A propos Guillaume Roucoux

Doctorant à l'EPHE/Paris 8, membre des laboratoires GSRL/LabTop/CEFEG

Lire en SSR: “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets”

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de “Lire en sciences sociales des religions” sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Colloque 2011: Croire en actes

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca

7 et 8 février 2011

EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 75007 Paris.

Télécharger l’affiche du colloque.

Télécharger le programme du colloque.

L’objectif de ce colloque est d’explorer le « croire » en actes dans le religieux ou à ses frontières. Le choix de se focaliser sur l’acte performatif nous fait préférer le verbe « croire » au substantif croyance. L’attention sera portée sur l’activité complexe et réflexive que représente le travail de justification et de rationalisation associé à l’acte de croire. Seront examinées les subtilités des modalités du croire – mineures, détachées, parfois mécaniques ou, à l’opposé, intenses, voire extrêmes – qui se rencontrent parfois chez un même individu. Nous nous intéresserons, en outre, aux conditions d’acceptabilité du croire fixées par des instances externes ou internes aux groupes considérés. Ces conditions peuvent conduire des acteurs (religieux ou non) à dénoncer ou à tolérer des actes qui selon les circonstances peuvent être jugés « intensifs » ou, au contraire, « excessifs ». Ce colloque s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire qui lie une sociologie de l’acte de croire qui trouve des ressources dans une pluralité d’approches (du pragmatisme à l’individualisme ; du culturalisme à la compréhension) à l’ethnologie, à l’histoire et aux sciences politiques.

 

LUNDI 7FEVRIER

9h15-12h – 1ère Session – Formes, dimensions, définitions du « croire »

Président de séance : Denis Pelletier (GSRL, EPHE)

  • Anne-Sophie Lamine (Université de Strasbourg, LCSE, présidente de l’AFSR) : « Quelques réflexions introductives sur les définitions et les dimensions du croire »
  • Wiktor Stoczkowski (EHESS, LAS) « La croyance n’est pas toujours ce que l’on croit : entre croire et savoir »
  • Albert Piette (Université de Strasbourg, LCSE) « Quand croire c’est faire et un peu plus »
  • Lionel Obadia (Université de Lyon 2, CREA), « Nouvelles approches du croire : entre pragmatisme et cognitivisme, quelle alternative pour la sociologie et l’anthropologie ? »

14h-17h – 2ième session – Temporalités et oscillations du « croire »

Présidente de séance Chantal Bordes-Benayoun (CRA-EHESS Toulouse)

  • Pierre Bréchon (IEP G, PACTE) « Le croire religieux des Français, d’après les enquêtes ISSP de 1998 et 2008 »
  • Roberte Hamayon (EPHE, GSRL) « L’engagement : contraintes et dynamiques »
  • Emma Aubin-Boltanski (CEIFR), Nour Farra Haddad (Université Saint-Joseph, Beyrouth) « Présentifier les saints dans la maison d’une visionnaire de Beyrouth : entre affirmation et doute ou l’oscillation au cœur du croire en actes »
  • Galia Valtchinova (Académie de Sciences de Bulgarie) « “Je crois en une force” : énonciation et déplacements du sens du croire d’un régime politique à l’autre (la Bulgarie, années 1990-années 1970 et retour en 2010 »
  • Claudine Gauthier (CEIFR, EHESS) « Conversion et réformes du croire dans le zoroastrisme contemporain »

Fin d’après midi

  • 17h15-18h15 Session Posters en salle 8, même bâtiment, EHESS, 105 Bd Raspail (le programme détaillé de la session : titres et auteurs des posters se trouve en bas de cette page)
  • 18h15-19h15 Assemblée Générale de l’AFSR, salle 8
  • 19h15 – 21h Cocktail dînatoire, salle 8, pour les intervenants et participants inscrits au colloque.

 

Mardi 8 février

9h-12h – 3ième session – Validations du « croire » et acceptabilité sociale

Présidente de séance Rita Hermon-Belot (CEIFR, EHESS Paris)

  • Séverine Mathieu (EPHE, GSRL) « Et Dieu dans tout ça ?Le recours à l’Aide médicale à la procréation chez les pratiquants catholiques »
  • Nathalie Luca (CEIFR, CNRS) « Théologie de la prospérité ou développement personnel ? Le croire, d’un espace l’autre »
  • Violaine Mézière (CEIFR, EHESS) « Validation des croyances au sein de l’Aetherius Society »
  • Jeanne Favret-Saada (EPHE) « Une précondition à la mise en actes du croire : le recours aux universaux de l’interaction sociale »

14h-17h – 4ième session – Acceptabilité sociale du « croire » par les acteurs

Président de séance Pierre-Antoine Fabre (CARE-EHESS Paris)

  • Gerald Bronner (Univ. de Strasbourg et IUF, LCSE) « Le croire extrême »
  • Philippe Gonzalez et Joan Stavo-Debauge (Faculté des Sciences Politiques et Sociales de l’Université de Lausanne et chercheur) « Les savoir-faire des créationnistes : faire savoir pour administrer le croire »
  • Prisca Bouillet (LCSE, UdS) « La prière des malades : “croire” intensif ou “croire” excessif »
  • Christine Rodier (LCSE, UdS) « “Croire pour manger ou manger pour croire”. Des pratiques alimentaires à la performativité du croire »
  • Discussion finale du colloque

Session poster : liste des contributions

  • Virginie Alnet (docteure en sociologie de l’EHESS) et Giovanna Rech (post-doctorante à l’Université de Trento) « Narrations du croire : en quête d’une rationalité axiologique »
  • Maria Alessandra Bianchi (doctorante, CHERPA, IEP Aix) « Adhésion au bouddhisme et validation sociale du croire : le cas du dzogchen en France et en Italie »
  • Yaël Hirsch (docteure en sciences politiques, Chargée de cours à l’IEP Paris) « La juste distance à la croyance : le cas de la conversion religieuse »
  • Guenolé Labey-Guimard (doctorant, CEIFR, EHESS) « Croire et engagement caritatif »
  • Sara Marinari (doctorante, EHESS, GSPM) « Croire, au temps de l’interaction. Le mouvement psychosocial chez Gabriel Tarde »
  • Thomas Marty (doctorant, GAP, Université Paris Ouest) « Le corps électoral a-t-il une âme ? Croire en catholique à un mode de scrutin proportionnel ».
  • Mira Niculescu (doctorante, CEIFR, EHESS) « Passeur de frontières du croire. Les stratégies de cohérence du juif-bouddhiste naviguant entre deux univers religieux »
  • Etienne Pingaud (doctorant CESSP, EHESS, ATER IEP Strasbourg) « Dynamique du croire chez les jeunes musulmans »
  • Sébastien Poulain (doctorant, Université Paris 1, CESSP) « Le déni de croyance ou la question taboue de la place de l’ufologie entre science et religion.
  • Sara Teinturier (doctorante, EPHE, GSRL) « “Remplir un ministère” ? Le corps enseignant laïque des institutions scolaires catholiques en France dans l’entre deux-guerres, entre confrontation, adhésion et distanciation »

 

Sigles : CEIFR : Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux ; CESSP : Centre Européen de Sociologie et de Science Politique ; CHERPA : Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative ; CRA Centre de Recherches Anthropologiques ; CREA : Centre d’Etudes et de Recherches Anthropologiques ; GAP : Groupe d’Analyse Politique ; GSRL : Groupe Sociétés, Religions, Laïcités ; GSPM : Groupe de Sociologie Politique et Morale ; IRSA : Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques ; LCSE : Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe ; LAS : Laboratoire d’anthropologie sociale ; PACTE : Politiques publiques, Action politique, Territoires.

Religions en Questions: Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu (dirs.), “Dieu change en ville”

Collection-FathetalDIEU CHANGE EN VILLE. Religion, espace, immigration
Sous la direction de Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu

La ville serait-elle le “tombeau de la religion” ? Pourtant les dieux restent aujourd’hui des citadins, mais cette présence religieuse a changé. Le développement des flux migratoires a remodelé les équilibres socio-religieux des villes françaises et entraîné des conséquences directes sur la gestion de l’espace urbain. La nouvelle cartographie des implantations culturelles et des pratiquants appelle à un nouvel état des lieux.

ISBN :978-2-296-13347-1 décembre 2010 – 224 pages – 21 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2010: Politiques de l’âme

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Denis Pelletier et Paul Zawadzki

1 et 2 février 2010

Site CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75

La notion d’âme, telle qu’elle s’était développée dans les traditions juive, chrétienne et musulmane en mettant l’accent sur son triple caractère d’âme spirituelle, personnelle et immortelle, s’est trouvée confrontée entre la seconde moitié du XVIIIe et le XIXe siècle à une série de déplacements et de remises en cause que l’on peut organiser sous quatre rubriques principales…

Lundi 1 février 2010

9h :    Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par  Denis Pelletier (EPHE-GSRL) et  Paul Zawadzki (Paris I-CERSES)

 

9h30 -12h : For intérieur et retrait de l’âme 

Sous  la présidence de Claude Langlois (EPHE)

  • Hubert Bost (EPHE), Contrainte théologico-politique et droits de l’âme
  • Philippe Portier (EPHE-GSRL), Généalogies du for intérieur
  • Sandra Houot (Paris 3), Le scrupule : quand l’affect interroge la ritualité religieuse

12h-13h : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h30 : Théologie, philosophie, technique

Sous  la présidence de Frédéric Gugelot  (CEIFR, Université de Reims)

  • Guillaume Cuchet (Univ. Lille 3), Entre théologie et psychologie : le statut de l’âme dans les “philosophies religieuses” du Second Empire
  • Claude Langlois (EPHE),Thérèse de Lisieux et l’histoire d’une âme
  • Jean-Pierre Laurant (GSRL),SOS corps astral
  • Muriel Berthou Crestey (Bordeaux III), La photographie de l’âme
  • François Weiser (doctorant, GSRL), Existe-t-il une âme à l’âge scientifique ? l’âme au crible de la démythologisation bultmannienne

 À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

Mardi 2  février 2010

9h 15-13h : Les visages de Psyché : psychologie, psychiatrie, psychanalyse

Sous la présidence d’Agnès Antoine (sous réserve)

  • Pierre-Henri Castel (CNRS-CESAMES), La “faiblesse de la volonté” : entre pathologie et politique, 1848-1900
  • Tiago Pires Marques (Univ. de Lisbonne),Mystique sacrée et mystique profane: réception médicale, religieuse et littéraire de la psychopathologie au Portugal (1900- 1940)
  • Agnès Desmazières (post-doc, GSRL), La psychanalyse au service de la démocratie. Santé mentale et culpabilité collective en contexte de guerre froide
  • Athéna Peglidou (Université d’Athènes), « Mais finalement qui gère l’âme »: confrontation des paroles hybrides et des pratiques dans la psychiatrisation de la possession dans l’Orthodoxie Grecque contemporaine

 14h 30-17h30 : Figures, retours, métaphores

Sous la présidence de Sophie Nizard (Université Marc Bloch – Strasbourg/CEIFR)

  • Jean-François Dortier (Revue Sciences Humaines), L’éternel retour de l’âme
  • Clélia Van Lerberghe (FNRS, Bruxelles), Pour une « politique apolitique » de l’âme selon Jan Patočka
  • Christophe Pons (MMSH), L’âme, le corps et l’esprit des mort-nés d’Occident.  Sur la récente invention d’un statut d’existant humain
  • Catherine Leclercq (post doc., IEP), Se désengager en « gardant son âme ». La construction d’un « communisme à soi » chez les ex-militants du PCF
  • Stéphane François (Paris), Julius Evola, l’âme et la race de l’esprit

 Discussion générale

Religions en Questions: Dargent, Duriez, Liogier (dirs.), “Religion et valeurs en France et en Europe”

Religions en questions 135-215RELIGION ET VALEURS EN FRANCE ET EN EUROPE
Sous la direction de Claude Dargent, Bruno Duriez et Raphaël Liogier

Quelle influence la religion exerce-t-elle sur les valeurs ? Dans quelle mesure être catholique, protestant ou musulman favorise-t-il le développement d’attitudes singulières et des comportements originaux ? Dès ses travaux fondateurs, la sociologie s’est intéressée aux liens entre religion et valeurs. Il s’agit ici de prolonger ce souffle pionnier en questionnant les sociétés d’aujourd’hui, en France et en Europe, dans divers registres de l’activité humaine : sexualité, politique, morale, économie.

ISBN : 2296093124 – mai 2009 – 205 pages – 19,5 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2009: Dieu change en ville: Religion, espace, immigration

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Sébastien Fath et Séverine Mathieu

2 et 3 février 2009

La ville serait-elle le « tombeau de la religion » ? Certaines traditions du XIXe siècle que l’on pourrait qualifier « d’urbaphobes », puis les théories de la sécularisation au XXe siècle, ont plusieurs fois occulté l’idée d’une visibilité religieuse persistante dans l’espace urbain moderne. Et pourtant ! Les dieux restent aujourd’hui des citadins. Mais cette présence religieuse a changé. Croiser les problématiques de l’immigration et du rapport à l’espace constitue un excellent observatoire pour étudier ces mutations…

Religions en Questions: Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu (dirs.), “La religion de l’autre”

Collection-LamineetalLA RELIGION DE L’AUTRE
Sous la direction de Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman et Séverine Mathieu

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN : 978-2-296-06583-3 – octobre 2008 – 290 pages – 26 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Colloque 2008: Mémoires: Espaces politiques et intersubjectivités

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Michèle Baussant et Paul Zawadzki

4 et 5 février 2008

CNRS site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Télécharger le programme du colloque.

Une représentation paradoxale se dégage de l’immense bibliographie contemporaine sur les recompositions mémorielles. D’un côté, la pluralisation des mémoires témoigne de l’approfondissement du processus démocratique et de l’élargissement de la sensibilité pluraliste, débouchant sur la prise en compte accrue des minorités, tant au plan politique qu’au plan de la recherche. De l’autre, les réactivations mémorielles apparaissent comme claquemurées dans un particularisme identitaire, fragilisant l’espace symbolique de l’être ensemble démocratique. On insiste alors sur la crise, l’éclatement, l’affaissement de la mémoire commune, notamment nationale, et sur des dérives, telles la concurrence des victimes, les règlements de comptes mémoriels, ou les guerres de mémoires.

Ce colloque interdisciplinaire se propose de repenser la question trop peu explorée de l’intersubjectivité des mémoires, principalement dans les sociétés de la modernité tardive. Organisé par l’Association française de sciences sociales des religions, il s’attachera aux trajectoires des mémoires religieuses qui selon les cas transcendent les mémoires particulières ou particularisent les horizons partagés. Néanmoins, il ne se limitera à la problématique religieuse.

Par delà la distinction analytique entre l’histoire, dans sa visée universalisante de connaissance, et la mémoire comme pourvoyeuse d’identité, il nous parait important d’étudier plus finement les cas de figure qui mettent en jeu des orientations ouvertes vers l’exemplaire ou l’universel, ainsi que les situations socio-historiques attestant d’une communication avec d’autres acteurs attachés à des mémoires différentes. Il ne s’agit en rien d’occulter la conflictualité intrinsèque aux sociétés modernes – la problématique de l’intersubjectivité n’est pas négatrice du conflit – mais de se demander s’il est possible de déceler, dans ces effervescences mémorielles tous azimuts et leur médiatisation, des perspectives partagées, des relations sociales inter-mémorielles ? A partir de différentes situations socio-historiques, on se demandera surtout quelles sont les conditions de possibilité de tels partages, compatibilités, universalisations, communications ?

Est-il possible de saisir, éventuellement en creux, se dessinant à bas bruits, une dimension de projet et de construction d’un espace commun, fut-ce par exemple dans l’idée implicite d’une « société décente » ? Saisir cette dimension suppose d’aller au-delà des analyses en termes d’usages politiques du passé mais nécessite une attention particulière aux emprunts au registre de la « mémoire » qui semble envahir le langage pratique et qui brouille souvent l’analyse des logiques politiques, sociales, religieuses, auxquels ces phénomènes renvoient. Ce colloque annuel de l’AFSR, sera ainsi soucieux de conjuguer des perspectives générales notamment sur les relations entre religions, pluralisme démocratique et intersubjectivité avec des recherches de terrain approfondies.

 

LUNDI 4 FEVRIER 2008

9h :

Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 – CERSES)

9h30-12h30 : Mémoires, religions et intersubjectivité
Sous la présidence de Michèle Baussant (CNRS, LESC)

  • Jean-Marc Ferry (Univ. Libre de Bruxelles), La mémoire partagée. Réflexions sur l’identité politique de l’Europe
  • Christian Bouchindhomme, (traducteur, professeur de philosophie), La mémoire, l’espace public et la question du “nous”
  • Bérengère Massignon (EPHE, GSRL), Virginie Riva (doctorante, Paris 1, CRPS), Les mémoires religieuses de l’Europe : interrelation et discontinuité des espaces publics nationaux et européens

12h30 : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h : La mémoire du malheur en héritage
Sous la présidence de Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, IHTP)

  • Régine Azria (CNRS, CEIFR), La lecture des noms des juifs déportés de France : fabrique de rituel, laboratoire de mémoire
  • Alexandra Oeser (EHESS, ENS), Constructions scolaires de la « foi démocratique » : Le passé nazi entre universalisation et diversité
  • Patricia Legris (agrégée d’histoire, doctorante à Paris 1), Enseigner l’esclavage : insertion d’une mémoire particulière dans le récit national en France

À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

 

MARDI 5 FEVRIER

9h 30-12h : Le partage des lieux et des émotions
Sous la présidence de Maria Couroucli (CNRS, LESC)

  • Joël Candau (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LAMIC), Mémoire partagée, émotions et sociotransmetteurs
  • Liliane Buccianti – Barakat, Christian Taoutel (Université Saint Joseph de Beyrouth), Des places de Martyrs à la Place des martyrs
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS, EHESS, Centre d’Etudes de l’Inde), L’Eglise de la Sagrada Familia (Barcelone). Les mémoires évolutives d’un lieu en chantier

14h 30 – 17h30 Décalages, conflits, communication
Sous la présidence de Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR)

  • Anne Sophie Lamine (Université Marc Bloch – Strasbourg, LCSE), Le religieux au pluriel : identités composites et concurrences de mémoires
  • Izabela Skorzynska (Université Adam Mickiewicz – Poznan), Théâtre des petites patries en Pologne : les pratiques intersubjectives de commémoration de l’Autre
  • Olha Ostriïtchouk Zazulya (doctorante CRC, hist. comparée de la mémoire, Univ. Laval), Les Eglises et le travail de mémoire et d’oubli en Ukraine post-soviétique
  • Julia David (doctorante Paris 1-CRPS), Les penseurs juifs et la “pédagogie de la paix” au Proche-Orient. D’une mémoire singulière à la fabrique du sens commun
  •  Stéphane Dufoix (Paris X, I.U.F.), L’hapax et le semi-nom propre. “Diaspora” et “Holocauste” entre Juifs et Noirs (sous réserve)

Discussion générale

Religions en Questions: Françoise Champion, Sophie Nizard, Paul Zawadski (dirs.), “Le sacré hors religions”

Collection-ChampionetalLE SACRÉ HORS RELIGIONS
Sous la direction de Françoise Champion, Sophie Nizard, Paul Zawadski

A partir de la distinction posée par Durkheim entre sacré et profane, cet essai pluridisciplinaire tente de repérer dans nos sociétés laïques contemporaines des formes modernes de religiosité : les notions de sens, de symbole, d’absolu, ne sont-elles pas autant de nouvelles divinités créées pour se substituer aux anciennes ?

ISBN : 978-2-296-04695-5 – janvier 2008 – 282 pages – 26,5 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

 

Religions en Questions: Aïda Kanafani-Zahar, Séverine Mathieu, Sophie Nizard (dirs.), “A croire et à manger”

Collection-KanafanietalA CROIRE ET A MANGER. Religions et alimentation
Sous la direction de Aïda Kanafani-Zahar, Séverine Mathieu, Sophie Nizard

Pourquoi, dans les sociétés contemporaines caractérisées par l’individualisme et le libre choix, certaines normes religieuses et alimentaires continuent de faire sens et de s’imposer à nous ? Les nourritures “bonnes à penser” selon Lévi-Strauss, nous informent sur les sociétés, leurs croyances, leur histoire et leur mémoire. En dehors de leur aspect symbolique qui reste central, les nourritures sont ici envisagées dans leur matérialité, leur capacité à créer du lien et à mobiliser les sens.

ISBN : 978-2-296-04875-1- décembre 2007 – 286 pages – 27 € épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC