Analyse sur Religioscope: les Églises chrétiennes face au coronavirus — bilan intermédiaire et perspectives

PAR JEAN-FRANÇOIS MAYER, 26 AVRIL 2020

Pour la première fois, une pandémie entraîne des mesures qui touchent une grande partie de l’humanité, presque simultanément sur plusieurs continents, avec des conséquences concrètes pour les pratiques des grandes traditions religieuses. Cette analyse d’une situation encore en évolution propose un état de la situation et esquisse les conséquences possibles dans le champ religieux, en prenant le christianisme comme champ d’observation.

Lien vers l’article

Parution : Religions en Iran

sous la direction de Sabrina Mervin et Sepideh Parsapajouh

La religion officielle et l’idéologie politique prônées par la République islamique d’Iran depuis la révolution de 1979 ont produit un large répertoire d’idées et de pratiques religieuses. Cependant, au-delà de l’uniformité apparente des représentations qui en sont données se dessine une pluralité de faits religieux. Ce dossier, « Religions en Iran », propose de les explorer dans des enquêtes qui se distribuent en deux parties : la première concerne la religion majoritaire et officielle, le chiisme duodécimain, et la seconde élargit le propos aux marges du chiisme et à d’autres confessions, le sunnisme et le mandéisme.

« Religions en Iran » est l’aboutissement d’échanges et de rencontres menés depuis plusieurs années avec des chercheurs iraniens afin de croiser les regards et de mettre en dialogue des pratiques scientifiques différentes. Ces pratiques de recherche sont liées aux conditions de production du savoir des uns et des autres. Elles sont aussi le résultat de traditions intellectuelles inscrites dans le champ des sciences humaines et sociales, et de la conversation qui se noue entre elles. L’ensemble constitue un tableau composite des pratiques au sein d’une société tiraillée entre hyper-traditionalisme et hyper-modernité, entre religion officielle et arts de faire pour réinventer la religion.

Soirée débat – Sacré et pouvoir

Débat entre Hans Joas, Professeur honoraire à l’Université Humboldt de Berlin, Prix Paul Ricœur 2017, et Marcel Gauchet, Directeur d’études émérite à l’EHESS.

Modération des débats : Marc Boss, Directeur du Fonds Ricœur


Lieu : Fonds Ricœur/IPT (Amphithéâtre) – 83, bd Arago, Paris 14e.
Jeudi 19 mars 2020 de 19h à 20h30.
.

 

Présentation de thèse : « Théorie critique et sécularisation »

Thèse soutenue par M. Frédéric Menager le 18 novembre à l’EHESS sous la direction de Pierre Bouretz (CéSor) en Etudes politiques mention Philosophie politique.

Theodor W. Adorno et Max Horkheimer

Le point de départ de la réflexion engagée dans la thèse « Théorie critique et sécularisation » provient de la lecture d’un texte de Max Horkheimer datant de 1970 intitulé « La théorie critique hier et aujourd’hui ». Ce texte, qui est une transcription d’une conférence donnée au lendemain de la mort de Theodor Adorno, se lit comme une sorte de testament de la génération fondatrice de l’Ecole de Francfort. Cette allocution se révèle être une tentative pour résumer synthétiquement la finalité ultime de la théorie critique, selon celui qui fut parmi ses plus éminent fondateurs et contributeurs. Horkheimer affirme en effet qu’une des questions centrales de la théorie critique n’est ni la culture de masse, ni l’autorité, ni l’esthétique, mais bel et bien la religion. Horkheimer ajoute l’expression d’un regret devant la perte considérable que représente l’oubli par la pensée de la valeur du péché originel, ainsi qu’une revendication de la doctrine juive de la non-représentation de Dieu. (Bilderverbot).

Continuer la lecture

Appel à contribution : Usages religieux de la quantification

Les réflexions sur religion et statistique ont surtout porté sur la question de l’application de méthodes quantitatives aux objets des sciences sociales du religieux. Mais les chercheur·e·s ne sont pas les seul·e·s à produire, commenter ou critiquer des données quantitatives. Ce dossier a pour but d’explorer les rapports que les organisations religieuses, la presse confessionnelle, et les fidèles entretiennent avec « les chiffres ». Qu’il s’agisse de déplorer l’absence de statistiques fiables sur leur confession (« Une statistique… », 1913), de recenser les fidèles (Zurlo, 2017; Rabin, 2017) ou au contraire de s’opposer à l’inclusion d’une question sur la religion dans les recensements (Good, 1959), de recenser des discriminations anti-religieuses, de commander des sondages sur les opinions des fidèles (Zumsteeg, Gallard, 2017), des enquêtes internes chiffrées sur le clergé (Malzac, 2018) ou sur les lieux de culte (Bagby, 2001), les acteurs religieux ne sont en effet pas seulement objets de quantification, ils peuvent aussi en être producteurs ou co-producteurs.

Détails

Continuer la lecture

Courants religieux conservateurs et radicaux et communications numériques

Colloque co-organisé par 

Florence Bergeaud-Blackler, chargée de recherche (HDR) GSRL CNRS/EPHE PSL Université

Blandine Chelini-Pont, professeur LID2MS (Aix-Marseille Université)

David Douyère, professeur et directeur de PRIM (Université de Tours)

Le mardi 26 novembre 2019, 8h30-17h, Espace Cassin salle 3.3, Faculté de droit et de science politique, Aix-Marseille Université à Aix-en-Provence

Programme

Continuer la lecture