Archives par étiquette : pluralité

Colloque 2012: Justice, religion, réconciliation

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

6 et 7 février 2012

 

CNRS-Site Pouchet (salle de conférences), 59 rue Pouchet, 75017 Paris

 

Comment le lexique religieux – réconciliation, pardon, aveu, repentir, etc. – fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Comment est-il interprété et mis en pratique par les acteurs concernés ? Quelle force propre peut-on lui prêter pour venir à bout des demandes de justice des « victimes » ? Quelles méthodes peut-on employer pour décrire ces situations souvent très complexes, tant pour la pluralité d’acteurs et d’institutions qu’elles impliquent que pour les jeux d’échelle qu’elles exigent de ceux qui envisagent de les étudier ? Voici les questions très générales abordées par ce colloque à travers des études de cas particuliers relevant de pays (Rwanda, Afrique du Sud, Algérie, Liban, Maroc, Bosnie, Italie…) qui ont été récemment confrontés à différentes formes de violence (raciale, génocidaire, religieuse, mafieuse…). Dans ces différents contextes, les notions de justice, religion et réconciliation et leurs praxis se combinent selon des logiques variables, mais présentant aussi des constantes qu’il s’agira de repérer et des modes de circulation qu’il s’agira de cerner. Leur examen procédera donc, non pas par aire géographique – comme cela a souvent été fait – mais selon des critères de pertinence thématique, de manière à permettre à des chercheurs n’ayant pas l’habitude de se croiser d’engager des discussions communes.

LUNDI 6 FEVRIER 2012 :

9H00-9H15 :

ACCUEIL : Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR
INTRODUCTION : Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc et Deborah Puccio-Den

9H15-12H00 : LE LANGAGE RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Claverie (GSPM-CNRS)
  • Paola Diaz (CEMS-EHESS), Thérapeutique politique de l’âme nationale. Une analyse du discours réconciliateur dans le Chili post dictatorial (1990-2004)
  • Myriam Benraad (CERI-Sciences Po), Réconcilier l’Irak : confessionnalisme et sécularisation du discours religieux
  • Kathy Rousselet (CERI-Sciences Po), L’Eglise orthodoxe russe et la réconciliation autour du passé soviétique
  • Yazid Ben Hounet (CNRS-LAS), Les trois temps de la “réconciliation” en Algérie et l’enjeu du lexique religieux

12H00-13H00 : ASSEMBLÉE GENERALE DE L’AFSR (ouverte aux membres en règle de cotisation ; il est possible d’adhérer au moment du colloque)

14H30-17H00 : LE RAPPORT ENTRE DROIT ET RELIGION

  • Présidence de séance : Nathalie Bernard-Maugiron (IRD, IISMM)
  • Omary Kenza, Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque), Les réformes constitutionnelles dans le monde arabe et le statut de l’islam. Le cas de l’Egypte et du Maroc
  • Clotilde Riotor (GSPM-EHESS), L’« ishlah » : pratique religieuse ou contournement de la justice ? L’exemple du règlement d’un cas de violation des droits de l’homme dans l’Indonésie en transition
  • Arzoo Osanloo (University of Washington), Les pratiques sociales et légales du pardon privé des sanctions criminelles dans le système judiciaire iranien
  • Deborah Puccio-Den (CNRS-GSPM), Être un « repenti » de la mafia, entre droit et religion

17H30-18H : POT OFFERT AUX PARTICIPANTS

MARDI 7 FEVRIER 2012

9H-12H15 : ACTEURS RELIGIEUX ET CIRCULATION INTERNATIONALE

  • Présidence de séance : Hamit Bozarslan (CETOBAC-EHESS)
  • Fanny Urien (EHESS), La Pâque samaritaine, le moment de la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens
  • Komi N’kégbé Fogâ Tublu (Ecole du Patrimoine Africain-EPA), Eglise et réconciliation au Togo : l’exemple de la Commission « Vérité, Justice et Réconciliation »
  • Sélim Smaoui (CERI-Sciences Po), Réinventer la réconciliation. Les mobilisations en faveur des « détenus salafistes » au Maroc
  • Sophie-Hélène Trigeaud (University of Kent), Les ONGs religieuses face aux États : quelle place pour construire la justice dans les mécanismes des Nations Unies ?
  • Jérémie Foa (Telemme), Justice et réconciliation au sortir des « guerres de Religion » (1562-1598)

13H45-16H15 : DISPOSITIFS THÉRAPEUTIQUES ET RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Anstett (IRIS-CNRS)
  • Benoit Guillou (GSPM-EHESS), Rwanda. Le pardon à l’épreuve d’un génocide, le cas de la « Confession de Detmold »
  • Jana Schildt (Université de Louvain), « Père, pardonne-leur ». Local interpretations of reconciliation in post-genocide Rwanda
  • Marie Balas (CEIFR-EHESS), De la « ville malade » aux guerres civiles : Sant’Egidio, histoire d’un médiateur

16H30-17H : DÉBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE


Ce colloque bénéficie du partenariat et du soutien du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM-EHESS), de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), de l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), du Centre Jacques Berque (CJB) et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

Lire en SSR: « Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets »

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de « Lire en sciences sociales des religions » sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Religions en Questions: Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu (dirs.), « La religion de l’autre »

Collection-LamineetalLA RELIGION DE L’AUTRE
Sous la direction de Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman et Séverine Mathieu

Les auteurs de cet ouvrage, anthropologues, sociologues et historiens montrent comment l’altérité religieuse se conjugue de l’intime au public, à travers des études de cas, telles que les couples mixtes, les relations de voisinage, la cohabitation de deux groupes religieux dans un quartier populaire ou encore la gestion politique de la diversité religieuse. Ces analyses nous conduisent dans des contextes variés : islams, judaïsmes, christianismes, ou nouveaux mouvements religieux.

ISBN : 978-2-296-06583-3 – octobre 2008 – 290 pages – 26 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Colloque 2008: Mémoires: Espaces politiques et intersubjectivités

Colloque annuel de l’ASFR

organisé par Michèle Baussant et Paul Zawadzki

4 et 5 février 2008

CNRS site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Télécharger le programme du colloque.

Une représentation paradoxale se dégage de l’immense bibliographie contemporaine sur les recompositions mémorielles. D’un côté, la pluralisation des mémoires témoigne de l’approfondissement du processus démocratique et de l’élargissement de la sensibilité pluraliste, débouchant sur la prise en compte accrue des minorités, tant au plan politique qu’au plan de la recherche. De l’autre, les réactivations mémorielles apparaissent comme claquemurées dans un particularisme identitaire, fragilisant l’espace symbolique de l’être ensemble démocratique. On insiste alors sur la crise, l’éclatement, l’affaissement de la mémoire commune, notamment nationale, et sur des dérives, telles la concurrence des victimes, les règlements de comptes mémoriels, ou les guerres de mémoires.

Ce colloque interdisciplinaire se propose de repenser la question trop peu explorée de l’intersubjectivité des mémoires, principalement dans les sociétés de la modernité tardive. Organisé par l’Association française de sciences sociales des religions, il s’attachera aux trajectoires des mémoires religieuses qui selon les cas transcendent les mémoires particulières ou particularisent les horizons partagés. Néanmoins, il ne se limitera à la problématique religieuse.

Par delà la distinction analytique entre l’histoire, dans sa visée universalisante de connaissance, et la mémoire comme pourvoyeuse d’identité, il nous parait important d’étudier plus finement les cas de figure qui mettent en jeu des orientations ouvertes vers l’exemplaire ou l’universel, ainsi que les situations socio-historiques attestant d’une communication avec d’autres acteurs attachés à des mémoires différentes. Il ne s’agit en rien d’occulter la conflictualité intrinsèque aux sociétés modernes – la problématique de l’intersubjectivité n’est pas négatrice du conflit – mais de se demander s’il est possible de déceler, dans ces effervescences mémorielles tous azimuts et leur médiatisation, des perspectives partagées, des relations sociales inter-mémorielles ? A partir de différentes situations socio-historiques, on se demandera surtout quelles sont les conditions de possibilité de tels partages, compatibilités, universalisations, communications ?

Est-il possible de saisir, éventuellement en creux, se dessinant à bas bruits, une dimension de projet et de construction d’un espace commun, fut-ce par exemple dans l’idée implicite d’une « société décente » ? Saisir cette dimension suppose d’aller au-delà des analyses en termes d’usages politiques du passé mais nécessite une attention particulière aux emprunts au registre de la « mémoire » qui semble envahir le langage pratique et qui brouille souvent l’analyse des logiques politiques, sociales, religieuses, auxquels ces phénomènes renvoient. Ce colloque annuel de l’AFSR, sera ainsi soucieux de conjuguer des perspectives générales notamment sur les relations entre religions, pluralisme démocratique et intersubjectivité avec des recherches de terrain approfondies.

 

LUNDI 4 FEVRIER 2008

9h :

Ouverture par Sophie Nizard, Présidente de l’AFSR

Introduction par Paul Zawadzki (Univ. Paris 1 – CERSES)

9h30-12h30 : Mémoires, religions et intersubjectivité
Sous la présidence de Michèle Baussant (CNRS, LESC)

  • Jean-Marc Ferry (Univ. Libre de Bruxelles), La mémoire partagée. Réflexions sur l’identité politique de l’Europe
  • Christian Bouchindhomme, (traducteur, professeur de philosophie), La mémoire, l’espace public et la question du « nous »
  • Bérengère Massignon (EPHE, GSRL), Virginie Riva (doctorante, Paris 1, CRPS), Les mémoires religieuses de l’Europe : interrelation et discontinuité des espaces publics nationaux et européens

12h30 : Assemblée générale de l’AFSR

14h30-17h : La mémoire du malheur en héritage
Sous la présidence de Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, IHTP)

  • Régine Azria (CNRS, CEIFR), La lecture des noms des juifs déportés de France : fabrique de rituel, laboratoire de mémoire
  • Alexandra Oeser (EHESS, ENS), Constructions scolaires de la « foi démocratique » : Le passé nazi entre universalisation et diversité
  • Patricia Legris (agrégée d’histoire, doctorante à Paris 1), Enseigner l’esclavage : insertion d’une mémoire particulière dans le récit national en France

À 18 heures, un pot réunira intervenants et participants

 

MARDI 5 FEVRIER

9h 30-12h : Le partage des lieux et des émotions
Sous la présidence de Maria Couroucli (CNRS, LESC)

  • Joël Candau (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LAMIC), Mémoire partagée, émotions et sociotransmetteurs
  • Liliane Buccianti – Barakat, Christian Taoutel (Université Saint Joseph de Beyrouth), Des places de Martyrs à la Place des martyrs
  • Mathieu Claveyrolas (CNRS, EHESS, Centre d’Etudes de l’Inde), L’Eglise de la Sagrada Familia (Barcelone). Les mémoires évolutives d’un lieu en chantier

14h 30 – 17h30 Décalages, conflits, communication
Sous la présidence de Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR)

  • Anne Sophie Lamine (Université Marc Bloch – Strasbourg, LCSE), Le religieux au pluriel : identités composites et concurrences de mémoires
  • Izabela Skorzynska (Université Adam Mickiewicz – Poznan), Théâtre des petites patries en Pologne : les pratiques intersubjectives de commémoration de l’Autre
  • Olha Ostriïtchouk Zazulya (doctorante CRC, hist. comparée de la mémoire, Univ. Laval), Les Eglises et le travail de mémoire et d’oubli en Ukraine post-soviétique
  • Julia David (doctorante Paris 1-CRPS), Les penseurs juifs et la « pédagogie de la paix » au Proche-Orient. D’une mémoire singulière à la fabrique du sens commun
  •  Stéphane Dufoix (Paris X, I.U.F.), L’hapax et le semi-nom propre. « Diaspora » et « Holocauste » entre Juifs et Noirs (sous réserve)

Discussion générale

Colloque 2007: La religion de l’autre

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Anne-Sophie Lamine, Françoise Lautman, Séverine Mathieu

5 et 6 février 2007

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Dans une société marquée par la pluralité socio-économique, culturelle et ethnique, comment cohabitent concrètement les ressortissants des différentes religions ? Quelles occasions a-t-on de s’apercevoir que le voisin, l’ami, le collègue, ou l’adversaire, pratique une religion : signes vestimentaires, pratiques culinaires, commerces spécialisés, décors ou bruits des fêtes, fréquentation et visibilité des lieux de cultes ? Quelles réactions cette perception engendre-t-elle : curiosité, sympathie, ou méfiance, répulsion, agressivité ?

La différence de religion, ou de confession, conditionne-t-elle le choix de la résidence (proximité des coreligionnaires ou du lieu de culte), du travail (shabbat, entreprise à recrutement ethnique) ou des loisirs (fêtes, mixité…) ? Quels sont les effets sociaux de ces renforcements identitaires ?

Comment les couples mixtes vivent-ils la différence maintenue de leurs appartenances, ou la conversion de l’un à celle de l’autre, que cette différence soit de confession ou de religion, ou ne soit plus pour l’un et l’autre qu’une référence sociologique ?

Sécularisation, tradition humaniste, tolérance religieuse ou souvi de la paix sociale conduisent à rechercher la connaissance des autres ? Quels sont les initiateurs de telles rencontres ? Quelles formes prennent-elles : cycles de conférences, invitations réciproques aux fêtes, manifestations publiques de solidarité ou de deuil ?

Nous nous proposons de réunir ethnologues et sociologues pour confronter nos connaissances sur les aspects vécus au niveau de la vie familiale, de l’école, de la vie de quartier, des relations locales des différents cultes, des diverses associations et des mouvements oecuméniques ou interreligieux… enfin de ce que représente la religion de l’autre.

 

Lundi 5 février 2007

De 9h à 12h

Ouverture par B. Duriez, président de l’AFSR et F. Lautman, présidente de la SEF

Introduction : A-S Lamine (UMB Strasbourg)

Les mariages mixtes : un lieu de rencontre ou de confrontation privilégié

  • Séverine Mathieu (EPHE-GSRL), Le judaïsme pour l’autre : quelle transmission dans les couples mixtes ?
  • Bruno Duriez (CLERSE-Lille I), Mariages mixtes entre catholiques et protestants en France : une vie de couple sous le signe de l’oecuménisme.
  • Laurent Amiotte-Suchet (post-doc. EPHE-GSRL), Se convertir au Pentecôtisme sans quitter son conjoint : arrangements pratiques en mise en sens de la vie avec un conjoint non converti.
  • Loïc Le Pape (doc SHADYC), Prendre la religion de l’autre.
  • Joëlle Allouche-Benayoun (Paris XII-GSRL), Etre issu de couples mixtes : une identité à construire.

14h30 – 17h30 :Quand le proche est l’autre : des identités mal assurées

  • Anne Perrin (post-doc. GSRL), Mon frère, mon ennemi… l’autre insuffisamment converti…
  • Céline Béraud (EPHE-CEIFR), Le catholiscisme en France aujourd’hui : une religion de l’autre ?
  • Rita Hermon-Belot (EHESS-CEIFR), Christianisme et judaïsme : ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même.
  • Martine Cohen (CNRS-GSRL), Les juifs laïques et « leurs autres »
  • Brigitte Bleuzen (post-doc. CEIFR), Prêtres étrangers dans des communautés françaises : regards, ruptures et dynamismes.
  • Jean-Claude Girondin (post-doc. GSRL), Altérité et identité, relations interethniques parmi les protestants évangéliques en région parisienne.

Mardi 6 février 2007

9h30 – 12h30 : Identités religieuses en manifestation publique : acceptations et affrontements

  • Simone Tersigni (post-doc. URMIS, Paris VII), Visibilité, retrait et accessibilité : l’espace urbain de l’Islam.
  • Liliane Kuczynski (CNRS-LAU), L’Islam en Martinique, négociations et affirmations d’une religion minoritaire.
  • Erkan Toguslu (doct. CADIS-EHESS), Les activités culturelles d’un centre musulman comme stratégie d’intégration dans l’espace public et les critiques au projet au sein de leur communauté.
  • Maité Maskens (ULB, Bruxelles), Deux Eglises pentecôtistes dans un quartier musulman de Bruxelles.
  • Anne-Marie Brisebarre (CNRS-LAU), Conflits idéologiques autour du sacrifice de l’Ayd al-Kabîr et de l’abattage rituel musulman en France.
  • Anne Raulin (LAU- Paris X), L’autre dans la rue : le carnaval du Nouvel An chinois à Paris.

14h – 17h30 : Identités religieuses et enjeux politiques

  • Catherine Grémion (CSO-CNRS), Identités religieuses dans les villes nouvelles de la région parisienne.
  • Philippe Rigoulot (post-doc. U. College Cork, Irlande), Les logiques d’instrumentalisation de l’identité religieuse dans le champ de la compétition politique locale.
  • Louis Rousseau (GRIMER-UQAM, Montréal), Pentecôtistes d’origine africaine au Québec : le rôle du référent ethno-religieux dans une stratégie d’intégration au Québec.
  • Nathalie Luca (CNRS-CEIFR), La conversion comme conflit de citoyenneté.
  • Mireille Estivalèzes (post-doc. UQAM, Montréal) , La gestion de l’altérité religieuse à l’école : entre silence et reconnaissance.
  • Bruno Michon (doct. CEIFR), « Humaniste virtuose et croyant inclusiviste » : modèles d’appréhension de la pluralité et de la culture religieuse chez les adolescents.
  • Bérengère Massignon (post-doc. GSRL), L’identité européenne : entre universalisme des Droits de l’homme et réaffirmations identitaires à références religieuses.

17h30 Conclusion de Françoise Lautman