Parutions récentes / À Paraître

Les convertis du pape

Une famille de banquiers juifs à Rome au XVIe siècle

Date de sortie  3 novembre 2023 – Éditions du Seuil

Résumé

Au XVIe siècle, alors que l’Europe était déchirée par les guerres de Religion, les papes voulurent faire de Rome un modèle pour la conversion des juifs. Sous la protection de Grégoire XIII, deux banquiers séfarades, Salamone Corcos et son fils Lazzaro, appartenant à l’élite de la communauté juive, furent baptisés puis intégrés dans la noblesse romaine sous le nom de Boncompagni, qui était celui du pape. Ces hommes firent ensuite sortir du ghetto, au besoin par la force, une quarantaine d’hommes, femmes et enfants de leur famille, tandis que quelques-uns, comme Devorà et son mari Joseph Ascarelli, résistèrent aux pressions qui les poussaient vers le baptême.
L’histoire des Corcos devenus Boncompagni, restituée à partir des archives du tribunal de la Rote et des notaires de Rome, aborde le thème de la conversion sous l’angle de ses coûts et bénéfices économiques et affectifs, inégalement répartis selon l’âge, le genre et la situation des individus. Elle montre les effets du prosélytisme des papes sur les juifs, les conflits familiaux générés par les conditions violentes des conversions, et la capacité de la société chrétienne à intégrer les néophytes au prix de l’oubli de leur origine. Grande fresque familiale, Les Convertis du pape nous plonge dans les dynamiques économiques, sociales, politiques et religieuses qui déterminaient les marges d’action des individus dans la Rome baroque.

Isabelle Poutrin est professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Spécialiste d’histoire religieuse et culturelle, elle a publié notamment Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609 (PUF, 2012) et a dirigé avec Élisabeth Lusset le Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir (PUF, 2022).

Dictionnaire des temps sacrés

Sous la direction de Philippe Martin

Date de sortie : 27 octobre 2023 – CNRS Editions

Résumé

Dans les religions et spiritualités, le temps est une notion clé. Non seulement parce qu’elles rythment le quotidien des croyants ou des fidèles, mais aussi parce qu’elles ont parfois l’ambition de maîtriser le temps, de le dominer. Ce dictionnaire parcourt les quatre coins du globe, et rend compte du rapport que les différentes formes de spiritualité entretiennent avec le temps. Avec ses 170 entrées, il aborde aussi bien le temps cosmologique, celui des grands mythes fondateurs, que le temps célébré et fêté, sans oublier le temps sacré, celui qui n’est pas institutionnalisé. Avent, Ramadan, Jeûne, Prière, Hannouka, Création, etc. : ce dictionnaire qui mobilise anthropologues, historiens, sociologues et théologiens aborde aussi bien des pratiques ou des fêtes propres à une croyance que des notions que l’on retrouve dans diverses spiritualités.

Philippe Martin est professeur d’histoire moderne à Lyon 2. Ancien directeur de l’ISERL (Institut supérieur d’étude des religions et de la laïcité), il est l’auteur d’une Histoire de la messe (Biblis, 2016) et de Pèlerins, XVe-XXIe siècle (Biblis, 2016).

Les guerres culturelles du XIXe siècle

Religions et sécularisation en Europe

Date de sortie : septembre 2023 – Publications de l’École Pratique des Hautes Études

Résumé

Les guerres culturelles du XIXe siècle opposèrent les anticléricaux et les libéraux aux chrétiens intransigeants. Ils s’affrontèrent sur des questions majeures : l’articulation entre religion et politique ; les limites de la liberté individuelle, le but de l’existence humaine. Leurs visions du monde paraissaient inconciliables. Comment ont-ils géré leurs différends ? Quelles ont été finalement les voies de la coexistence ? En croisant les histoires italienne, française, allemande et suisse, cet ouvrage montre les mécanismes communs qui, en Europe, ont apporté une première vague sécularisatrice. La Guerre des deux France, le Kulturkampf et le Risorgimento sont analysés comme des crises d’apprentissage du pluralisme au sein des jeunes nations démocratiques. Ces guerres culturelles, sans véritables gagnants ni perdants, ont contribué à transformer tant les églises, qui luttaient pour ne pas perdre leur influence, que les états qui, en se laïcisant, ont assis leur souveraineté.

Sarah Scholl est professeure en histoire du christianisme à la Faculté de théologie de l’Université de Genève depuis août 2022. Elle est spécialiste de la laïcité, de la sécularisation et des mutations du christianisme au XIXe et XXe siècles en Europe.