité de la question religieuse a pris de court la recherche et les observateurs politiques tandis que le concept de déprivatisation apporte des éclairages importants. Casanova expose ainsi sa thèse de la déprivatisation : « The central thesis of the present study is tbat we are witnessing the « deprivatization » of religion in the modern world. By deprivatization I mean the fact that religious traditions throughout the world are refusing to accept the marginal and privatized role which theories of modernity as well as theories of secularization had reserved for them. Social movements have appeared which either are religious in nature or are challenging in the name of religion the legitimacy and autonomy of the primary secular spheres, tbe state and the market economy. » Nous voulons réinterroger ce que Casanova apporte par le concept de déprivatisation du religieux et comment il remet en cause les thèses classiques de la sécularisation. Ce questionnement autour du concept de déprivatisation peut prendre la forme d’un bilan : quels sont les acquis, les résultats, et les pistes à explorer à partir du concept de déprivatisation ? Nous proposons aussi de penser la notion de déprivatisation à nouveaux frais par rapport à d’autres concepts proches sciences sociales : celui de sécularisation, de désécularisation ou d’ultramodernité[2].
  2. Le deuxième axe porte sur la transnationalisation du religieux. Spécialiste notamment du catholicisme et des jésuites, Casanova entend penser le rôle des acteurs religieux dans la globalisation. À la suite de ses travaux sur les jésuites, nous voulons élargir ce questionnement afin de penser l’action des réseaux religieux et confessionnels transnationaux. Quels sont les répertoires d’action des acteurs religieux dans la mondialisation ? Comment utilisent-ils les opportunités qu’elle leur offre ? Les jésuites sont un ordre qui historiquement combine centralisation et adaptation à des contextes locaux différenciés : dans quelle mesure peut-on voir là un schéma d’analyse pour d’autres groupes religieux à la fois centrés sur une base territoriale, mais capables de se diffuser internationalement et de s’adapter à des situations locales spécifiques ?

Ces deux axes seront privilégiés mais toute contribution sur un autre aspect de son œuvre (politisation, désafiliation, interreligieux, laïcité…) ou à partir de terrains nouveaux est bienvenue.

*

Déroulement de la journée : La masterclass s’ouvrira par trois ou quatre interventions de chercheurs et de chercheuses qui auront lu et préparé un texte, à partir d’une proposition acceptée par l’Afsr, pour nourrir la discussion avec José Casanova, suivie d’une intervention de ce dernier, et d’une discussion critique avec la salle. Les échanges pourront avoir lieu en anglais et en français.

*

Modalités de soumission des propositions : Les propositions se feront sous la forme d’un résumé de 3500 signes en français et sont à envoyer par courriel au plus tard le 22 mars 2020 à l’adresse suivante :  afsr.association@gmail.com

  • diffusion de l’appel 23 janvier 2020
  • date limite de réception des propositions : 22 mars 2020
  • remise du texte de la présentation : 4 mai 2020
  • Journée masterclass: 2 juin 2020

Le comité scientifique est constitué des membres du conseil d’administration de l’Afsr.

La journée donnera lieu à publication.

Lieu : La journée de master Class de l’Afsr aura lieu à Paris le 2 juin 2020 de 9h30 à 16h30.

Elle sera suivie d’une assemblée générale de l’Afsr (16h45-17h45).