Archives de catégorie : Prix de Thèse

Remise du Prix de thèse 2015

Deux jeunes collègues recevront cette année le prix de thèse AFSR.

Il s’agit de Mayyada Kheir pour Le vocabulaire de la laïcité de Guizot à Ferry (sous la dir. de Rita Hermon-Belot et de Philippe Boutry, EHESS, 2014) et de Sara Teinturier pour L’enseignement privé dans l’entre-deux-guerres (sous la dir. de Philippe Portier, Université de Rennes 1, 2013).

Il leur sera remis à l’occasion du pot de clôture du colloque, mardi 3 février 2015

Prix de Thèse 2012: Olivier Chatelan, « L’Eglise et la ville »

PdT2012-chatelanL’EGLISE ET LA VILLE. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975)
Olivier Chatelan

L’Église catholique a-t-elle perdu la ville au XXe siècle ? Les diocèses ont-ils su prendre en compte l’urbanisation comme facteur structurant de la modernisation et de la sécularisation ? À partir d’un terrain lyonnais riche en archives, l’auteur s’intéresse à un enjeu déterminant du catholicisme contemporain. L’urbanisation pose le défi de la construction de nouvelles églises qui fait prendre des risques financiers importants dans les années 1960. Cette dynamique est portée par une forte mobilisation du clergé et des fidèles, orchestrée par un service de l’Archevêché. Les premières enquêtes de sociologie religieuse (catholique) fournissent des données dès le début des années 1950 en recensant la pratique dominicale.

Cependant, la localisation, le financement et la justification canonique d’un tel aménagement du territoire ne faisaient pas l’unanimité. L’extension de la « banlieue » rend floues les limites de la communauté catholique.

L’urbanisation remet en cause certains fondements de la pastorale de l’Action catholique spécialisée et de la Mission ouvrière. Par cette enquête historique, on voit combien la question urbaine révèle des tensions entre deux modes d’apostolat catholique, celui des paroisses et celui des milieux de vie. On découvre aussi que les catholiques sont loin d’être passifs devant cette croissance urbaine et ont participé, en tâtonnant et sans plan préétabli, à l’élaboration de discours et de pratiques sociales qui prennent la ville pour objet.

L’auteur

Olivier Chatelan est agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lumière-Lyon 2. Sa thèse de doctorat (dont cet ouvrage reprend la majeure partie) a été récompensée par le prix AFSR 2010. Depuis 2010, il est chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Il travaille actuellement sur la place du militantisme d’origine chrétienne dans l’aménagement urbain ainsi que sur les réseaux d’expertise urbaine dans le monde catholique au XXe siècle.

Table des Matières

Introduction
- PREMIÈRE PARTIE
LES ANNÉES 1950 : LA VILLE SAISIE PAR LA SOCIOLOGIE RELIGIEUSE
I. L’enquête de pratique dominicale de 1954 : un dispositif d’expertise
II. Le recensement religieux de 1954 : ses résultats et sa portée

- DEUXIÈME PARTIE
LES ANNÉES 1960 : LES ÉGLISES NOUVELLES, UN AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
I. Pourquoi construire ? Une utopie missionnaire
II. Où construire ? L’équipement religieux à l’épreuve du terrain
III. Comment construire ? Financement des églises et mobilisation des fidèles

- TROISIÈME PARTIE
STRATÉGIES TERRITORIALES ET MODÈLES PASTORAUX DANS LA VILLE (1957-1975)
I. La paroisse en question : urbanisation et pastorale d’ensemble
II. L’interruption des chantiers diocésains et la nouvelle politique immobilière (1965-1975)
III. Une « pastorale urbaine » à l’échelle de l’agglomération (1969-1975) ?

Conclusion
Index des noms de personnes
Sources et bibliographie

juillet 2012 – 272 pages – ISBN : 978-2-296-96440-2 – Prix : 27.50 €

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan

Prix de Thèse 2011: Elena Zapponi, « Marcher vers Compostelle »

Collection-ZapponiMARCHER VERS COMPOSTELLE. Ethnographie d’une pratique pèlerine
Elena Zapponi (préface de D. Pelletier)

« La gracia, es caminando », « la grâce, c’est la marche sur le Chemin », comme le dit une pèlerine croisée sur la route de Santiago, en Espagne. Cet ouvrage est à la fois une enquête et un récit. Il constitue la première véritable enquête ethnographique sur le Chemin de Compostelle. Pour cela l’anthropologue s’est faite pèlerine, marchant et observant, interrogeant de nombreux pèlerins. Puis elle a pris l’habit de l’hospitaliera, participant à leur accueil dans plusieurs gîtes d’étape. Il en résulte un récit particulièrement vivant, une intrigue qui entraîne le lecteur dans la découverte d’une pratique contemporaine du pèlerinage dans laquelle se côtoient des catholiques apostoliques romains, des chrétiens sur mesure, des croyants à la carte et des non croyants. Mais l’intrigue, c’est aussi de repérer comment coexistent la manière catholique de pèleriner, inscrite dans l’histoire longue et régulée par l’institution ecclésiale avec une manière non religieuse, une ascèse sécularisée qui se vit dans l’instant de la marche, dans la communion avec la nature et dans les rencontres en chemin. Dans tous les cas, la narratrice nous conduit à découvrir les diverses improvisations effectuées par les pèlerins sur un scénario de tradition catholique. Au-delà de l’idée de l’individualisation du croire, elle nous propose de regarder le Chemin comme la scène d’un théâtre, comme une sorte de Commedia dell’arte, où il n’est pas nécessaire d’être catholique pour être acteur. La fable de soi se produit alors en marchant, chacun en est le héros et choisit son rôle en chemin.

L’auteure

Elena Zapponi est assistante de recherche à la chaire d’anthropologie religieuse de l’Université La Sapienza de Rome. Après une thèse en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, elle mène actuellement des recherches sur les syncrétismes religieux en Amérique Latine et notamment sur les évolutions de la santería cubaine. Elle est l’auteure de nombreux articles et de l’ouvrage Pregare con i piedi. In cammino verso FinisTerrae, Roma, Bulzoni, 2008.

ISBN : 978-2-296-56180-9 • juillet 2011 • 266 pages

Commander le livre directement auprès de L’Harmattan