AAC : Imaginaires chrétiens et rhétoriques populistes au XXIe siècle

16e CONGRES de l’Association Française de Science Politique/ Lille (5-7 juillet 2022) : Appel à propositions pour une Section Thématique

Imaginaires chrétiens et rhétoriques populistes au XXIe siècle.

Christian imaginaries and populist rhetoric in the 21st century.

 Responsables:


Blandine Chelini Pont

Professeure d’histoire contemporaine à l’université Aix-Marseille

Laboratoire Interdisciplinaire de Droit, Médias et Mutations Sociales

blandine.chelini-pont@univ-amu.fr

Yann Raison du Cleuziou

Maitre de conférences HDR à l’université de Bordeaux

Institut de Recherche Montesquieu

yann.raison-du-cleuziou@u-bordeaux.fr

Comme l’observe Olivier Roy la sécularisation du christianisme européen se traduit par une culturalisation des références chrétiennes (2019). Libérés de leur signification religieuse, ces symboles deviennent des marqueurs culturels patrimoniaux et peuvent faire l’objet d’une instrumentalisation politique. En France, Patrick Buisson a explicitement revendiqué ce transfert de valeurs : « Abandonnés comme lieux de prières, les églises et les crèches s’offrent à nous comme symboles d’identité » (2017, p. 299). La sécularisation rend possible le détournement populiste du religieux (Marzouki, McDonnell, Roy, 2016). A ce titre, « les racines chrétiennes » sont devenues un topique des discours populistes que ce soit en France, en Italie, en Pologne, en Hongrie, en Bavière ou ailleurs (Raison du Cleuziou, 2020). Le chapelet brandi par Mateo Salvini, la crèche de Noël de Robert Ménard ou les crucifix de Markus Söder, illustrent cet usage politique. Patrimonialisé comme matrice culturelle, le christianisme permet de concurrencer l’identification du peuple aux citoyens en construisant un « vrai » peuple identifiable à sa culture. Les musulmans ou les minorités sexuelles se trouvent symboliquement exclus du corps civique et leurs demandes disqualifiés comme des déviances. Cette rhétorique serait un indicateur d’une tendance à l’illibéralisme à l’échelle globale (Zakaria, 1998). Selon Roger Brubaker, le renouveau du nationalisme s’appuie sur une internationale qui prend la défense de la civilisation chrétienne comme étendard (2017). Cette rhétorique circule grâce à la construction de réseaux conservateurs transnationaux (Kuhar & Paternotte, 2017). Mais le paradigme de la sécularisation a ses limites. Car comment expliquer le succès des leaders populistes dans des aires géographiques bien moins sécularisées que l’Europe comme le Brésil et les Etats-Unis (Zuquete, 2017)? Et surtout comment expliquer le ralliement électoral de certains chrétiens, protestants ou catholiques, aux leaders populistes (Haberman, 2019) ? Leur vote n’est-il pas le signe que ces leaders parviennent à répondre à une demande religieuse et non seulement identitaire ? Pour Andrew Arato, il existe des affinités profondes entre la rhétorique populiste et certaines théologies politiques (2014). Dans les partis populistes, le chef incarne la rémanence des constructions religieuses du peuple et cristallise une attente messianique sur lui en se présentant comme un sauveur en capacité de chasser le mal et d’interrompre la décadence (Charaudeau, 2011). Que ce soit au Brésil ou aux Etats-Unis, cette dimension sotériologique était présente dans les légitimations par les prédicateurs évangéliques du vote en faveur de Jair Bolsonaro ou Donald Trump (Fer, 2016 ; Gagné, 2020). Dans certains mouvements populistes, l’eschatalogie religieuse est au cœur d’une compréhension renouvelée de la politique étrangère et des alliances géopolitiques, tout particulièrement dans le rapport à l’Etat d’Israël (Chelini Pont, Dubertrand, Zuber, 2019). L’exploration des ressorts spécifiquement religieux des populismes de droite est nécessaire pour comprendre le phénomène parce qu’il permet de souligner des facteurs explicatifs négligés jusqu’alors (DeHanas & Shterin, 2018). Cette ST a pour objet d’explorer cette voie. Les contributrices et contributeurs sont invités à présenter des communications s’appuyant sur l’analyse des imaginaires religieux populaires ou savants. Ils décriront finement la construction des argumentaires exégétiques, théologiques ou spirituels mobilisés dans les espaces religieux chrétiens pour justifier le soutien aux leaders populistes. Ils décriront les acteurs, les sources, les thèmes et les réseaux au cœur de la construction religieuse de la légitimité populiste et les controverses qui en résultent au sein des univers confessionnels décrits.

As Olivier Roy observes, the secularisation of European Christianity is reflected in a culturalisation of Christian references (2019). Freed from their religious significance, these symbols become cultural heritage markers and can be the object of political instrumentalisation. In France, Patrick Buisson has explicitly claimed this transfer of values: ‘Abandoned as places of prayer, churches and nativity scenes offer themselves to us as symbols of identity’ (2017, p. 299). Secularisation makes possible the populist hijacking of the religions (Marzouki, McDonnell, Roy, 2016). As such, ‘Christian roots’ have become a topical feature of populist discourses whether in France, Italy, Poland, Hungary, Bavaria or elsewhere (Raison du Cleuziou, 2020). Mateo Salvini’s brandished rosary, Robert Ménard’s Christmas cot or Markus Söder’s crucifixes illustrate this political use. Patrimonialized as a cultural matrix, Christianity makes it possible to compete with the identification of the people with the citizens by constructing a « real » people identifiable with its culture. Muslims or sexual minorities are symbolically excluded from the civic body and their demands disqualified as deviances. This rhetoric would be an indicator of a trend towards illiberalism on a global scale (Zakaria, 1998). According to Roger Brubakers, the revival of nationalism is based on an international that takes the defence of Christian civilisation as its banner (2017). Christianity thus allows for both a national hierarchy of genuine people and an international hierarchy of allies and enemies in blocs. This rhetoric circulates through the construction of transnational conservative networks (Kuhar & Paternotte, 2017). But the secularisation paradigm has its limits. For how can we explain the success of populist leaders in geographical areas that are much less secularised than Europe, such as Brazil and the United States (Zuquete, 2017)? And above all, how can we explain the electoral rallying of certain Christians, Protestants or Catholics, to populist leaders (Haberman, 2019)? Is their vote not a sign that these leaders are able to respond to a religious demand and not only an identity demand? For Andrew Arato, there are deep affinities between populist rhetoric and certain political theologies (2014). In populist parties, the leader embodies the remanence of the religious constructions of the people and crystallises a messianic expectation on him or her by presenting himself or herself as a saviour able to drive out evil and interrupt decadence (Charaudeau, 2011). Whether in Brazil or the United States, this soteriological dimension was present in the legitimations by evangelical preachers of the vote for Jair Bolsonaro or Donald Trump (Fer, 2016; Gagné, 2020). In some populist movements, religious eschatalogy is at the heart of a renewed understanding of foreign policy and geopolitical alliances, especially in the relationship with the State of Israel (Chelini Pont, Dubertrand, Zuber, 2019). Exploring the specifically religious roots of right-wing populisms is necessary to understand the phenomenon because it allows us to highlight explanatory factors that have been neglected until now (DeHanas & Shterin, 2018). This thematic section aims to explore this issue. Contributors are invited to present papers based on the analysis of popular or scholarly religious imaginaries. They will describe in detail the construction of exegetical, theological or spiritual arguments mobilised in Christian religious spaces to justify support for populist leaders. They will describe the actors, sources, themes and networks at the heart of the religious construction of populist legitimacy and the resulting controversies within the denominational worlds described.

Proposition de communication de 3000 signes avec présentation bio-bibliographique à envoyer aux responsables de la ST avant le 2 novembre 2021.

Paper proposal of 3000 signs with bio-bibliographic presentation to be sent to the persons in charge of the ST before November 2, 2021.

 
 

Journée de l’AFSR 2021

Mis en avant

Nation, religions et démocratie : un nouvel agencement ?

4 juin 2021, « journée virtuelle ». Inscription gratuite. Veuillez envoyer un message au secrétariat de l’AFSR afin de recevoir le lien « Zoom » : afsr.association@gmail.com

Lien « Zoom » : https://port-ac-uk.zoom.us/j/87969607382?pwd=M0lpdVdPTkRQM1JVZHdJSXV4TnRZZz09

Télécharger le programme en PDF

Programme


9h00 : Accueil, Yann Raison du Cleuziou (IRM, Bordeaux)

9h15 : Ouverture, Pierre Baudry (GSRL), « Nationalisme et religion: analyse de l’apparente réconciliation entre nation, souveraineté et foi ».

9h30 : Séance 1 présidée par Yann Raison du Cleuziou (IRM, Bordeaux)

  • Dilek YANKAYA (Sciences Po Aix, Mesopolhis), « Conservatisme en temps de crise : redéploiement de référent religieux comme ‘‘culture nationale de problèmes publics’’ ».
  • Mathieu FERRY (OSC Sciences Po / Cres Ensae), « Une nation protectrice de la vache ? Incorporation hindoue, stigmatisation musulmane et structure agropécuaire ».

11h00 : Séance 2 présidée par Marie-Claire Willems (Sophiapol, Paris Lumière)

  • Fernand Idriss MINTOOGUE (EPHE-Imaf), « Avec et contre l’État. De la construction insidieuse d’une ‘‘nation prophétique’’ au sein d’une Église pentecôtiste. Une étude de cas à Yaoundé ».
  • Saliou NGOM (LAC, Ifan Dakar), « Place des confréries religieuses dans la construction des imaginaires de la nation en Afrique : le cas du Sénégal ».

12h20 : Pause déjeuner

13h30 : Séance 3 présidée par Alexis Artaud de La Ferrière (Portsmouth)

  • Paul ZAWADZKI (GSRL, Paris 1), « Religion, nationalisme et citoyenneté dans le conflit des paradigmes en Pologne aujourd’hui ».
  • Pauline SOULIER (Laces, Bordeaux), « La religion orthodoxe, un argument politique parfois contestable de l’affirmation de l’identité nationale serbe ».

15h00 : Conférence de clôture

  • Jean-François BAYART (IHEID, Genève), « Des empires aux états-nations : le piège de la définition ethno-religieuse de la citoyenneté (XIXe-XXIe siècles) ».

16h00 : Assemblée générale de l’association (élections du nouveau bureau)

 

Argumentaire


Au XIXe siècle, la fabrique du commun national, comme unité culturelle, fut une des conditions de la démocratisation des sociétés européennes. Comme l’a montré Anne-Marie Thiesse (2001), la mobilisation de la culture est un trait partagé de l’ensemble des constructions nationales. Suivant la formule d’Eric Hobsbawm (1983), la production des traditions fut au cœur de « la production des masses » homogénéisées par une identité héritée mythifiée. Pour Benedict Anderson (1983), l’imaginaire de la communauté nationale se forme autour d’un sentiment de camaraderie horizontale et exclusif, véhiculé par le développement du capitalisme d’imprimerie, et dont la croissance s’est manifestée autant dans les régions du monde colonisé que dans les métropoles européennes.

Si le nationalisme méthodologique est largement contesté en sciences sociales (Wimmer & Glick Schiller, 2002), la nation demeure néanmoins un outil mondialisé (Ory, 2020) du répertoire de l’action politique. La nation permet de donner sens à la revendication de souveraineté à l’issue du processus qui transmue un peuple en Peuple. Elle se cristallise quand une tradition s’objective dans une histoire et dans une géographie, et quand l’ethnos correspondant est construit en demos revendiquant sa souveraineté. La journée d’étude de l’AFSR vise à interroger la place des religions dans ce processus au XXIe siècle.

Pour l’analyse dominante de la trajectoire historique des constructions nationales, le phénomène religieux se voit souvent marginalisé. La nation, les institutions démocratiques et le système international des états sont largement conçus comme des espaces sécularisés, éclipsant par leur ascendance téléologique l’influence des religions dans l’exercice du politique (Van der Veer & Lehmann, 2020). Aujourd’hui, cette marginalisation de la variable religieuse est largement rediscutée (Cabanel, 2015).

À l’exception des pays occidentaux dans lesquels la Réforme s’est enracinée et a constitué la matrice de révoltes populaires, le christianisme fut souvent pensé comme un matériau trop ambigu pour devenir une fondation des identités nationales. En France, si l’historiographie républicaine promeut les Gaulois en ancêtres du peuple et fait d’Alesia une date fondatrice, c’est afin d’effacer le baptême de Clovis dont les usages permettent d’identifier la France à la « fille aînée de l’Église » et de rappeler aux Français la triste mémoire de la domination romaine (Venayre, 2013).

En Europe de l’Ouest, la seconde guerre mondiale marque la fin d’un long mouvement des nationalités qui s’enracine au XVIIIe siècle. Le libéralisme politique et les droits de l’homme donnent une inflexion plus individualiste à l’approfondissement du processus démocratique et relativise les identités collectives qui en avaient été le premier instrument. La place de la religion semble devenir plus centrale durant la seconde moitié du XXe siècle. La réflexion sur la construction nationale offre à ce titre un terrain privilégié pour mesurer les limites des paradigmes de la sécularisation ou nuancer leurs conclusions. 

Le mouvement des nationalités se poursuit dans l’Europe de l’Est et la religion y est une ressource contre l’impérialisme soviétique (Simons & Westerlund, 2015). Il se poursuit également dans le Sud contre les puissances coloniales européennes. La religion trouve cette fois sa place dans la construction nationale parce qu’elle constitue l’un des premiers éléments d’identité collective mobilisable contre l’occident (Halliday, 2000). L’islam occupe ainsi une place de choix dans la lutte nationale algérienne ou dans le mouvement palestinien (Asad, 2020). En Israël, le positionnement non-confessionnel du sionisme laisse de plus en plus la place à une définition religieuse d’Israël (Dieckoff, 2015).

Au XXIe siècle, dans un contexte de mondialisation où les flux migratoires accroissent la diversification religieuse et culturelle des sociétés, on peut se demander si un nouveau mouvement des nationalités n’est pas en train de se former. C’est désormais davantage contre des minorités construites comme allogènes que contre une puissance étatique étrangère que l’identité nationale semble mobilisée par les populismes (Marzouki, McDonnell, Roy, 2016). Dès lors, quelle place prend la religion dans ce nouvel agencement ? Elle est capitale dans l’Inde de Modi ou la Turquie d’Erdogan. Même en Europe, en France, en Hongrie ou en Italie, la mobilisation des « racines chrétiennes » en politique est devenue un lieu commun de la revendication populiste d’une restauration de la souveraineté de la majorité culturelle (Roy, 2019). Outre-Atlantique, au Brésil ou aux États-Unis, des dynamiques similaires de reconstruction de l’identité nationale à partir d’un imaginaire religieux s’observent (Gagné, 2020). La religion est mobilisée comme frontière culturelle afin de réserver l’exercice légitime de la citoyenneté à une partie de la population et d’en exclure d’autres (Raison du Cleuziou, 2020). L’hybridation entre identités nationales et religieuses serait-elle un signe du devenir illibéral des démocraties (Zakaria, 1997) ? La journée d’étude de l’AFSR a pour objet d’apporter des éclairages sur ces dynamiques contemporaines.

En sciences sociales, la genèse des nations a souvent été analysée suivant deux versants : le State-building désigne le processus par lequel un peuple construit son autonomie politique en formant un État en mesure de défendre ses intérêts ; le Nation-building désigne plutôt les politiques à travers lesquels les gouvernements homogénéisent leur population en lui donnant une culture commune. La journée d’étude de l’AFSR interrogera la place de la religion en croisant ces deux perspectives : le State-building et les imaginaires de la nation et de la démocratie construits par les acteurs religieux ; le Nation-building et les politiques d’homogénéisation religieuse de la nation promues par les gouvernants.

Comité scientifique


Alexis Artaud de la Ferrière, Pierre Baudry, David Douyère, Yann Raison du Cleuziou, Marie-Claire Willems.

 

Nation, religions et démocratie : un nouvel agencement ?

Appel à communication pour la journée d’études de l’Association française de sciences sociales des religions, 4 juin 2021.

Comité scientifique : Alexis Artaud de la Ferrière, Pierre Baudry, David Douyère, Yann Raison du Cleuziou, Marie-Claire Willems.

PDF : AppelAFSRjuin2021

Au XIXe siècle, la fabrique du commun national, comme unité culturelle, fut une des conditions de la démocratisation des sociétés européennes. Comme l’a montré Anne-Marie Thiesse (2001), la mobilisation de la culture est un trait partagé de l’ensemble des constructions nationales. Suivant la formule d’Eric Hobsbawm (1983), la production des traditions fut au cœur de « la production des masses » homogénéisées par une identité héritée mythifiée. Pour Benedict Anderson (1983), l’imaginaire de la communauté nationale se forme autour d’un sentiment de camaraderie horizontale et exclusif, véhiculé par le développement du capitalisme d’imprimerie, et dont la croissance s’est manifestée autant dans les régions du monde colonisé que dans les métropoles européennes.

Si le nationalisme méthodologique est largement contesté en sciences sociales (Wimmer & Glick Schiller, 2002), la nation demeure néanmoins un outil mondialisé (Ory, 2020) du répertoire de l’action politique. La nation permet de donner sens à la revendication de souveraineté à l’issue du processus qui transmue un peuple en Peuple. Elle se cristallise quand une traditio s’objective dans une histoire et dans une géographie, et quand l’ethnos correspondant est construit en demos revendiquant sa souveraineté. La journée d’étude de l’AFSR vise à interroger la place des religions dans ce processus au XXIe siècle.

Pour l’analyse dominante de la trajectoire historique des constructions nationales, le phénomène religieux se voit souvent marginalisé. La nation, les institutions démocratiques et le système international des états sont largement conçus comme des espaces sécularisés, éclipsant par leur ascendance téléologique l’influence des religions dans l’exercice du politique (Van der Veer & Lehmann, 2020). Aujourd’hui, cette marginalisation de la variable religieuse est largement rediscutée (Cabanel, 2015).

À l’exception des pays occidentaux dans lesquels la Réforme s’est enracinée et a constitué la matrice de révoltes populaires, le christianisme fut souvent pensé comme un matériau trop ambigu pour devenir une fondation des identités nationales. En France, si l’historiographie républicaine promeut les Gaulois en ancêtres du peuple et fait d’Alesia une date fondatrice, c’est afin d’effacer le baptême de Clovis dont les usages permettent d’identifier la France à la « fille aînée de l’Église » et de rappeler aux Français la triste mémoire de la domination romaine (Venayre, 2013).

En Europe de l’Ouest, la seconde guerre mondiale marque la fin d’un long mouvement des nationalités qui s’enracine au XVIIIe siècle. Le libéralisme politique et les droits de l’homme donnent une inflexion plus individualiste à l’approfondissement du processus démocratique et relativise les identités collectives qui en avaient été le premier instrument. La place de la religion semble devenir plus centrale durant la seconde moitié du XXe siècle. La réflexion sur la construction nationale offre à ce titre un terrain privilégié pour mesurer les limites des paradigmes de la sécularisation ou nuancer leurs conclusions. 

Le mouvement des nationalités se poursuit dans l’Europe de l’Est et la religion y est une ressource contre l’impérialisme soviétique (Simons & Westerlund, 2015). Il se poursuit également dans le Sud contre les puissances coloniales européennes. La religion trouve cette fois sa place dans la construction nationale parce qu’elle constitue l’un des premiers éléments d’identité collective mobilisable contre l’occident (Halliday, 2000). L’islam occupe ainsi une place de choix dans la lutte nationale algérienne ou dans le mouvement palestinien (Asad, 2020). En Israël, le positionnement non-confessionnel du sionisme laisse de plus en plus la place à une définition religieuse d’Israël (Dieckoff, 2015).

Au XXIe siècle, dans un contexte de mondialisation où les flux migratoires accroissent la diversification religieuse et culturelle des sociétés, on peut se demander si un nouveau mouvement des nationalités n’est pas en train de se former. C’est désormais davantage contre des minorités construites comme allogènes que contre une puissance étatique étrangère que l’identité nationale semble mobilisée par les populismes (Marzouki, McDonnell, Roy, 2016). Dès lors, quelle place prend la religion dans ce nouvel agencement ? Elle est capitale dans l’Inde de Modi ou la Turquie d’Erdogan. Même en Europe, en France, en Hongrie ou en Italie, la mobilisation des « racines chrétiennes » en politique est devenue un lieu commun de la revendication populiste d’une restauration de la souveraineté de la majorité culturelle (Roy, 2019). Outre-Atlantique, au Brésil ou aux États-Unis, des dynamiques similaires de reconstruction de l’identité nationale à partir d’un imaginaire religieux s’observent (Gagné, 2020). La religion est mobilisée comme frontière culturelle afin de réserver l’exercice légitime de la citoyenneté à une partie de la population et d’en exclure d’autres (Raison du Cleuziou, 2020). L’hybridation entre identités nationales et religieuses serait-elle un signe du devenir illibéral des démocraties (Zakaria, 1997) ? La journée d’étude de l’AFSR a pour objet d’apporter des éclairages sur ces dynamiques contemporaines.

En sciences sociales, la genèse des nations a souvent été analysée suivant deux versants : le State-building désigne le processus par lequel un peuple construit son autonomie politique en formant un État en mesure de défendre ses intérêts ; le Nation-building désigne plutôt les politiques à travers lesquels les gouvernements homogénéisent leur population en lui donnant une culture commune. La journée d’étude de l’AFSR interrogera la place de la religion en croisant ces deux perspectives. 

À ce titre, les propositions de communication devront privilégier deux problématiques :

  • le State-building et les imaginaires de la nation et de la démocratie construits par les acteurs religieux ;
  • le Nation-building et les politiques d’homogénéisation religieuse de la nation promues par les gouvernants.

Propositions de communication de 4 000 signes espaces comprises à envoyer à afsr.association@gmail.com jusqu’au 15 avril. Réponse fin avril. La journée aura lieu sur Zoom.

www.afsr.hypotheses.org

Rire sans foi ni loi?

Rire des dieux, rire avec les dieux

Frédéric Gugelot, Paul Zawadzki

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Alors que l’Association française de sciences sociales des religions se décidait à susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des caricatures de Mahomet ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Fruit d’un travail collectif, cet ouvrage ne pouvait qu’être interdisciplinaire, ne serait-ce qu’en raison de la surcharge sémantique suggérant qu’il n’y a pas un rire, mais des rires. Pour des raisons bien compréhensibles, l’intuition, confortée par les réactions aux attentats, associe le rire à l’esprit critique. Ce rire-là met en doute les certitudes métaphysiques, en instaurant une distance réflexive entre le sujet et ses croyances absolutisées. Pour autant, le problème politique et moral du rire n’est guère réductible à l’opposition entre la liberté des démocrates et la censure de leurs ennemis. Certains types de rires appartiennent aussi à l’horizon croyant, et surgissent de l’intérieur de certaines cultures religieuses vivantes.

Continuer la lecture

Youth, Religion, and Globalization: An International Workshop

Today, more than ever, religious networks are global in scope. Although for some experts, religions contribute to the blurring of borders in the name of a universalist ethic and imagination (Strenski 2004; Banchoff and Casanova 2016), for others, religions use the tools of globalization while combating aspects of this process that might threaten their worldviews (Robertson 2003; Micklethwait and Wooldridge 2003, Gauthier 2020).

Suite de l’argumentaire et appel à contributions :

Continuer la lecture

Parution d’ouvrage : « Nous on se sauve nous-mêmes. Sécularisation, identité paysanne et écologie »

Un nouvel ouvrage de Mathieu Gervais sort aux éditions Van Dieren. 

Lien : https://vandieren.com/catalogue/nous-on-se-sauve-nous-memes/

La remise en cause actuelle d’un modèle agricole productiviste au profit d’une agriculture écologique et paysanne s’inscrit dans une histoire longue qui se confond avec celle de nos rapports à la nature. Les agriculteurs paysans qui fournissent aujourd’hui nos AMAP sont les héritiers critiques de la modernisation agricole qui s’est déployée à partir des années 1950 dans les campagnes françaises.
À partir d’une enquête historique et sociologique, cet ouvrage apporte de nouveaux éléments pour comprendre comment s’est déployée cette modernisation et comment se construisent aujourd’hui des agricultures alternatives. Il souligne l’importance de la religion dans la construction des représentations de la nature par les agriculteurs. Il démontre la force d’invention des mouvements paysans qui jusqu’à aujourd’hui produisent des pratiques et des savoirs alternatifs qui déplacent les oppositions tranchées entre culture et nature, progrès et tradition.
Ces éléments s’inscrivent dans une histoire rurale marquée par le christianisme : depuis la promotion du progrès par les organisations d’action catholique des années 1950 et 1960, jusqu’à la critique du capitalisme au nom d’un idée chrétienne de la liberté dans les années 1970.
L’étude des liens entre les imaginaires et les pratiques à travers la mise au jour de l’identité politique et spirituelle des paysans contemporains permet de comprendre les transformations contemporaines des mondes agricoles et la manière dont des pratiques écologiques se diffusent.
Ainsi, ce livre détaille depuis les années 1940 les rapports mouvants entre la religion et l’agriculture en France, pour rendre compte d’une manière inédite de l’histoire agricole mais aussi des évolutions du rapport entre société, nature et religion.
À l’heure où la dénonciation de la crise environnementale s’accompagne de plus en plus d’un appel à transformer ses pratiques, le cas de l’agriculture de sa modernisation à son écologisation est un lieu propice pour détailler les multiples liens entre religion et rapport à la nature.

La liberté de religion aux temps du Coronavirus

L’équipe Droits et Religions de l’UMR DRES (Université de Strasbourg/CNRS) a le plaisir de vous inviter à son cycle de visioconférences intitulé La liberté de religion aux temps du Coronavirus.

Le premier webinaire  se tiendra le mercredi 24 juin sur la plate-forme Big Blue Button.

Les interventions porteront sur les droits étatiques avec les contributions de Sébastien Van Drooghenbroeck, Javier Martinez-Torron, Louis-Léon Christians , Alessandro Ferrari, Bernhard Kresse, Gérard Gonzalez, Lauren Bakir (programme en pièce jointe).

Pour vous inscrire, veuillez écrire avant le 18 juin à Françoise Curtit  qui  vous transmettra le lien de l’événement (fcurtit@unistra.fr).

En espérant vous accueillir nombreux

L’équipe Droits et Religions

Religion et sécularisme au temps du coronavirus

Alors que de nombreux États cherchent à endiguer la pandémie du Covid‑19 en interdisant réunions publiques et activités collectives, les conséquences de telles interdictions sur le domaine du religieux suscitent des interrogations fondamentales relevant du droit, du sens social et de l’autonomie morale des individus. En effet, si l’épidémiologie ne distingue pas entre la promiscuité des corps dans une salle de classe, une réunion de travail, ou une assemblée religieuse, ces lieux ne sont pas moins investis, chacun, de systèmes de sens et de valeurs symboliques distincts.

Dans ce nouveau texte publié aux Presses Universitaires de Grenoble, Alexis Artaud de la Ferrière étudie les rapports entre religion et sécularisme en temps de pandémie.

Article en libre accès : https://www.pug.fr/produit/1821/9782706148798/religion-et-secularisme-au-temps-du-coronavirus