Présentation de thèse : « Théorie critique et sécularisation »

Thèse soutenue par M. Frédéric Menager le 18 novembre à l’EHESS sous la direction de Pierre Bouretz (CéSor) en Etudes politiques mention Philosophie politique.

Theodor W. Adorno et Max Horkheimer

Le point de départ de la réflexion engagée dans la thèse « Théorie critique et sécularisation » provient de la lecture d’un texte de Max Horkheimer datant de 1970 intitulé « La théorie critique hier et aujourd’hui ». Ce texte, qui est une transcription d’une conférence donnée au lendemain de la mort de Theodor Adorno, se lit comme une sorte de testament de la génération fondatrice de l’Ecole de Francfort. Cette allocution se révèle être une tentative pour résumer synthétiquement la finalité ultime de la théorie critique, selon celui qui fut parmi ses plus éminent fondateurs et contributeurs. Horkheimer affirme en effet qu’une des questions centrales de la théorie critique n’est ni la culture de masse, ni l’autorité, ni l’esthétique, mais bel et bien la religion. Horkheimer ajoute l’expression d’un regret devant la perte considérable que représente l’oubli par la pensée de la valeur du péché originel, ainsi qu’une revendication de la doctrine juive de la non-représentation de Dieu. (Bilderverbot).

La recherche entreprise commençait donc par un pari : celui de prendre au sérieux un texte prononcé en fin de carrière, par un Horkheimer devenu post-marxiste, pour tenter de comprendre la finalité d’un mouvement qui s’est toujours présenté, à raison, comme une forme hétérodoxe du marxisme. Texte hétérodoxe au sein d’une tradition de pensée qui ne l’est pas moins, l’intervention de Horkheimer s’est révélée néanmoins une clef d’entrée précieuse vers une herméneutique nouvelle de la Théorie critique. On voit émerger ici la figure étrange et oxymorique d’une théologie matérialiste. Les recherches menées ont révélé chez la plupart des auteurs de la théorie critique de semblables moments de surgissement d’images, de concepts, de métaphores ou de récits évoquant des sources religieuses, qu’il s’agisse d’Adorno, de Benjamin, de Kracauer ou Löwenthal. Nous avons inclus Ernst Bloch dans notre recherche dans la mesure où ce dernier aura été un modèle de référence de cette propension théologique dans le marxisme hétérodoxe allemand.

Pour préciser le sens de cette recherche, nous dirons qu’il s’agissait d’interroger les auteurs qui ont contribué à la théorie critique depuis la fondation de l’Ecole de Francfort jusqu’au tournant langagier et communicationnel initié par Jürgen Habermas, au regard d’un débat qui a alimenté la vie intellectuelle allemande à la même période, qui est celui de la querelle de la sécularisation. Nous avons donc tenté aussi d’éclairer la position qu’on pouvait attribuer à la Théorie critique au sein du débat Blumenberg-Löwith. C’est en ce sens que le mot théologique a pris ici sa pleine signification : il ne s’agissait pas de réfuter l’athéisme et le matérialisme de ces penseurs, ni d’essayer de le nuancer ou de l’atténuer, mais bien de montrer que cet ensemble de références , volontiers éclectiques, s’inscrit dans un prolongement de la critique de la religion qui a pour finalité paradoxale d’employer le potentiel utopique, messianique et eschatologique contenu dans la weltanschauung religieuse à des fins qui touchent bien plutôt à la théorie politique. Théologique ne signifie donc ici pas tant un rapport quelconque au religieux et au divin, qu’une réflexion sur le caractère politiquement opératoire de conceptions d’origine religieuse qui, une fois démythologisées, deviennent de puissantes sources de motivations et de représentations de l’imaginaire social destinées à combattre l’injustice.