Archives mensuelles : janvier 2012

Colloque 2012: Justice, religion, réconciliation

Colloque annuel de l’AFSR

organisé par Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc, Deborah Puccio-Den

6 et 7 février 2012

 

CNRS-Site Pouchet (salle de conférences), 59 rue Pouchet, 75017 Paris

 

Comment le lexique religieux – réconciliation, pardon, aveu, repentir, etc. – fournit-il un cadre pour les situations postérieures à une période de violence ? Comment est-il interprété et mis en pratique par les acteurs concernés ? Quelle force propre peut-on lui prêter pour venir à bout des demandes de justice des « victimes » ? Quelles méthodes peut-on employer pour décrire ces situations souvent très complexes, tant pour la pluralité d’acteurs et d’institutions qu’elles impliquent que pour les jeux d’échelle qu’elles exigent de ceux qui envisagent de les étudier ? Voici les questions très générales abordées par ce colloque à travers des études de cas particuliers relevant de pays (Rwanda, Afrique du Sud, Algérie, Liban, Maroc, Bosnie, Italie…) qui ont été récemment confrontés à différentes formes de violence (raciale, génocidaire, religieuse, mafieuse…). Dans ces différents contextes, les notions de justice, religion et réconciliation et leurs praxis se combinent selon des logiques variables, mais présentant aussi des constantes qu’il s’agira de repérer et des modes de circulation qu’il s’agira de cerner. Leur examen procédera donc, non pas par aire géographique – comme cela a souvent été fait – mais selon des critères de pertinence thématique, de manière à permettre à des chercheurs n’ayant pas l’habitude de se croiser d’engager des discussions communes.

LUNDI 6 FEVRIER 2012 :

9H00-9H15 :

ACCUEIL : Anne-Sophie Lamine, Présidente de l’AFSR
INTRODUCTION : Yazid Ben Hounet, Sandrine Lefranc et Deborah Puccio-Den

9H15-12H00 : LE LANGAGE RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Claverie (GSPM-CNRS)
  • Paola Diaz (CEMS-EHESS), Thérapeutique politique de l’âme nationale. Une analyse du discours réconciliateur dans le Chili post dictatorial (1990-2004)
  • Myriam Benraad (CERI-Sciences Po), Réconcilier l’Irak : confessionnalisme et sécularisation du discours religieux
  • Kathy Rousselet (CERI-Sciences Po), L’Eglise orthodoxe russe et la réconciliation autour du passé soviétique
  • Yazid Ben Hounet (CNRS-LAS), Les trois temps de la “réconciliation” en Algérie et l’enjeu du lexique religieux

12H00-13H00 : ASSEMBLÉE GENERALE DE L’AFSR (ouverte aux membres en règle de cotisation ; il est possible d’adhérer au moment du colloque)

14H30-17H00 : LE RAPPORT ENTRE DROIT ET RELIGION

  • Présidence de séance : Nathalie Bernard-Maugiron (IRD, IISMM)
  • Omary Kenza, Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque), Les réformes constitutionnelles dans le monde arabe et le statut de l’islam. Le cas de l’Egypte et du Maroc
  • Clotilde Riotor (GSPM-EHESS), L’« ishlah » : pratique religieuse ou contournement de la justice ? L’exemple du règlement d’un cas de violation des droits de l’homme dans l’Indonésie en transition
  • Arzoo Osanloo (University of Washington), Les pratiques sociales et légales du pardon privé des sanctions criminelles dans le système judiciaire iranien
  • Deborah Puccio-Den (CNRS-GSPM), Être un « repenti » de la mafia, entre droit et religion

17H30-18H : POT OFFERT AUX PARTICIPANTS

MARDI 7 FEVRIER 2012

9H-12H15 : ACTEURS RELIGIEUX ET CIRCULATION INTERNATIONALE

  • Présidence de séance : Hamit Bozarslan (CETOBAC-EHESS)
  • Fanny Urien (EHESS), La Pâque samaritaine, le moment de la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens
  • Komi N’kégbé Fogâ Tublu (Ecole du Patrimoine Africain-EPA), Eglise et réconciliation au Togo : l’exemple de la Commission « Vérité, Justice et Réconciliation »
  • Sélim Smaoui (CERI-Sciences Po), Réinventer la réconciliation. Les mobilisations en faveur des « détenus salafistes » au Maroc
  • Sophie-Hélène Trigeaud (University of Kent), Les ONGs religieuses face aux États : quelle place pour construire la justice dans les mécanismes des Nations Unies ?
  • Jérémie Foa (Telemme), Justice et réconciliation au sortir des « guerres de Religion » (1562-1598)

13H45-16H15 : DISPOSITIFS THÉRAPEUTIQUES ET RELIGIEUX

  • Présidence de séance : Elisabeth Anstett (IRIS-CNRS)
  • Benoit Guillou (GSPM-EHESS), Rwanda. Le pardon à l’épreuve d’un génocide, le cas de la « Confession de Detmold »
  • Jana Schildt (Université de Louvain), « Père, pardonne-leur ». Local interpretations of reconciliation in post-genocide Rwanda
  • Marie Balas (CEIFR-EHESS), De la « ville malade » aux guerres civiles : Sant’Egidio, histoire d’un médiateur

16H30-17H : DÉBAT ET CONCLUSIONS DU COLLOQUE


Ce colloque bénéficie du partenariat et du soutien du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM-EHESS), de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), de l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), du Centre Jacques Berque (CJB) et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL).

Lire en SSR: Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent, « Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, une intégration invisible »

L’AFSR vous invite à la prochaine séance de « Lire en Sciences Sociales des Religions »

Autour du livre :

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe : Tome 1, Une intégration invisible.

Avec leurs auteurs :
- Jocelyne Dakhlia, Directrice d’études à l’EHESS, historienne, spécialiste du Maghreb
- Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Centre de recherches historiques, historien du monde hispanique

Lundi 16 janvier 2012, de 15h à 17h, EHESS, 105 bd Raspail, Paris, Salle 7

Un musulman peut-il être européen ? Cette interrogation, qui n’a été formulée explicitement qu’avec l’irruption sur la scène politique du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe, se posait déjà au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pourtant, un préjugé tenace voudrait que les musulmans aient été quasiment absents d’Europe jusqu’au XIXe siècle, les flux de circulation ou d’immigration étant tous tributaires de la colonisation. Opposant des arguments scientifiques à ces idées reçues, les études réunies ici démontrent, qu’au contraire, des musulmans ont été intégrés par milliers aux sociétés d’Europe occidentale, mais que ce fait est passé inaperçu. Cette invisibilité nous apprend que, loin d’être contemporaines, la question de la présence de l’islam dans l’espace public et celle de la pratique du culte musulman sont anciennes et enfouies. Ce premier volume d’une vaste enquête sur l’histoire de la présence musulmane en Europe a l’ambition d’expliquer pourquoi cette réalité est restée ignorée et à quelles difficultés on se heurte à vouloir définir un « musulman » dans un contexte européen, ce qui, aujourd’hui comme hier, pose des problèmes éthiques et politiques forts.

Table des matières
- MUSULMANS EN EUROPE : UN PREMIER ETAT DES LIEUX
Turcs et turqueries à la cour de Catherine de Médicis
Invisibles dans la banalité et le mépris ? Les musulmans à Vienne des années 1660 à la fin du XVIIIe siècle
A la recherche d’un groupe invisible : les gens d’Islam dans la France du XVIIIe siècle
- RECONSTRUIRE LA PRESENCE MUSULMANE : UNE TENTATIVE HISTORIOGRAPHIQUE
Musulmans en France et Grande-Bretagne à l’époque moderne : exemplaires et invisibles
- LES MUSULMANS AU PRISME DE L’EUROPE : POUR UNE LECTURE DYNAMIQUE
Asymétries méditerranéennes ; présence et circulation de marchands entre Alger, Tunis et Marseille
Les derniers esclaves domestiques ; entre Ferrare, Venise et Mantoue (XVe-XVIe siècle)
Etre esclave et musulman en Espagne au temps de l’éradication des « mauvaises sectes »

octobre 2011 / Format : 240 mm x 155 mm / 656 pages / EAN13 : 9782226208934 / Prix : 29.00 €