Archives par étiquette : histoire

Parution : La messe est dite

Bon La messe est diteLa messe est dite

Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle,

Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2015

Frédéric Gugelot

 

 

Cette étude retrace l’évolution de la littérature profane d’inspiration catholique, apparue à la fin du XIXe siècle. Frédéric Gugelot se concentre d’une part sur les écrivains catholiques qui aspirent à obtenir une vraie reconnaissance littéraire et, d’autre part, sur une nouvelle forme de fiction, le roman sacerdotal où un prêtre de papier est au coeur du drame. De cette façon, l’auteur montre que les enjeux spirituels, politiques, sociaux et littéraires sont ici inséparables.

Avec le concours de l’École des hautes études en sciences sociales-CeSoR et du CERHIC – EA 2616 de l’université de Reims-Champagne-Ardennes. 

Frédéric Gugelot (membre du bureau de l’AFSR) est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims. Ses travaux portent sur une histoire culturelle du religieux, en particulier sur les « marches intellectuelles » de l’Église, ces zones frontières de l’intelligence chrétienne par lesquelles les individus entrent, participent ou sortent de l’institution. Il a publié en 2010 La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, CNRS Éditions et a participé à l’ouvrage dirigé par Bruno Dumons et Christian Sorrel, Le Catholicisme en chantiers, France XIXe-XXe siècles, paru en 2013 aux Presses universitaires de Rennes.

Sommaire:

Les deux veines de la littérature d’inspiration catholique (1885-1925)
Une littérature d’incarnation : le prêtre bernanosien. Communion, réversibilité des mérites et écrivain catholique (1925-1940)
Une littérature d’incarnation : Le prêtre de mission (1945-1955)
Dieu est mort ? Les derniers prêtres et la fin de l’écrivain catholique (1960-1980)

http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3747

Religions en Questions: Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca (dirs.), « Croire en actes »

CROIRE EN ACTES: Distance, intensité ou excès? Sous la direction d’Emma Aubin-Boltanski, Anne-Sophie Lamine, Nathalie Luca Cet ouvrage explore le « croire en actes » dans le religieux et à ses frontières. Ce n’est pas la croyance en tant qu’ensemble supposément cohérent et inamovible de pratiques et de dogmes, mais le croire comme engagement relationnel, comme système d’actions et comme processus dynamique qui constitue l’objet des différentes contributions ici présentées. Par « croire », est entendue une large diversité de comportements qui, en fonction des contextes et des époques, supposent une attitude et un objet de croyance ou qui, au contraire, ne s’appuyant sur rien de tel, sont eux-mêmes déclencheurs d’engagement ; en somme une activité complexe et réflexive qui, bien souvent, s’accompagne d’un travail de justification et de rationalisation.Trois thématiques sont privilégiées. Celle de la performativité et de la métaphore, d’abord, ce qui permet de porter attention aux oscillations et au processus de (dé)métaphorisation des discours et des pratiques. Le croire est ensuite analysé sous l’angle de ses oscillations, en portant attention aux temporalités ordinaires, aux doutes et aux moments de relâchement qui le caractérisent y compris lorsqu’il semble intensif ou encore paraît s’inscrire dans une perspective probabiliste. Il est approché sous l’angle de ses diverses dimensions et niveaux d’intensification. Il apparaît alors multidimensionnel, capable d’ajustements entre valeur et doctrine, de redéinitions ou de radicalisation. Pour mieux appréhender la pluralité de traitements du sujet, les approches cognitivistes et pragmatistes sont aussi mises en regard. En conclusion, est proposée une discussion et une articulation des paradigmes. Ont collaboré à cet ouvrage : Emma AUBIN-BOLTANSKI, Prisca BOUILLET, Pierre BRÉCHON, Gérald BRONNER, Nour FARRA-HADDAD, Jeanne FAVRET-SAADA, Claudine GAUTHIER, Roberte HAMAYON, Anne-Sophie LAMINE, Nathalie LUCA,  Séverine MATHIEU, Violaine MÉZIÈRE, Lionel OBADIA, Albert PIETTE, Christine RODIER. ISBN : 978-2-343-03393-8 • juin 2014 • 234 pages • 21,85 € Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Colloque 2014: Le religieux dans les sciences sociales en France: une légitimité problématique

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Céline Béraud, Bruno Duriez, Béatrice de Gasquet

 3 et 4 février 2014

CNRS Site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

LUNDI 3 FEVRIER
Matin (9h-­12h)

Accueil (Céline Béraud, présidente de l’AFSR)

Céline Béraud (Université de Caen / IUF) :Introduction du colloque

Quelle(s) place(s) pour la sociologie des religions ?
Présidente :Rita Hermon-Belot (EHESS / CEIFR)

  • Baptiste Coulmont (Université Paris 8 / CRESSPA) et Olivier Martin (Université Paris Descartes / CERLIS) : La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie.
  • Béatrice de Gasquet (Université Paris Diderot / URMIS) : Le fait religieux dans le canon sociologique: une analyse des maquettes de licence dans les universités françaises.
  • Pierre Lassave (CEIFR) : Le groupe de sociologie des religions en questions (1954­-1993).
  • Bruno Duriez (CNRS / CLERSÉ) : La sociologie dans ou sur la religion ? La déconfessionnalisation de l’AFSR.

12 heures-­13 heures :Assemblée générale de l’association

(Photo de Séverine Mathieu)

Béatrice de Gasquet

13h- 14h30 : Déjeuner

Après-­midi (14h30-­18h)

Le religieux comme spécialisation dans les sciences sociales
Président :Frédéric Gugelot (Université de Reims / CEIFR)

  • Amandine Barb (Université Paris-Est Créteil / CERI) : La religion, un objet d´étude négligé par la science politique ?État des lieux comparé France-­États-­Unis.
  • Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil / IUF) : L’histoire religieuse contemporaine :impressions soleil couchant ou recomposition de la discipline ?
  • Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg / CARE) :Histoire religieuse de la période moderne en France. Enjeux d’une périphérisation.
  • Isabelle Saint-Martin (EPHE / Histara) : Histoire de l’art et sciences des religions : fécondité d’un mésamour.
  • Lionel Obadia (Université Lyon 2) : De l’hégémonie à l’étiolement : l’anthropologie historique et comparée des religions dans les milieux académiques français.

18 h Cocktail

 

MARDI 4 FEVRIER

Matin (9h-­12h)

Président :Guy Michelat (CNRS, Cevipof)

Religion, objet sensible ?

  • François Héran (INED) : La lente percée du religieux dans la statistique publique française.
  • Pierre Bréchon (IEP de Grenoble /PACTE) : Le religieux dans les enquêtes quantitatives : ce que cela révèle sur le rapport des sociologues à l’objet «religion ».

Table ronde : Un objet évité ?

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2 / CMH) : Voir ou ne pas voir la religion : expérience de recherches en prison.
  • Anne Bossé et Elisabeth Pasquier (ENSA Nantes / LAUA) :Espace public, dignité, hospitalité, comment traiter du religieux sans le nommer.
  • Nicolas Commune (Université de Rouen / DySoLa) : Un objet tenu à distance : la place des soins spirituels dans les pratiques alternatives de santé.

12h-­‐13h30 : Déjeuner

Après midi (13h30 – 17h30)

Présidente :Florence Rochefort (CNRS / GSRL)

Table ronde : Itinéraires de recherche : la rencontre du religieux

  • Charles Soulié (Université Paris 8 / CESSP) : De la sociologie du monde académique à la sociologie des religions.
  • Eric Fassin (Université Paris 8 / IRIS-CRESPPA) : Comment se faire une religion sur le genre. Une sociologie pas très catholique.
  • Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg /SAGE) : De l’intérêt d’aborder le fait religieux à la lumière de questionnements non religieux.
  • André Grelon (EHESS / CMH) :Profession et religion :l’exemple des ingénieurs français.

La religion dans les champs de la sociologie

(Photo de Séverine Mathieu)

Danièle Hervieu-Léger, Mahamet Timéra, Florence Rochefort

  • Mahamet Timéra (Université Paris Diderot / URMIS) : Le religieux dans la sociologie des migrations :rencontre fortuite ou poids des héritages ?
  • Claire de Galembert (CNRS / ISP) :Faire entrer la religion dans l’analyse des politiques publiques : pour une approche renouvelée des recherches entre religion et politique.
  • Danièle Hervieu-­‐Léger (EHESS / CARE) :Sociologie des religions et sociologie rurale en miroir: genèses, proximités, croisements.
(Photo de Séverine Mathieu)

Mahamet Timéra, Florence Rochefort, Claire de Galembert

Conclusions :Philippe Portier (EPHE / GSRL)

Avec le soutien du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS-EPHE), du CEIFR (Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, CNRS-EHESS), de l’URMIS (Unité de recherche « Migrations et société », CNRS-Université Paris Diderot-­IRD) et de l’IUF (Institut Universitaire de France).

Colloque 2013: Le religieux sur internet

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Fabienne Duteil-Ogata, Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Sophie Nizard

4 et 5 février 2013

Télécharger l’affiche et le programme du colloque.

Écouter les archives sonores du colloque.

 

LUNDI 4 FÉVRIER 2013

9H-12H :

Accueil Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR

Introduction Isabelle Jonveaux, Liliane Kuczynski, Fabienne Duteil-Ogata, Sophie Nizard

REDESSINER LE PAYSAGE RELIGIEUX : PROBLEMATIQUES GENERALES
Sous la présidence de Sabrina Mervin, CEIFR

  • Jolyon Mitchell, The University of Edinburgh (Grande-Bretagne) : Digital Religion : Inciting Violence and Promoting Peace ?
  • Heidi Campbell, Texas A and M University (Etats-Unis) : Networked Religion : Understanding Religion online and offline in a Networked Society
  • Mia Lövheim, Uppsala University (Suède) : New Media, Religion, and Gender
  • Oliver Krüger, Université de Fribourg (Suisse) : La Noosphère, dieu et l’internet. Histoire de l’évolution et de l’utopie de la communauté à l’âge des médias
  • Selami Varlik, EHESS/CRAL : L’autorité du discours religieux sur Internet à l’épreuve du cercle herméneutique entre oralité et écriture : le cas de l’islam

12H-13H : ASSEMBLEE GENERALE DE L’AFSR

14H-17H 30 : DES CONCEPTEURS AUX USAGERS
Sous la présidence de Nicoletta Diasio, Université de Strasbourg

  • Pascal Lardellier, Université de Bourgogne : Rencontres virtuelles religieuses, très réelle endogamie.
  • Sandra Houot, Université Lyon 2 : Du virtuel et de ses usages : Une lecture renouvelée de l’islam contemporain
  • Andrea Catellani, Université catholique de Louvain (Belgique) : Prier en ligne/ le site “Notre Dame du Web”, observations socio-sémiotiques
  • Pierre-Yves Kirschleger, Université Paul-Valéry Montpellier III : Aux commandes du premier réseau protestant francophone, Jésus.net
  • Damien Mottier, Musée du Quai Branly : Le télé-fidèle existe-t-il ? Enquête au sein d’une Église pentecôtiste africaine de la région parisienne
  • David Douyère, Université Paris 13 : Accompagner et susciter la prière à distance

SEANCE POSTERS

18h : Un cocktail sera offert aux participants. Allocution de Madame I. This Saint-Jean, Vice-Présidente chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche – Conseil régional d’Ile-de-France

MARDI 5 FÉVRIER 2013

9H-12H30 : VISIBILITE ET AUTORITE DU RELIGIEUX ONLINE ET OFFLINE
Sous la présidence de Antonio Casilli, Institut Mines Telecom

  • Chrystal Vanel, EPHE/GSRL (CNRS) : Mormonisme et Internet : entre promotion institutionnelle et régulation de l’utilisation individuelle
  • Alexandre Benod, Université Jean-Moulin Lyon 3 : Le Web à tâtons ou comment la nouvelle religion japonaise Agonshû se perd sur la toile
  • Ingrid Therwath, Centre de sciences humaines New Delhi (Inde) : Le nationalisme hindou sur la Toile : mondialisation, délocalisation et discrétion
  • Laurence Podselver, EHESS/CRH/CEJ : De la visibilité à la religion spectacle ; la judéité sur internet
  • André Julliard, CNRS/IDEMEC : L’imaginaire n’est plus au pied de la statue. Politique internationale et Internet dans les cultes à S. Nicolas (France, Italie)
  • Isabelle Jonveaux, Université de Graz (Autriche) et EHESS/CEIFR : La virtualité comme catégorie religieuse. Monastères invisibles et monastères en ligne

SEANCE POSTERS

14H-17H30 : DU VIRTUEL ET DU REEL, PRESENCE/ABSENCE DES CORPS
Sous la présidence de Sophie Nizard, CEIFR

  • Lionel Obadia, Université Lyon 2 : Quand la virtualité façonne la réalité sociale : les fake cults et la Church of the Flying Spaghetti Monster
  • Kerstin Radde Antweiler, Université de Bremen (Allemagne) : Real Religion, Authenticity as an Analytical Concept for Internet Research ?
  • Fabienne Duteil-Ogata, LAU/IIAC : Nouvelles pratiques funéraires japonaises : de la tombe ordinateur à la tombe online
  • Mira Niculescu, EHESS/CEIFR : Se connecter et prendre l’avion. De San Francisco à Jérusalem, la nouvelle méditation juive en réseau
  • Julien Bondaz, LAS-ENS : Images cultuelles et écrans mourides. Deux cas d’expertise iconographique et religieuse sur Internet

DEBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE

LISTE DES POSTERS  :

  • Constance Arminjon, EPHE : La diffusion d’Internet et l’ouverture d’un nouveau champ dans le droit islamique chiite
  • Mirel Banica, Institut roumain d’histoire des religions (Roumanie) : Religion, « miracle » et Internet. Le cas de l’Orthodoxie roumaine
  • Sariette Batibonak, Université Aix-Marseille : Cyber-évangélisation : le cas du Cameroun
  • François-Xavier Bauduin, CEIFR/EHESS : Le mouvement raélien et son positionnement sur internet : entre stratégie de prosélytisme et régulation de l’expression communautaire du croire
  • Claire Donnet, Université de Strasbourg : Les onlines religions, des terrains sociologiques à part entière : l’exemple d’Hijab and the city
  • Rose-Marie Farwell, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : Internet et constructions identitaires dans le milieu néo-païen en Angleterre
  • Fatima Khemilat, EPHE et Université Paris 1 : Le rôle d’internet dans les controverses autour de l’islam en France : entre mobilisation et contre-mobilisation. Le cas de la controverse autour des prières de rue

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan