Archives par étiquette : sécularisation

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2012: Justice, religion, réconciliation

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

6 et 7 février 2012

 

CNRS-Site Pouchet (salle de conférences), 59 rue Pouchet, 75017 Paris

 

Comment le lexique religieux – réconciliation, pardon, aveu, repentir, etc. – fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Comment est-il interprété et mis en pratique par les acteurs concernés ? Quelle force propre peut-on lui prêter pour venir à bout des demandes de justice des « victimes » ? Quelles méthodes peut-on employer pour décrire ces situations souvent très complexes, tant pour la pluralité d’acteurs et d’institutions qu’elles impliquent que pour les jeux d’échelle qu’elles exigent de ceux qui envisagent de les étudier ? Voici les questions très générales abordées par ce colloque à travers des études de cas particuliers relevant de pays (Rwanda, Afrique du Sud, Algérie, Liban, Maroc, Bosnie, Italie…) qui ont été récemment confrontés à différentes formes de violence (raciale, génocidaire, religieuse, mafieuse…). Dans ces différents contextes, les notions de justice, religion et réconciliation et leurs praxis se combinent selon des logiques variables, mais présentant aussi des constantes qu’il s’agira de repérer et des modes de circulation qu’il s’agira de cerner. Leur examen procédera donc, non pas par aire géographique – comme cela a souvent été fait – mais selon des critères de pertinence thématique, de manière à permettre à des chercheurs n’ayant pas l’habitude de se croiser d’engager des discussions communes.

LUNDI 6 FEVRIER 2012 :

9H00-9H15 :

ACCUEIL : Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR
INTRODUCTION : Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc et Deborah Puccio-Den

9H15-12H00 : LE LANGAGE RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Claverie (GSPM-CNRS)
  • Paola Diaz (CEMS-EHESS), Thérapeutique politique de l’âme nationale. Une analyse du discours réconciliateur dans le Chili post dictatorial (1990-2004)
  • Myriam Benraad (CERI-Sciences Po), Réconcilier l’Irak : confessionnalisme et sécularisation du discours religieux
  • Kathy Rousselet (CERI-Sciences Po), L’Eglise orthodoxe russe et la réconciliation autour du passé soviétique
  • Yazid Ben Hounet (CNRS-LAS), Les trois temps de la “réconciliation” en Algérie et l’enjeu du lexique religieux

12H00-13H00 : ASSEMBLÉE GENERALE DE L’AFSR (ouverte aux membres en règle de cotisation ; il est possible d’adhérer au moment du colloque)

14H30-17H00 : LE RAPPORT ENTRE DROIT ET RELIGION

  • Présidence de séance : Nathalie Bernard-Maugiron (IRD, IISMM)
  • Omary Kenza, Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque), Les réformes constitutionnelles dans le monde arabe et le statut de l’islam. Le cas de l’Egypte et du Maroc
  • Clotilde Riotor (GSPM-EHESS), L’« ishlah » : pratique religieuse ou contournement de la justice ? L’exemple du règlement d’un cas de violation des droits de l’homme dans l’Indonésie en transition
  • Arzoo Osanloo (University of Washington), Les pratiques sociales et légales du pardon privé des sanctions criminelles dans le système judiciaire iranien
  • Deborah Puccio-Den (CNRS-GSPM), Être un « repenti » de la mafia, entre droit et religion

17H30-18H : POT OFFERT AUX PARTICIPANTS

MARDI 7 FEVRIER 2012

9H-12H15 : ACTEURS RELIGIEUX ET CIRCULATION INTERNATIONALE

  • Présidence de séance : Hamit Bozarslan (CETOBAC-EHESS)
  • Fanny Urien (EHESS), La Pâque samaritaine, le moment de la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens
  • Komi N’kégbé Fogâ Tublu (Ecole du Patrimoine Africain-EPA), Eglise et réconciliation au Togo : l’exemple de la Commission « Vérité, Justice et Réconciliation »
  • Sélim Smaoui (CERI-Sciences Po), Réinventer la réconciliation. Les mobilisations en faveur des « détenus salafistes » au Maroc
  • Sophie-Hélène Trigeaud (University of Kent), Les ONGs religieuses face aux États : quelle place pour construire la justice dans les mécanismes des Nations Unies ?
  • Jérémie Foa (Telemme), Justice et réconciliation au sortir des « guerres de Religion » (1562-1598)

13H45-16H15 : DISPOSITIFS THÉRAPEUTIQUES ET RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Anstett (IRIS-CNRS)
  • Benoit Guillou (GSPM-EHESS), Rwanda. Le pardon à l’épreuve d’un génocide, le cas de la « Confession de Detmold »
  • Jana Schildt (Université de Louvain), « Père, pardonne-leur ». Local interpretations of reconciliation in post-genocide Rwanda
  • Marie Balas (CEIFR-EHESS), De la « ville malade » aux guerres civiles : Sant’Egidio, histoire d’un médiateur

16H30-17H : DÉBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE


Ce colloque bénéficie du partenariat et du soutien du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM-EHESS), de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), de l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), du Centre Jacques Berque (CJB) et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

Religions en Questions: Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu (dirs.), « Dieu change en ville »

Collection-FathetalDIEU CHANGE EN VILLE. Religion, espace, immigration
Sous la direction de Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu

La ville serait-elle le « tombeau de la religion » ? Pourtant les dieux restent aujourd’hui des citadins, mais cette présence religieuse a changé. Le développement des flux migratoires a remodelé les équilibres socio-religieux des villes françaises et entraîné des conséquences directes sur la gestion de l’espace urbain. La nouvelle cartographie des implantations culturelles et des pratiquants appelle à un nouvel état des lieux.

ISBN :978-2-296-13347-1 décembre 2010 – 224 pages – 21 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2009: Dieu change en ville: Religion, espace, immigration

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Sébastien Fath et Séverine Mathieu

2 et 3 février 2009

La ville serait-elle le « tombeau de la religion » ? Certaines traditions du XIXe siècle que l’on pourrait qualifier « d’urbaphobes », puis les théories de la sécularisation au XXe siècle, ont plusieurs fois occulté l’idée d’une visibilité religieuse persistante dans l’espace urbain moderne. Et pourtant ! Les dieux restent aujourd’hui des citadins. Mais cette présence religieuse a changé. Croiser les problématiques de l’immigration et du rapport à l’espace constitue un excellent observatoire pour étudier ces mutations…

Religions en Questions: Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu (dirs.), « La religion de l’autre »

Collection-LamineetalLA RELIGION DE L’AUTRE
Sous la direction de Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman et Séverine Mathieu

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN : 978-2-296-06583-3 – octobre 2008 – 290 pages – 26 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC