Archives par étiquette : Allemagne

Lire en SSR: « Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets »

L’AFSR, avec le soutien du CEIFR, vous invite à la prochaine séance de « Lire en sciences sociales des religions » sur le thème “Pluralité et coexistence religieuse dans l’histoire de l’Europe moderne : renouveau des approches, redéfinition des objets” .

Cette séance aura lieu le mercredi 8 juin 2011 de 10h à 13h salle 7, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris. Cette séance sera animée par Rita Hermon-Belot.

L’AFSR veut se faire l’écho d’une évolution marquante des études historiques concernant la pluralité religieuse et les conditions dans lesquelles celle-ci été vécue au sein d’une Europe longtemps largement chrétienne. Les quatre ouvrages qui seront présentés convergent dans leur détermination, et leur réussite, à rompre avec l’alternative binaire, – paix ou guerre entre les groupes définis par l’appartenance religieuse -, pour faire apparaître toute une palette de relations intermédiaires déclinées sur des registres divers et simultanés. Les catégories servant traditionnellement à décrire ces rapports s’en trouvent considérablement modifiées, celle d’abord de la frontière, mais également celles de la tradition et de l’identité. Ces travaux bousculent donc nombre de vérités installées et ils le font en offrant des ouvertures méthodologiques très suggestives. C’est dire à quel point leur incidence concerne toutes les disciplines des sciences sociales s’intéressant au religieux.

Quatre invités, auteurs ou co-auteurs de ces ouvrages seront présents et discuteront donc cette thématique.

- Christophe Duhamelle, DE à l’EHESS, CRH-CARE auteur de La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et co-directeur avec Philippe Büttgen (dir.) de Religion ou confession ? Un bilan franco-allemand (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2010.

- Keith P. Luria, chercheur américain (prof à la North Carolina State University) présent pour 6 mois à Paris, auteur de Sacred Boundaries : Religious Coexistence and Conflict in Early Modern France 2005.

- David Do Paço et Mathilde Monge, jeunes chercheurs et co-auteurs de Religions dans la ville – Ressort et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe, Rennes, PUR, 2010.

L’accent sera mis sur les aspects historiographiques et méthodologiques : quelles sont les questions que se posent les historiens concernant la construction des frontières, des appartenances et des identités territoriales et confessionnelles à l’époque moderne et avec quelles méthodes, ils essaient d’y répondre.

Pour télécharger les couvertures et tables des matières des ouvrages présentés, cliquez ici.

Religions en Questions: Erwan Dianteill, Danièle Hervieu-Léger, Isabelle Saint-Martin (dirs.), « La modernité rituelle »

Collection-DianteilletalLA MODERNITÉ RITUELLE – Rites politiques et religieux des sociétés modernes
Sous la direction de Erwan Dianteill, Danièle Hervieu-Leger, Isabelle Saint-Martin

Qu’advient-il du rite dans les sociétés modernes, alors que la ritualité est habituellement conçue comme un trait typique des sociétés traditionnelles ? Telle est la question que se posent les sociologues, les anthropologues et les historiens dont les contributions sont réunies ici. il s’agit à chaque fois de mettre l’accent sur les ritualités politiques et religieuses dans des contextes nationaux variés, en étudiant en particulier les innovations émergentes dans ces domaines.

Sommaire

Danièle HERVIEU-LEGER : Rites politiques et religieux des sociétés modernes

UN RITUEL DES SOCIETES DEMOCRATIQUES : LA CELEBRATION DES DEUILS PUBLICS

Grace DAVIE : Rituels royaux en Angleterre : deux enterrements et un jubilé

Alfonso PEREZ-AGOTE : Nationalisme basque radical : la prophétie et les rituels de deuil

Pierre-Yves BAUDOT : « In manus tuas… ». Les funérailles religieuses des présidents de la République en France (1877-1996)

RITUELS COMMUNAUTAIRES ENTRE POLITIQUE ET RELIGION

Paul ZAWADZKI : Rites politiques et malaise dans la temporalité

Sophie NIZARD : Mémoires incorporées : rites et pratiques alimentaires dans le judaïsme contemporain

Nikola TIETZE : Les pratiques rituelles dans l’islam en France et en Allemagne : entre enjeux identitaires et enjeux politiques

Jean-Marie LACROSSE : La Marche Blanche des Belges : une communion rituelle ?

Robert BENEDICTY : La fête religieuse comme lieu politique dans la société libanaise contemporaine

Françoise CHAMPION : De la désagrégation des rites dans les sociétés modernes

DES RITES BIEN A NOUS

Laurence HERAULT : La communion chrétienne et son apprentissage : un regard sur la « modernité » rituelle

Baptiste COULMONT : Les fiançailles catholiques : étude d’un « rite mou »

Martine GROSS : Baptêmes catholiques en contexte homoparental

Joël MORLET : Renouveau des funérailles catholiques ?

Salvatore ABBRUZZESE  : Derrière le rite : questions sur les rites religieux

RITUALISER LA MORT EN MODERNITE

Emmanuel HIRSCH : Rites d’hospitalité en chambre mortuaire

Mathieu de FRANCE : Un moment de communication silencieuse

Isabelle SAINT-MARTIN  : Art, espace et rite religieux en milieu hospitalier

Erwan DIANTEILL : Rock my sister ! Un rituel funéraire dans une Église noire américaine de la Nouvelle-Orléans

Michèle FELLOUS : Nouveaux rituels autour du Sida aux États-Unis

 

ISBN : 2-7475-7635-3 – décembre 2004 – 298 pages – 27,5 € – épuisé.

Trouver l’ouvrage dans le catalogue SUDOC

Journée des Jeunes Chercheurs 2003: « La prise en compte de la dimension historique sur le terrain et dans le travail d’écriture »

Journée des Jeunes Chercheurs de l’AFSR

Cette journée, organisée tous les deux ans, est une occasion pour les jeunes chercheurs en sciences sociales des religions de se rencontrer et d’échanger également avec des chercheurs confirmés.

Le thème retenu cette année réunit de jeunes chercheurs qui, partant d’objets très variés, questionnent le rapport entre sciences sociales et histoire, et pour la plupart entre histoire et mémoire. Pour Norbert Elias, toute approche sociologique doit passer par l’analyse des « configurations » successives qui ont conduit à la configuration présente. La religion, en tant qu’instrument privilégié de construction d’une continuité sociale, est à priori particulièrement porteuse de références au passé. Les travaux relevant des sciences sociales des religions entretiendraient de ce fait un rapport singulier à l’histoire. Qu’en est-il vraiment ? « Faire l’histoire » d’un mouvement, d’un rite, d’évènements ou de groupes religieux, est-ce un préalable « obligé » dans le travail d’écriture – placé généralement en début de thèse – et permettant au chercheur de se consacrer pleinement à ce qu’il observe ici et maintenant, ou bien est-ce l’une des clefs de compréhension du présent ? Enfin, comment prendre en compte le rapport des acteurs au passé, leur conscience mémorielle ou historique, et comment en rendre compte ?

Lieu : IRESCO – 59 – 61 rue Pouchet 75017 Paris – salle 104

16 juin 2003

Matin 9H – 12H30

  • Présentation de la journée, Sophie Nizard, Université Marc Bloch de Strasbourg– CEIFR.
  • Arnaud Blanchard (doctorant, ENS-Cachan, sous la direction de Catherine Paradeise) : Retracer l’histoire des Témoins de Jéhovah à partir de leurs imprimés.
  • Nicolas Lyon-Caen (doctorant, Université de Paris I, sous la direction de Claude Michaud) : Contours et définition d’une sociologie du jansénisme parisien au XVIIIe s.
  • Julia David (doctorante, Paris I sous la direction de Paul Zawadzki et EHESS sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : Historiciser le concept de « catastrophe » dans l’économie messianique – XVIème-XXème.
  • Anne-Sophie Lamine (doctorante, EHESS, sous la direction de Danièle Hervieu-Léger) : L’émergence du mouvement interreligieux en France.
  • Rita Hermon-Belot (Historienne, CEIFR-EHESS) : discutante.

Après-midi 14H-18H

  • Raberh Achi (doctorant, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, sous la direction de Bruno Etienne) : Champ religieux et principe de séparation des Eglises et de l’Etat. Socio-histoire d’un usage politique et religieux du droit en Algérie coloniale (1905-1954).
  • Marina Chauliac (docteur, EHESS, sous la direction d’Emmanuel Terray) : La Jugendweihe – identité allemande et mémoire de la RDA.
  • Sarah Gensburger (doctorante, sous la direction de Marie-Claire Lavabre) : La construction de la mémoire des « Justes » en France.
  • Marie-Claire Lavabre (Directrice de recherche, CEVIPOF- CNRS) : Discutante.

A 17H un pot est offert par l’AFSR

Religions et Sciences Humaines: Nikola Tietze, « Jeunes musulmans de France et d’Allemagne »

Collection-TietzeJEUNES MUSULMANS DE FRANCE ET D’ALLEMAGNE
Les constructions subjectives de l’identité

Nikola Tietze

« Etre musulman » n’est pas une donnée statique, mais un processus de construction subjective de l’identité. L’exemple des jeunes adultes issus de familles musulmanes de quartiers défavorisés de grandes villes françaises et allemandes témoigne d’une religiosité musulmane en constant mouvement. A partir des descriptions que donnent d’eux-mêmes ces musulmans, l’ouvrage bâtit une typologie des formes de religiosité et dégage les logiques de circulation entre différentes manières d’affirmer et de vivre l’islamité. La comparaison entre la France et l’Allemagne révèle la signification des structures nationales pour la constitution de la religiosité et met à jour certaines différences entre les musulmans de ces deux pays. Mais le travail qu’ils opèrent sur la tradition islamique est largement identique.

ISBN : 2-7475-2830-8 – 2002 – 238 pages – 19,8 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan